background preloader

Les neurones miroirs

Les neurones miroirs

http://www.youtube.com/watch?v=sRdUlO3qdak

Related:  Développement personnel et fonctionnement du cerveauNeurosciencesapprendre - sciencesNeuro-educationLYDIE LAURENT

Comment accueillir une émotion Une émotion est une énergie qui transporte de l’information et demande un certain temps de réception, de compréhension. Avec cette bande dessiné réalisée par Art-mella, apprenez à accueillir une émotion jusqu’au bout ! Ceci est un extrait de l’ouvrage Émotions : enquête et mode d’emploi publié aux éditions PourPenser. Lire aussi : La communication non violente expliquée en bande dessinée

Sept idées reçues sur le cerveau qui limitent votre efficacité Le cerveau se modifie à chaque seconde, en fonction de ce qu'on pense, de ce qu'on ressent, de ce qu'on dit et de ce qu'on fait. Il est malléable car il se reconfigure en fonction de l'environnement. C'est l'une des grandes découvertes des neurosciences depuis ces vingt dernières années. Grâce aux nouvelles technologies, dont l'IRM fonctionnelle, les chercheurs ont percé quelques mystères de sa performance. Les autres outils L’idée générale des “six chapeaux”, imaginée par l’anglais Edward De Bono, est très simple : lorsque l’on réfléchit à un problème, de quelque nature qu’il soit, seul ou en groupe, on peut se coiffer délibérément d’un chapeau (fictif ou réel) dont la couleur représente les types de pensées que l’on s’autorise à avoir. Cette technique peut être utile autant dans le milieu professionnel qu’à l’école ou en famille. Le chapeau blanc Le blanc indique la neutralité.

Cinq idées que défend Stanislas Dehaene, l'éminence grise de Jean-Michel Blanquer Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a annoncé l’instauration d’un conseil scientifique, chargé d’étudier les disciplines enseignées à l’école, ainsi que le contenu des formations enseignantes ou des manuels scolaires. Il a nommé à sa tête Stanislas Dehaenne, neuroscientifique de renom, devenu incontournable dans le champ de la psychologie cognitive. Globalement bien accueillie, la nouvelle de l'arrivée de ce spécialiste du cerveau à la tête du Conseil scientifique n'en a pas moins inquiété une cinquantaine de chercheurs, préoccupés à l'idée d'une OPA des neurosciences sur la pédagogie dans l'éducation nationale. Psychologue cognitif et neuroscientifique, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire de psychologie cognitive expérimentale, membre de l'Académie des Sciences, chercheur au centre NeuroSpin, Stanislas Dehaene est aujourd'hui considéré comme un des grands spécialistes des neurosciences. 1. Comprendre l'humain grâce à la "science de la conscience"

Le contact visuel chez l'enfant ou l'adulte vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) - Trouble du spectre de l'autisme (TSA) - spectredelautisme.com Le sensoriel Lorsque nous regardons une personne, ses yeux nous envoient beaucoup de détails - la façon dont ils se déplacent, les reflets de certaines lumières, les pupilles qui deviennent plus grosses ou plus petites, les paupières qui clignotent, les petits vaisseaux sanguins qui parcourent la sclérotique (blanc des yeux). À cela, on ajoute tous les autres détails qui viennent du visage comme les sourcils qui se relèvent, les lèvres qui bougent et révèlent les dents, etc. C'est beaucoup d’informations à traiter en même temps pour un système qui peut être sensible à certaines surcharges sensorielles.

Auto-efficacité Le sentiment d’auto-efficacité constitue la croyance qu’a un individu en sa capacité de réaliser une tâche[1]. Plus grand est le sentiment d'auto-efficacité, plus élevés sont les objectifs qu’il s'impose et son engagement dans leur poursuite[1]. La théorie de l’auto-efficacité a été élaborée par le psychologue canadien Albert Bandura (Bandura, 1977, 1997, 2003) dans le cadre théorique plus large de la théorie sociale cognitive (Bandura, 1986). Définitions et traductions[modifier | modifier le code] L’auto-efficacité est une émotion aussi connue sous le nom de confiance contextuelle (ou situationnelle).

Neurosciences La science face à la complexité du cerveau par Yves Frégnac, prix Louis D. 2008 Et si le cerveau était une hiérarchie emboîtée de niveaux d’organisation, du microscopique au macroscopique ? Cette hiérarchie s’étendrait dans le domaine spatial des molécules, synapses, neurones jusqu’aux microcircuits, et aires corticales. Ce sont les travaux d’Yves Frégnac, directeur de recherche au CNRS, présentés au cours d’une séance de l’Académie des sciences en avril 2009 que vous pouvez découvrir dans cette émission.

Cerveau: les quatre piliers de l'apprentissage Le président du conseil scientifique de l'Education nationale, Stanislas Dehaene publie Apprendre ! Les talents du cerveau, le défi des machines (Odile Jacob, septembre 2018), dont L'Express publie des extraits. LIRE AUSSI >> Stanislas Dehaene: "La malnutrition est plus risquée pour le cerveau que l'écran" 1. L'attention ATOLE : l'ATtention à l'écOLE - Oullins ATOLE : Démarche pédagogique de régulation de l’ATtention à l’écOLE - Présentation du partenariat IEN Oullins / INSERM par Stéphane Garapon inspecteur de l’éducation nationale dans la circonscription d’Oullins - Rhône La circonscription d’Oullins travaille depuis près de douze années en collaboration avec monsieur Lachaux et ses équipes, du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon. Les perspectives de ce projet sont nombreuses, ce qui le rend enthousiasmant : son extension au collège dans le cadre des conseils de cycle 3 par exemple, l’intérêt que les questions d’attention peuvent susciter auprès des parents d’élèves, tout comme ses applications pour nos propres pratiques professionnelles d’enseignantes/ts, de formatrices/teurs, d’inspectrices/teurs, dans la gestion de nos priorités et de notre propre attention. Nous avons le plaisir de vous annoncer le déploiement national du parcours m@gistere ATOLE, l’attention à l’école.

Pourquoi les personnes autistes ne vous regardent-ils pas dans les yeux ? – Cerebrostim Les personnes souffrant de troubles du spectre autistique (ASD) ont souvent du mal à regarder les autres dans les yeux. Cette attitude a généralement été interprétée comme un signe d’indifférence sociale et personnelle, mais les rapports des personnes atteintes d’autisme suggèrent autrement. Beaucoup disent que regarder les autres dans l’œil est inconfortable ou stressant pour eux, certains diront même que “ça brûle” – ce qui souligne une cause neurologique. Maintenant, une équipe de chercheurs de l’École de médecine de Harvard basée à l’Hôpital général du Massachusetts a mis en lumière les mécanismes du cerveau impliqués dans ce comportement. “Les résultats démontrent que, contrairement à ce qui a été pensé, cette attitude n’est pas due à un manque d’intérêt personnel ou d’indifférence de la part des personnes atteintes d’autisme”, a déclaré Nouchine Hadjikhani, professeur associé en radiologie à l’hôpital Massachusetts General et auteur correspondant du nouvelle étude. Références :

Le ballon émotionnel - S Comm C, le blog Chose promise, chose dûe, voici un article explicatif sur les émotions. Le ballon émotionnel Représentez-vous quelque chose qui vous fait très très envie et auquel vous n’avez pas souvent accès : un gâteau bien spécifique préparé dans la seule et unique boulangerie de votre enfance, un plat dégusté uniquement sur votre lieu de vacances, … N’importe quoi que vous aimez beaucoup et donc l’accès vous est plutôt rare, soit que vous ne puissiez pas le manger souvent, soit que vous soyiez au régime par exemple. Neurosciences L’évolution particulière de sapiens en comparaison avec son cousin le chimpanzé Par Alain Prochiantz de l’Académie des sciences, dans le cadre du colloque Naissance, émergence et manifestations de la conscience (2/6) « Regard sur l’homme contemporain », session de colloques interdisciplinaires, poursuit sa réflexion autour de la naissance, l’émergence et la manifestation de la conscience sous ses aspects physique, neurobiologique, anthropologique et paléontologique. Canal Académie retransmet les interventions du 5 décembre 2012 et vous propose de retrouver ici la communication d’Alain Prochiantz professeur au Collège de France, membre de l’Académie des sciences, autour de l’évolution de notre cortex en comparaison avec celui de notre cousin le chimpanzé. Alain Prochiantz : « la recherche reste un jeu, malgré mon accident de parcours »

Neuroéducation – MathemaTICEs.be La théorie de la charge cognitive a émis un certain nombre de recommandations concernant des techniques d’enseignement directement transférables à la classe. Effet d’exemple travaillé Un «exemple travaillé» est un problème qui a déjà été résolu par l’enseignant et présenté à l’apprenant, chaque étape étant entièrement expliquée et clairement montrée. L’«Effet d’exemple travaillé» montre que les apprenants, qui reçoivent des exemples travaillés pour étudier, ont un meilleur rendement lors des tests ultérieurs que les apprenants qui sont tenus de résoudre eux-mêmes des problèmes équivalents (Carroll 1994; Cooper & Sweller 1987; Sweller & Cooper 1985). Les clés pour mieux mémoriser Le gros problème de la mémoire ? C’est qu’elle oublie ! Le cerveau efface en permanence les informations dont il n’a plus l’utilité. Mais les neurosciences et les nombreuses recherches sur le sujet nous permettent aujourd’hui de savoir comment consolider notre mémoire à long terme. Apprendre oui, mais en connaissant le fonctionnement de son cerveau, c’est encore mieux ! Dans cet article, on vous donne la recette pour mieux mémoriser.

Dans cette vidéo, sont présentés les neurones moteurs, neurones responsables de nos mouvements. Des scientifiques italiens ont fait une découverte après une expérience sur des singes. Lorsqu'ils regardent quelqu'un agir, leurs propres neurones agissent également comme s’ils faisaient eux-mêmes le même mouvement. les scientifiques ont appelé cela les neurones miroirs. Se mettre inconsciemment à la place de l’autre et ainsi se regarder en lui comme dans un miroir pour mieux le comprendre. Cette vidéo nous a permis de réaliser le caractère parfois inconscient de l’empathie. by zoze1 Nov 27

Related: