background preloader

Vertus démocratiques de l’Internet

Vertus démocratiques de l’Internet
Ce texte est issu d’une présentation à la table ronde « Internet et renouveau démocratique » (avec Daniel Bougnoux et Patrice Flichy), animée par Caroline Broué au forum « Réinventer la démocratie » (organisé par La République des idées à Grenoble le 9 mai 2009). À la question de la place d’Internet dans le renouvellement des figures de la démocratie, beaucoup de réponses très diverses et contradictoires peuvent être apportées. Car, à considérer Internet comme un tout, à la fois objet technique, média, espace public, support ou instrument politique, on prend le risque de fondre ensemble des choses si différentes que toute généralisation glisse sur cet improbable objet, sans parvenir à le spécifier. Je voudrais cependant prendre ce risque en avançant, sans beaucoup de précautions, six propositions relatives à l’expérience de la démocratie sur Internet. Les six vertus politiques d’Internet 1. L’exclusion des immobiles 2. La dépolitisation narcissique 3. La fin de la vie privée 4.

http://www.laviedesidees.fr/Vertus-democratiques-de-l-Internet.html

Related:  Démarches pédagogiquesInternet démocratieLe politique

Quand on fait de la science, on fait bien autre chose ! Mot de passe oublié? Accueil du site > FORMATION > Analyses > Quand on fait de la science, on fait bien autre chose ! par Murielle Szac (son site) mercredi 17 août 2011 - Internet, un outil de la démocratie Depuis qu’internet commence à se diffuser dans le grand public, une controverse réapparaît régulièrement : ce nouveau dispositif de communication favorise-t-il le débat démocratique ? Cette discussion a trouvé une nouvelle actualité avec l’apparition des blogs et plus largement des applications du web 2.0 qui permettent à l’internaute de s’exprimer encore plus facilement que précédemment. Internet, contrairement à la radio ou à la télévision, met en situation d’égalité l’émetteur et le récepteur, c’est donc, à première vue, l’outil idéal pour une démocratie participative où le citoyen pourrait intervenir très régulièrement dans le débat public. Je me propose dans ce papier d’examiner comment cette question a d’abord été abordée au démarrage de cette nouvelle technologie, puis dans la période actuelle. Internet reproduit-il la concentration des médias traditionnels ou permet-il à de nouveaux acteurs de prendre la parole ? Agora électronique ou confusion

Les réseaux sociaux et l’échange entre l’homme politique et les internautes : le cas de Facebook après les élections présidentielles en France 1Facebook fait partie d’un nombre croissant de réseaux sociaux sur Internet qui s’emploient à favoriser l’échange entre gouvernants et gouvernés. Il permet d’entériner l’idée, exprimée dès 2000, selon laquelle l’Internet contrarie les efforts accomplis au cours des trente dernières années par les grands partis pour centraliser leur fonctionnement ainsi que pour unifier et professionnaliser leur communication (Vedel 2000 : 28). 2C’est en ce sens que Vedel (ibid. : 30) prédisait que « les réseaux électroniques permettraient de transformer les principes et les mécanismes de la représentation politique dans le sens d’une démocratie directe ».

Le design de la visibilité : un essai de typologie du web 2.0 La manière dont est rendue visible l’identité des personnes sur les sites du web 2.0 constitue l’une des variables les plus pertinentes pour apprécier la diversité des plateformes et des activités relationnelles qui y ont cours. Que montre-t-on de soi aux autres ? Comment sont rendus visibles les liens que l’on a tissés sur les plateformes d’interaction ? Comment ces sites permettent-ils aux visiteurs de retrouver les personnes qu’ils connaissent et d’en découvrir d’autres ? Dominique Cardon, sociologue au laboratoire Sense d’Orange Labs, propose ici une typologie des plateformes relationnelles du web 2.0 qui s’organise autour des différentes dimensions de l’identité numérique et du type de visibilité que chaque plateforme confère au profil de ses membres.

Vers La richesse des réseaux Les Presses universitaires de Lyon viennent de faire paraître la traduction française de La Richesse des réseaux de Yochaï Benkler, ce spécialiste des sciences politiques, professeur à la Harvard University, codirecteur du Centre Berkman pour l’internet et la société. Nous vous proposons à cette occasion de découvrir cet ouvrage, qui fait déjà figure de classique, en publiant sa longue introduction qui à l’avantage de donner un réel aperçu des modalités de l’argumentation de Yochaï Benkler… Pour lui, l’enjeu de la société de l’information repose tout entier sur la transformation du mode de production de l’information, de la communication et de la connaissance. L’émergence de l’économie de l’information en réseau nous permet de faire davantage “pour et par nous-mêmes”. Elle réorganise en profondeur l’espace public et vient contrarier l’hégémonie de la production marchande et propriétaire que nous connaissions dans la sphère de la production du savoir, de l’information et de la culture.

"Pédagogies et apprentissages" » Blog Archivo » Lire me paraît être …. Sabine Kahn, La pédagogie différenciée, de Boeck, 2010. Lire me paraît être la seule activité incontournable qui soit ! Rassure-toi , jeune, je passe aussi des heures devant « l’abrutissement des masses ». Lire, donc, m’a toujours paru la seule activité incontournable, depuis toujours (un toujours qui s’allonge….). TRIBUNE. "Internet et les libertés fondamentales : la démocratie à l'épreuve" Par Benjamin Loveluck Mis à jour le , publié le Benjamin Loveluck est docteur en science politique et chercheur à Télécom ParisTech.

Internet : un bienfait ou un danger pour la démocratie ?  - Médias et démocratie Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Quelques dates clés 1969 : Création par le Département américain de la défense d’un réseau reliant plusieurs gros centres de calcul et des systèmes radio et satellites : Arpanet. Ce serait l’ancêtre d’Internet. La transparence a-t-elle des limites Par Hubert Guillaud le 20/10/09 | 11 commentaires | 11,224 lectures | Impression Dans une très intéressante tribune publiée par The New Republic, l’éminent professeur de droit, Lawrence Lessig, fondateur du Centre pour l’internet et la société à l’école de droit de Stanford, revient sur cette “nouvelle objectivité que constitue la transparence des données”, comme la définissait David Weinberger. Une transparence revivifiée par ce mouvement pour la libération des données publiques dont les projets de la Sunlight Foundation , de data.gov ou de Apps for Democracy sont les nouveaux emblèmes. Mais qu’est-ce que la transparence implique ?

Professeur, comment faire ? – Conseils pour mieux vivre son métier Un livre de « recettes » souvent judicieuses pour enseigner de manière efficace, loin de la simple (ou simpliste) « tenue de classe », par une enseignante expérimentée. Un ouvrage surtout pratique, destiné aux débutants dans le secondaire, écrit par une enseignante expérimentée qui a exercé près de vingt ans en ZEP. L’auteure a choisi de partir de ces nombreuses questions qui se posent tous les jours au professeur : comment retenir l’attention, comment gérer l’hétérogénéité, quels devoirs donner, etc. ? La « tenue de classe », chère à certains, n’est pas l’axe central, car l’essentiel n’est-il pas de mettre les élèves au travail et mieux encore, en situation d’apprendre ?

Internet & Démocratie Dès leur apparition, les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont été vues par un grand nombre d'universitaires, de politiciens ou de militants comme un instrument capable de renforcer la démocratie. A la fois moyen de communication et d'expression, mais aussi outil pédagogique, l'internet semblait pouvoir donner naissance à une nouvelle forme de démocratie "virtuelle" dans un contexte de crise de la démocratie représentative réelle. Qu'en est-il Des formes de démocratie purement virtuelle existent-t-elles et quelles sont leurs Plus encore, ces formes de démocratie virtuelle sont-elles vraiment souhaitables et virtuelle:existence et limites 1)Les Communautés virtuelles Le livre de Howard Rheingold marque le début de l’étude sociologique du réseau, qui peut permettre d’étudier la démocratie qui peut s’y développer.

Related:  Réseaux sociauxLa démocratie Internet / Dominique CardonCMEcrire le web