background preloader

Philippe Quéau : CyberTerre et Noosphère

Philippe Quéau : CyberTerre et Noosphère
L'intelligibilité va avec l'immatérialité. Thomas d'Aquin Il faut se rendre à l'évidence: nous vivons un véritable Cyber-Bang, aux conséquences imprévisibles. Tous les ingrédients d'une révolution radicale sont désormais réunis: la communication instantanée et ubiquitaire d'informations à haute valeur ajoutée, la réplicabilité infinie des images et des sons pour un coût de plus en plus bas, des interfaces de cyber-navigation de plus en plus souples et inventives, alliant la réalité virtuelle, les imageries 3D interactives et les réseaux, des terminaux de plus en plus puissants et "intelligents", à prix cassés. A. 1. "Un mot est encore l'homme, deux mots sont déjà l'abîme" - dit Roberto Juarroz. Il y a cependant une différence radicale entre le langage naturel et la formalisation mathématique: les mathématiques favorisent l'induction et la généralisation. La première va du visible au visible, la seconde va du visible à l'invisible. 2. 3. 4. B. 1. 2. Related:  NoosphereConscience Collective - inconscient Collectifphilippeaudic

La Noosphère. Internet a-t-il de l’esprit? La Noosphere est un concept développé par Teilhard de Chardin, un philosophe/théologien/scientifique du début du XXeme siecle. Théorie vaguement délirante développée il y a près d’un siècle, elle connaît aujourd’hui un deuxième souffle avec le développement d’internet. Pour T. de Chardin, la noosphère est une enveloppe invisible qui recouvre la terre, comme la lithosphère, et qui contient une foule d’informations ainsi que les pensées des humains vivant sur terre. Pleine des inconscients des hommes, elle est une sorte d’esprit humain global. La notion de noosphère, un peu endormie depuis cent ans, a connu un nouveau souffle avec l’invention d’internet. On pourrait ainsi voir les sites comme des neurones et leurs liens comme des axones. Internet permettrait selon cette perspective à la pensée de toute l’humanité d’être connectée (à ce propos cf. ). Autres articles sur le sujet : .Le test de Turing bientôt réussi? Like this:

"comprendre" | définition et synonyme Prononciation : kon-pran-dr' , je comprends, nous comprenons ; je comprenais ; je compris ; je comprendrai ; comprends ; que je comprenne ; que je comprisse ; comprenant ; compris, v. a. Sens 1 Prendre en soi, contenir. Sens 2 Mettre ensemble dans la même catégorie. Sens 3 Fig. Absolument. Plus particulièrement. Faire comprendre, montrer, prouver, faire que l'on comprenne. Sens 4 Se rendre raison d'une chose, se l'expliquer. Comprendre à. Absolument. Sens 5 Comprendre quelqu'un, comprendre ce qu'il dit, ce qu'il veut, ce qu'il ordonne. Comprendre quelqu'un, pénétrer dans les idées, dans les vues de quelqu'un. Sens 6 Se comprendre, avoir la connaissance l'un de l'autre. Être compris. Avoir la connaissance de soi-même. XIIe s. XIIIe s. XIVe s. XVe s. XVIe s. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE COMPRENDRE. Sens 7 Comprendre quelqu'un, entrer dans ses pensées et dans ses sentiments. Sens 8 Se comprendre, avoir l'intelligence de soi-même. Sens 9 XIIe s. > COMPRENDRE (Il se conjugue comme PRENDRE.) v. tr.

Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu L'hémisphère gauche de notre cerveau est dévolu à la logique, c'est le cerveau du chiffre. L'hémisphère droit de notre cerveau droit est dévolu à l'intuition, c'est le cerveau de la forme. Pour une même information, chaque hémisphère aura une perception différente pouvant déboucher sur des conclusions absolument contraires. Il semblerait que, la nuit seulement, l'hémisphère droit, conseiller inconscient, par l'entremise des rêves, donne son avis à l'hémisphère gauche, réalisateur conscient, à la manière d'un couple dans lequel la femme, intuitive, glisserait furtivement son opinion à son mari, matérialiste. Selon le savant russe Vladimir Vernadski (aussi inventeur du mot "biosphère") et le philosophe français Teilhard de Chardin, ce cerveau droit intuitif serait doté d'un autre don encore, celui de pouvoir se brancher sur ce qu'ils nomment la "Noosphère". La Noosphère pourrait être représentée comme un grand nuage cernant la planète tout comme l'atmosphère.

L'immatériel contrôle le matériel globalisation des échanges, interconnexion, information, contrôle, ressources matérielles, ressources immatérielles, société de l'information. La globalisation des échanges est chaque jour plus importante. Ce que nous mangeons et buvons provient souvent de plusieurs continents. Ce que nous pensons aussi ! Tout circule très vite. Le monde grouille non seulement d’avions et de voitures produits aux quatre coins du globe, mais aussi d'informations globalisées : films véhiculant des valeurs, actualités modelant notre vision du monde, buzz en tout genre… Le fameux effet papillon est plus que jamais de circonstance : le simple battement d'ailes d'un papillon peut déclencher une tornade à l'autre bout du monde, dit la théorie... Mais qui contrôle les échanges de biens matériels et de services immatériels ? Le matériel est une nécessité : manger de la nourriture saine, boire et se laver avec de l’eau propre, respirer de l’air pur. La communication, c'est de l'information en mouvement.

Bernard Stiegler : « Le marketing détruit tous les outils du savoir » - Société de consommation Texte publié intégralement dans la revue Soldes [1], que vous pouvez vous procurer dans l’une de ces librairies ou lors de l’événement organisé au Point éphémère à Paris le 24 mars (voir à la fin de l’article). Peut-on sortir de l’ère industrielle ? J’ai la conviction profonde que ce qu’on appelle humain, c’est la vie technicisée. La forme de vie qui passe par la technique, qu’elle soit du silex taillé ou du silicium, organisée comme aujourd’hui par un microprocesseur ou par autre chose. Dans tous les cas, nous avons affaire à de la forme technique. Quand on appréhende les questions dans leur globalité, il est inconcevable de faire face à cette poussée démographique avec des moyens non industriels. D’où vient cette hégémonie du capitalisme financier ? En 1977, au moment du mouvement punk, c’est l’enclenchement d’une catastrophe annoncée. Comment s’opère cette destruction des savoirs ? Aujourd’hui, 180 millions de Chinois sont dépressifs et partout ailleurs les gens sont dépressifs.

Eric S. Raymond: Homesteading the Noosphere | collective intelligence | Scoop.it Eric Raymond: Homesteading the Noosphere. This book is licensed under the Creative Commons. 1. Anyone who watches the busy, tremendously productive world of Internet open-source software for a while is bound to notice an interesting contradiction between what open-source hackers say they believe and the way they actually behave -- between the official ideology of the open-source culture and its actual practice. Cultures are adaptive machines.

Carl Gustav Jung Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « article de qualité ». Carl Gustav Jung Carl Gustav Jung photographié en 1910 Carl Gustav Jung (prononcé [ˈkarl ˈɡʊstaf ˈjʊŋ] écouter) est un médecin, psychiatre, psychologue et essayiste suisse né le 26 juillet 1875 à Kesswil, canton de Thurgovie, et mort le 6 juin 1961 à Küsnacht, canton de Zurich, en Suisse alémanique. Penseur influent, il est l'auteur de nombreux ouvrages de psychologie et de psychosociologie en langue allemande traduits en de nombreuses autres langues. Carl Gustav Jung a été un pionnier de la psychologie des profondeurs en soulignant le lien existant entre la structure de la psyché (c'est-à-dire l'« âme », dans le vocabulaire jungien) et ses productions et manifestations culturelles. Père fondateur d'une psychologie des cultures, il a rassemblé autour de ses travaux des générations de thérapeutes, d'analystes et d'artistes. Biographie[modifier | modifier le code] Premières années[modifier | modifier le code]

Noosphère Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec NooSFere. La noosphère, selon la pensée de Vladimir Vernadsky[1] et Pierre Teilhard de Chardin, désigne la « sphère de la pensée humaine[2] ». Le mot est dérivé des mots grecs νοῦς (noüs, « l'esprit ») et σφαῖρα (sphaira, « sphère»), par analogie lexicale avec « atmosphère » et « biosphère[3] ». Une autre possibilité est la première utilisation du terme par Édouard Le Roy qui était, avec Teilhard, auditeur des conférences de Vladimir Vernadsky à la Sorbonne. Dans la théorie originelle de Vernadsky, la noosphère est la troisième d'une succession de phases de développement de la Terre, après la géosphère (matière inanimée) et la biosphère (la vie biologique). Le concept[modifier | modifier le code] Notions préliminaires[modifier | modifier le code] Développement[modifier | modifier le code] Le mot, développé par Pierre Teilhard de Chardin dans Le Phénomène humain[7], a été inventé par Vladimir Vernadski[8].

Bidouilleurs et hackers se rassemblent pour écrire le premier manuel de datajournalisme L’université de Ravensbourne à Londres est une école de design à l’architecture cubiste ultramoderne qui jouxte le stade O2 sur la péninsule de Greenwich. C’est un endroit étonnant et pourtant parfaitement adapté à une rencontre entre journalistes. L’Open Knowledge Foundation cherche a construire un monde où le savoir est partout et accessible à tous et tout le temps. Federica Cocco, journaliste indépendante et ancienne rédactrice en chef de Owni.eu, a aussi travaillé pour Wired, Channel 4 et The Guardian. Les membres de l’Open Knowledge Foundation (OKF) et du Centre européen du journalisme (EJC) y ont vu une opportunité pour rassembler quantité de journalistes et de développeurs de renom qui, alimentés par des réserves conséquentes de café, ont commencé à travailler sur le premier manuel de data-journalisme. C’est au Festival annuel Mozilla, catalyseur fréquent de ce type d’initiative, qu’est né ce projet. Le manuel se donne comme objectif de répondre à un problème crucial.

Related: