background preloader

17 juin 1940 - Maréchal Pétain - "Je fais à la France le don de ma personne" - Armistice

17 juin 1940 - Maréchal Pétain - "Je fais à la France le don de ma personne" - Armistice

http://www.youtube.com/watch?v=s87CKB5E3SQ

Related:  La guerre des ondes pendant la Seconde Guerre mondialeMédias et opinion publiqueL'Etat françaisMédias et crises politiques franceL'Occupation

Jalons Pour l'histoire du temps présent - Radio Paris La véritable Radio Paris, l'une des meilleures radios de France émet jusqu'au 17 juin 1940. L'occupant allemand, qui en a réquisitionné les locaux et le matériel, va usurper ce nom pour en faire, en zone occupée, l'outil principal de sa propagande, dès le 18 juillet 1940. Disposant de moyens financiers importants, cette radio allemande en langue française recrute de nombreux journalistes collaborationnistes et antisémites. Profitant des nombreux concerts et spectacles donnés à Paris, elle joue la confusion avec la radio de Vichy (qui n'est pas au début, autorisée en zone Nord). Radio Paris peut diffuser dans l'Europe entière et l'Afrique du Nord grâce à un émetteur de très forte puissance. Les messages personnels diffusés sur les ondes de la radio de Londres (BBC) permettent de maintenir le contact entre la résistance intérieure et les Alliés.

Etude de cas: le rôle de la presse dans l'affaire Dreyfus (1894-1906) - blog histoire geographie lycée eaubonne THEME 2 : IDEOLOGIES, OPINIONS ET CROYANCES EN EUROPE ET AUX ETATS-UNIS DE LA FIN DU XIXe SIECLE A NOS JOURS. Chapitre 2 : Médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'affaire Dreyfus. Etude de cas: l'affaire Dreyfus (1894-1906), la presse et l'opinion publique au cœur des débats. Rappel de l'affaire Dreyfus :

Introduction, Les années noires 1940-1945 - Pour mémoire - CNDP Plusieurs expressions, qui témoignent de l’évolution de l’historiographie, désignent la période que la France a vécue pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps, on parle de « l’Occupation », mettant ainsi l’accent sur les Allemands, au détriment de l’action du gouvernement du maréchal Pétain. Suite aux travaux de Robert O. Paxton[1], l’expression « la France de Vichy », qui met en valeur les responsabilités françaises, se généralise. Dans ce dossier, nous lui préférerons celle des « années noires », empruntée au titre du livre de Jean Guéhenno [2], parce que, étant plus neutre quant à l’historiographie, elle permet d’en restituer tous les apports.

Introduction du dossier « L'appel du 18 juin 1940 » - Pour mémoire - CNDP Au mois de juin 2010 nous commémorerons le soixante-dixième anniversaire de l’appel du 18 juin prononcé par le général de Gaulle et communément reconnu comme un document patrimonial de notre histoire. Si elle est aussi anniversaire d’une défaite (la bataille de Waterloo) cette date du 18 juin, anniversaire d’un acte fondateur, marque incontestablement l’histoire de la Nation France. Elle crée même sa propre histoire, suffisamment efficiente pour ne pas avoir besoin de rappeler le millésime, ne parle-t-on pas de l’« appel du 18 juin », de l’« Homme du 18 juin » sans autre précision, au point que bon nombre des élèves de nos classes hésitent entre 1939, 1940 et 1944 ? Associée à un homme au parcours à la fois classique et hors du commun, associée à un moment-clef d’un conflit au cours duquel la République la plus longue de l’Histoire de France vacille et se saborde, la date du 18 juin est dès lors teintée d’ambiguïté et de mystère.

Juillet 1943 : Débarquement des alliés en Sicile Lucky LUCIANO En juillet 1943 pour préparer le premier débarquement Allié, les Américains libèrent de leurs prisons des gangsters américains d'origine sicilienne, pour les faire rentrer en contact avec leurs parents de l'île et former des groupes de résistance contre les Fascistes, pour faciliter le débarquement, puis la conquête de la Sicile. Le mafieux Salvatore LUCANIA, (Francky ou Lucky LUCIANO)Condamné aux États-Unis, Salvatore LUCANIA est sorti de prison en 1943 par les Services Secrets américains de l'US Navy pour mettre fin à la grève des Longshormen (dockers) syndiqués du Port de New York qui bloquent l'approvisionnement des troupes américaines en guerre en Europe. Une fois la Sicile sous "contrôle" Allié, des hommes d'honneur autrement dit la Mafia, tous antifascistes convaincus, sont installés à des postes clés du pouvoir provisoire, par les Américains.

Le rôle de la radio, 1940-1944 Le rôle de la radio, 1940-1944 Jean-Louis CRÉMIEUX-BRILHAC (Chef du service de diffusion clandestine au commissariat à l'intérieur à Londres, 1942-1944) Médias et opinion publique dans les grandes crises politiques françaises I. Définitions. A. Opinion publique. Définition des Philosophes des Lumières : l’« opinion publique » par opposition à l’« opinion commune » se définit comme le résultat d’une réflexion conduite par chacun au nom de l’intérêt général. Si l’émergence d’une opinion publique est considérée par les philosophes comme une condition nécessaire de la démocratie, elle doit être cependant éclairée par la raison, c’est-à-dire par les philosophes. Le quotidien d’un Juif sous le IIIe Reich Ce que chacun sait – que Hitler a voulu, imaginé et mis en œuvre un projet de destruction des Juifs d’Europe – était resté dans une large mesure caché aux Juifs eux-mêmes jusqu’à un stade très avancé du processus. Le Führer avait certes été clair dans Mein Kampf, mais la progression délibérément lente et secrète du travail fait en ce sens par son gouvernement a réussi à endormir ses victimes en Allemagne ; tout comme elle a trompé et confondu la plupart des observateurs étrangers. L’universitaire et auteur mineur Victor Klemperer, un Allemand de confession protestante à ses propres yeux (1) mais un Juif à ceux du régime, a vécu et consigné le désastre comme il se déroulait à Dresde. S’il a vite décelé que la monomanie d’Hitler allait détruire le nazisme, il a compris plus lentement que l’anéantissement était son but, et très tard – presque trop tard – qu’il serait lui aussi tué s’il ne se remuait pas un peu.

Le 16 juin 1940 : une république est morte à Bordeaux A Bordeaux, Adrien Marquet (à droite) avec (de gauche à droite) Édouard Herriot, Pierre Laval, Philippe Pétain et le président de la République, Albert Lebrun. (DR) A peine le 70e anniversaire du Débarquement terminé, Jean-François Boulagnon, féru d’histoire, nous ramène à l’une des pires journées de l’histoire de la France. Le dimanche 16 juin 1940, à Bordeaux, le naufrage de la république fut annoncé dans l’indifférence quasi générale… Avec la débâcle militaire, des millions de civils, originaires de Belgique, du Luxembourg, de Lorraine, du Nord et de la région parisienne fuient sur les chemins de l’exode, venant s’ajouter aux réfugiés espagnols arrivés en Gironde depuis 1936, aux émigrés juifs du IIIe Reich internés dans les camps de Bassens et de Libourne, aux évacués de Lorraine accueillis en septembre 1939.

Related: