background preloader

Comprendre les interfaces de programmation

Comprendre les interfaces de programmation
Par Hubert Guillaud le 24/06/11 | 6 commentaires | 5,907 lectures | Impression Les interfaces de programmation permettent à des services de s’échanger des données entre eux. Elles peuvent permettre à un site web d’utiliser le moteur de reconnaissance d’image d’une autre société pour l’intégrer à son service de stockage d’image par exemple ou à une librairie en ligne de publier sur votre profil Facebook ou Twitter le livre que vous venez de lui acheter. Stade suprême de l’intégration des services ou porte ouverte à la publicisation sans contrôle de soi, les API ont un rôle de plus en plus important dans le web d’aujourd’hui. Pour mieux comprendre le rôle et le fonctionnement des interfaces de programmation (API pour Application Programming Interface), le mieux est de le demander à des gens qui les utilisent. InternetActu.net : Qu’est-ce qu’une API, concrètement ? Karl Dubost : Une API est une interface. Selon les services Web, les API offrent un certain nombre de fonctionnalités. Related:  fonctionnement

MIT 6.00 Introduction to Computer Science and Programming, Fall 2008 : MIT OpenCourseWare Comprendre Facebook (2/3) : Facebook, technologie relationnelle La caractéristique principale du web social, dont Facebook est l’emblème, est de lier les activités des gens sur internet. Facebook n’est pas un trombinoscope ou un annuaire comme on l’entend souvent, car s’il n’était que cela, il ne permettrait pas d’action, autre que la présentation de profils. Les profils ne sont qu’une porte d’entrée : c’est l’activité communicationnelle qui fait média. Qu’est-ce qu’un média social ? Pour comprendre ce qu’est un média social, il faut en revenir à ce qu’est un média, « un support de diffusion massive de l’information ». « Les médias sociaux sont des médias pour l’interaction sociale », explique la version anglaise de la définition de Wikipédia : « C’est l’usage de technologies web ou mobile pour transformer les communications en dialogue interactif ». Image issue du bêtisier des captures d’écrans de Facebook, Zéros Sociaux. La précision est d’importance. Nous sommes entrés dans l’ère des plateformes sociales Et surtout, nul n’en a la même vision.

Comprendre Facebook (3/3) : L’internet des API, le web des applications Pour les 500 millions d’utilisateurs de Facebook il semble n’y avoir qu’une manière d’accéder à Facebook : celle de se connecter sur le réseau social pour consulter son mur d’activité (le « NewsFeed »). Pourtant, via Facebook Connect, on a déjà vu qu’il y en avait une autre, distante, permettant d’interagir avec les services de Facebook depuis d’autres sites. Il y en a encore une autre, réservée aux services informatiques des sites qui utilisent Facebook. Car derrière tous les systèmes fermés que d’aucun dénoncent à grands cris, il y a avant tout des systèmes informatiques qui discutent entre eux, il y a des systèmes « ouverts » (souvent gratuits plus que payants, sauf si on dépasse un certain niveau ou volume d’utilisation des données accessibles). « Ouverts » à tout le moins aux systèmes techniques, plutôt qu’aux seuls utilisateurs. Qu’est-ce qu’une interface de programmation ? Image : la croissance du nombre d’API disponibles et de leur utilisation par Programmable Web.

Le Social Reader de Facebook pour les nuls n’oubliez pas de me suivre :@mattintouch sur twitter ou de me contacter pour plus d’informations (matt(at)stefani.fr) Depuis quelques mois, nous voyons apparaître ce type d’informations dans notre flux d’actualité Facebook : Ce sont des notifications de lectures de nos amis, des articles que nous aimerons probablement également si nous partageons les mêmes centres d’intérêts (ce qui est, faut-il le dire, assez fréquent). Ces notifications utilisent la fonction “read” de Facebook, sortie en Septembre 2011. Cette fonction « lire » fait partie des Facebook Actions ou “Gestures”, qui permettent d’utiliser d’autres verbes que le traditionnel « machin aime truc ». Un grand nombre de médias nationaux vont sortir cette fonctionnalité dans les prochains jours et les prochaines semaines. comment ça marche? Pour qu’un article apparaisse dans ce flux, il faut quelques conditions préalables : Quel est l’intérêt? Pour un média, le principal intérêt est la dissémination de contenu. 1- L’intégration

Les prochaines fonctionnalités prévues par Facebook pour le Community Manager Cette semaine, je souhaiterais faire un petit récapitulatif des prochaines fonctionnalités que Facebook compte apporter pour ces prochaines semaines. Du simple bouton à la chasse aux faux likes, le premier réseau social de France nous prépare quelques nouveautés assez intéressantes. 1) La chasse aux faux likes Facebook a récemment annoncé qu’il allait très bientôt procéder à une chasse aux faux « J’aime » des Fans Page. Concrètement, cela signifie que tous les likes obtenus par des moyens frauduleux tels que l’achat de fans seront purement et simplement supprimés, ce qui peut entraîner une perte numéraire significative pour celles et ceux qui ont eu recours à ce procédé peu scrupuleux et surtout peu social. Plus précisément, voici l’avis de Facebook (traduit) sur le sujet : « Nous n’avons jamais permis et ne permettrons jamais de pouvoir acheter des fans, car nous voulons que les internautes se connectent uniquement avec les pages qu’ils ont choisis.

Les neuf travaux de facebook XEnvoyer cet article par e-mail Les neuf travaux de facebook Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Fermer Business model Vous avez dit rentable ? Le champion du social sur le Net vit des moments délicats. Cela devait être le point d’orgue de son époustouflante success story. Quel désenchantement ! “Il y a quelques mois, Facebook était encensé pour ses 100 milliards de dollars de valorisation en Bourse. Un champion de l’audience Ce violent revers boursier fait glisser le groupe dans une sérieuse zone de turbulence, certes. Difficile en effet de péricliter quand on propose un service universellement recherché. Précoce, Facebook a identifié un nouvel usage sur Internet : la mise en relation d’individus qui en fait un outil social de première grandeur. 1. Il y a urgence actuellement. 2. De nouveaux formats sont présentés. Pour les agences, la plateforme est légitime pour la publicité à la performance – les liens sponsorisés -, comme sur le branding, les campagnes de marque. 3. 4. 5. 6.

Notre problème avec Facebook est un problème de topologie. Interviewé par l'AFP au sujet de la fameuse "affaire des statuts privés devenus publics mais en fait non ou alors peut-être que si mais en fait personne a vraiment pris le temps de vérifier", le résultat est lisible ici ou là. Verbatim. Je reproduis ci-après le verbatim complet de l'échange de mails qui a servi de base à cette dépêche : Que cette fuite de messages privés sur Facebook soit avérée ou pas, les premières rumeurs se sont répandues comme une trainée de poudre et en quelques heures le web a été saturé d'inombrables témoignages d'utilisateurs, affirmant être eux aussi victimes du problème. La démocratisation des réseaux sociaux et la large place qu'ils occupent dans nos vies rendent-ils ce genre de réaction inévitable ? Et j'en profite pour développer un peu. Chaque changement d'interface de Facebook (récemment le passage à la Timeline) équivaut pour l'usager à un errance cognitive semblable à celle qui marque le passage d'une chambre à air à une tasse à café. Attendre encore.

Reconnaissance faciale: Facedeals, la caméra qui identifie les clients grâce à leur photos Facebook FACEBOOK – Être reconnu à l'entrée d'un commerce par un système de reconnaissance faciale qui utilise vos photos Facebook, ça vous tente? Le concept semble effrayant, même s'il a été imaginé pour récompenser la fidélité des clients. L'idée a germé au sein d'une jeune agence de publicité, basée à Nashville aux Etats-Unis. Pour sa première utilisation, la caméra baptisée Facedeals a été installée à l'entrée d'un bar. "Des offres spécialisées peuvent arriver sur votre smartphone dans tous les commerces participants – tout ce que vous avez à faire, c'est montrer votre visage", incite l'entreprise sur son site internet. » Regardez la vidéo de présentation de Facedeals: Dès le début de sa présentation, Redpepper explique que son projet n'a aucun lien avec Facebook. Cette application sort au moment où le réseau social aux 955 millions d'amis tente de se faire discret sur la question de la reconnaissance faciale.

Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse 29 octobre 2012 LD97 réactions Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que reluisant des données personnelles, vient de franchir un nouveau cap d’indécence. Lisez bien ce qui suit, car cela vous concerne, que vous soyez un utilisateur simple ou un communicant, dans votre droit à parler et à être entendu sur le premier réseau social mondial. Autrefois (il y a un an), quand vous postiez une nouvelle sur votre mur ou votre page (« Je me suis marié ! Sauf que non. L’équation – calculée par Dangerous Minds dans cet article, sur lequel se fonde le présent billet et dont je ne fais que reprendre les conclusions – est d’une terrible et scandaleuse simplicité. Soit, payez pour parler à vos amis, vos clients, vos lecteurs, votre famille – ce que vous êtes censé faire naturellement sur un outil comme Facebook. Plus que ridicule : scandaleux, une véritable prise d’otage, un racket parfaitement mafieux. « Facebook, est gratuit et le sera toujours » ?

Facebook pours $4M into lobbying efforts Facebook's aggressive lobbying push is a sign of the company's expanding footprint in Washington as it responds to questioning from lawmakers and regulators on how it protects its users' personal information. The company is still a relatively young player on the scene, having filed its first lobbying disclosure form in 2009. In the fourth quarter, Facebook lobbied lawmakers and federal agencies on a range of online privacy issues, such as protecting children's safety online and "Do Not Track" privacy policies, as well as high-skilled immigration reform, international regulation of software companies, cybersecurity and educating lawmakers on online advertising. Facebook also lobbied on issues regarding restrictions on Web access in foreign countries and protecting freedom of expression online. — Brendan Sasso contributed to this report

Related: