background preloader

Al-Idrîsî : la Méditerranée au XIIe siècle

Al-Idrîsî : la Méditerranée au XIIe siècle

http://classes.bnf.fr/idrisi/index.htm

Related:  La Méditerranée, un espace de contacts.2. contacts commerciaux et culturelsExpositions virtuelles - Musée du Louvre et BNFMoyen Age - A ClasserMoyen Âge - Ve => XVe

épisode La Première Croisade - Confessions d'Histoire Depuis que le monde romain est devenu chrétien, la ville de Jérusalem, aux confins de l’Empire, est le lieu de pèlerinage par excellence. Venus de tout le pourtour du bassin méditerranéen, ces pèlerins, au fil du temps, se pressent de plus en plus nombreux aux portes de la ville qui fut autrefois le théâtre de la Passion, et dont la basilique du Saint-Sépulcre (aussi appelée « de la Résurrection »), construite sous l’empereur Constantin et ses successeurs, marque l’emplacement. Lorsque, venus de la péninsule arabique, les premiers musulmans font la conquête de la Terre Sainte, ils se retrouvent à la tête d’un immense territoire dont la population est très largement chrétienne. Jérusalem passe sous tutelle arabe en 637.

La Sicile au XIIe siècle Dans le prolongement de la péninsule italienne, entre Europe et Afrique du Nord, la Sicile occupe en Méditerranée une position stratégique qui explique la convoitise dont elle a souvent fait l'objet. Possession byzantine, puis musulmane à partir du Xe siècle, elle est conquise par les Normands au XIe siècle et connaît son apogée au XIIe siècle sous le règne de Roger II (1101-1154). Duc, puis roi de Sicile en 1130, il réunit sous son autorité toute l'Italie méridionale. À l'arrivée des Normands, la Sicile "était arabe plus qu'à moitié" et "byzantine pour presque tout le reste". Or la monarchie normande, loin d'effacer les traces de chacune de ces civilisations, s'est inspirée des modèles orientaux, arabe et byzantin et a connu une évolution originale. S'enrichissant de l'apport de chaque civilisation, la Sicile normande donne l'exemple d'une civilisation extrêmement raffinée dont on ne trouve d'équivalent qu'en al-Andalus.

Praxitele " Grâce à l'excellence de son talent, Praxitèle n'est inconnu d'aucun homme un tant soit peu cultivé... " Si Varron s'exprimait ainsi au Ier siècle avant J.-C., c'est que la renommée du sculpteur athénien du IVe siècle ne s'était pas affaiblie. Elle allait croître au cours des siècles et embellir jusqu'à nos jours. Pausanias, Pline l'Ancien, Lucien de Samosate ont décrit ses oeuvres avec force louanges ; malheureusement, ils ne se sont guère attardés sur ses origines, sa vie et, ce que l'on pourrait appeler, sa " carrière ".

Chronique d’un monde en connexion, 1200-1600 L’histoire s’accélère à partir du début du 13e siècle. Des zones civilisationnelles jusqu’ici restées largement autonomes entrent en interaction, produisant une ébullition militaire certes, mais aussi économique et sociale, qui va aller croissant jusqu’à aujourd’hui et est aux racines du monde global que nous connaissons. Ainsi peut-on résumer la thèse de Jean-Michel Sallmann, professeur d’histoire moderne à l’université de Paris-X–Nanterre. Dans son dernier ouvrage, Le Grand Désenclavement du monde, il synthétise un moment-clé de l’histoire humaine : la rencontre entre les « quatre parties du monde ».

whc.unesco English Français Aidez maintenant ! 106 731 membres S'identifier UNESCO » Culture » Centre du patrimoine mondial » La Liste » La Liste du Patrimoine mondial Avancée Monde méditerranéen au XIIe siècle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article décrit le monde méditerranéen au XIIe siècle sur les plans civilisationnel et géostratégique. La mer Méditerranée est le mare nostrum des Latins, sur laquelle trois continents ont une façade, l'Afrique, l'Europe et l'Asie, et les pays qui l'entourent n'ont été dominés que par l'Empire Romain.

La Grotte Chauvet-Pont d'Arc - Ardèche, France Aller au contenu Page d'accueil Menu du site Glossaire En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus Fermer ce volet Musée d'Archéologie nationale Le monde au XVe siècle – Entretien avec Yann Potin En parler, beaucoup, en faire, très peu. Ainsi pourrait-on résumer le rapport de la scène historiographique française à l’histoire globale. Si les numéros spéciaux de revue et autres colloques se sont multipliés ces dernières années pour mesurer les apports et les limites de ce paradigme historiographique en vogue outre-Atlantique, force est de constater qu’il a donné lieu à très peu de recherches appliquées de ce côté-ci de l’océan. La Méditerranée médiévale : un immense espace d’échanges - Méditerranée partagée - Centre National de Documentation Pédagogique Les relations commerciales entre les diverses rives de la Méditerranée existent durant tout le Moyen Âge. Aux alentours de l’an Mil, le commerce maritime méditerranéen est dominé par les Byzantins et les musulmans. Les produits de ces divers espaces convergent par voie terrestre (caravanes africaines et du Moyen-Orient) et par voie maritime (depuis le monde indien, comme le rappellent les aventures de Sindbad le Marin écrites au IXe siècle) vers Constantinople puis vers Alexandrie au cours du XIIe siècle. À ce moment-là, les villes portuaires italiennes (Venise, Pise et Gênes) s’imposent comme des intermédiaires essentiels entre l’Europe et le Proche-Orient. Les marchands italiens arrachent des privilèges commerciaux dans l’Empire byzantin puis dans les États latins d’Orient. Ils obtiennent l’attribution de quartiers, de quais ou d’entrepôts ainsi que des exemptions totales ou partielles d’impôts sur les transactions.

Venise À la fin du VIe siècle lors des invasions lombardes, les îles de la Lagune servent d’ultime terre d’accueil aux habitants des côtes et se peuplent pour la première fois. Le sel en est la principale richesse, mais bientôt le territoire est placé sous l’autorité de l’exarque de Ravenne, et tire avantage de sa position géographique entre Constantinople et l’Europe de l’Ouest pour développer une activité commerciale. La place sert de relais byzantin vers l’Occident et exporte les soieries, les épices et les métaux précieux, tandis que les esclaves, le sel et le bois sont envoyés vers Constantinople et le Levant musulman. Paoluccio Anafesto (r. 697-717) est le premier doge de Venise : il marque les débuts de la République oligarchique. Le doge (du latin dux, chef, duc) est élu à vie par le Grand Conseil rassemblant les représentants des grandes familles de Venise. Au début du IXe siècle, le doge s’installe sur le Rialto, l’ancienne Venise.

Quand les sorcières sont-elles apparues en Occident ? - 31 octobre 2015 CITROUILLES. En ces temps d’Halloween, lointain héritage d’anciennes fêtes païennes, les sorcières n’enfourchent plus leur balai… et les citrouilles se transforment en lanternes : Harry Potter est passé par là ! Mais que sait-on aujourd’hui de ces créatures apparues au Moyen Âge — essentiellement des femmes —, qui furent persécutées pendant des siècles au point de finir au bûcher ? Eginhard : Charlemagne et Haroun ar-Rashid (802), v. 840 [source primaire] Karl et Harûn : « On a encore de leurs lettres, où ils lui témoignent en ces termes tolite leur affection. Haroun, prince des Perses et maître de presque tout l’Orient, à l’exception de l’Inde, lui fut uni d’une si parfaite amitié qu’il préférait sa bienveillance à elle de tous les rois et potentats de l’univers, et le regardait comme seul digne qu’il l’honorât par des marques de déférence et des présents. Aussi quand les envoyés que Charles avait chargés de porter des offrandes au Saint sépulcre du Seigneur et Sauveur du monde, et aux lieux témoins de sa résurrection [en 800], se présentèrent devant Haroun et lui firent connaître les désirs de leur maître, le prince des Perses ne se contenta pas d’acquiescer à la demande du roi, mais il lui accorda la propriété des lieux, berceau sacré de notre salut, et voulut qu’ils fussent soumis à sa puissance.

La Méditerranée médiévale : un immense espace d’échanges - Méditerranée partagée - Centre National de Documentation Pédagogique Les relations commerciales entre les diverses rives de la Méditerranée existent durant tout le Moyen Âge. Aux alentours de l’an Mil, le commerce maritime méditerranéen est dominé par les Byzantins et les musulmans. Les produits de ces divers espaces convergent par voie terrestre (caravanes africaines et du Moyen-Orient) et par voie maritime (depuis le monde indien, comme le rappellent les aventures de Sindbad le Marin écrites au IXe siècle) vers Constantinople puis vers Alexandrie au cours du XIIe siècle.

Related: