background preloader

Présentation

Présentation
Bonjour à toutes et à tous, Comme vous le savez déjà ou comme vous l'apprenez maintenant, depuis 1 an nous travaillons avec une équipe de bretons et chti'bretons à la création d'une coopérative de services de proximité dans le village d'Augan. Ce "champ commun" est fondé sur: - L'esprit coopératif et l'envie de travailler au pays, pour et avec celles et ceux qui y habitent ou viennent s'y poser pour quelques temps, - L'envie de trouver des alternatives à une économie du profit, à la grande distribution et autres grandes surfaces sur-exploitées, - Le rejet de ce modèle qui favorise la rémunération du capital au détriment de la dignité des travailleuse-eurs et de leur famille, qui s'approprie nos services au nom de leur rentabilité

http://www.lechampcommun.fr/

Related:  Villes Open source

Mieux qu'un centre commercial : une épicerie coopérative, culturelle et solidaire dynamise une commune C’est une épicerie, bar, café concert. Un lieu multi-services que font vivre les habitants d’une commune du Morbihan : vente de produits bio, production de bière locale, livraisons pour les personnes âgées, lieu de débat... Une coopérative au service des habitants, dont tous peuvent devenir copropriétaires. Petite visite guidée à Augan, où se réinvente le vivre-ensemble. Morbihan. À Beignon, la société FenêtréA a investi pour contrer la crise « Nous sommes toujours en croissance en 2012 », se réjouit Dominique Lamballe, gérant de l’entreprise FenêtréA. Son entreprise, basée à Beignon, spécialisée dans les fenêtres, portes et volets en PVC, aluminium et mixte se sent pour l’instant à l’abri de la crise. « Nous avons la chance de plutôt bien nous comporter face au marché qui n’est pourtant plus très porteur, témoigne Dominique Lamballe. Il faut sans cesse se renouveler si l’on veut rester en concurrence. » Ces trois dernières années, pleines d’investissements donc, ont fait éclore de nouvelles installations, dans la zone industrielle du Chenôt. Grand plan d’investissement Il y a trois ans, l’entreprise s’est lancée dans un grand plan d’investissement : 15 millions d’euros entre 2009 et 2011, 1,2 million en 2012.

Andes, solidaire sur toute la chaîne LE MONDE ARGENT | • Mis à jour le | Par Frédéric Cazenave Lutter contre le gaspillage alimentaire, permettre à des populations défavorisées d’acheter des fruits et ­légumes à petits prix et aider des personnes exclues du monde du travail à reprendre pied. ­Andes, pour ­Association nationale de ­développement des épiceries solidaires, c’est tout cela à la fois. Cette structure ­récupère les fruits et ­légumes à Rungis et dans d’autres marchés de gros (Lille, Marseille, Perpignan), les transforme dans ses quatre chantiers d’insertion, puis livre quotidiennement ses épiceries solidaires et 170 associations accueillant un public précaire.

Villes en biens communs Il y a près de chez vous des initiatives qui inventent des manières créatives de gérer des ressources ou de répondre aux besoins de communautés. Ces initiatives auto-organisées, se construisent autour du partage et nourrissent nos biens communs. Zones urbaines transformées en jardins partagés, savoirs partagés versés dans l’encyclopédie « Wikipedia », cartographie « open street map » nourries par les utilisateurs, logiciels libres, savoirs traditionnels, science ouverte, publications en libre accès, pédibus scolaire, fours à pains partagés, système d’irrigation agricole partagé, semences libres, contenus éducatifs ouverts, réseaux d’échanges de savoirs, justice participative, données ouvertes collectées par les personnes... les initiatives fleurissent. Quelle que soit leur échelle – de l’immeuble à la planète –, elles apportent des réponses inédites et robustes, là où la puissance publique et le marché sont souvent absents ou inefficaces.

Vente des premiers lots du parc d'activités Val Coric Ouest Val Coric Ouest Au cours de la réunion du 27 juin, le conseil communautaire a validé la vente de deux lots du parc d'activités Val Coric Ouest. La société SAS garage Wester, une entreprise actuellement basée à Saint Marc, a fait l'acquisition des lots 9 et 10, soit 6 323 m2 et 225 m2. Le prix de vente de 19 € HT le m2 avait été fixé par délibération du conseil le 28 juin 2012. Le président Jean-Luc Bléher a fait part à l'assemblée d'un courrier des dirigeants de l'entreprise Bretagne Laser qui ont signé un compromis de vente pour l'acquisition d'un terrain au Val Coric Ouest. « Ils souhaiteraient voir appliquer un prix plus favorable aux entreprises déjà implantées à Guer », a résumé le président. Les élus ont émis un avis défavorable à cette requête.

La Grosse Patate, épicerie sociale, solidaire... et bien plus (video) Cette boutique là est grande comme un mouchoir de poche mais le coeur de ses fondateurs est immense. Deux militants associatifs d’un quartier populaire dans le 19eme arrondissement de Paris ont eu l’envie de créer un endroit convivial qui remplirait des missions de santé, de solidarité et de bien vivre ensemble. De cette idée est née la Grosse Patate. Les habitants du quartier mais aussi tous ceux qui le souhaitent peuvent s’approvisionner en fruits et légumes issus de l’agriculture raisonnée de producteurs d’Ile-de-France.

