background preloader

Comprendre les interfaces de programmation

Comprendre les interfaces de programmation
Par Hubert Guillaud le 24/06/11 | 6 commentaires | 5,907 lectures | Impression Les interfaces de programmation permettent à des services de s’échanger des données entre eux. Elles peuvent permettre à un site web d’utiliser le moteur de reconnaissance d’image d’une autre société pour l’intégrer à son service de stockage d’image par exemple ou à une librairie en ligne de publier sur votre profil Facebook ou Twitter le livre que vous venez de lui acheter. Stade suprême de l’intégration des services ou porte ouverte à la publicisation sans contrôle de soi, les API ont un rôle de plus en plus important dans le web d’aujourd’hui. Pour mieux comprendre le rôle et le fonctionnement des interfaces de programmation (API pour Application Programming Interface), le mieux est de le demander à des gens qui les utilisent. InternetActu.net : Qu’est-ce qu’une API, concrètement ? Karl Dubost : Une API est une interface. Selon les services Web, les API offrent un certain nombre de fonctionnalités. Related:  fonctionnement

Comprendre Facebook (2/3) : Facebook, technologie relationnelle La caractéristique principale du web social, dont Facebook est l’emblème, est de lier les activités des gens sur internet. Facebook n’est pas un trombinoscope ou un annuaire comme on l’entend souvent, car s’il n’était que cela, il ne permettrait pas d’action, autre que la présentation de profils. Les profils ne sont qu’une porte d’entrée : c’est l’activité communicationnelle qui fait média. Qu’est-ce qu’un média social ? Pour comprendre ce qu’est un média social, il faut en revenir à ce qu’est un média, « un support de diffusion massive de l’information ». « Les médias sociaux sont des médias pour l’interaction sociale », explique la version anglaise de la définition de Wikipédia : « C’est l’usage de technologies web ou mobile pour transformer les communications en dialogue interactif ». Image issue du bêtisier des captures d’écrans de Facebook, Zéros Sociaux. La précision est d’importance. Nous sommes entrés dans l’ère des plateformes sociales Et surtout, nul n’en a la même vision.

RSS : une alternative au Web Par Cyril Fievet le 11/12/03 | 6 commentaires | 6,309 lectures | Impression Pour beaucoup d’internautes, RSS (Really Simple Syndication) se résume à de petites icones oranges qui fleurissent sur les blogs et les sites d’information, et conduisent à des pages indéchiffrables lorsque l’on clique dessus. Pourtant, RSS est très simple d’emploi, et porte en elle les germes d’une véritable révolution, offrant aux utilisateurs un nouveau mode d’accès au contenu du web. Efficace, intelligente et personnalisée, la navigation via RSS est tout simplement, pour certains observateurs, l’avenir du web. Par Cyril Fiévet Sommaire Vraiment Simple La revanche du Push La nouvelle promesse de l’agrégation de contenu Trop beau pour être vrai ? Vraiment Simple RSS (Really Simple Syndication) est un moyen pour extraire d’un site web du contenu régulièrement mis à jour. Au total, il existe plusieurs douzaines de lecteurs RSS disponibles, pour toutes plate-formes, gratuits ou payants. La revanche du Push

Comprendre Facebook (3/3) : L’internet des API, le web des applications Pour les 500 millions d’utilisateurs de Facebook il semble n’y avoir qu’une manière d’accéder à Facebook : celle de se connecter sur le réseau social pour consulter son mur d’activité (le « NewsFeed »). Pourtant, via Facebook Connect, on a déjà vu qu’il y en avait une autre, distante, permettant d’interagir avec les services de Facebook depuis d’autres sites. Il y en a encore une autre, réservée aux services informatiques des sites qui utilisent Facebook. Car derrière tous les systèmes fermés que d’aucun dénoncent à grands cris, il y a avant tout des systèmes informatiques qui discutent entre eux, il y a des systèmes « ouverts » (souvent gratuits plus que payants, sauf si on dépasse un certain niveau ou volume d’utilisation des données accessibles). « Ouverts » à tout le moins aux systèmes techniques, plutôt qu’aux seuls utilisateurs. Qu’est-ce qu’une interface de programmation ? Image : la croissance du nombre d’API disponibles et de leur utilisation par Programmable Web.

Les 'amis' Facebook développent-ils le cerveau? Faites-vous partie de ces utilisateurs de Facebook qui ont des centaines d’amis sur le réseau ? Si c’est le cas, il se pourrait que votre cerveau soit plus « grisé » que la moyenne. C’est le résultat d’une étude publiée mercredi dans le journal Proceedings of the Royal Society B, qui affirme que plus l’on a de contacts sur les sites des réseaux sociaux, plus la matière grise des régions cérébrales liées à la reconnaissance sociale est dense. Les chercheurs ont demandé à 165 étudiants combien ils avaient d’amis sur Facebook, et combien ils en avaient dans la "vraie" vie, puis ils ont réalisé des scanners IRM de leur crâne. En revanche, l’étude n’indique pas si c’est parce que des individus ont plus de matière grise que les autres qu’ils ont un talent à tisser des liens sociaux sur internet, ou si c’est ce trait de caractère qui conduit à la densification de leur cerveau.

technologies du web[1] Le navigateur Le nombre d’actions qu’il est possible d’effectuer à l’aide d’un navigateur Web semble être sans limites : gérer des messageries électroniques, consulter et contribuer au contenu d’une encyclopédie de type wiki, lire et administrer un blog, écouter des radios, regarder la télé, échanger des fichiers, acheter toutes sortes d’objets selon de multiples modalités (enchères, achat immédiat, achat groupé, etc.), réserver des billets d’avion, préparer un itinéraire sur une carte interactive, visiter le Louvre en réalité virtuelle, utiliser un tableur ou un gestionnaire d’images en ligne, etc. Quel rôle joue le navigateur dans ces diverses processus ? Format HTML Eh bien mieux vaut considérer que notre fidèle fureteur n’occupe qu’une place – certes – essentielle mais relativement mineure dans la gestion de ces pages époustouflantes : une simple visionneuse, ni plus ni moins. Les plugins Javascript De plus, tous les navigateurs sont équipés d’un interpréteur Javascript. HTML et CSS

Le Social Reader de Facebook pour les nuls n’oubliez pas de me suivre :@mattintouch sur twitter ou de me contacter pour plus d’informations (matt(at)stefani.fr) Depuis quelques mois, nous voyons apparaître ce type d’informations dans notre flux d’actualité Facebook : Ce sont des notifications de lectures de nos amis, des articles que nous aimerons probablement également si nous partageons les mêmes centres d’intérêts (ce qui est, faut-il le dire, assez fréquent). Ces notifications utilisent la fonction “read” de Facebook, sortie en Septembre 2011. Cette fonction « lire » fait partie des Facebook Actions ou “Gestures”, qui permettent d’utiliser d’autres verbes que le traditionnel « machin aime truc ». Un grand nombre de médias nationaux vont sortir cette fonctionnalité dans les prochains jours et les prochaines semaines. comment ça marche? Pour qu’un article apparaisse dans ce flux, il faut quelques conditions préalables : Quel est l’intérêt? Pour un média, le principal intérêt est la dissémination de contenu. 1- L’intégration

Facebook : la mémoire cachée L'appétit vorace de Facebook pour les données personnelles n'est un secret pour personne. Régulièrement, son estomac numérique gargouille auprès de ses membres pour réclamer son dû. «Donnez-moi votre numéro de mobile, que je puisse renvoyer votre mot de passe en cas d'oubli !» «Expliquez-moi vos opinions politiques, que je puisse mieux cibler mes publicités !» Les découvertes du jeune Max Schrems sont effarantes. «Statut : effacé» «Je ne cherche aucun gain financier ou personnel. Dégainant sa directive 95/46/CE qui garantit un tel droit à tout citoyen européen, Max Schrems écrit à Facebook pour réclamer l'accès à l'ensemble des données le concernant, via un formulaire très bien caché sur le site du réseau. - Facebook connaît bien sûr la liste d'amis liée à un profil, mais conserve également le nom de tous les prétendants refusés. - Même son de cloche du côté des «événements». - Les messages sont sans doute l'aspect le plus scandaleux du dossier. «Shadow profiles»

technologies du web[2] Résumé de l’épisode précédent : une des façons de présenter les innombrables technologies disponibles pour réaliser une page Web, consiste à identifier deux catégories de ressources nettement distinctes l’une de l’autre : d’une part, les ressources locales , gérées par le navigateur ou l’ordinateur de l’utilisateur (HTML+CSS, Javascript, formats pris en charge par des plugins) et, d’autre part, les ressources côté serveur telles que PHP-MySQL . À propos des sites « dynamiques » Nous avons vu que les technologies PHP-MySQL sont généralement définies comme permettant de créer des pages « dynamiques ». Le modèle classique alors étant le suivant : d’une part, on créé quelques gabarits (HTML-CSS) afin de constituer des « pages type » sous forme de modules (home page, page de contenu détaillé, bannière d’en-tête, menus, formulaires, etc.) et, d’autre part, les contenus proprement dits (textes, images, etc.) sont stockés dans une base de données (MySQL). Site dynamique = ressources serveur ?

Les prochaines fonctionnalités prévues par Facebook pour le Community Manager Cette semaine, je souhaiterais faire un petit récapitulatif des prochaines fonctionnalités que Facebook compte apporter pour ces prochaines semaines. Du simple bouton à la chasse aux faux likes, le premier réseau social de France nous prépare quelques nouveautés assez intéressantes. 1) La chasse aux faux likes Facebook a récemment annoncé qu’il allait très bientôt procéder à une chasse aux faux « J’aime » des Fans Page. Concrètement, cela signifie que tous les likes obtenus par des moyens frauduleux tels que l’achat de fans seront purement et simplement supprimés, ce qui peut entraîner une perte numéraire significative pour celles et ceux qui ont eu recours à ce procédé peu scrupuleux et surtout peu social. Plus précisément, voici l’avis de Facebook (traduit) sur le sujet : « Nous n’avons jamais permis et ne permettrons jamais de pouvoir acheter des fans, car nous voulons que les internautes se connectent uniquement avec les pages qu’ils ont choisis.

Comprendre Facebook Facebook a été créé en 2004, par Mark Zuckerberg. Ce site Internet comptera bientôt, à priori, près d'un milliard d'utilisateurs dans le monde... Fédérateur, critiqué, lieu de révolutions Web et sociales, ses enjeux sont considérables, quoi qu'on en pense, pour notre société actuelle. Autant mieux le comprendre, pour mieux l'utiliser (ou pas). On le sait depuis longtemps. Accéder à un service, ne signifie par pour autant savoir l’utiliser, le comprendre, ni même le maîtriser suffisamment pour être capable d’innover, de créer avec. Facebook, réseau social incontournable... © DR Comprendre les médias sociaux et leur fonctionnement social et psychologique comme technique, tel est l’enjeu. Facebook est-il utile ou est-ce un bavardage dénué de sens ? Un dossier réalisé par Hubert Guillaud, rédacteur en chef d'Internet Actu et responsable de la veille à la Fing.

Related: