background preloader

Charles de Secondat baron de La Brède et de Montesquieu

Charles de Secondat baron de La Brède et de Montesquieu
Écrivain français (château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755). Nom Charles-Louis de Secondat de La Brède, dit Montesquieu. Naissance Le 18 janvier 1689 au château de La Brède, près de Bordeaux. Famille Vieille noblesse provinciale d’origine protestante. Formation Élève au collège oratorien de Juilly (diocèse de Meaux), puis études de droit. Début de sa carrière Membre de l’Académie des sciences de Bordeaux ; ses discours ont un grand succès. Premiers succès Les Lettres persanes, écrites entre 1717 et 1720, première œuvre de Montesquieu, paraissent anonymement en 1721. Publications majeures : L’Esprit des lois, en 1748. Mort Il meurt le 10 février 1755, à Paris. Tradition et modernité Né au milieu du Grand Siècle, disparu avant les années décisives de la bataille encyclopédiste, Montesquieu n'a pas vécu les grands combats des lumières. S'il inaugure un siècle cosmopolite, ce n'est cependant guère dans ses aspects futiles et superficiels. Montesquieu et la science politique Introduction Related:  Lumières

Denis Diderot Écrivain français (Langres 1713-Paris 1784). Connu de son vivant comme le maître d'œuvre de l'Encyclopédie, Denis Diderot exerça, après sa mort, une influence esthétique majeure sur les précurseurs du romantisme. Entre philosophie et littérature, roman et théâtre, il édifia une œuvre riche, complexe, originale, représentative du siècle des Lumières. Sa modernité ressort de son goût pour les idées neuves, de sa curiosité pour les sciences, de la hardiesse de sa pensée – ce qui n'a pas manqué de lui valoir quelques déboires avec les autorités. Il est la figure emblématique de l'écrivain-philosophe. Famille Denis Diderot est né le 5 octobre 1713, de Didier Diderot (1675-1759), maître coutelier, et Angélique Vigneron (1677-1748). Formation Il entre au collège des Jésuites de Langres (Haute-Marne) en 1723. Début de carrière Ses premières publications sont des traductions de l’anglais : Histoire de la Grèce (1743) de Temple Stanyan, Essai sur le mérite et la vertu (1745) de Shaftesbury. 1. 1.1.

Montesquieu Montesquieu en 1728 (peinture anonyme). signature Il voyage ensuite en Europe et séjourne plus d'un an en Angleterre où il observe la monarchie constitutionnelle et parlementaire qui a remplacé la monarchie autocratique. De retour dans son château de La Brède au sud de Bordeaux, il se consacre à ses grands ouvrages qui associent histoire et philosophie politique : Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) et De l'Esprit des lois (1748), dans lequel il développe sa réflexion sur la répartition des fonctions de l'État entre ses différentes composantes, appelée postérieurement « principe de séparation des pouvoirs ». Montesquieu, avec entre autres John Locke, est l'un des penseurs de l'organisation politique et sociale sur lesquels les sociétés modernes et politiquement libérales s'appuient. Biographie[modifier | modifier le code] Il se passionne pour les sciences et mène des expériences scientifiques (anatomie, botanique, physique, etc.).

Jean-Jacques Rousseau Écrivain et philosophe de langue française (Genève 1712-Ermenonville, 1778). Rousseau est un collaborateur de l’Encyclopédie et un philosophe majeur des Lumières françaises. Sa pensée embrasse des domaines variés : critique sociale, théorie politique, morale, théologie, autobiographie ; elle s’exprime dans de nombreux genres : discours, roman, théâtre, traité philosophique, confessions, sans oublier la composition musicale. La réflexion sur la liberté constitue l’unité de cette œuvre singulière et complexe : liberté originelle de l’homme à l’état de nature, liberté du solitaire abîmé dans la rêverie, liberté politique fondée sur le contrat. Quel que soit l’aspect considéré, il s’agit toujours de mettre au jour la liberté, de lutter contre ce qui en nie l’existence et en empêche la compréhension. Famille Jean-Jacques Rousseau est né le 28 juin 1712 à Genève, petite république indépendante ; sa mère, fille d'un pasteur protestant, meurt à sa naissance ; son père est maître horloger. 1. 2.

Lettres persanes - Montesquieu - Synthèse Plan de la fiche sur Les Lettres persanes de Montesquieu : Les Lettres persanes, œuvre épistolaire de Montesquieu publiée en 1721, racontent le voyage à Paris de deux Persans, Usbek et Rica. Leur séjour, qui dure huit années, est pour eux l'occasion d'observer la société et le mode de vie des Français, leurs coutumes, leurs traditions religieuses ou politiques, et d'en faire le rapport à leurs interlocuteurs restés en Perse. Il faudra alors étudier les caractéristiques propres au roman épistolaire, l'aspect critique de l'œuvre, en dernier lieu, on pourra se demander pourquoi Montesquieu passe pour un philosophe du "Siècle des Lumières". Buste de Montesquieu (Vers 1770) Jean-Claude-François-Joseph ROSSET, dit ROSSET père (Saint-Claude, 1706 - 1786) I. Entièrement composées de lettres, Les Lettres persanes ne peuvent cependant pas être qualifiées de roman épistolaire. 1. Usbek et Rica Malgré leur culture commune, on remarquera des différences essentielles dans leur personnalité. 3. II. 1.

Cesare Beccaria, Des délits et des peines (1764) Livre complet à télécharger : Beccaria propose un modèle rationnel de la loi, s’opposant à l’arbitraire et aux privilèges d’exemption. Une grande partie de ses propositions sont motivées par le désir de limiter le pouvoir arbitraire des autorités judiciaires milanaises de l’époque. Il propose que les lois soient d’application automatique, afin de retirer tout pouvoir discrétionnaire aux juges. S’il va trop loin sur ce point, on reconnaîtra cependant la validité du principe libéral qui veut que les règles et les sanctions soient prévisibles, ce que Hayek considère comme une condition nécessaires de la liberté (cf. Quelques principes posés par Beccaria dans Des délits et des peines : Ses arguments sont souvent – mais pas toujours – de nature utilitariste. Beccaria considère les peines – y compris la peine de mort – comme un mal nécessaire, et qu’il s’agit d’appliquer les peines les moins dures possibles pour atteindre l’objectif recherché.

François Marie Arouet dit Voltaire Écrivain français (Paris 1694-Paris 1778). Voltaire, l’un des philosophes des Lumières les plus importants, a connu une vie mouvementée marquée par l’engagement au service de la liberté. Travailleur infatigable et prolixe, il laisse une œuvre considérable et très variée qui touche à tous les domaines, renouvèle le genre historique et donne au conte ses lettres de noblesse. Famille Il est né le 21 novembre 1694 ; son père est notaire et conseiller du roi ; sa mère meurt alors qu’il est âgé de sept ans. Formation Il est placé chez les jésuites du collège Louis-le-Grand (ancien collège de Clermont), puis fait des études à la faculté de droit de Paris. Début de sa carrière À partir de 1715, il fréquente les milieux libertins et les salons littéraires, compose des écrits satiriques qui le conduisent à la Bastille. Premiers succès Rentré en France en 1728, il fait jouer son théâtre ; il triomphe avec sa pièce Zaïre (1732). Tournant de sa carrière Dernière partie de sa carrière 1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4.

Emilie du Châtelet "Institutions de physique" Mme Du Châtelet s’efforce dans cet ouvrage, à l’origine un manuel destiné à son fils, de concilier la physique de Newton avec la métaphysique de Leibniz. Elle exprime une volonté de fonder philosophiquement la science empirique : « L’expérience est le bâton que la nature a donné à nous autres aveugles pour nous conduire dans nos recherches ». Sur ce point, elle s’éloigne de Voltaire avec qui elle a parfait ses connaissances de physique. Les Institutions de « l’astronomique Émilie », publiées en 1740, lui valent une vive polémique avec le secrétaire de l'Académie des sciences. C’est la première controverse scientifique d’envergure entre un homme et une femme.

Rôle et objectifs des philosophes des Lumières - le siècle des lumières AP Ce courant débute en 1715 .Le siècle des Lumières est sans doute le siècle le plus dense, le plus révolutionnaire, dans tous les domaines qui soient : sciences, littérature, arts musicaux, architecturaux, vie en société, économie ... C’est une époque de réflexion et de contestation.Ce siècle a connu les plus grands hommes, les plus grands penseurs, encore très présents aujourd'hui : Voltaire, Rousseau, Diderot, Montesquieu, et tant d'autres! Un philosophe est un Homme qui aime vivre, qui a une liberté de penser, et qui aime la société (genre humain).C'est un homme de dialogue par excellence. III) Leurs rôles et leurs objectifs Les philosophes veulent assurer les droits des individus tels que les ont définis les philosophes des Lumières.Une autre particularité du philosophe, selon Dumarsay, ( grammairien et philosophe français. ) tient à la conception de sa morale : elle est laïque et non religieuse. IV) Dans le domaine social V) Domaine politique VI) Domaine religieux VII) Conclusion

Cesare Beccaria Le marquis Cesare Beccaria publie sous le manteau, à 26 ans, un opuscule voué à une grande célébrité : Des délits et des peines. Homme des Lumières, admirateur de Montesquieu, il pose les principes d'une justice humaine et efficace. Ces principes seront repris dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Ils sont adoptés aujourd'hui par tout État civilisé qui se respecte : présomption d'innocence, peines proportionnées au délit ou au crime, peines modérées mais sûres (pour Beccaria, rien n'est pire qu'une loi sévère mais inappliquée ou inapplicable). « Pour que n'importe quelle peine ne soit pas un acte de violence exercé par un seul ou par plusieurs contre un citoyen, elle doit absolument être publique, prompte, nécessaire, la moins sévère possible dans les circonstances données, proportionnée au délit et déterminée par la loi », écrit-il. À propos de la peine de mort, il affirme : « L'État n'a pas le droit d'enlever la vie.

La Philosophie des Lumières On appelle souvent le 18ème siècle le “siècle de la Raison” ou le “Siècle des Lumières“. C’est parce que le monde occidental a été infléchi par ce groupe informe des Lumières, à la fois philosophie, mouvement culturel et politique, lequel a cherché à instituer la raison dans tous les domaines de l’esprit. Le projet des Lumières est de substituer la raison partout où c’est possible: face à la foi aveugle, à la superstition, au régime autocratique et arbitraire, à la force brute et à la ruse en politique, au poids de la tradition dans les institutions sociales, aux instincts primitifs ou aux sentiments incontrôlés dans les relations et la morale en général. Autrement dit, le projet est de civiliser l’homme et son environnement, en s’appuyant sur la raison humaine. Les pères philosophiques de ce mouvement sont René Descartes et John Locke, les penseurs du 17ème siècle. Les Lumières et l’autodétermination : une philosophie politique

Le siècle des Lumières, dans l'Encylopédie Larousse Mouvement philosophique qui domina le monde des idées en Europe au xviiie s. Le mouvement des Lumières tire son nom de la volonté des philosophes européens du xviiie siècle de combattre les ténèbres de l'ignorance par la diffusion du savoir. L'Encyclopédie, dirigée par Diderot et d'Alembert, est le meilleur symbole de cette volonté de rassembler toutes les connaissances disponibles et de les répandre auprès du public – d’un public éclairé. Ce mouvement, qui connut une intensité plus marquée en France, en Angleterre (sous le nom d'Enlightenment) et en Allemagne (Aufklärung), est né dans un contexte technique, économique et social particulier : ascension de la bourgeoisie, progrès des techniques, progrès de l'organisation de la production et notamment des communications, progrès des sciences souvent appliquées au travail des hommes. 1. On attribue généralement un rôle prééminent à la France dans l'essor de la civilisation européenne du xviiie s. 1.1. Une révolution scientifique 1.2. 2. 2.1.

Lumières (philosophie) Image de couverture de l'interprétation par Voltaire de l'œuvre d'Isaac Newton, Éléments de la philosophie de Newton, mis à la portée de tout le monde (1738). Le manuscrit du philosophe assis, qui traduit l'œuvre de Newton, semble « éclairé » par une « lumière » quasi-divine venant de Newton lui-même, lumière réfléchie par le miroir tenu par une muse, en réalité la traductrice de l'œuvre de Newton, Émilie du Châtelet, maîtresse et collaboratrice de Voltaire. Les Lumières[1] sont un mouvement culturel, philosophique, littéraire et intellectuel qui émerge dans la seconde moitié du XVIIe siècle avec des philosophes comme Spinoza, Locke, Bayle et Newton, avant de se développer dans toute l'Europe, notamment en France, au XVIIIe siècle. Par extension, on a donné à cette période le nom de siècle des Lumières. Par leur engagement contre les oppressions religieuses et politiques, les membres de ce mouvement se voyaient comme une élite avancée œuvrant pour un progrès du monde. — Montesquieu[7]

Related: