background preloader

Peut-on apprendre en ligne

Peut-on apprendre en ligne
A TED 2011, Salman Khan est venu présenter la Khan Academy, une collection soigneusement structurée de plus de 2000 vidéos éducatives (voir la présentation vidéo avec sous-titres en français). La Khan Academy connaît un succès notable avec quelques 1 millions de visiteurs par mois qui regardent entre 100 et 200 000 vidéos par jour, souligne son créateur. Salman Khan a commencé incidemment. Analyste financier pour un fonds de pension, il donnait des cours de math à distance à des cousins via l’internet et a décidé de mettre quelques leçons sur YouTube, plus comme complément aux cours qu’il leur donnait qu’autre chose. Ses cousins ont été assez heureux d’avoir moins à le déranger pour accéder aux leçons et de pouvoir les suivre selon leur propre rythme. Le succès aidant, Salman Khan a quitté son travail et fondé une association à but non lucratif, la Khan Academy. Certaines classes pilotes à Los Altos ont remisé leurs manuels pour travailler avec la Khan Academy.

Décrochage scolaire : une nouvelle proposition de loi Accueil > Divers, Réformes en cours > Décrochage scolaire : une nouvelle proposition de loi 180 000 jeunes considérés comme « perdus de vue » par le ministère de l’éducation nationale contre 70 000 dans les années 1990 et 150 000 au milieu des années 2000, le constat du rapport, enregistré à l’Assemblée nationale le 25 mai 2011, fait au nom de la commission des affaires culturelles et de l’éducation sur la proposition de loi visant à lutter contre le décrochage scolaire est sans appel. La situation ne cesse de s’aggraver. La proportion des élèves en échec scolaire grave progresse fortement alors que celle des bons élèves augmente lentement. Et pourtant, les dispositifs mis en place ne manquent pas. La commission n’est toutefois pas parvenue à un accord sur la proposition de loi et c’est l’ensemble du texte qui est rejeté.

Mes trois vitesses Ce texte respecte l'orthographe rectifiée Depuis que j'enseigne... et ça fait longtemps... j'ai toujours eu des difficultés à répondre aux besoins spécifiques de mes élèves les plus faibles. À chaque bulletin, je me rendais compte qu'il y en avait quelques-uns qui passaient sous le radar! En juin dernier, j'ai eu la chance d'assister à des conférences sur la classe inversée à Chicago. 3 AVANT MOI (traduction de Three before me) Le 3 AVANT MOI est une technique que j'utilise en classe. MES ILOTS Pour m'assurer d'être disponible pour les élèves qui ont davantage besoin de moi, j'ai décidé de créer des vitesses d'apprentissage. *ViRéQ = Feuille à compléter lors du visionnement Vi : Visionnement Ré : Résume la notion expliquée sur la vidéo Q : Si tu étais enseignant, quelle question poserais-tu sur cette matière dans un test? Ilot Internet Explorer Des élèves éprouvant des difficultés récurrentes en français et qui souhaitent en finir une fois pour toute avec celles-ci.

Inscrire les langues informatiques dans les programmes scolaires Le Monde.fr | | Par Mehdi Benchoufi (agrégé de mathématiques, président du Club JADE) et Eric Legrandic (agrégé de lettres, professeur au lycée Hoche de Versailles) Le rapport de la mission parlementaire de Jean-Michel Fourgous sur la modernisation de l'école par le numérique remis le 15 février au ministre de l'éducation nationale prévoyait de déployer, dans un exercice de prospective périlleux, le vaste chantier de l'e-éducation. Force est d'apprécier que du long plaidoyer pour transformer et assaisonner notre système éducatif à la sauce numérique, rien n'aura été réellement décidé. Pourtant, l'enjeu est saillant et le retard technologique qu'accuse la France et dont on peut accuser les décideurs publics de l'avoir silencieusement accompagné, est préoccupant. Or l'e-éducation constituerait un fantastique progrès, notamment si l'on développait dès l'école primaire l'enseignement des langues informatiques.

Oser la pédagogie numérique ! Au lieu de stigmatiser une profession compétente et de culpabiliser inutilement les élèves et les parents, ne faudrait-il pas, plutôt, revoir les modèles qui sous-tendent l'apprentissage ? Le Monde.fr | 12.10.2011 à 09h27 • Mis à jour le 12.10.2011 à 11h17 | Par Jean-Michel Fourgous, député-maire d'Elancourt Les mauvaises notes que notre pays engrange depuis de nombreuses années dans les différents classements internationaux ne résultent-elles pas plus de la manière d'enseigner, que de la capacité de nos élèves à apprendre ou encore de la bonne volonté de nos enseignants à vouloir gommer les inégalités ? Au lieu de stigmatiser une profession compétente et de culpabiliser inutilement les élèves et les parents, ne faudrait-il pas, plutôt, revoir les modèles qui sous-tendent l'apprentissage ? La question du socle commun de connaissances et de compétences à maîtriser prend ici toute sa dimension. Mais la question ne peut être déliée de la manière dont il faut s'approprier ce socle commun.

ducation & Formation - Article - Objectif « zéro papier » pour les écoles sud-coréennes Le ministère sud-coréen de l’Éducation, des Sciences et des Technologies a décidé d’allouer 1, 4 milliard d’euros (2,2 billions de Won) de budget pour faire passer les écoles au tout-numérique d’ici à 2015, échéance fixée pour ce programme baptisé « Smart Education ». Chosun Ilbo, le quotidien sud-coréen, a dévoilé le 30 juin 2011 ce projet d’envergure qui s’adresse aux 11 019 écoles et 7 760 220 élèves du primaire et du secondaire et dont les ambitions sont de doter chaque écolier d’une tablet PC, et de supprimer à terme tous les supports papier, d’équiper les établissements de réseaux wifi et mettre en place un système de cloud computing, hébergeant « dans les nuages » toutes les ressources nécessaires. L’annonce ne surprend guère, la société sud-coréenne étant réputée pour ses capacités technologiques et sa culture de l’excellence dans l’éducation. La Corée du Sud, avec ce programme « Smart Education », propose l’expérience la plus poussée dans ce domaine.

Etudier efficacement : réviser à long terme Comment réviser à long terme ? Etre certain de ne rien oublier pour les examens ? De pouvoir me souvenir de ce que j’ai étudié dans deux ans ? La théorie des répétitions espacées nous permet de mémoriser à long terme. Une infographie et quelques explications… Relire, prendre des notes, permet de se souvenir à très court terme. Etudier des volumes importants de matière Mais si vous devez mémoriser un volume important de matières complexes – comme c’est souvent le cas à l’université ou pour les dernières années du secondaire – vous avez besoin d’une méthode plus efficace. La cinquième étape de notre méthode pour étudier efficacement est la révision à long terme. Elle est basée sur la variété des outils et sur la méthode des répétitions espacées. Mieux oublier pour mieux se souvenir La théorie de la répétition espacée postule que nous oublions souvent, que nos souvenirs – qui sont des reconstructions de notre cerveau – sont souvent imparfaits. Espacez les séances dans le temps 1. Qui fait quoi ?

Pourquoi l'éducation tue la créativité et les chances de réussite Mardi 12 juillet 2011 2 12 /07 /Juil /2011 07:45 Une intervention de Ken Robinson dans une conférence TED où il défend la thèse que nos systèmes éducatifs tuent la créativité et ne sont plus adaptés dans le monde dans lequel nous vivons, les arguments développés par Ken avec humour malgré leur gravité : Une conférence qui date de 2006 encore plus d'actualité dans notre monde qui ne cesse d'aller de plus en plus vite : il est vraiment temps que nos systèmes éducatifs donnent la chance à nos enfants de pouvoir s'adapter à cette nouvelle donne en positionnant la créativité au coeur et en ne plus stigmatisant les erreurs permettant de la développer : idem pour nos entreprises qui veulent se développer dans les nouvelles donnes économique et numérique ! Et voici une vidéo animée de RSA qui développe les arguments de Ken : Billets en relation : Partager l'article ! inShare Par Julien Bonnel - Publié dans : Société 4

Les étudiants qui twittent ont de meilleures notes Recevez nos newsletters : Une récente étude américaine affirme que les jeunes s’ouvrent à plus de sujets en fréquentant le réseau de micro blogging. Les professeurs accusent souvent les réseaux sociaux de distraire les jeunes. Dans l’Enseignement supérieur, et contrairement aux idées reçus, Twitter se révèle pourtant un outil efficace pour accroître l’intérêt que portent les étudiants à leurs cours. C’est ce qu’a révélé ce mois-ci une étude publiée par l’université du Michigan. «Les étudiants s’intéressent davantage aux sujets abordés lorsqu’ils en entendent parler sur Twitter ,parce qu’ils sentent que cela est connecté à quelque chose de réel», explique Christina Greenhow, auteur de l’étude. Pour obtenir de tels résultats, les étudiants sont invités à suivre les comptes Twitter des enseignants. Enfin, «les étudiants échangent également beaucoup plus qu’ils ne le feraient au sein de la salle de classe, que ce soit entre eux ou avec leurs camarades» conclut-elle.

ScienceEducation.gov U.S. Department of Energy Connecting teachers and students to free STEM education resources. Launch ScienceEducation.gov The Challenge U.S. Through interagency collaboration initiated by the Department of Energy, ScienceEducation.gov uses open source software in a Web 2.0 platform that invites public participation and increased visibility to open government science, technology, engineering and mathematics (STEM) education resources as never before. The Solution This free, web-based gateway makes searchable 15,000 STEM education resources created by federal agencies or for which agencies have funded investigators to develop content. Development of ScienceEducation.gov has been made possible through the voluntary collaboration of the following: National Aeronautics and Space Administration National Institutes of Health National Oceanic and Atmospheric Administration National Science Digital Library National Science Foundation U.S. The Benefit Additional Details

L'apprentissage conversationnel Et si l'apprentissage tendait à devenir une conversation intelligente et organisée? Les logiques discursives s'invitent de plus en plus dans dans l'acte d'apprendre. Il est possible d'imaginer que les interactions s'enrichissant notamment grâce aux nouvelles technologies, l'art de dialoguer ait des vertus pédagogiques. Il est toujours un philosophe Grec qui nous enseigne que la parole est source de connaissance, que la maieutique et la réthorique sont toujours essentielles. Le premier tient du monologue. Le deuxième tient d'un échange encadré qui admet des réactions. Le troisième concerne les échanges libres en groupe petit ou grand. Le quatrième est relatif d'une conversation avec soi-même. Toutes ces formes constituent des histoires apprenantes dans lesquelles les récits, les enchaînements forment la trame d'une expérience humaine qui nous apprend simultanément sur les phénomènes mais aussi sur nous et sur les autres en situation d'apprentissage.

Le numérique prend place dans les universités Finie l'ère des cours en amphis surpeuplés ? Ces dernières années, les universités ont redoublé d'efforts pour se mettre à l'heure du numérique. Une impulsion qu'a accentué Valérie Pécresse en lançant à l'été 2009 son plan numérique dans le sillage du rapport Isaac qui avait soulevé en 2008 les nombreux obstacles persistants à l'avènement d'une "société de la connaissance en réseau". Grâce au plan de relance, 16 millions d'euros ont alors été débloqués pour permettre aux 83 universités françaises de faire "un bond en avant" et devenir des "lieux high tech" en complétant leur couverture Wi-Fi et en développant la diffusion des cours en podcast. "Il est vrai que la France était vraiment en retard, ne serait-ce qu par rapport à ses voisins allemands et suisse. 30.000 heures de cours en podcast Pratiques innovantes

Related: