background preloader

Croissance Economique

Facebook Twitter

Doing Business 2016 : la France est à la 27e place. Par Marc Lassort.Un article de l’IREF-Europe Le 27 octobre, la Banque mondiale a publié Doing Business 2016, une publication annuelle qui mesure l’environnement réglementaire des entreprises et donc la facilité à faire des affaires, dans 189 pays à travers le monde.

Doing Business 2016 : la France est à la 27e place

Les résultats sont encore une fois décevants pour la France. Malgré son statut de grande puissance économique, le pays n’arrive qu’à la 27ème place, soit la même place que l’année dernière. Singapour arrive encore une fois à la première place, suivie de près par la Nouvelle-Zélande (2e), le Danemark (3e), le Royaume-Uni (6e), les États-Unis (7e) ou l’Allemagne (15e). L’environnement réglementaire et fiscal des affaires constitue donc toujours un frein à la création, au développement et à la cession des entreprises, et la France n’a toujours pas su faire les réformes nécessaires pour revaloriser l’attractivité économique du territoire pour les entreprises étrangères.

Le capitalisme, facteur de progrès social. Par Jean-Baptiste Noé Capitalisme (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence CC-BY 2.0) C’est en passant à proximité du village de Douelle, dans le Quercy, que me sont revenus en mémoire les travaux fondateurs de Jean Fourastié (1907-1990), économiste passé à la postérité pour son livre Les Trente glorieuses (1979) où il forgeait l’expression devenue culte.

Le capitalisme, facteur de progrès social

Étudiant le village de Douelle, d’où sa famille est originaire, entre le début du XXe siècle et la fin des années 1970, il a montré à quel point la France s’était considérablement développée.

Attractivité

Compétitivité. Disparités croissantes entre les régions françaises depuis la crise. Selon l’Insee, au cours des vingt dernières années, la France a subi deux récessions économiques, c’est-à-dire deux périodes de recul du PIB : en 1993 et en 2008-2009.

Disparités croissantes entre les régions françaises depuis la crise

La crise de 1993 avait pour origine des incertitudes sur les taux de change en Europe, associées à une récession en Allemagne ; celle de 2008-2009 a eu, quant à elle, une origine financière. Quelle que soit la région, la récession de 1993 fut plus brève et la baisse de l’activité moins intense qu’en 2008-2009. Après la dernière récession, plusieurs régions peinent à retrouver leur niveau d’activité antérieur.

Hormis au cours de ces deux crises, le volume du PIB n’a cessé de progresser, chaque région contribuant différemment à la croissance nationale. Ces années de croissance ne sont pas pour autant uniformes. De 2008 à 2011, les rythmes d’évolution divergent plus fortement, certaines régions ne parvenant pas à sortir de la récession : les taux s’échelonnent de -1,2% par an en Bourgogne à +1,9% par an en Corse. Conjoncture : L'économie mondiale risque le déraillement, selon le FMI. Le Fonds monétaire international exhorte l'Europe et les États-Unis à consolider leurs finances publiques.

Conjoncture : L'économie mondiale risque le déraillement, selon le FMI

La croissance devrait toutefois atteindre 4,3 % dans le monde en 2011. Le syndrome Lehman est dans toutes les têtes. La crise de la dette publique en Grèce et dans certains autres pays de la zone euro pourrait faire «dérailler la reprise économique en Europe et peut-être dans le monde», a déclaré vendredi à Sao Paulo (Brésil) Olivier Blanchard.

L'économiste en chef du FMI garde manifestement en mémoire la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers et l'effet de stupeur qui s'en était suivi. Quelques semaines plus tard, le commerce international plongeait de plus de 15 % et l'économie mondiale entrait en récession. Présentant une nouvelle mouture de ses prévisions, cette fois en légère baisse par rapport à avril dernier (la croissance mondiale est ramenée de 4,4 % à 4,3 % pour 2011), le FMI s'inquiète du risque de «défauts déstabilisateurs» sur les dettes souveraines. Effondrement: Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur ... - Jared Diamond. Développement Durable.

Mittal, Tata et le paradoxe du bonheur. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvie Kauffmann, L'air du monde Mettez-vous un instant à la place de Lakshmi Mittal.

Mittal, Tata et le paradoxe du bonheur

Non pas Mittal le milliardaire ; Mittal l'industriel. Vous êtes indien, fils d'un propriétaire de fonderie, l'acier est votre passion.

Dérives

PopulationData.net - Capsule vidéo IDH. La_France_dans_son_monde.pdf. Jacques ELLUL - le système technicien 1/6. Croissance économique. Des sources utilisées dans cet article ou cette section sont trop anciennes.

Croissance économique

(indiquez la date de pose grâce au paramètre date) Améliorez sa pertinence à l'aide de sources plus récentes. Contribution (en %) de la croissance des pays à celle mondiale (2011). La croissance est un processus fondamental des économies contemporaines, reposant sur le développement des facteurs de production, lié notamment à la révolution industrielle, à l'accès à de nouvelles ressources minérales (mines profondes) et énergétiques (charbon, pétrole, gaz, énergie nucléaire...) ainsi qu'au progrès technique[1]. Elle transforme la vie des populations dans la mesure où elle crée davantage de biens et de services. Définition[modifier | modifier le code] Les économistes utilisent le terme de croissance conventionnellement pour décrire une augmentation de la production sur le long terme.

Au sens strict, la croissance décrit un processus d'accroissement de la seule production économique. Source : Banque Mondiale[14]