background preloader

Dominique Cardon : Pourquoi l’internet n’a-t-il pas changé la politique

Dominique Cardon : Pourquoi l’internet n’a-t-il pas changé la politique
On ne présente plus Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des usages SENSE d’Orange Labs. Il publie au Seuil, dans la collection « la République des Idées », un petit livre synthétique, stimulant, lucide et informé sur La Démocratie internet. Un ouvrage où il tente de nous expliquer pourquoi le grand soir électronique n’a pas eu lieu. Pourquoi l’internet n’a-t-il pas changé la politique ? InternetActu.net : Depuis l’origine de l’internet, on a beaucoup fantasmé sur la démocratie électronique et son avènement. Dominique Cardon : Elle vient tout droit de son histoire. L’appropriation personnelle, le bidouillage, le do-it-yourself a défini un cadre nouveau pour investir les technologies qui étaient si mal aimées à l’époque en raison de leur connivence avec les pouvoirs militaire et marchand. Ce qui joint ces deux visions, c’est la valorisation de l’autonomie des individus et le refus des contraintes collectives, notamment la méfiance envers les institutions et l’Etat.

Ce que nos technologies révèlent de notre société (et réciproquement) De la société ou de la technologie, laquelle influence l'autre? Telle est la vaste question à laquelle le sociologue Stéphane Hugon a tenté de répondre. Retour sur cette passionnante leçon. Stephane Hugon est sociologue à l’Université Descartes-Sorbonne et à Eranos, une société d’études qualitatives spécialisée les imaginaires sociaux contemporains. Vendredi 4 juin, il animait une conférence au WIF sur les mutations des univers sociaux et technologiques. Une heure de passionnante plongée dans l’inconscient collectif de nos outils techniques. Vendredi matin, Stephan Hugon nous a raconté l’éternelle histoire de la poule et de l’œuf : qui apparaît en premier de l’innovation sociétale ou de l’innovation technologique ? Nos ancêtres se sont-ils mis à construire des cathédrales gothiques parce qu’ils avaient découvert comment construire des monuments d’une hauteur majestueuse ? Autrement dit, est-ce la technique qui détermine le social ? « Avant de penser technique, il faut penser social »

Matières premières minérales : faut-il craindre une pénurie ? A-t-on, en 2013, une idée précise du potentiel minéral de la planète ? Non, étrangement. L’investissement de la puissance publique dans l’exploration minière est faible par rapport à ce qu’il représente pour, par exemple, la recherche spatiale. Ajoutez les budgets de l’Agence spatiale européenne, celui du CNES et celui de la DLR, l’agence spatiale allemande, cela fait au moins cinq milliards d’euros par an. Nos arrière-grands-parents, au début du XXe siècle, consommaient à peine une petite dizaine de métaux différents. Un exemple: la consommation de matières minérales aux Etats-Unis (source: World Resources Institute) Pour ne tomber ni dans la négligence ni dans la paranoïa, comment mesure-t-on le risque de pénurie, ou tout au moins de tensions, et comment faire la différence entre matières premières stratégiques et matières premières critiques ? La matière première est dite critique quand elle est affectée d’un grand nombre de facteurs de risque qu’il faut bien cerner. Bien sûr. Non.

[Exclu] Renaissance Numérique compare les programmes numériques de l’UMP et du PS Présidentielle 2012 : au moment où le numérique devient un sujet pour tous les partis, de premiers clivages politiques apparaissent. par Christine Balagué et Guillaume Buffet, co-présidents de Renaissance Numérique. Le think-tank Renaissance Numérique est en train de suivre in situ l’élaboration du programme numérique pour 2012 des partis politiques qui acceptent de lui ouvrir leurs portes. Il était ainsi représenté par Christine Balagué, sa co-présidente, à l’atelier organisé par le Parti Socialiste à La Cantine le 20 juin dernier et était présent lors du discours sur le numérique de Martine Aubry au « 104 » le 22 juin. Guillaume Buffet, également co-président de Renaissance Numérique, est quant à lui intervenu lors de la convention UMP sur le numérique qui s’est tenue hier à l’auditorium du palais Brongniart. L’occasion pour « RN » de décrypter et comparer les deux approches. Le numérique sur le devant de la scène : un sujet désormais incontournable Le temps a passé. Les grandes lignes

Managers chinois: locaux, mais pas low-cost Dans une récente interview avec le Wall Street Journal, Pierre Cohade, président Asie-Pacifique pour Goodyear, notait que l’enjeu numéro un, en Chine, est “la chasse au CV”. Goodyear n’est pas la seule entreprise concernée: les enquêtes annuelles menées depuis 1999 par la Chambre de Commerce américaine font régulièrement apparaître que la gestion des cadres est le premier défi des entreprises étrangères implantées en Chine. Mais la problématique évolue et elle demande à être affinée. Localiser: pourquoi faire? Les multinationales embauchent depuis longtemps déjà du personnel local quand elles s’implantent sur un nouveau marché, ne serait-ce que pour améliorer leur connaissance de la région. La prise en compte de cette distance culturelle a donc inspiré des changements importants dans les pratiques commerciales des multinationales implantées en Chine, depuis le marketing et la conception du produit jusqu’aux relations avec le gouvernement. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire.

"Révolution numérique" : les 54 propositions des députés Nous publions ci-après le très riche rapport de 366 pages (.pdf) présenté mercredi par les députés Patrick Bloche (PS) et Patrice Verchère (UMP), intitulé : "Révolution numérique et droits de l'individu : pour un citoyen libre et informé". Les deux députés, dont le rapport est cosigné par une vingtaine d'élus à l'Assemblée Nationale dont les célèbres Franck Riester et Muriel Marland-Militello, formulent 54 propositions. Ou plus exactement 54 orientations, puisque "certaines se déclinent en propositions précises ; d'autres déterminent un cap". "Il a paru à la mission d'information que, pour promouvoir les droits de l'individu dans et par le numérique, l'essentiel était d'offrir à chaque " citoyen numérique " la possibilité de choisir en connaissance de cause. Voici en condensé les 54 propositions formulées. Le rapport dans son intégralité :

Les compteurs d’électricité intelligents déjà piratés | {niKo[piK]} Comme d’habitude avec les hackers, il ne faut pas attendre très longtemps pour qu’ils découvrent des failles au sein des nouveaux produits technologiques. Libre à nous après de les acheter ou pas après tout… Mais que se passe-t-il quand d’énormes failles de sécurité sont détectées dans un produit dont l’installation va bientôt être imposée chez tous les Français ? Car le compteur d’électricité intelligent, nommé aussi Linky par ERDF, ou Smart Meter en anglais, vient de montrer les graves problèmes qu’il peut causer pour la vie privée en Allemagne : des Hackers viennent en effet de démontrer qu’il était possible d’intercepter les données transitant entre un compteur d’électricité de nouvelle génération et la compagnie d’électricité. Et si l’on analyse ces données, on peut alors connaître le nombre d’ordinateurs ou de téléviseurs présents dans un domicile (bientôt le contrôle automatique pour le paiement de la redevance ?) Hallucinant n’est-ce pas ? C’est quand qu’on couple ça avec Hadopi ?

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la république : Séance du 22 juin 2011 à 9h30 Suivant l'avis favorable du rapporteur, la Commission adopte l'amendement. Article 11 ter (art. 31 de la loi n° 95-73 du 21 janvier 1995 d'orientation et de programmation de la sécurité et article L. 344-1 du code de la route) : Extension à la Nouvelle-Calédonie du dispositif de contrôle des événements sportifs et culturels et de la faculté d'accès par les agents de police municipales aux informations d'immatriculation des véhicules La Commission adopte l'article 11 ter sans modification. Article 11 quater (art. L. 631-1 du code de l'éducation) Mise en place de la première année commune aux études de santé en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française La Commission adopte l'article 11 quater sans modification. Article 12 : Organisation des élections des membres de l'Assemblée de Guyane et des membres de l'Assemblée de Martinique et entrée en vigueur de la loi L'amendement CL 4 de Mme Sylvia Pinel est retiré. Puis elle adopte l'article 12 modifié. Amendements examinés par la Commission « Art.

Le design, levier d’innovation et de compétitivité ? | Les cafés économiques Nous étions présents, fin mai, à la Cité de la mode et du design pour la 3ème édition des Rendez-vous du Design qui avait pour thème « Design et Territoires ». Lancés en 2013 par le ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique et par la ministre de la Culture et de la Communication, les Rendez-vous du Design ont pour vocation de définir les contours des politiques publiques en faveur du design, avec le concours de l’ensemble des acteurs publics et privés concernés (collectivités territoriales, organismes de promotion du design, agences de design, écoles de design, fédérations professionnelles, pôles de compétitivité, entreprises utilisatrices de design,…). Mémoire en faveur d’une politique nationale de design (Alain Cadix, chargé de la Mission Design) : Ces Rendez-vous du Design #3 ont permis à la Mission Design de faire un état des lieux du développement du design dans les territoires. Et vous, qu’en pensez-vous ? Pour aller plus loin :

La diplomatie digitale s'affirme, actualité Une idée derrière la tech : Le Point La nouvelle, relatée par le journal égyptien Al Arham et traduite par TechCrunch, a vite été relayée sur Internet : un Égyptien du nom de Jamal Ibrahim aurait prénommé sa fille Facebook... S'il faut rester prudent, il semble que le père ait voulu rendre hommage au réseau social dans la destitution de Hosni Moubarak. À l'occasion du Mobile World Congress de Barcelone, le patron de Google Eric Schmidt a, de son côté, félicité Wael Ghonim, un des cadres de l'entreprise au Moyen-Orient. Ce dernier a passé onze jours dans les geôles égyptiennes pour, entre autres, avoir "administré" une page Facebook intitulée "nous sommes tous des Khaled Saïd" du nom d'une victime du régime. Déclinée en français et en anglais, la page avait reçu le soutien de près d'un demi-million de personnes... Ce nouveau pouvoir n'a pas échappé à Barack Obama. Et la France dans tout cela ?

Related: