background preloader

Oubliez Airbnb : l’économie du partage va s’étendre bien au-delà - L'Obs

Oubliez Airbnb : l’économie du partage va s’étendre bien au-delà - L'Obs
Airbnb, qui a révolutionné l’hébergement, approche le million d'"hôtes" (640.000, au dernier décompte) louant leur appartement. La bête noire des taxis, l’application Uber, qui permet à tout le monde de devenir chauffeur, est valorisée 40 milliards de dollars. Les plateformes de financement participatif ("crowdfunding"), comme KissKissBank, explosent. "Pourtant, vous n’avez encore rien vu", lance Jeremiah Owyang, à l'ouverture de la conférence sur l'innovation Le Web. "2015 sera l’année de la foule." Pour ce gourou de l’économie du partage, ou plus précisément "collaborative", de nouveaux acteurs vont bouleverser d’autres secteurs, plutôt inattendus : Santé et bien-être. Et encore : Bannerman vous permet de "louer" des gardes du corps comme une voiture.Un premier rendez-vous avec un inconnu ? En 2014, le secteur de l’économie collaborative a levé 8 milliards de dollars. La présentation complète (en anglais) : Aurélien Viers - @aviers

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20141209.OBS7351/oubliez-airbnb-l-economie-du-partage-va-s-etendre-bien-au-dela.html

Related:  Red-HotVille collectiveEconomie du partageeconomie solidaireEconomie collaborative

Le Bureau Cosmique / Le Blog de Huis Clos Le Bureau Cosmique à sa création. En 2002 débute le chantier de la Courrouze. Peu après l'arrivée des premiers habitants en 2008 est crée le projet CourrouzeAA, porté par le théâtre de l'Aire Libre à St Jacques de la Lande et la MJC Antipode de Cleunay. Voisins de cet espace en mutation, l'équipe du projet qui compte aussi le metteur en scène Benoît Gasnier, veut accompagner la totalité du chantier prévue jusqu'en 2020, de propositions artistiques en lien avec la population. Leur but est de favoriser et facilité les relations entre les futurs habitants de la Courrouze, ceux de Cleunay et de Saint Jacques de la Lande. Ils veulent aussi valoriser les savoir faire, le rôle et la place des ouvriers du chantier, afin que le lieu du travail devienne également un lieu de vie, de partage et de confrontations des expériences.

Vers un mutualisme 2.0 ? L’économie collaborative ressemble à une innovation radicale, directement issue du développement de l’économie numérique. Mais n’est-elle pas une simple réédition du mouvement mutualiste de la fin du XIXe siècle, grâce auxquels les individus ont pu s’entraider et se couvrir mutuellement contre les risques les plus critiques de l’existence ? Ma préface au livre blanc de l’ACSEL sur la sharing economy, paru au début de l’année et disponible en ligne. DÉCLARATION SUR L’OPEN DATA EN FRANCE - Tribune Libre N’hésitez pas à rejoindre (en signant !) la déclaration commune sur l’Open Data initiée par les associations OKFN, Regards Citoyens, CC-Fr et VVL. Conformément aux objectifs de la plupart des acteurs engagés dans le développement d’une politique d’accès libre aux données publiques, nous encourageons les administrations publiques, les collectivités territoriales, les EPCI, les EPIC, les EPST et les syndicats mixtes à adopter les recommandations suivantes qui représentent les conditions minimales pour caractériser une véritable ouverture des données publiques telle que définie et reconnue internationalement par l’ensemble des acteurs de l’Open Data, notamment l’Open Knowledge Foundation au Royaume-Uni ou la Sunlight Foundation aux États-Unis.

Chiffre d'affaires de l'économie collaborative L'économie collaborative Qure représente la consommation collaborative dans le monde ? 20 000 000 000 euros / an Faltazi : Eco-designers Sentir, apprendre, penser, réaliser « Nous avons désormais deux activités bien distinctes. La première est classique puisqu’elle consiste à répondre à des demandes d’industriels, notamment de l’électroménager, en vue de produire de nouvelles gammes d’appareils. Notre seconde activité l’est moins.

"Un âge 2 de l'économie collaborative se dessine" Antonin Léonard au OuiShare Fest (crédit : Consumo Colaborativo / Flickr) We Demain : Le 20 mai, vous inaugurerez à Paris la troisième édition OuiShare Fest. Que nous réserve ce rassemblement des acteurs de l'économie collaborative ? Antonin Léonard : Le programme a été co-construit avec la communauté mondiale de OuiShare, qui nous a soumis plus de 200 contributions. Il est organisé autour de douze grandes questions, telles que "économie collaborative et développement durable", "travailler avec des robots"... 100 sites pour consommer sans posséder Voici une première tentative (à ma connaissance) de création d’une liste d’initiatives françaises (ou ayant des activités en France) sur la consommation collaborative (voir la définition au bas de cet article). Dans cette liste, le parti pris a été d’indiquer les initiatives relevant des formes nouvelles d’échange entre particuliers (partage, troc, échange, location) ainsi que les nouveaux styles de vie collaboratifs (crowdfunding, coworking, colunching ...) mais aussi des initiatives se situant aux limites du sujet mais qui méritaient d’être mises en avant pour l’innovation sociale qu’elles représentent. N’hésitez pas à apporter vos contributions à cette liste collaborative !

Qu’est-ce qu’un Living Lab ? Guide exhaustif A côté des fablabs, les living labs essaiment en France et dans le monde. Le living lab est un lieu partagé pluriel dans son approche et dans sa forme : « il regroupe des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, dans l’objectif de tester « grandeur nature » des services, des outils ou des usages nouveaux. Il s’agit de sortir la recherche des laboratoires pour la faire descendre dans la vie de tous les jours, en ayant souvent une vue stratégique sur les usages potentiels de ces technologies (…) Il s’agit de favoriser l’innovation ouverte, partager les réseaux et impliquer les utilisateurs dès le début de la conception. » Le crowdfunding s'attaque à la promotion immobilière Knowledge@Wharton – Dan Miller, vous êtes co-fondateur et président de Fundrise, une entreprise de crowdsourcing spécialisée dans l’immobilier. Il s’agit d’une idée relativement nouvelle. Pouvez-vous nous dire comment cela fonctionne et comment vous vous êtes engagé dans cette voie? Dan Miller – Mon frère et moi avons lancé Fundrise en 2010. Au départ, nous avons développé cette plateforme pour financer nos propres opérations immobilières, l’achat et le développement de biens à Washington, D.C.

Notre sélection de sites internet pour recycler vos cadeaux de Noël Revendre les cadeaux qui nous ont déçus sur Internet, la dinde de Noël à peine digérée, est devenu un réflexe pour nombre d’entre nous. Juste après les fêtes, les panneaux publicitaires qui vous incitant à le faire fleurissent d’ailleurs dans le métro. C’est ainsi que les sites de ventes aux enchères sont pris d’assaut à cette période de l’année, à tel point que faire des affaires est plus difficile qu’auparavant. Cette année, j’ai décidé de contourner ce problème en me débarrassant de quelques présents de manière originale, écologique ou solidaire. Une mission loin d’être impossible si l’on connaît les bonnes adresses ! Revendre, troquer…

Blog écologique: Je suis une femme écolo, mais... Pour débuter cette reprise des articles sur le blog, j'ai pris le parti de faire écho au dernier article publié en juillet "Pourquoi je ne ferai pas de gommage avec du sable ?", en écrivant à nouveau un article de réflexion. Qu'est-ce qu'être une "écolo" ? Bien souvent, les clichés et idées reçus priment, mais surtout, à travers ce blog, je suis consciente de ne montrer qu'une certaine image de moi-même. Je pense que certains lecteurs idéalisent notre quotidien. Or personne n'est parfait même dans ce qu'il prône, la preuve...

Économie du partage: n'achetez plus, louez! L’économie mondiale du partage brasserait annuellement 26 milliards de dollars, selon une estimation de l'experte en économie collaborative Rachel Botsman. Déjà une multitude de services en ligne existent afin de donner accès à toutes sortes d’articles sans qu'on ait à les acheter. Entre 6 000 et 7 000 $, c’est la valeur d’achat d’objets peu utilisés qui dorment dans les placards des Québécois, selon le site de location entre particuliers Maxloc. Des milliers de perceuses ou de skis prennent la poussière et ne sont pas rentabilisés par leurs propriétaires. Pour remédier à ce gaspillage de ressources, des sites de location entre particuliers ont donc été créés au Québec. Dans la section « objets insolites » du site, on trouve à louer un cadenas, un hélicoptère télécommandé et même une agrafeuse, offerte à 1 $ par jour.

Related:  Economie