background preloader

Jean-Claude Michéa - entretien

Jean-Claude Michéa - entretien
Related:  Crise de la démocratie

Jean-Claude Michéa, L’enseignement de l’ignorance. | Réminiscences. On constate de façon évidente le progrès de l’ignorance, à la fois comme défaut de savoir structuré, de capacité théorique élémentaire, et comme manque de sens critique, de jugement moral autonome [1]. Or l’ignorance des élèves ne constitue pas un dysfonctionnement, mais est un élément nécessaire et une condition du développement de nos sociétés modernes. Pour comprendre ceci, il faut réaliser que notre modernité se définit par la systématisation du capitalisme. L’Économie politique veut ordonner la vie humaine de façon purement « rationnelle », sur le modèle de la mécanique newtonienne, à partir de l’hypothèse du Marché autorégulateur. C’est le dogme capital de la doctrine libérale : laissé à lui-même, le Marché nous conduirait au Bonheur. Les réformes veulent donc supprimer tout ce qui lui fait obstacle, dans les lois, et aussi dans les mœurs. Il faut donc (re)faire de l’homme ce qu’il est : un individu parfaitement « libre », c’est-à-dire parfaitement égoïste et ignorant.

UNE « DÉMARCHE CAPITALISTE », par Tigue Billet invité. Son auteur est chirurgien. Le philosophe peut il parler du reste ? La pose d’implants mammaires est une intervention chirurgicale, et à ce titre comporte des risques pour la santé. Les bénéfices et les risques sont discutés au cas par cas et peuvent donner lieu à la réalisation de l’intervention moyennant un prix. Comment est-on passé d’une procédure risquée (pour la santé et pour les conséquences économiques) consignée dans un contrat privé, à une catastrophe sanitaire, sortant du cadre privé et concernant le contribuable ? « Une démarche capitaliste » est une notion qualifiée négativement par l’avocat de la société incriminée quand il dit : « ce n’est pas bien, mais c’est comme ça ». L’expression « c’est comme ça » n’est pas sans rappeler le caractère amoral de l’économie libérale, mais existant et s’imposant cependant comme une évidence. Jean Claude Michéa parle de ce point précis : Jean Claude Michéa La logique libérale Exemple de neutralité libérale : la prostitution

Michéa face à la stratégie Godwin Récemment associé à la galaxie lepéniste par un dossier du "Point", le philosophe Jean-Claude Michéa, auteur d'"Impasse Adam Smith", répond à ses détracteurs et se défend face à la tentative d'annexion de sa pensée antilibérale par l'extrême droite. Jean-Claude Michéa, capture d'écran Youtube Marianne : Un hebdomadaire faisait sa une, il y a quelques semaines, sur les «néocons», vous bombardant comme l'idéologue le plus emblématique d'une véritable lame de fond identitaire, souverainiste et protectionniste, et amalgamant votre nom à celui de Marine Le Pen, soi-disant admirative de vos écrits. Qu'est-ce que cela vous inspire ? Jean-Claude Michéa : N'exagérons rien ! Clemenceau et Staline avaient ouvert la voie - le premier en forgeant, en 1906, la notion de «complot anarcho-monarchiste» et le second, dans les années 30, celui d'«hitléro-trotskisme». J. Tout autre est la critique du libéralisme par les héritiers modernes de l'extrême droite du XIXe siècle. J. Propos recueillis par A.L. Repères

PROJET D’ARTICLE POUR « L’ENCYCLOPÉDIE AU XXIème SIÈCLE » : École (économique) de Chicago, par Bertrand Rouziès-Leonardi École libre du totalitarisme ou école totalitaire de la liberté. – Vous êtes libres de choisir. De quoi vous plaignez-vous ? – Forme une triade horrifique avec l’école ordolibérale allemande et l’école autrichienne. Son directeur le plus connu : feu Milton Friedman, homme de paix que son prénom renvoie en enfer. L’école de Chicago, d’inspiration libérale, se caractérise par de hautes ambitions en matière de liberté. L’école de Chicago est considérée comme la forge du monétarisme, du néolibéralisme et du libertarianisme. Monétarisme, néolibéralisme, libertarianisme. Friedman appartient à la seconde époque de l’école de Chicago, celle inaugurée par la fondation, en 1947, de la Société du Mont-Pèlerin, véritable hélépole lancée contre le mur en construction du projet keynésien de pacification des échanges et contre la redoute bien défendue mais pas encore tout à fait sèche du programme du CNR.

JeanClaude Michéa : L’enseignement de l’ignorance …En ce qui concerne l’Éducation Nationale…je pense qu’elle est, ni plus ni moins, le juste reflet de notre société et que nous sommes TOUS RESPONSABLES de son naufrage : en 1° lieu, bien sûr, l’institution Éducation Nationale qui, depuis des décennies, ne fait que poser des rustines sur une jambe de bois sans, JAMAIS, avoir le courage de s’attaquer aux vrais problèmes…( qui sont, d’ailleurs, souvent carrément niés par pure idéologie ). Les principaux syndicats qui ne représentent qu’eux mêmes et certainement pas les enseignants …( très bonne planque ! ) Les enseignants eux mêmes, bien sûr, qui, souvent, ne maîtrisent que leur matière, ne savent pas la transmettre, et ne se remettent pas en question… En plus ce métier est devenu un métier essentiellement exercé par des femmes…cela ne s’est pas avéré bon pour la profession…c’est un métier où une parité hommes/femmes à peu près respectée s’avèrerait positive . Une trahison de plus…

Jean-Claude Michéa Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Michéa. Jean-Claude Michéa lors d'une réunion du MAUSS à Paris en janvier 2008. Jean-Claude Michéa (né en 1950) est un professeur de philosophie (aujourd'hui à la retraite) et philosophe français, auteur de plusieurs essais consacrés notamment à la pensée et à l'œuvre de George Orwell. Parcours[modifier | modifier le code] Fils d'Abel Michéa, résistant communiste pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean-Claude Michéa passe l'agrégation de philosophie en 1972. Idées[modifier | modifier le code] Participant depuis de nombreuses années à l'entraînement d'adolescents, il a publié un livre sur le football, tout à la fois éloge de ce sport populaire par excellence, et critique de l'industrie footballistique. Il est l'un des principaux introducteurs en France de l'œuvre de l'historien américain Christopher Lasch, dont il a préfacé plusieurs ouvrages dans leur traduction française[9].

Reprise] La gauche, sa vie, son œuvre, par Jean-Claude Michéa Dans son dernier essai, Les Mystères de la gauche, l’auteur de L’Enseignement de l’ignorance et d’Orwell, anarchiste tory explique pourquoi la gauche est le meilleur allié du libéralisme moderne. Vous écrivez que le ralliement de la «gauche officielle» au culte du marché concurrentiel et de la croissance illimitée n’est pas une parenthèse mais «l’aboutissement logique d’un long processus historique» dont le moteur n’est autre que cette métaphysique du Progrès et du «Sens de l’histoire» héritée des Lumières. Le capitalisme est-il selon vous l’enfant des Lumières ? La réponse est donnée par l’histoire ! Loin d’être une idéologie «conservatrice» ou «réactionnaire», le libéralisme économique d’Adam Smith est né au cœur même de la philosophie écossaise des Lumières. Et la plupart des Encyclopédistes (de Voltaire à Turgot) étaient persuadés que le «doux commerce» apporterait au monde entier la paix, la liberté et la prospérité matérielle. Source : claude-rochet.fr

L'accordéon de la philanthropie globale, par Bernard Hours Avec la prolifération des initiatives dites « humanitaires », généreuses, solidaires, s’installe une certaine confusion. Solidarité, aide, charité, urgence humanitaire : de quoi parle-t-on ? Derrière un chantage permanent à l’indifférence à l’égard du malheur d’autrui, ne voit-on pas se dessiner et se développer une vaste entreprise de formatage moral et global ? On peut d’abord souligner la dimension privée et non publique de ces actions et des discours qui les accompagnent. Au XXe siècle, l’Etat dit « providence » met en œuvre des politiques visant à améliorer la vie des citoyens. Un tel phénomène s’interprète dans un cadre idéologique global. Une propagande insidieuse Ce phénomène se révèle analogue dans sa forme à celui des milices qui viennent se substituer à la police dans les quartiers à risque. On comprend alors que les hommes s’indignent plus fréquemment qu’ils ne se révoltent. Le chantage des puissances Des émotions fugaces

Entretien de Jean-Claude Michéa - La Gazette n°595 10-16 sept. 1999 Article paru dans "La Gazette" n°595 du 10 au 16 sept. 1999 Professeur de philosophie au lycée Joffre, Jean-Claude Michéa a retrouvé lundi, une nouvelle classe. Les élèves découvriront un enseignant singulier sérieux et drôle, radical et affectueux. Son dernier livre, "L'enseignement de l'ignorance", est une charge argumentée contre le système Allègre. Peu de temps avant le départ des vacances scolaires, vous avez publié un petit livre décapant : L'enseignement de l'ignorance et ses conditions modernes. Je déteste écrire. Martin s'est employé à me convaincre d'en faire un livre qui dépasserait la question de l'école et s'attaquerait aux problèmes posés par la société moderne elle-même. Quel est le point de départ de votre réflexion ? Depuis une dizaine d'années, les enseignants que je fréquente, et cela quel que soit leur âge, abordent la rentrée avec la certitude que l'année scolaire qui arrive sera pour eux nécessairement plus difficile encore que celle qui vient de s'achever. Tout !

Jean-Claude Michéa Jean-Claude Michéa (né en 1950) est un écrivain et professeur de philosophie français. Les Intellectuels, le Peuple et le Ballon rond, 1998[modifier] Signaler l'intérêt philosophique d'un livre qui célèbre le football a en effet toutes les chances d'apparaître comme une provocation déplacée à une époque où le mépris des sentiments et des passions populaires est devenu un métier et passe pour une vertu. Les intellectuels, le peuple et le ballon rond, Jean-Claude Michéa, éd. Climats, coll. Préface à l'édition française de Culture de masse ou culture populaire de Christopher Lasch, 2001[modifier] Impasse Adam Smith. Impasse Adam Smith, 2002[modifier] Depuis Adam Smith, en effet, l'hypothèse capitaliste — à savoir l'idée que le libre-échange généralisé représente le meilleur fondement possible de l'harmonie sociale — repose sur un pari théorique dont les économistes officiels, à partir des travaux de Léon Walras, s'efforçaient d'obtenir la validation mathématique. Impasse Adam Smith.

La gauche a-t-elle trahi le peuple? - Bibliobs - L'Obs Il y a quelques années encore ces deux hommes n'auraient pas pu se rencontrer. Jacques Julliard serait resté pour Jean-Claude Michéa l'un des intellectuels organiques d'un socialisme renégat, le représentant d'une caste médiatique parisienne chargée de tous les maux, le genre d'incarnation dont l'oeuvre «michéenne» entière appelle en somme à se méfier en toutes circonstances. Ce dernier, Michéa, sur le papier tout aussi peu engageant aux yeux de l'autre, serait demeuré pour Jacques Julliard un ombrageux philosophe montpelliérain, ancien membre du PC aux sympathies prolétariennes obsédantes, chantre d'une classe ouvrière balancée par-dessus bord par le socialisme contemporain, figure à la fois très séduisante et pour lui possiblement suspecte d'un populisme intellectuel voué à une probable expansion en ces temps troublés. Mais la tonalité de l'époque a bien changé, depuis la crise financière de 2008. Aude Lancelin EXTRAIT 1. Mille fois d'accord. Extrait 2. Extrait 3. J. Extrait 4. J.

Moi, adorateur de Jean-Claude Michéa, infiltré à Slate Nous autres, jeanclaudemichéistes, avons repris depuis peu notre patient travail de jeanclaudemichéisation de la sphère médiatique. Il faut dire que le moment est crucial pour nous. Jean-Claude Michéa vient de publier Les mystères de la gauche, de l’idéal des lumières au triomphe du capitalisme absolu, pour approfondir son précédent essai, Le Complexe d’Orphée. Or quand un nouveau volume michéien paraît, nous nous précipitons en librairie en quête des nouvelles sourates michéiennes, qui à chaque fois raffinent un peu plus notre connaissance de l’Œuvre. Nous les postons ensuite sur les réseaux sociaux, les lisons à haute voix à nos amis en soirée ou, pour les plus élevés dans l’ordre michéiste, les plaçons en citation sur notre bio twitter ou sur notre blog. publicité Je vous écris depuis Slate, un site notoirement jeanclaudemichéosceptique, et je ne sais pas encore quel sort me sera réservé après ce texte politique. Jean-Claude Michéa, fais nous mal, car c’est ce que nous aimons ...

SCRIPTOBLOG Détails Catégorie parente: Notes sur oeuvres Catégorie : Politique Écrit par L'équipe Scripto Pour Jean-Claude Michéa, la crise de l’école participe d’une crise plus large, celle de notre société. Michéa commence par rappeler que la dynamique sociale contemporaine est caractérisée par le primat de l’économie politique, qui énonce que pour construire la paix entre les hommes, il faut dissiper tous les obstacles devant le libre jeu du marché. L’histoire des trente dernières années est donc, pour Michéa, l’histoire d’un pari impossible : construire une société qui transmette, alors qu’elle est faite d’individus enfermés dans les catégories de l’économie politique. Une fois qu’on a compris cela, la crise de l’école prend sa vraie signification. La méthode choisie pour encadrer cette humanité en trop sera, toujours si l’on en croit les milieux dirigeants, le tittytainment (Z. Où en est-on de ce programme ? Il faut être connecté pour poster.

La gauche et le peuple de Michéa et Julliard : entre réformisme et révolution L’entreprise de Jean-Claude Michéa et Jacques Julliard s’avère complexe, puisque le philosophe et le journaliste entendent expliquer les raisons du divorce entre la gauche et le peuple. En réalité, l’objectif qu’ils s’étaient initialement promis d’atteindre ne tarde pas à s’éloigner, et leur échange épistolaire s’engage petit à petit dans une direction bien plus ambitieuse, vers un débat sur l’idée même de gauche et sur l’avenir très incertain du politique. Jean-Claude Michéa Chacun des auteurs est connu pour ses positions et entend les faire valoir. Concernant les objectifs, Julliard considère dans le fond que c’est avant tout l’amélioration des conditions de vie qui doit être l’objet principal des luttes de la gauche. Ici, les lecteurs de Michéa ne peuvent s’empêcher de penser à l’expression employée par ce dernier pour désigner ce type de calcul politique, et qui donne son titre à l’un de ses ouvrages : L’empire du moindre mal. Jacques Julliard

Related: