background preloader

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

http://www.youtube.com/watch?v=vH-1RfmAFf8

Related:  La Méditerranée, un espace de contacts.villes au Moyen-Âge2. contacts commerciaux et culturels

Écoutez le Paris du XVIIIe siècle Paris comme vous ne l’avez jamais entendu ! C’est l’expérience que propose la musicologue Mylène Pardoen, du laboratoire Passages XX-XXI, à travers le projet Bretez. Un nom qui n’a pas été choisi par hasard : la première reconstitution historique sonore conçue par ce collectif associant historiens, sociologues et spécialistes de la 3D1, a en effet pour décor le Paris du XVIIIe siècle cartographié par le célèbre plan Turgot-Bretez de 1739 – Turgot, prévost des marchands de Paris, en étant le commanditaire, et Bretez, l’ingénieur chargé du relevé des rues et immeubles de la capitale. 70 tableaux sonores C’est plus précisément dans le quartier du Grand Châtelet, entre le pont au Change et le pont Notre-Dame, que la vidéo de 8 minutes 30 transporte le visiteur. « J’ai choisi ce quartier car il concentre 80 % des ambiances sonores du Paris de l’époque, raconte Mylène Pardoen. Valoriser le patrimoine

Hygiène et pollution au Moyen-Age Les représentations urbaines du Moyen Âge, iconographies, œuvres de maître, gravures, tapisseries et sculptures nous montrent des rues aux pavés luisants de propreté bordées de maisons bien alignées. La réalité de l'époque est très différente. Si le mot pollution existait peu dans le vocabulaire médiéval aussi surprenant que cela paraisse il eût été approprié ! Les archives abondent en ordonnances, procès, délibérations, enquêtes sur un constat peu reluisant. Les toponymes (nom des rues et ruelles) évoquent des ''cloaques infects'' dont les appellations : rue Cave, Trous Punais, , Foireuse, Basse-fesse, du Bourbier, sont révélatrices de voies remplies de saletés en tous genre…

Pourquoi Paris puait-il autant au Moyen-Âge ? Vous vous en doutez certainement, cela ne sentait pas la rose à Paris au Moyen-Âge. Pas mal de facteurs expliquent la puanteur qui y régnait. On vous laisse les découvrir… Les cochons vivaient en liberté dans la capitale car chaque famille avait son propre porc.

Nourrir Paris au Moyen-Âge. par Philippe Testard-Vaillant Du pain, du vin, des poissons, des viandes... Cinquante mille bouches à nourrir en 1200, deux cent mille et plus deux siècles plus tard, il est logique que l'approvisionnement alimentaire de la capitale ait favorisé l'essor d'une organisation lourde. Vers 1200, Paris n'est plus un gros bourg, mais la plus grande cité d'Europe. Philippe Auguste, en militaire avisé, l'a ceinturée. Attachant la boucle de pierre, une grosse tour coiffée d'un rond chapeau pointu (le Louvre) est sortie de terre à l'ouest.

Viollet-le-Duc et la restauration monumentale L’invention des Monuments historiques Sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), la volonté de remettre à l’honneur de grands édifices symboliques de l’Ancien Régime, comme le Louvre, Versailles ou Saint-Denis, conduit l’État à mettre en place un appareil administratif pour les monuments historiques. La création d’un inspecteur général des monuments historiques le 21 octobre 1830, à l’instigation de François Guizot, alors ministre de l’Intérieur, représente l’aboutissement d’une réflexion engagée sous la Révolution puis sous le Premier Empire autour de la notion de patrimoine national. D’abord dirigé par Ludovic Vitet, puis par Prosper Mérimée à partir de 1834, le nouveau service d’inspection a pour mission de classer les édifices et d’y entreprendre des travaux de conservation, ceux-ci pouvant aller d’une simple réparation à la rénovation complète du bâtiment.

LA VILLE DANS LA CHRETIENTE MEDIEVALE (XI - XIIIème siècles) : étude de Paris Objectif : Proposer un cheminement dans le thème 3 qui intègre la question des sociétés et cultures urbaines dans la présentation de la chrétienté médiévale. Ce travail s’appuie sur l’étude de Paris. Le travail sera réinvesti dans une seconde ville issue d’une aire culturelle différente (Tolède ou Sienne, Palerme…). Manuel de référence : édition Belin seconde 2010 (dont de nombreux documents présentés sont extraits). Villes et sociétés urbaines en Occident (XI-XIVe siècle) Auteur : BelisaireVisualisations : 34142Modifié : 13/01/2013 à 16h23 Durant le haut Moyen Âge, les villes ont été plongées dans une certaine léthargie. Les cités antiques se rétractaient à l'intérieur de leurs murailles tandis qu'avait lieu un phénomène de ruralisation marqué. Le XIe siècle est celui du réveil des villes : les anciennes cités antiques s'étendent et voient leur population croître tandis qu'apparaissent de nouveaux centres de peuplement. Les villes deviennent aussi d'importants foyers de culture : si la culture s'était réfugiée au haut Moyen Âge dans les monastères, elle gagne les villes à partir du XIe siècle du fait de la création des universités, du maintien des écoles cathédrales, et de l'ascension des élites marchandes.

Venise et sa lagune, riche iconographie Valeur universelle exceptionnelle Brève synthèse Le bien du patrimoine mondial comprend la ville de Venise et sa lagune, situées dans la région du Veneto au Nord-Est de l’Italie. Fondée au Ve siècle après J. Bref historique Autel de la Basilique Saint-MarcCe retable en orfèvrerie, serti d’émaux et de pierres précieuses a été fabriqué à Byzance au Xème siècle et est considéré comme un des joyaux de l’art byzantin. Photo Jean-Marc Kiener Une histoire mythique faite de paradoxes Venise a dès ses origines alimenté une histoire mythique faite de paradoxes.

Histoire de la république de Venise Introduction Origines de Venise Naissance du duché et conquête de l'indépendance La grande expansion Le déclin Commerce et mer adriatique Au bas moyen âge, Venise devient extrêmement riche, grâce au contrôle du commerce avec l'est, elle commence à s'étendre en Mer Adriatique et au-delà. Cette phase d'expansion débute en l'an 1000, lorsque la flotte guidée par le doge Pietro II Orseolo pour combattre les pirates qui opprimaient de leurs incursions les côtes vénitiennes, reçut la soumission des villes côtières d'Istrie et de Dalmatie. L'empereur byzantin reconnut ensuite les titres vénitiens sur les duchés d'Istrie et de Dalmatie. En 1071 eu lieu la bataille entre Grégoire VII et Henri IV, mais Venise, en restant fidèle à sa politique d'équilibre entre les grandes puissances, ne pris parti ni pour le Pape ni pour l'empereur.

Related: