background preloader

Dominique Cardon : Pourquoi l’internet n’a-t-il pas changé la politique

Dominique Cardon : Pourquoi l’internet n’a-t-il pas changé la politique
On ne présente plus Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des usages SENSE d’Orange Labs. Il publie au Seuil, dans la collection « la République des Idées », un petit livre synthétique, stimulant, lucide et informé sur La Démocratie internet. Un ouvrage où il tente de nous expliquer pourquoi le grand soir électronique n’a pas eu lieu. Pourquoi l’internet n’a-t-il pas changé la politique ? Peut-être parce que la politique sur internet n’est pas là où, par habitude, on va la chercher, suggère-t-il. Voire même parce que les formes représentatives traditionnelles ne sont pas nécessairement solubles dans l’internet. InternetActu.net : Depuis l’origine de l’internet, on a beaucoup fantasmé sur la démocratie électronique et son avènement. Dominique Cardon : Elle vient tout droit de son histoire. Ce qui joint ces deux visions, c’est la valorisation de l’autonomie des individus et le refus des contraintes collectives, notamment la méfiance envers les institutions et l’Etat.

http://www.internetactu.net/2010/10/07/dominique-cardon-pourquoi-linternet-na-t-il-pas-change-la-politique/

Related:  démocratie electronique

Réinventer la démocratie : Internet, nouvel espace démocratique Par Hubert Guillaud le 12/05/09 | 10 commentaires | 14,191 lectures | Impression “Internet : nouvel espace démocratique ?” Caroline Broué, animatrice de Questions d’époque et de Place de la Toile, qui consacrait d’ailleurs sa dernière émission à ce sujet, trouve important qu’on pose cette question dans un colloque comme celui organisé par la République des Idées à Grenoble. Réseaux contre hiérachies, liens faibles contre liens forts Pour le New Yorker, Malcolm Gladwell (blog) a rédigé une brillante mise au point sur les différences entre l’activisme en ligne et l’activisme réel, dans un article intitulé “Petit changement : pourquoi la révolution ne sera pas twittée” où il montre les limites des organisations en réseaux comparés aux structures hiérarchiques classiques. Pour accomplir sa démonstration, Malcolm Gladwell nous plonge dans l’histoire politique des Etats-Unis, pour nous aider à mieux comprendre comment, politiquement, les différences de structuration de la contestation induisent des effets qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Démonstration. Le lundi 1er février 1960, vers 16h30, 4 étudiants étaient assis au comptoir du Woolworth, un bar du centre-ville de Greensboro, en Caroline du Nord. 4 étudiants en première année d’un collège noir à proximité.

Vouloir un web coopératif Par Daniel Kaplan le 27/06/08 | 17 commentaires | 17,522 lectures | Impression En 2006, Time Magazine nous nommait, nous tous, “personnes de l’année“. L’explosion des blogs, des plates-formes de partage d’images, des réseaux sociaux, donnait le sentiment d’une prise d’assaut de l’univers médiatique par son propre public. Mais en page intérieure du numéro de l’année suivante, l’hebdomadaire reproduisait presque la même couverture, avec un autre titre : “Personne de l’année : Eux“, eux les médias, les puissants, les influents. Que s’est-il passé d’une année sur l’autre ? MySpace est devenu un système pour vendre de la musique. Beppe Grillo: comment monter un mouvement politique sur Internet… et avoir des élus ! » Article » OWNI, Digital Journalism Humoriste, Beppe Grillo a initié le Movimento 5 Stelle, mouvement d'initiative citoyenne à travers l'Italie qui, en s'appuyant seulement sur Internet, a déjà fait élire plusieurs représentants. Retrouvez la traduction de cet article et l’ensemble de nos articles en anglais sur ! En quoi consiste il Movimento 5 Stelle (Le mouvement des cinq étoiles) ? Le Movimento 5 stelle est un mouvement né sur Internet, et uniquement sur Internet. Tout est parti des posts que je publiais sur mon blog, à raison d’un part jour, sur toutes sortes de sujets, et que j’invitais les gens à commenter. Au bout d’un moment, j’ai lancé (nous avons lancé plutôt) une plate-forme en s’appuyant sur le service web américain Meet Up.

Le web, plus qu’un bavardage, un vrai lieu «d’interaction politique» Dominique Cardon, chercheur au laboratoire des usages de France Télécom revient pour Nonfiction.fr sur les usages web, battant en brèche les commentaires méprisant pour élever Internet au rang de vrai lieu de débat et d'échange démocratique. Nonfiction.fr : Est-ce que vous pensez que la société de conversation qui s’est développée sur Internet peut s’élever au débat d’idées ? Dominique Cardon- Il faut d’abord s’entendre sur ce que l’on entend par “idée”. Dans l’imaginaire de l’Internet participatif, on a souvent considéré que, par un brusque renversement, tous, amateurs et professionnels, allaient produire de l’information et des idées créatives. Après observation, et avec un peu de recul, on se rend compte que les internautes produisent peu d’informations, au sens où on l’entend dans l’espace médiatique traditionnel. Beaucoup se gaussent, et se rassurent, en se disant qu’il ne s’agit finalement que d’un immense bavardage de commentateurs insatisfaits et obsessionnels.

Internet, nouvel espace démocratique Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages de France Télécom R&D. Ses travaux portent notamment sur les transformations contemporaines de l’espace public, sur les relations entre les usages des nouvelles technologies et les pratiques culturelles et médiatiques. Entretien réalisé lors du Forum « Réinventer la démocratie » qui s’est tenu à Grenoble les 8, 9 et 10 mai 2009.

Mise au point sur les usages des réseaux sociaux et la participation en ligne Marsouin, le Môle armoricain de recherche sur la société et les usages d’internet est une source précieuse d’analyse, d’étude et de cadrage sur les usages d’internet. Jocelyne Trémenbert, responsable de cet observatoire, vient de publier une courte mise au point [1] sur les usages des réseaux sociaux et sur la participation. Juste pour recadrer l’image déformée qu’on en a souvent. Non, nous ne sommes pas tous en permanence derrière nos écrans et si nous sommes nombreux sur les réseaux sociaux, nous sommes loin d’y être connectés en permanence. La démocratie électronique est-elle une illusion ? Très tôt dans son développement, Internet fut identifié comme le signal d’une nouvelle jeunesse pour la démocratie. Les réseaux électroniques furent alors identifiés comme une agora permettant à l’ensemble de la population de participer activement à la vie de la nation. Si le thème de la nouvelle Athènes fut essentiellement développé aux Etats-Unis où il rencontrait le mythe fondateur de la République jeffersonienne, il rencontra aussi en Europe et en France des échos importants.

Si j'avais 100 jours pour faire prendre le virage du 2.0 à l'Etat français, voici ce que je ferais ! Je viens de découvrir ce formidable plan d'action pour le gouvernement australien, afin de le transformer en "gov 2.0". Voici ce que j'ai retenu (et traduit pour vous), et que je conseillerais de faire à tout gouvernement (français) ou parti qui souhaite s'y mettre sérieusement ! C'est assez techno-centré, mais bon, il faut bien commencer:) Je vous joins à la fin de cet article la recommandation intégrale. 1) Pour créer un cadre au gov2.0 - création d'une task force au niveau gouvernemental pour superviser l'implémentation de ces outils gov2.0 et partage des meilleures pratiques sur un wiki inter-ministère

Related:  Démocratie et numériquee-democratie