background preloader

Et si on lâchait la bride à nos enfants ?

Et si on lâchait la bride à nos enfants ?
Fliqués, surprotégés, les enfants d’aujourd’hui ont à peine le droit d’aller acheter seuls une baguette de pain. Une culture du risque zéro qui les prive de liberté et les prépare mal aux aléas de la vie. C’est un étrange phénomène qui se répand dans certains squares. Les bancs, initialement prévus pour que les parents discutent en retrait, se vident. Les adultes restent collés au toboggan ou à l’échelle de corde. « Tu veux que je te tienne ? » « Fais attention ! Dans beaucoup de villes, si vous croisez un enfant à vélo, soyez assuré que les parents pédalent juste à côté. Cela n’a rien à voir avec la façon dont leurs parents ont grandi. Cabanes et aventures dans les bois Quand elle intervient dans des conférences, celle qui a fondé, aux Etats-Unis, le mouvement Free Range Kids – pour des « enfants élevés en plein air » – demande aux adultes ce qu’ils avaient le droit de faire étant petits et qu’ils ne laisseraient pas faire à leurs enfants. Oui, mais le monde a changé, lui dit-on.

http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2016/05/13/et-si-on-lachait-la-bride-a-nos-enfants_4919151_4497916.html

Related:  Sujets de sociétéà lirepsychaologieEducation

« La liberté de consommer est une illusion bien cher payée Basta ! : Instaurer un revenu de base, aussi appelé revenu d’existence ou allocation universelle, est une revendication qui commence à émerger. Vous faites une nouvelle proposition en ce sens. En quoi votre projet est-il original ? Une enfance plus simple pourrait protéger nos petits contre les troubles psychiques  Quand il était petit, mon père avait un pull-over pour tout l'hiver. Vous avez bien lu, un seul. S'il s'usait au niveau des coudes, ma grand-mère le reprisait.

Amnésie traumatique : « Deux minutes après m’être allongée sur le divan, j’ai revécu la scène » Témoignage. Pour survivre au traumatisme des viols dont elle fut victime, Mie Kohiyama les a enfouis dans son inconscient. Jusqu’à ce qu’ils ressurgissent, trente-deux ans plus tard. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Feriel Alouti Ces jeunes cadres et étudiants brillants persuadés d'être des "imposteurs" Etudiants d'établissements prestigieux, employés de grandes entreprises: ces jeunes excellent mais vivent mal leur réussite. En proie au "phénomène de l'imposteur", ils sont persuadés de ne pas mériter leur succès et craignent d'être "démasqués" par leurs pairs. Ce phénomène se caractérise par "le sentiment de ne pas être à sa place malgré les réussites objectives, les preuves d'intelligence et de compétences", cumulé à la conviction de "tromper les autres" et "la crainte au quotidien de pouvoir être "démasqué", définit Kevin Chassangre, docteur en psychologie à l'Université de Toulouse Jean-Jaurès qui a consacré une thèse au sujet (2016). Après le bac, Louise a intégré Sciences Po Paris grâce "à un coup de pot énorme": le jury d'entrée lui a attribué une excellente note malgré une copie d'examen inachevée. Persuadée d'avoir "douillé le système", elle a espéré redoubler en licence, "comme s'il fallait avoir un échec pour (qu'elle) se légitime". "Passager clandestin"

Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon (bis repetita) Durant les campagnes électorales, et a fortiori durant celles qui précèdent une élection présidentielle, la chronique des affrontements entre les candidats prime sur le journalisme d’information sur les projets et les propositions politiques. S’il est parfois question du fond, des programmes, ou des aspirations des électeurs, l’enivrante mélodie des commentaires et des sondages a tendance à saturer les rubriques politiques des principaux médias. Lesquels, obnubilés par la course de tête entre les principaux favoris, ne semblaient pas, au départ, hostiles à Jean-Luc Mélenchon. En tout cas, dans une bien moindre mesure qu’en 2012.

Comment améliorer l'apprentissage de la lecture dans les écoles? En recherche, un consensus se dégage sur certaines stratégies pour enseigner efficacement la lecture. Toutefois, les avancées de la recherche ne se reflètent pas dans les pratiques pédagogiques de tous les enseignants. Cet article de l’Institut des Politiques Publiques en France rapporte les résultats d’une étude visant à évaluer un projet de formation continue qui aurait fait ses preuves quant au changement de pratiques des enseignants et à l’amélioration des habiletés des élèves en lecture. Du côté de la recherche Renforcer le contenu pédagogique de l’enseignement pré-primaire permettrait […] de réduire les écarts cognitifs observés dès l’âge de 6 ans.

Poupées sexuelles - Ces Japonais qui vivent avec une love doll Crédit photo : © Orient Industry. En 2004, Agnès Giard rencontre Taabô. Grand collectionneur japonais de love doll, il vit « seul » en compagnie de cent dix poupées. Choquée et troublée par la profonde mélancolie qu’elles dégagent, elle débute une thèse d’anthropologie sur le sujet et finit par comprendre : la poupée n’est pas une expression de la misogynie, mais celle d’une intense nostalgie pour l’enfance. Ceux qui la possèdent ont perdu tout espoir d’avenir. Pourquoi certains hommes japonais préfèrent-ils partager leur vie avec une love doll plutôt qu’avec une femme de chair ?

« Les grandes écoles ne sont pas réservées à une élite » « Mes parents n’avaient jamais entendu parler de Sciences Po : quand je leur ai expliqué qu’il s’agissait d’une grande école parisienne, ça a été la panique à bord », se souvient Amélie Edoin, qui « a tenu bon ». « Le Monde » a interrogé une quarantaine d’entrepreneurs et de penseurs du monde entier sur leur parcours, leur vision de l’avenir, et les enseignements à en tirer pour aider les jeunes à trouver leur voie. Ici, Amélie Edoin, directrice du Labo des histoires Ile-de-France Ouest. Choisir « Je viens d’un lycée de Lorraine en zone d’éducation prioritaire. Dès la seconde, en voyant mes notes, mes profs m’ont conseillé de me renseigner sur Sciences Po.

Avant le premier tour, Le Monde n'aurait pas roulé pour Macron ? La complainte du médiateur « Comme il est suave, Emmanuel » « Nous traitons Emmanuel Macron comme n’importe quel autre candidat », clame Franck Nouchi, citant l’une des deux chefs du service politique du quotidien. Par la voix du journaliste spécifiquement chargé de la couverture de la campagne d’Emmanuel Macron, le médiateur tient à assurer que le candidat d’En Marche « ne bénéficie d’aucun traitement particulier ». Vraiment ? Une journée dans des classes "Montessori" Mardi, j'ai profité de mes derniers jours d'arrêt, et du fait que j'aille mieux, pour passer la journée dans les classes de 2 collègues qui enseignent en "presque tout Montessori" dans l'Education Nationale. Évidemment, je tairai leur nom et celui de leur école, mais je les remercie encore pour leur accueil !! Elles ont donc une classe de PS/MS et GS/CP. J'ai passé un peu plus de temps dans la classe des petits puisque cela correspond à mon propre niveau ! Voici quelques moments forts de la journée !

Réseaux sociaux, sucre... les Occidentaux accros à la dopamine Pour le médecin américain Robert Lustig, cette quête du plaisir, fondée sur la dopamine, est l’ennemie du bonheur, qui dépend, lui, de la sérotonine. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Propos recueillis par Stéphane Foucart (San Francisco (Etats-Unis), envoyé spécial) Cette fugace piqûre de bien-être, cette satisfaction éphémère, ce goût de ­reviens-y… De l’utilisation des réseaux sociaux à la consommation de sucre et d’aliments transformés, le plaisir bon marché n’a jamais été aussi pervasif, suscité en permanence par une multitude de nouveaux produits et de services, marketés comme autant de conditions sine qua non au bonheur. Plaisir, bonheur : ces deux mots sont au centre de The Hacking of the American Mind (Penguin, 2017, non traduit), le dernier livre du pédiatre et neuroendocrinologue américain Robert Lustig, tout juste paru aux Etats-Unis. Pour de nombreuses personnes, la recherche du plaisir est un préalable au bonheur, ou l’une de ses conditions.

« J’ai arrêté l’école en troisième… et aujourd’hui, je prépare un doctorat en droit » Roderick n’a jamais passé son brevet ni été au lycée. Après avoir travaillé quelques années, il a passé une capacité en droit en cours du soir, puis réussi licence et master à La Sorbonne. Voix d’orientation. Le Monde Campus et La ZEP, média jeune et participatif, s’associent pour faire témoigner de leurs parcours d’orientation lycéens et étudiants.

Related: