background preloader

Modèle économique

Facebook Twitter

L'utopie d'un journalisme non lucratif. - En attendant le messie de la fondation.

L'utopie d'un journalisme non lucratif

DR - Le concept fait rêver plus d'un journaliste français: avoir comme actionnaire une organisation à but non lucratif, fondation ou assimilée. Dernière expression en date de cette volonté, la lettre de la Société des rédacteurs du Monde (SRM) au directoire du groupe qui appelait la semaine dernière à cette solution pour garantir son indépendance éditoriale. L'imaginaire fonctionne à plein sur le sujet: avec la fondation, c'en serait fini des actionnaires pénibles et (forcément) cupides, prompts à exiger des réductions de coûts aux premiers nuages, la «religion» du profit ne serait plus qu'un souvenir, etc. Le rêve a même une incarnation, il s'appelle ProPublica. Publicité Ce modèle de journalisme philanthropique est-il adaptable en France? 1 - Les besoins nécessaires en financement.

Pour ProPublica, la Fondation Sandler injecte 10 millions de dollars par an. Alain Weill : "l’information en ligne doit être moitié prix que. Alain Weill le président directeur général du groupe NextRadioTV détaille sa vision de l’avenir de l’information.

Alain Weill : "l’information en ligne doit être moitié prix que

L’arrivée des tablettes comme l’iPad représente selon lui un vecteur idéal favorisant une économie saine des titres de presse sur le Net. A condition, nous rappelle le propriétaire de La Tribune, que le prix soit juste. ElectronLibre : Est-ce que le web est voué à prendre le dessus pour ce qui est de la consommation de l’information ? Alain Weill : La constat est largement partagé, la presse est en crise dans le monde entier et en France, aucun des titres de la presse quotidienne n’a gagné d’argent en 2009.

L’arrivée des tablettes est, de ce fait, une perspective très intéressante, qui permettra de réinventer le modèle de la presse quotidienne. EL : Tous les observateurs se posent la question du remplacement du papier. AW : Oui. EL Dans ce cas, avez vous un calendrier concernant l’arrêt de la version papier de La Tribune ? "La presse numérique, c'est une manière de contrer les journaux. SFR, et Orange avec son projet " Read&Go " planchent depuis un an sur un concept de kiosque à journaux mobile.

"La presse numérique, c'est une manière de contrer les journaux

De quoi s'agit-il ? Sans entrer dans les détails, il s'agit d'une offre s'appuyant sur un e-book qui embarquerait la majorité des acteurs de la presse quotidienne nationale et régionale. Cette offre se déclinerait selon différentes formules (abonnement, paiement à l'acte, à la journée,...) permettant l'accès à tout ou partie des quotidiens et magazines d'information. Cela dit, il faudra attendre le deuxième semestre 2009 pour en savoir un peu plus. En France, que ce soit dans la presse ou dans l'édition, les premières expériences restent décevantes...

Je pense cependant que les opérateurs télécoms peuvent faire décoller ce marché. Pourtant, les obstacles ne manquent pas : frilosité des éditeurs, contraintes liées aux DRM, aspects économiques ou socio-culturels. Ces barrières sont bien réelles. Le succès du Kindle d'Amazon aux Etats-Unis vous paraît-il significatif ? Presse en ligne, vers le retour du payant. - Kiosque, Eric Gaillard / Reuters - Le krach que connaît la presse partout dans le monde a peut-être une vertu : clarifier le modèle économique de l'information en ligne.

Presse en ligne, vers le retour du payant

Il y a urgence. Car force est de constater que la gratuité dans ce domaine n'a pas rapporté les résultats escomptés : à de rares exceptions près, les sites d'information ont du mal à trouver leur équilibre et les marges, quand elles existent, sont réduites. Le site du New York Times payant ? Presse en ligne : les têtes passent au payant. Après une phase de gratuité, des sites d'information tentent de faire marche arrière.

Presse en ligne : les têtes passent au payant

Si le mouvement est massif, il pourrait pousser les lecteurs à revenir sur leurs habitudes de consommation. Trois petits cailloux sur le chemin du modèle économique de la presse en ligne. Jeudi dernier, dans un entretien au Point, c’est Marie-Odile Amaury, patronne du groupe du même nom et donc du Parisien, d’Aujourd’hui, de L’Équipe, de France Football, etc. : « Comment prendre le virage numérique ? Le potentiel existe, puisque les marques de presse sont les plus consultées après les moteurs de recherche. Aux États-Unis, Murdoch a amorcé le tournant vers le Web payant. (Rire) Je n’ai pas les épaules d’un Murdoch ni sa surface financière. » Puis c’est Benoît Raphaël, rédacteur en chef du site Le Post (groupe Le Monde avec une participation minoritaire de Lagardère) qui, annonçant son départ, écrit : « Avant tout, j’ai envie de contribuer à trouver des solutions pour monétiser le journalisme digital.