background preloader

Institut d'Histoire de la Révolution française

Institut d'Histoire de la Révolution française
Institut d'Histoire de la Révolution Française 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris contact général : ihrf[a]univ-paris1.fr Secrétariat de Gestion Marie-Michelle Talis

http://ihrf.univ-paris1.fr/

Related:  Thème 1: Le 18è. Expansions, Lumières et révolutionsBazar temporaire 10Histoire politique françaiseRévolution française et Directoire

La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 Contexte historique La menace d’un complot aristocratique suite à la réunion des états généraux, la nouvelle du renvoi du ministre Necker, le 11 juillet, dénoncé par Camille Desmoulins comme le « tocsin d’une Saint-Barthélemy des patriotes », suscitent une vive émotion dans le peuple parisien, alors que se profile le spectre de la disette et que le roi a massé des troupes autour de Paris. Une milice bourgeoise est constituée en même temps qu’est proclamée une « municipalité insurrectionnelle ». La colère monte et finit par déclencher l’insurrection.

L'élection de 1965 La 1ère élection présidentielle au suffrage universel direct En mars 1962, les accords d'Evian ouvrent la voie à l'indépendance de l'Algérie. Les partisans d'une Algérie française se sentent alors trahis par De Gaulle, qui dans un premier temps, laissaient l'impression de vouloir maintenir la présence française. Dès lors, les activistes de l'OAS, Organisation Armée Secrète, organisation clandestine hostile à l'indépendance de l'Algérie, n'ont plus qu'un seul but : éliminer physiquement De Gaulle. Dans la nuit du 22 Août 1962, la DS de De Gaulle, au rond-point du Petit-Clamart, essuie des tirs de fusils-mitrailleurs. Révolution française Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Signets - Cerimes - Signets Bibliothèque numérique de la Bibliothèque Diderot de Lyon Ouverte depuis janvier 2014, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Diderot de Lyon est un ensemble de premier ordre et destiné à s'accroître de collections patrimoniales numérisées. . Les collections présentées sont issues des collections nationales « éducation » de l’ex-INRP (devenu l’Institut français de l'Éducation, Ifé) et des fonds slaves de l’ENS de Lyon. Elle propose également un service de numérisation à la demande sur des documents issus de ses fonds. Par ailleurs elle permet la consultation sous conditions particulières de thèses électroniques de l’ENS de Lyon.

21 janvier 1793 Régicide C’est dans un article du 21 janvier 1893 paru pour le centenaire de la décapitation du roi dans le quotidien Le Gaulois – journal auquel participèrent nombre de plumes telles que Zola, Barbey d’Aurevilly, Maupassant ou encore Mirbeau, et qui fusionnera en 1929 avec Le Figaro –, que Simon Boubée (1846-1901) retrace une journée du 21 janvier 1793 marquée, selon lui, par un crime dont la France ne sortira pas indemne. Aujourd’hui 21 janvier 1793, s’est commis un des plus grands crimes de l’histoire. Le plus lâche peut-être, et le plus gratuit. Le roi Louis le seizième a été décapité par la hideuse machine du citoyen docteur Guillotin, écrit Boubée. Il fut, avec Henri IV celui de nos Rois qui eut le plus et le mieux le sens du progrès social et le désir du bonheur de son peuple. Henri IV est mort victime de la sanguinaire extravagance d’un fanatique, Louis XVI est mort victime de la cruelle, impitoyable et d’ailleurs absurde politique d’un groupe de sophistes et d’ambitieux agitateurs.

l'avenement du pouvoir gaulliste Pistes & débatsVincent Chambarlhac La trajectoire historiographique de l’Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine (ACHAC) repère la manière dont l’un des segments du postcolonialisme s’amarre au champ scientifique. La stratégie poursuivie par ce collectif se déploie sur deux registres, militants, scientifiques. A l’intersection de ces registres, le postcolonialisme s’ancre dans une séquence actuelle marquée par sa forte politisation. lire la suite

Archives numériques de la Révolution française Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) sont issues d’une collaboration de plusieurs années entre les bibliothèques de l’Université de Stanford et la Bibliothèque nationale de France (BnF), visant à créer une version numérisée des principales sources d’étude de la Révolution française et à les mettre à disposition de la communauté académique internationale. Les Archives s’appuient sur deux sources principales, les Archives parlementaires et un vaste corpus d’images réuni pour la première fois en 1989 et intitulé Images de la Révolution française. Archives parlementaires / Parliamentary archives La Révolution à la poursuite du crime ! Cette exposition virtuelle reprend en partie celle qui a été présentée aux Archives nationales à Paris, hôtel de Soubise, du 18 novembre 2009 au 15 février 2010. Elle consiste en une sélection de pièces extraites des fonds des Archives nationales, et qui font revivre une délinquance ordinaire à Paris que les journées révolutionnaires et les procès politiques ont rejetée dans l’ombre… Présentation de l’exposition par Sylvie Nicolas© Connaissance des Arts

Les réminiscences spartiates dans les discours et la politique de Robespierre de 1789 à Thermidor Les ouvrages sur les lois et les institutions Spartiates sont très nombreux. On peut se contenter de citer le livre, récent et très complet, d’E. LEVY, Sparte, Histoire politique et sociale jusqu’à la conquête romaine, Paris, Seuil, 2003. L’idéalisation de Sparte dans l’Antiquité a été mise en relief dans la remarquable thèse de F. OLLIER, Le mirage spartiate, 2 vol. réunis, Paris, E. De Boccard, Les Belles Lettres, 1933 et 1943.

Archives de la Bastille La prise de la Bastille, dont la chute préfigure celle de la monarchie, est l’un des événements fondateurs de l'image de la République. Ce n’est qu’à partir de 1661, début du règne personnel de Louis XIV, que la forteresse construite sous Charles V, devient cette « Bastille de droit divin », fonctionnant sur le mode de l’arbitraire, du secret et du « bon plaisir » du roi. Afin que règne l’ordre, la Bastille attire et retient en ses murs quiconque s’écarte de la règle politique, religieuse ou sociale édictée par le roi. Près de 6 000 hommes et femmes y ont été enfermés jusqu’en 1789. Sous l'Ancien Régime, amende, bannissement et châtiment corporel sont les peines judiciaires les plus fréquentes.

Chronologie - La révolution française Loin de croire qu’il serait nécessaire de « tout » balayer pour bâtir à neuf, Rousseau au contraire ne cesse de montrer que la vie des corps politiques et des institutions repose sur les mœurs, sur la « loi, gravée dans le cœur des citoyens ». Quand un penseur est persuadé comme il l’est, que les relations sont indissolubles entre politique et éducation, il ne saurait prêcher révolution et guerre civile. Il y a plus : aucune philosophie politique n’est programmatique. Penser la nature du politique ne consiste pas à élaborer des propositions de changements. Or, la notion de contrat social, comme celle de volonté générale, ne désignent aucun phénomène réel, passé ou à venir ; rappelons qu’aucun penseur du « pacte social » à l’âge classique ne songe à une situation primitive qui aurait existé, mais tous cherchent à cerner les principes sur lesquels se fonde toute société politique.

Louis XVI ou le nouvel Henri IV 1Au cours du xviiie siècle, Henri IV devient l’incarnation du monarque rêvé par les philosophes. Il faut sans doute considérer que la Henriade de Voltaire, dont une édition illustrée est publiée en 1728, est à l’origine du phénomène. En frontispice, une gravure de Jean-François de Troy associant Henri IV et Louis XV crée une analogie qui connaîtra un grand succès sous le règne suivant, allant jusqu’à se transformer en poncif sous la Restauration. Bataille de Valmy Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La bataille de Valmy également appelée bataille ou affaire du camp de la Lune[2] est la première victoire décisive de l'armée française pendant les guerres de la Révolution ayant suivi le renversement de la monarchie des Bourbons. Elle eut lieu le 20 septembre 1792 lorsqu'une armée prussienne commandée par le duc de Brunswick essaya de marcher sur Paris. Les généraux François-Christophe Kellermann et Charles-François Dumouriez réussirent à stopper l'avance prussienne près du village de Valmy situé à l'est de Paris, en Champagne-Ardenne.

Related:  A Classer