Les logiciels libres, source d’inspiration pour les villes Image Karin Dalziel Un bien commun peut servir à tout le monde. Mutuel et réciproque, il est partagé par différents êtres ou différentes choses. A l'heure du numérique et de l'économie du partage, cette notion longtemps cantonnée au monde des logiciels libres sort maintenant des écrans pour offrir des solutions à l'ensemble des ressources partagées par les citoyens dans les villes. Et ça tombe bien: depuis le 6 et jusqu'au 20 octobre, le festival Ville en Biens Communs cherche à donner une visibilité à ces innovations sociales et citoyennes. Eclairage.

Morbihan. 250 dirigeants attendus pour Route 24 Morbihan. 250 dirigeants attendus pour Route 24 La grande soirée annuelle de Route 24 se tiendra le 24 septembre, au bowling du lac, à Ploërmel. "Route 24 est une référence à l'ancienne Route 24 qui traverse les territoires de nos six clubs d'entreprises (Guer, Beignon, le CEPP et la Confrérie du Bois Vert à Ploërmel, Locminé et Baud). Cette route créé du lien entre nous. Elle réunit des chefs d'entreprises qui échangent, elle favorise du business en local et nous permet d'être force de propositions sur nos territoires", détaille Dominique Lamballe, P-dg de FenêtréA à Beignon et l'un des acteurs de cette soirée. Au total, ces six clubs rassemble 400 entreprises et compte 10.000 emplois

GartenCoop, une ferme solidaire, autogérée par les agriculteurs et les consommateurs Comment rapprocher agriculteurs et consommateurs ? Dans la région de Fribourg (Allemagne), la coopérative GartenCoop invente un nouveau mode de production : 290 associés sont responsables d’une ferme de neuf hectares, dont ils se partagent chaque semaine la récolte, nourrissant 600 personnes. Solidaires les uns des autres, ils supportent les coûts et les risques de ce projet agricole écologique basé sur une philosophie résolument autogestionnaire. Chacun choisit la hauteur de sa contribution financière aux charges, et participe, même modestement, aux travaux agricoles.

Vingt idées pour dynamiser l’économie du partage dans les territoires Rachel Botsman et Michel Bauwens ne s’étaient jamais rencontrés, et leurs interventions croisées ont marqué le premier forum de l’économie collaborative qui s’est tenu à Cenon, en Gironde, jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013. La présence de ces deux pointures internationales de l’économie collaborative et pair-à-pair fut l’occasion de faire un point sur la manière dont les politiques publiques peuvent s’emparer du sujet. Eclairages. « Changer a du bon, mais changer massivement est encore mieux » Rachel Botsman en impose et c’est plutôt « la chance » de la rencontrer, dans le petit milieu de l’économie collaborative.

Des paysans créent leur propre supermarché Une douzaine de paysans a ouvert en août un point de vente collectif près de Lille, Talents de ferme. Pour vendre leurs produits, bien sûr, mais aussi pour s’opposer aux dérives marketing d’un avatar commercial local détournant la notion de circuits courts. Tout commence l’été 2009, lorsque des échos annoncent l’implantation d’une deuxième enseigne de grande distribution, La Ferme du Sart, devenue O’Tera (cf.encadré), à Wambrechies (10 000 habitants, à sept kilomètres au nord de Lille). Cinq exploitations de la commune ayant développé avec succès des circuits courts de vente de leurs produits (magasin à la ferme, marchés fermiers, entre autres) se regroupent et font part de leurs craintes au maire de la commune, Daniel Janssens (divers droite). Des produits fermiers vendus par les fermiers

Jardins, débrouille, partage : comment Detroit redémarre Faillite. Le mot a été lâché la semaine dernière. Sous le poids de ses 18,5 milliards de dollars de dette (14 milliards d’euros), l’ancien bastion de la construction automobile américaine a touché le fond. Nantes, Rennes et Brest ont adopté, à la suite... Nantes, Rennes et Brest ont adopté, à la suite de Paris, le nom de « Cantine numérique » pour des espaces destinés à favoriser les échanges économiques et sociaux autour de l’économie du numérique qui est une des clés du renouveau économique.Ce type d’espace est aussi appelé "tiers-lieu". Les cantines numériques (ou tiers-lieux) se répandent en Bretagne Une cantine numérique, c’est quoi ? Nantes, Rennes et Brest ont adopté, à la suite de Paris, le nom de « Cantine numérique » pour des espaces destinés à favoriser les échanges économiques et sociaux autour de l’économie du numérique qui est une des clés du renouveau économique.

Dans les souterrains de Paris des hackers veillent au patrimoine culturel Connaissiez-vous l’existence, l’histoire et les agissements de ce réseau clandestin parisien appelé Urban eXperiment ou UX ? Peut-être bien que non et pour cause car ses membres cultivent à juste titre le secret et la discrétion[1]. Mais ils cultivent également autre chose qui les rapproche avant l’heure d’un activiste d’Anonymous, d’un développeur de logiciel libre ou d’un contributeur de Wikipédia. Difficile de ne pas y voir une sorte de parabole de l’Internet actuel…

Related: