background preloader

Un thème : révoltes et révolutions au 20e siècle

Facebook Twitter

"Révolution" et "XXe et XXIe s." - Portail Histoire des arts, Culture.fr. Sélectionne toutes les thématiques Cette thématique permet d'aborder les oeuvres d'art à travers les cultures, les sociétés, les civilisations dont elles construisent l'identité et la diversité.

"Révolution" et "XXe et XXIe s." - Portail Histoire des arts, Culture.fr

Cette thématique permet d'aborder les oeuvres d'art à partir des relations qu'elles établissent, implicitement ou explicitement, avec les notions de temps et d'espace. Cette thématique permet d'aborder, dans une perspective politique et sociale, le rapport que les oeuvres d'art entretiennent avec le pouvoir. "Révolte" et "XXe et XXIe s." - Portail Histoire des arts, Cutlure.fr. Sélectionne toutes les thématiques Cette thématique permet d'aborder les oeuvres d'art à travers les cultures, les sociétés, les civilisations dont elles construisent l'identité et la diversité.

"Révolte" et "XXe et XXIe s." - Portail Histoire des arts, Cutlure.fr

Cette thématique permet d'aborder les oeuvres d'art à partir des relations qu'elles établissent, implicitement ou explicitement, avec les notions de temps et d'espace. Dossier "Révolution et révolte aux 19e et 20e siècles" - Musées d'Orléans. La Révolution surréaliste, parcours découverte et pistes pédagogiques. Du 6 mars au 24 juin 2002 Parcours découverte et pistes pédagogiques pour les enseignants Vous trouverez dans ce dossier des propositions de parcours, à exploiter avec vos élèves.

La Révolution surréaliste, parcours découverte et pistes pédagogiques

Cette traversée s’appuie sur des œuvres qui figurent dans l’exposition présentée au Centre Pompidou, et s’oriente selon les thèmes suivants : Quand peinture et poésie se rencontrent : Max Ernst L’intérêt pour la mythologie L’inquiétante étrangeté L’automatisme L’objet surréaliste La ville : le Paris des surréalistes Quand peinture et poésie se rencontrent : Max Ernst L’articulation littérature arts plastiques n’a jamais été aussi serrée que pendant la grande aventure surréaliste. L’œuvre d’Arthur Rimbaud et celle de Lautréamont ainsi que la psychanalyse freudienne, découverte alors récente, sont au cœur de la nouvelle esthétique. Édicule pour la station de métro Porte Dauphine. Hector Guimard, tout jeune architecte, accompagne le lancement de l’Art nouveau en France.

Édicule pour la station de métro Porte Dauphine

Fortement influencé par le Belge Victor Horta, il rompt avec la tradition, utilise le fer et l’acier pour la structure des bâtiments et s’inspire de la nature. En 1889, il doit réaliser les entrées des stations du métro, le tout nouveau mode de transport parisien. La rencontre entre un homme et un transport Ce n’est pas à un inconnu que la Compagnie du chemin de fer parisien (CMP) récemment créée passe commande de bouches de métro originales : à 33 ans, Hector Guimard a déjà construit des immeubles à Paris et créé du mobilier (des meubles uniques) adapté aux espaces qu’il a conçus. Touche-à-tout de génie, Guimard est aussi un précurseur de la standardisation industrielle : il souhaite diffuser le nouvel art, aux antipodes des façades rectilignes des immeubles haussmanniens, à grande échelle. La libellule Ode à la nature. Persepolis. Marji sort d’€™une déception avec Fernando qui s’€™est révélé brusquement homosexuel… – La séquence se situe de 53’10” à 54’43” (soit 1’33”).

Persepolis

Plan 1 – Après avoir conclu que «  l’€™amour est un sentiment petit-bourgeois » mais que «  Life is life « , Marji, apparemment indifférente au monde, s’€™absorbe dans sa lecture, silhouette noire (manteau et cheveux) isolée sur un banc sombre, se détachant sur un fond clair façon sfumato évoquant les brumes de l’€™automne. Elle lève des yeux tristes d’€™épagneul mais ouverts à ce qui se présente : une autre forme noire, en amorce, qui vient refermer le cadre. Plans 2-3 – En contrechamp (point de vue de Marji) apparaît le visage clair, les cheveux blonds, souriant sur un fond de ciel presque blanc, contrastant avec le présage sombre du plan précédent. Plans 3 et 4 – Le sentiment de fête l’€™emporte dans une danse sur fond d’€™étoiles en mouvement.

Plan 8 – Contrechamp sur Marcus regardant vers Marji. Plan 21 – Non ! 100115_dossier-pedagogique-gilles-saussier.pdf. Reza, photographe visionnaire.