background preloader

7 entreprises qui ont tout compris aux réseaux sociaux

7 entreprises qui ont tout compris aux réseaux sociaux
Lorsqu’une entreprise souhaite développer sa présence en ligne et engager la conversation avec sa communauté, il lui est crucial de bien définir sa stratégie. Le sujet a en effet déjà été de nombreuses fois abordé car la profusion des réseaux sociaux et leur spécialisation nécessite de bien choisir ce que l’on souhaite faire et surtout pourquoi on veut le faire. La première étape d’un projet relatif aux médias sociaux est souvent de faire un audit permettant d’établir un état des lieux de la situation actuelle. La définition des objectifs à court et moyen terme permettra ensuite de définir une stratégie et un plan d’action. Certains entreprises l’ont bien compris : voici 7 exemples inspirants ! Innocent sur Facebook Le Cro-Magnon des réseaux sociaux, âgé de maintenant plus de 10 ans, est la plateforme où l’on retrouve pêle-mêle sa mère, ses collègues, des amis de maternelle et quelques personnes rencontrées en soirée. La NASA sur Google+ Burger King France sur Twitter Kellogg’s sur LinkedIn

Les médias en ligne se consomment d’abord sur des applis | CCFI Information, radio, musique, jeux… Ordinateur et télévision voient leurs positions dominantes d’écran principal grignotées par les tablettes et les smartphones. Le smartphone et les tablettes continuent de tout engloutir sur leur passage. Aux États-Unis, plus de la moitié (51 %) du temps consacré au numérique est dorénavant passé dans des applications mobiles, selon une étude du cabinet comScore parue cette semaine. Dans cette transition vers le mobile, des applications se sont mieux prédisposées que d’autres: 96 % du temps passé à écouter des radios en ligne l’est dans des applications, contre seulement 4 % sur un PC, a remarqué comScore. Le mobile grignote aussi la part des médias traditionnels. En France, la télévision garde aussi sa position dominante.

[Bon App'] Need Sporty, le réseau social pour trouver des équipiers de sport L’application Editeur: Stéphane Montoir Date de création: mai 2014 Disponibilité: iOS On a beau faire appel à son cercle d’amis, monter une équipe de foot ou trouver un partenaire de tennis n’est pas toujours chose aisée. Et ce, alors même que d’autres sportifs qui habitent la même ville rencontrent la même difficulté. Plus de détails avec Stéphane Montoir, qui a lancé l’application au début du mois de mai: Frenchweb: Comment fonctionne l’application ? Stéphane Montoir Stéphane Montoir: L’objectif de Need Sporty est de trouver simplement et rapidement un nouveau partenaire sportif. Si 24h avant l’heure de l’événement aucun partenaire n’est disponible, la recherche sera élargie à l’ensemble du réseau de sportifs de Need Sporty via l’option Play. Comment avez-vous eu l’idée de créer cette application ? On fait chaque semaine un à deux matchs de foot indoor entre amis et à chaque fois il nous manque un ou plusieurs joueurs. Qui sont vos concurrents ? Pensez-vous développer d’autres applications ?

L'angoisse au bout du réseau social L'aveu émis lors d'un souper, entre l'agneau et la coupe glacée aux fraises, avait tout pour déstabiliser: «J'ai fermé mon compte Facebook! Définitivement.» Au bout de la table, une adolescente de 14 ans sourit et répond laconiquement aux questions qui viennent forcément de s'abattre en rafale sur elle. Une table, des amis, une ado, et la question se met à résonner: l'adoption collective des outils de réseautage en ligne serait-elle en train d'arriver à un tournant pour le bien de l'ensemble de ses adeptes? Après la révolution, l'évolution serait en marche, estime Sherry Turkle, grande prêtresse de la modernité, professeure au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston, aux États-Unis, et auteure du récent — et nécessaire — essai, Alone Together: Why We Expect More From Technology and Less From Each Other (Basic Books). Les signes sont apparents. On est devant la télé et bip! Une idée à la sauvette?

Vague d'appuis aux journalistes emprisonnés en Égypte Des journalistes de partout dans le monde ont exprimé leur soutien à leurs collègues emprisonnés en Égypte. Lundi, trois journalistes de la chaîne de télévision Al-Jazira, dont le Canado-égyptien Mohamed Fahmy, ont été condamnés à de longues peines d'emprisonnement. Des centaines de journalistes de BBC et d'Al-Jazira ont notamment observé une minute de silence à Londres. Certains ont posé avec du ruban adhésif sur la bouche pour dénoncer le bâillonnement des journalistes, ou en tenant des affiches mentionnant « Free AJ Staff » (libérez les employés d'AJ). « Le verdict est injuste, l'affaire est sans fondement », s'est exclamé le directeur de BBC News, James Harding. « Les autorités égyptiennes ne volent pas seulement la liberté de trois hommes innocents, mais elles intimident les journalistes et inhibent la liberté d'expression. » Le Toronto Star a également diffusé une photo sur les réseaux sociaux pour demander la libération des trois journalistes d'Al-Jazira.

Multimédia. Six réseaux sociaux qui méritent d'être connus Social Number : à la recherche de l'anonymat Après des années de transparence sociale, bienvenue dans l'ère de la sécurité et de l'intimité. Chez Social Number, vous êtes un numéro, sans identité et sans pseudo. Bobler : le réseau qui mise sur la voix C'est le premier réseau à miser sur la voix. Jelly : partagez vos connaissances Le co-fondateur de Twitter, Biz Stone, est l'auteur de cette application basée sur le partage de connaissances. Jogg.in : vous ne courrez jamais seul Courir seul, et presque toujours sur le même parcours, peut finir par lasser. Artisteo : le réseau des artistes et des amateurs d'art Il s'agit du premier réseau social français entièrement dédié aux artistes (peintres, sculpteurs, plasticiens, photographes...), mais aussi aux amateurs d'art et aux collectionneurs. Gourmets club : un clic, un restau Ce Facebook des bonnes tables permet de trouver un bon restaurant en un clic, grâce aux avis des membres, mais aussi aux notes des guides gastronomiques.

Le blues des adolescents sur les réseaux sociaux , ou le Fomo Le Fomo ( Fear of missing out ). Pour les ados, dont j’ai fait partie, lisez ce texte : Parole à un ado, ou la solitude. Un ado, 14 ans, à table, à ses parents : " J’ai fermé mon compte Facebook, définitivement". Bug ? Non, une réalité qui commence à toucher les jeunes générations dites "génération Y". Frustration de voir en permanence ( en temps réel ) ses contacts "amis" des réseaux toujours occupés, toujours beaux, toujours entourés… Et moi ? Serait-ce la fin des amis sur Facebook ? Communiquer c’est entrer dans l’orchestre, avis aux ados. L’adolescence est toujours un moment difficile. Etre dans le monde, pour un adolescent, c’est accepter les codes, et "entrer dans l’orchestre". Source de désillusions, évidemment. A l’usage des adolescents qui pourraient lire ce billet, effectivement, rentrer et faire sa place n’a jamais été facile pour chacun. Les réseaux sociaux connectent en "temps réel" les ados. On lira ainsi l’article : L’angoisse du réseau social Une accélération du malaise.

L’impossible succession des patrons emblématiques des médias français | CCFI Publicis, M6, TF1, Canal + ou NRJ… Les dirigeants historiques de ces groupes de médias ne veulent pas lâcher la main. Plusieurs dauphins potentiels ont déjà jeté l’éponge. La retraite? C’est bien simple, ils n’y pensent pas. Dernier exemple en date: le patron de Publicis Maurice Lévy, 72 ans, a obtenu une prolongation de dix-huit mois tout en faisant monter dans un directoire élargi une nouvelle génération de quatre dirigeants, Laura Desmond, Steve King, Arthur Sadoun et Rishad Tobaccowala, susceptibles de briguer sa succession en 2017. «Ce qui est troublant, c’est qu’à un moment où le paysage audiovisuel français est en totale transformation, on pourrait s’attendre à un renouvellement des compétences au sein des groupes pour gérer au mieux cette transition», fait remarquer Philippe Bailly, le président de l’agence médias NPA Conseil. On en est loin. Chez nous, les patrons font donc de la résistance. TF1 n’échappe pas à la règle.

Comment Pharrell Williams est devenu une marque incontournable | Culturepub Pharrell Williams est encensé partout, jusque sur la planète pub réputée si critique. Au Festival de la pub de Cannes cette année, deux Grands Prix* ont récompensé les lancements de « Happy » et de sa collection de jeans pour G-Star. Grâce à un stylisme, des actions et des engagements parfaitement cohérents, il est devenu une marque mondiale totalement incontournable. Il faut dire que le petit prodige de la musique a parfaitement su orchestrer le déploiement de son offre. Pharrell, c’est une offre musicale indispensable Et même, un producteur de génie. Pharrell, c’est aussi un packaging soigné Charlie Chaplin, Karl Lagerfeld, Daft Punk… ils sont quelques uns seulement à pouvoir prétendre être identifiés physiquement au même titre qu’un logo. Une fois le soufflet retombé, il n’oublie pas cependant de revendre ledit- chapeau sur Ebay, pour la bagatelle de 44100 dollars. Pharrell c’est une tripotée de produits dérivés Pharrell est libre, il sait entendre ses désirs et suit ses intuitions.

Britain's social media stars making £2,000 a second From shoe shop to shooting videos Mr Phillips is one of a growing group of young British "Viners" – a small clique of smartphone users who upload six-second home videos for anyone to watch. His newfound internet stardom is a far cry from his job in a shoe shop in South Wales, when last July he was working and began uploading Vines in his spare time. “I saw some lads in America were getting loads of interest on this website, so I began with some comedy scenes,” he said. He said he had no idea that a chance encounter with the website would turn into a lucrative business. “I was working at my mum’s shop and hadn’t a clue what Vine would turn into, no one was on it in the UK.” Mr Phillips began by filming spots with his then-girlfriend’s three-year-old son, Harley. A clip of the pair mooing while seated in the back of a car received two million views (“loops,” Mr Phillips calls them, explaining the Vine lingo). • Be the first to know about new money-making ideas... click here £2,000 a second: how?

France Télévisions : l’affaire Sony C’est un bourbier qui fait plus qu’ embarrasser les dirigeants de France Télévisions. Confiée à Sony il y a bientôt cinq ans, la création d’une régie ultramoderne, commune à France 2, à France 3, à France 4 et à France 5 et baptisée « CDE » (pour Centre de diffusion et d’échange), est au point mort. Incapables pour l’heure de rendre ce centre névralgique opérationnel, les équipes du géant japonais sont enlisées dans un défi technologique qui devait symboliser l’entreprise unique. Projet pour lequel quelque 25 millions d’euros ont d’ores et déjà été investis par France Télévisions. Préféré, au terme d’un appel d’offres, à IBM, Sony table sur ce chantier pour s’imposer sur le marché de l’industrie audiovisuelle numérique. Interrogé par L’Express, Sony indique avoir « été ­sélectionné par France Télévisions pour aider à définir et implémenter le projet consistant à rassembler en une seule plateforme unifiée et une seule et même opération toutes les chaînes du groupe.

Les stratégies marketing en période de soldes ! Publié par Emilie Moronvalle le juil 2, 2013 dans le Blog | 0 commentaire Les soldes ayant démarré la semaine dernière, le choix de mon article était tout trouvé ! Et puis, avouons-le, on est une équipe composée à moitié de filles donc ce sujet nous passionne forcément ;). Alors pourquoi ne pas parler des différentes stratégies marketing mises en place pour les soldes ? Les soldes, ce n’est que deux fois par an alors les marques ne doivent pas se louper, sans parler des soldes flottantes. Pendant 5 semaines, elles doivent vous donner envie de venir dans leurs magasins ou sur leurs sites internet. C’est une période incontournable pour leurs chiffres d’affaires mais aussi pour écouler les stocks. Après les résultats mitigés des soldes d’hiver, où les boutiques en ligne ont mieux marché que la vente en magasin, certainement dû au froid et à la neige, les commerçants veulent inverser la tendance. Le budget moyen par personne est de 208€ contre 223€ l’année dernière. Savoir se démarquer !

Réseaux sociaux : la grande désillusion ? Facebook ne transforme pas, les réseaux sociaux ne génèrent pas de business, 3 ans après l’explosion du social marketing en France la désillusion est à la hauteur des espérances suscitées. Où sont passées les promesses du « earn media » qui était censé créer une nouvelle relation entre les marques et les consommateurs ? Le prochain dîner de l’EBG pose même la question : « Faut-il encore investir sur Facebook ? ». Car les résultats ne sont guère glorieux : beaucoup de fans recrutés, peu de followers, très peu de résultats et aucune connexion significative avec le business, les réseaux sociaux génèrent aujourd’hui moins de 1% de ventes e-commerce. Comment créer de la valeur dans ces conditions ? Web 2.0 = Web 1.0 La situation actuelle rappelle beaucoup celle de 2002. massivement investis et qui ne leur servait à rien. Ce qu’en dit Google Pourtant, les réseaux sociaux peinent aujourd’hui à livrer cette promesse. L’approche « applicative » Le métier de CM a encore de beaux jours devant lui…

Pourquoi les journalistes sont-ils leurs pires avocats ? - ProjetJ Alors que les salles de nouvelles s’atrophient au même rythme que leur budget et que les coupures se multiplient, le rôle des journalistes comme défenseurs de la démocratie a rarement été aussi important. Le moment est venu pour les reporters d’en finir avec le cynisme et l’excuse fatigante consistant à répéter à l’envie que les journalistes ne sont que des observateurs. Le moment est venu de nous organiser et de nous battre pour notre survie, écrit Mary Agnes Welch. Par Mary Agnes Welch, journaliste pour le compte du Winnipeg Free Press. Elle a été présidente de la CAJ et récipiendaire en 2012-2013 de la bourse William Southam pour le journalisme. (Traduction d’un article paru sur le site de notre partenaire, J-Source). Pourquoi les journalistes ne parviennent-ils pas à se fédérer? Ça a donné quelque-chose dans le genre: nous sommes les pires avocats pour nous-mêmes. Nous ne sommes pas solidaires. Pourtant, nous continuons à faire du bon boulot. Rien de bien nouveau là-dedans.

Geek &Social Les mots à utiliser pour générer de l'engagement sur les médias sociaux Pour générer de l’engagement sur les médias sociaux, certaines tactiques sont utiles. L’utilisation de calls to action est essentielle, la taille des statuts compte et certains mots ont plus d’impact que d’autres. Les voici pour grosses plateformes sociales : Twitter, Facebook, LinkedIn et Google+. Source : quicksprout.com

Related: