background preloader

Rendre inaliénables les biens communs, par Ugo Mattei

Rendre inaliénables les biens communs, par Ugo Mattei
Lorsqu’un Etat privatise une voie ferrée, une ligne de transport aérien ou un hôpital, qu’il cède la distribution d’eau potable ou vend des universités, il exproprie la communauté d’une partie de ses biens ; une expropriation symétrique à celle qu’il réalise sur la propriété privée lorsqu’il souhaite construire une route ou tout autre ouvrage public. Dans un processus de privatisation, le gouvernement vend quelque chose qui n’est pas à lui, mais qui appartient proportionnellement à chacun des membres de la communauté, de la même manière que, lorsqu’il saisit un champ pour construire une autoroute, il acquiert par la coercition une propriété qui n’est pas la sienne. Cela revient à dire que toute privatisation décidée par l’autorité publique — représentée par le gouvernement du moment — prive chaque citoyen de sa quote-part du bien commun, comme dans le cas d’une saisine de bien privé. Taille de l’article complet : 2 012 mots. (4) Elinor Ostrom, Gouvernance des biens communs. (6) Carlo M.

http://www.monde-diplomatique.fr/2011/12/MATTEI/47058

Related:  DEMOCRATIESolidaritécontributif

Le capitalisme en crise a besoin d’un conflit militaire majeur Pour Jean-Loup Izambert, journaliste indépendant et écrivain, qui publie son septième ouvrage (1) sous le titre de Pourquoi la crise ? aux éditions Amalthée, la crise du capitalisme est devenue totale. Contrairement aux déclarations de certains économistes et politiciens, il affirme qu’il n’y aura pas de sortie de crise. Pour l’auteur de la seule investigation journalistique sur les origines de la crise(2), le système capitaliste ne peut survivre que par la guerre.

Les biens communs dans la pensée intellectuelle et altermondialiste Les biens communs dans la pensée intellectuelle et altermondialiste Si jusqu’ici, Attac a plutôt employé le terme de biens publics mondiaux (BPM ; parmi lesquels figure l’eau, l’air, la biodiversité, mais aussi le savoir, la santé, l’éducation etc….), on observe l’émergence, un peu partout, de la notion de « biens communs », ainsi qu’un foisonnement de réflexions des mouvements citoyens autour de cette question. Cet atelier faisait le point sur les approches théoriques des biens publics, des biens communs, du « Bien commun ». Dans quelle mesure les biens communs sont-ils un cadre essentiel pour reconstruire les sociétés humaines, articuler le local et le global et conjuguer justice sociale, écologie et démocratie ?

TIRAGE AU SORT : LA DÉMOCRATIE RÉELLE ? Tout a commencé par la découverte d'une idée. C'était il y a quelques mois déjà, chez le camarade blogueur Jérôme bien connu dans notre belle blogosphère. Le concept ne date pas d'hier et n'est pas le fruit d'une bande d'illuminés, mais d'une civilisation mythique : il prend ses sources dans l'antiquité grecque qui a fondé la vie politique de sa cité durant 200 ans sur ce modèle ...

La délégation de services publics / Modes de gestion / Gestion des services / Les infos juridiques Une gestion déléguée des services publics La délégation de service public permet à une personne morale de droit public de confier la gestion d'un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé dont la rémunération est substantiellement liée au résultat d'exploitation du service. Quatre formes de délégations de service public peuvent permettre aux collectivités territoriales de déléguer, à une personne privée, la gestion d'une Maison de services publics ou d'une partie d'un service public. Michel Bauwens : « Uber et Airbnb n’ont rien à voir avec l’économie de partage » Pour ce théoricien de l’économie collaborative, seul le vrai « pair-à-pair » et la culture d’un « bien commun » constituent une réponse à la crise écologique et de civilisation de l’Occident. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Claire Legros (Propos recueillis par) Ancien chef d’entreprise, Michel Bauwens étudie depuis une dizaine d’années l’économie collaborative et ses réseaux qui s’organisent pour créer des outils partagés et mutualiser les savoirs et le travail. Auteur de « Sauver le monde, vers une société post-capitaliste avec le peer-to-peer » (Les Liens qui libèrent), il est l’un des théoriciens des « communs », un modèle économique et politique d’avenir selon lui, et une réponse à la crise écologique et de civilisation liée à la raréfaction des ressources. A condition que l’Etat joue pleinement son rôle de régulateur. Comment analysez-vous la crise que provoque en France l’installation de plateformes telles qu’Uber ?

Préface de Guillemin aux Rêveries de Rousseau La découverte d'Henri Guillemin me dessille, m'ouvre les yeux sur 200 ans d'impostures politiques des Voltairiens, devenus Girondins, devenus Versaillais, devenus Libéraux, devenus Ultra-libéraux ou Néo-conservateurs : TOUS DES RICHES, TOUJOURS TRÈS OCCUPÉS À VOLER LES PAUVRES EN LES FAISANT TRAVAILLER POUR EUX ET EN LEUR RACONTANT "DES HISTOIRES" À LA GLOIRE DES RICHES. Henri Guillemin me rend sensible l'importance d'un philosophe particulier, un philosophe défendant les pauvres : ROUSSEAU, littéralement MARTYRISÉ PAR d'autres philosophes, les Encyclopédistes des prétendues "Lumières", avec à leur tête, le chef des philosophes des riches : VOLTAIRE. Mes professeurs à l'école m'ont conduit à beaucoup sous-estimer Rousseau, en le faisant passer pour fou (paranoïaque) par exemple, ou en réduisant son œuvre à des textes finalement secondaires. Je ne saurais trop vous recommander les deux petites vidéos (une heure en tout) d'Henri Guillemin sur Rousseau : c'est du miel.

Publications de Matthieu Leprince sur Cairn.info ➜Recherche avancée Publications de Matthieu Leprince diffusées sur Cairn.info Articles de revues Superposition des collectivités territoriales, dépenses publiques locales et hétérogénéité spatiale Le cas des villes françaises de plus de 50 000 habitants Habitants, Lieux et Mémoires, le portrait de la Rive Droite par ses habitants. HLM (Habitants, Lieux et Mémoire), un projet de récit collectif du territoire par ses habitants, bientôt en ligne (on croise les doigts) ! Le calendrier a de curieux hasards qui parfois nous forcent à sortir du bois. Cette semaine, en effet, François Lamy, le ministre délégué chargé de la Ville a annoncé la mise en place d’un comité d’experts chargé de plancher sur la mémoire des quartiers populaires.

Vidéos de notre récent échange, à LYON le 5 mai dernier Chers amis, Voici l'enregistrement de notre "échange interactif" du 5 mai 2012 à Lyon (PLAN ET DOCUMENTS DE TRAVAIL annoncés ici). J'ai encore trop parlé, je vous demande pardon : la prochaine fois, je réduirai sensiblement le champ des points à présenter en introduction pour pouvoir être ensuite vraiment interactifs ; on pourra ainsi ne parler, par exemple, que du référendum d'initiative populaire, ou que des médias, ou que de la souveraineté monétaire, etc. Bon, mais ce qui est particulier dans cette soirée, c'est d'être entrés quand même en détail dans cette liste de points précis que je vous annonçais ici, points qui devraient tous, selon moi, figurer dans une Constitution digne de ce nom. Voici donc les cinq parties de cette soirée passée ensemble :

@l_AdCF « La solidarité territoriale dans les intercommunalités : entre domination et péréquation » Les 28 et 29 juin 2012, un colloque universitaire s’est tenu à Rennes pour conclure le programme « Négocier la solidarité territoriale dans les intercommunalités » (SOLITER), financé par l’Agence nationale pour la recherche. Ces deux journées ont donné lieu à la présentation et à la mise en discussion des résultats de SOLITER, replacés dans les débats sur les motivations et les effets de la coopération intercommunale. Réunissant une vingtaine de chercheurs de laboratoires et de disciplines différentes (économistes, politistes, sociologues, juristes et urbanistes), ce projet visait à faire émerger des régularités dans les conceptions, les discours et les pratiques de solidarité à l’œuvre dans ces gouvernements négociés que sont les intercommunalités.

Habitants, Lieux et Mémoires (HLM) : Le portrait d'un territoire par ses habitants Dans le cadre de la phase d'études du projet PINS - menée par le GIP GPV Rive Droite entre 2009 et 2011 et portant sur l'introduction d'usages numériques et sociaux innovants sur le territoire des communes de Bassens, Lormont, Cenon et Floirac, en Gironde - un certain nombre d'ateliers thématiques de co-construction ont été conduits par la FING (Fédération Internet Nouvelle Génération). Ces ateliers ont tous mis en évidence la nécessité pour les usagers d'un territoire de disposer d'un outil, permettant à la fois de documenter les richesses patrimoniales (passées , présentes et futures) de leur territoire et d'en chronique la vie quotidienne. En deux mots, d'être tout à la fois les historiens et les journalistes de leur lieu de vie. Construite sous une forme encyclopédique, Habitants, Mieux et Mémoires permettra dans un premier temps de recueillir la trace des opérations de collecte de la mémoire des habitants menées dans le cadre de la rénovation urbaine.

Espagne : mais enfin, de quoi s’agit-il ? Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles dans l’union européenne. Aujourd’hui, c’est l’Espagne qui est en cause. Mais les responsables de Bruxelles n’en finissent pas d’être optimistes .... et surtout de continuer à imposer leurs recettes. En illustration, le tonneau des Danaïdes Recherche avancée / Publications / Accueil Le moteur de recherche permet d’afficher les documents qui vous intéressent en fonction de plusieurs critères : Recherche textuelle par terme Recherche par juridiction ou organisme Recherche par date Ces différents critères peuvent être combinés, en particulier la recherche par institution et par date. La base de recherche comprend notamment les rapports de la Cour des comptes depuis 1998, les rapports d'observationsConstatations et critiques formulées par la Cour des comptes ou par une CRTC sur la gestion d’un service, d’une collectivité ou d’un organisme. Les observations sont transmises par voie de rapports d’observations provisoires, puis définitives.

Société contributive... territoires contributifs ? Coordination : Michel Briand (Membre du Conseil National du Numérique) Cette session est articulée autour de trois temps : Personnes et associations, acteurs locaux de cette émergence d'une société contributive Territoires et gouvernance contributive : émergence de réseaux, de projets, de nouvelles modalités de gouvernance Chemins et possibles qui favorisent le croisement de société et de territoires contributifs Pour cette séquence autour de dynamiques en émergence, nous proposons une animation collaborative pour donner à voir, confronter, nommer, et imaginer nos perceptions des approches contributives sur nos territoires dont voici les grandes lignes prévues.

Related: