background preloader

« La liberté de consommer est une illusion bien cher payée

« La liberté de consommer est une illusion bien cher payée
Basta ! : Instaurer un revenu de base, aussi appelé revenu d’existence ou allocation universelle, est une revendication qui commence à émerger. Vous faites une nouvelle proposition en ce sens. En quoi votre projet est-il original ? Vincent Liegey [1] : Le revenu d’existence consiste à donner à tous, de la naissance à la mort et de manière inconditionnelle, un revenu. C’est une idée très ancienne que l’on a contribué à exhumer, mais avec un regard critique : ce type de revenu peut très bien s’inscrire dans le système économique actuel, sans le renverser ni le questionner. Comment ce revenu sera-t-il versé aux citoyens ? Nous proposons une DIA distribuée non pas en euros, mais en droits d’accès, en droits de tirage sur les ressources, et en système monétaire alternatif. Cette proposition oblige à une réflexion collective sur ce que l’on produit, comment on le produit, et pour quel usage... Nous sommes face à une crise systémique, dans laquelle tout est lié. Comment financer un tel projet ?

http://www.bastamag.net/La-liberte-de-consommer-est-une

Related:  llol'ARGENT et l'économie - la question du siècle ÉCOLOGIQUE !?Sujets de sociétéSociéteFaire autrement

Qu’est-ce qu’un « atelier constituant » ? Un « atelier constituant » est une séance pratique, au cours de laquelle on s’entraîne — personnellement et réellement, seul ou à plusieurs — à écrire des articles de notre constitution. C comme Constitution, C comme Citoyen : L’idée du « Plan C », c’est que « ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir ». Nous n’avons PAS de Constitution parce que NOUS la laissons écrire par les professionnels de la politique (qui sont précisément ceux qui ne devraient PAS l’écrire, puisqu’ils devraient la craindre). Nous n’aurons de constitution QUE QUAND nous l’écrirons NOUS-MÊMES.

LA CRISE N’EST PAS NÉE EN 2008, ELLE EST L’EXPRESSION DU PROCESSUS DE CONVERGENCE DES ÉCONOMIES Le Neuromonde est en train d’émerger et le vent de la convergence souffle de plus en plus en tempête (1) Depuis 2008, la crise est omniprésente et hante tous les discours, politiques comme économiques. La montée en puissance des déficits publics, la situation critique de la Grèce, les risques de propagation à l’Espagne et l’Italie, le yoyo de la bourse, les anathèmes contre les agences de notation viennent nourrir constamment toutes les craintes. Or sans nier bien sûr la gravité de la situation actuelle, je pense que ce ne sont que des symptômes et des conséquences d’un processus à l’œuvre depuis longtemps. J’ai la conviction que la plupart des acteurs se comportent comme un navigateur qui ne se préoccuperait que de la forme de sa voile et la tenue de son gouvernail, en ne s’intéressant ni à la météo, ni à la force et la direction du vent. Oublions donc un instant les mouvements en cours, et cherchons d’où vient le vent…

Bernard Stiegler : « Le marketing détruit tous les outils du savoir Texte publié intégralement dans la revue Soldes [1], que vous pouvez vous procurer dans l’une de ces librairies ou lors de l’événement organisé au Point éphémère à Paris le 24 mars (voir à la fin de l’article). Peut-on sortir de l’ère industrielle ? J’ai la conviction profonde que ce qu’on appelle humain, c’est la vie technicisée. Centrales nucléaires, démantèlement impossible ? Mots-clés : centrale, Déchets, électricité, Environnement, Nucléaire, radioactifs Voici quarante ans, les concepteurs des centrales nucléaires n'avaient pas prévu que, devenus trop vieux et donc dangereux, les réacteurs devraient être un jour démontés, et qu'il faudrait stocker leurs déchets hautement radioactifs. Un état des lieux alarmant sur les dangers de la déconstruction des sites nucléaires.

Ultima Verba : la déconstruction de l’art selon Gérard Gartner Un geste radical : la destruction de son oeuvre. Le 16 janvier dernier, le sculpteur Gérard Gartner, a choisi de détruire l'intégralité de son oeuvre. Une destruction festive et orchestrée, une fête archaïque et sublime, autour des tronçonneuses de Gérard Gartner. Une création d'Eric Premel et Nathalie Battus Mixage : Bruno Mourlan

Des essais stupéfiants Peut-on soigner avec des psychédéliques ? Utiliser du LSD pour réduire les angoisses, face à la mort, de malades en phase terminale, ou de l’ecstasy pour combattre un stress post-traumatique ? Hors de France, de nombreuses études creusent ce filon de la médecine psychédélique qui a connu un bref succès dans les années 50, quand des stars comme Cary Grant se pressaient dans des cliniques huppées en Californie pour être traitées au LSD. «Pourquoi n’ai-je pas commencé plus tôt ?» Revenu national brut Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le revenu national brut (RNB) (Gross national income (GNI) en anglais) est une valeur assez proche du produit national brut (PNB). Il correspond à la somme des revenus (salaires et revenus financiers) perçus, pendant une période donnée, par les agents économiques d'une même nationalité. Le RNB est la somme du PIB et du solde des flux de revenus primaires avec le reste du monde[1].

Oisiveté bien encadrée, par Philippe Bourdeau et Rodolphe Christin (Le Monde diplomatique, juillet 2012) Faut-il s’en étonner ? La récréation — c’est-à-dire à la fois le tourisme, le voyage et les loisirs — fait l’objet de représentations largement positives. Pourtant, dès le début de la massification des usages récréatifs du temps libre, dans les années 1960, le sociologue Joffre Dumazedier s’inquiétait du détournement de leur potentiel d’émancipation ; il les voyait devenir un « nouvel opium du peuple ». En présentant en 1970 une réédition du Droit à la paresse, de Paul Lafargue, l’historien Maurice Dommanget observait de son côté que, peu à peu, les citoyens se désintéressaient de la vie sociale et politique pour investir leur énergie dans l’« obsession des loisirs annuels ». Au risque même d’accepter pour cela un renforcement de leur aliénation par le travail…

Comment l'aide au développement se privatise au profit des grandes multinationales Un réseau d’ONG s’alarme de la montée en puissance des « institutions financières de développement » (IFD), mandatées pour soutenir les investissements du secteur privé dans les pays émergents. Ces banques dépendent de l’argent que leur versent États ou organisations internationales. Mais, peu contrôlées, elles auraient une fâcheuse tendance à favoriser les multinationales des pays riches, voire à financer des projets privilégiant la rentabilité économique plutôt que l’utilité sociale des investissements.

Une maison de retraite coopérative et écologique pour que « les vieux » ne deviennent pas « des marchandises » - Basta ! Le rendez-vous est donné au quinzième étage d’une des tours de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue est de Lyon. C’est là que se trouve le siège de l’association Chamarel, créée en 2010, à l’initiative de la première coopérative d’habitants pour personnes vieillissantes [1]. Patrick, Janine, Hélène, Luc et Jean achèvent leur rendez-vous avec un couple de retraités intéressés par leur projet d’habitat coopératif. À dix minutes à pied se trouve le terrain où les travaux ont commencé début décembre 2015. Les seize logements et espaces mutualisés devraient être achevés à la mi-2017.

12 août 1883 : sortie du "Drapeau noir" à Lyon « Les événements, les faits de tous les jours, nous ont montré clairement que le drapeau rouge, si glorieux vaincu, pourrait bien, vainqueur, couvrir de ses plis flamboyants, les rêves ambitieux de quelques intrigants de bas étages. Puisqu’il a déjà abrité un gouvernement et servi d’étendard à une autorité constituée. C’est alors que nous avons compris qu’il ne pouvait plus être pour nous, les indisciplinés de tous les jours et les révoltés de toutes les heures, qu’un embarras ou qu’un leurre. » Extraits du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 août 1883 À Lyon, ville qui avait vu les Canuts brandir cet emblème lors de leurs révoltes de 1831 et de 1834, le premier numéro d’un journal portant le titre "Le Drapeau noir" sort dans cette ville le 12 août 1883.

Related: