background preloader

Edgar Morin : « Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe »

Edgar Morin : « Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe »
Pourquoi la vitesse est-elle à ce point ancrée dans le fonctionnement de notre société ? La vitesse fait partie du grand mythe du progrès, qui anime la civilisation occidentale depuis le XVIIIe et le XIXe siècle. L’idée sous-jacente, c’est que nous allons grâce à lui vers un avenir toujours meilleur. Plus vite nous allons vers cet avenir meilleur, et mieux c’est, naturellement. C’est dans cette optique que se sont multipliées les communications, aussi bien économiques que sociales, et toutes sortes de techniques qui ont permis de créer des transports rapides. Je pense notamment à la machine à vapeur, qui n’a pas été inventée pour des motivations de vitesse mais pour servir l’industrie des chemins de fer, lesquels sont eux-mêmes devenus de plus en plus rapides. Cela est-il donc si nouveau ? Dans les temps anciens, vous vous donniez rendez-vous quand le soleil se trouvait au zénith. Cette quête de vitesse n’est-elle pas une illusion ? En quelque sorte si. Prenez l’exemple du déjeuner.

http://www.terraeco.net/Edgar-Morin-Nous-avancons-comme,19890

Related:  Bien Commun UtOpies Orientations SOCiétalesLa philosophieSociologie

Le cri d’une femme, d’une mère : Il nous faut désobéir, c'est urgent ! Désobéir comme un mode de vie tranquille, sincère. Une révolution en douceur. Nul besoin de violence, juste une morale et une saine détermination qui prennent un sens total. La planète ne survivra pas à cette consommation effrénée qui aliène l'homme et détruit tout bonheur de vivre. C'est simple pourtant ! Science et croyances - une expérience d’interdisciplinarité en première- Philosophie En 2010-2011, l’atelier science et croyances est proposé pour la deuxième année aux élèves de première du LISA1, quelle que soit leur série. L’expérimentation a commencé en octobre 20092 et l’atelier est proposé en 2011-2012 (au choix parmi d’autres) au sein de l’accompagnement personnalisé en première. Cet atelier me semble pouvoir être une des manières de réaliser le voeu d’un enseignement anticipé de la philosophie en lycée, même s’il n’a pas répondu à un appel à projet, puisqu’il l’a... anticipé. • Situation de l’atelier au regard des objectifs de l’enseignement anticipé de philosophie Une brève du 4 mars 2011 annonçant les appels à projets académiques précise l’objectif de l’enseignement anticipé de philosophie qui est :

De Marshall McLuhan à Harold Innis ou du village global à l’empire mondial 1Marshall McLuhan est l’auteur canadien le plus connu et le plus cité dans le monde. Cette notoriété ne s’accompagne malheureusement pas d’une connaissance approfondie de son œuvre. Pour l’étudiant en communication, cette dernière se limite habituellement à une compréhension approximative, voire erronée, de la métaphore du village global et de l’aphorisme célèbre « le médium, c’est le message ». Pour l’analyste critique, McLuhan ne représente souvent que le plus illustre apologiste du déterminisme technologique et, de ce fait, ne mérite guère plus ample considération. 2Harold A.

Les émissions de CO2 pourraient augmenter de 20 % d'ici à 2035 Alors que l'enjeu climatique a largement régressé dans un agenda international accaparé par la crise économique, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publie un rapport annuel des plus alarmistes pour le changement climatique, mercredi 9 novembre. L'agence, bras énergétique de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui réunit 28 pays parmi les plus riches, s'attend ainsi à une hausse de 20 % des émissions de dioxyde de carbone (CO2) d'ici à 2035, portant l'augmentation de la température de la planète sur une trajectoire de plus de 3,5 degrés Celsius. "La porte des deux degrés" de hausse de la température dans le monde, qui est l'objectif de la communauté internationale, "est fermée" si les gouvernements n'engagent pas de nouvelles actions d'ici à 2017, prévient l'AIE. L'AIE invite donc les Etats à investir "sans tarder" pour réduire la facture.

Distinguer bien commun et bien(s) commun(s) Bien commun et bien(s) commun(s) C’est à Thomas d’Aquin que l’on doit la notion philosophique de bien commun, bonum communis. L’évolution de cette notion demande un rappel historique, et philosophique, pour mieux comprendre la nécessaire distinction entre « Bien commun » et « biens communs ». Ce court texte, cette fiche même, réunit quelques remarques, écrites trop rapidement, que j’espère utiles s’agissant d’une notion extrêmement ancienne, et même chargée historiquement, mais qui n’est utilisée que depuis peu dans notre secteur [1]. La note tourne autour de la distinction nécessaire entre « Bien commun » et « biens communs ».

Et si on enseignait la philosophie dès la maternelle ? Petit Gibus dans « La Guerre des boutons » d’Yves Robert, 1962. Initier les tout-petits à la philosophie est une pratique éducative élaborée à la fin des années 60 par Matthew Lipman. Ce philosophe américain et chercheur en éducation postule que la philosophie devrait être enseignée « avant que les structures psychologiques et linguistiques du raisonnement soient déjà trop ancrées et donc trop immuables ». En d’autres termes, les enfants, par leurs questionnements spontanés et incessants seraient plus disponibles aux questions philosophiques. L’idée

ZONES François Hollande et ses réseaux En pleine campagne pour la présidentielle, le 22 janvier 2012, au Bourget, François Hollande prononce un discours qui lui permettra d’emporter la victoire le 6 mai 2012. Il déclare que son véritable adversaire « n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance ». En s’en prenant à la finance, il espère bien récupérer des voix auprès des millions de Français qui subissent les conséquences de la spéculation financière qui a abouti à la crise de 2008.

Les tablettes sont désormais éco-responsables Contrairement aux écrans, PC (fixes et portables), vidéo projecteurs et autres casques, les tablettes tactiles échappaient jusqu’alors à la labélisation éco-responsable. Une situation désormais révolue. TCO Development, organisme de promotion de l’éco-responsabilité dans la conception des produits électroniques, vient d’étendre sa certification aux tablettes tactiles. Première élue, la Slate PC Series 7 de Samsung se voit attribuer un label témoin du respect de standards d’efficience énergétique.

Petit lexique de contre-propagande « Winston laissa tomber ses bras et remplit lentement d’air ses poumons. Son esprit s’échappa vers le labyrinthe de la doublepensée. Connaître et ne pas connaître. En pleine conscience et avec une absolue bonne foi, émettre des mensonges soigneusement agencés. Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes deux. Employer la logique contre la logique.

Développer l'enfant philosophe et critique par la littérature jeunesse Appel à communication Développer l'enfant philosophe et critique par la littérature jeunesse dans la société du savoir Montréal, les 2 et 3 avril 2012 Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Université du Québec à Montréal La ville numérique : quels enjeux pour demain La ville numérique est en vogue et rares sont les municipalités et autres collectivités publiques qui ne se soient lancées, aujourd’hui, dans des actions visant à favoriser et diffuser l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans leurs circonscriptions. Ces initiatives témoignent de la poussée de l’omniprésence des réseaux numériques dans la vie quotidienne des citadins qui modifie fortement l’accès aux services et aux ressources de la ville. L’internet, les smartphones et les divers assistants numériques que manipulent la plupart des individus sont devenus aujourd’hui, et seront encore plus demain, des vecteurs essentiels de communication et de socialisation.

L'état réel des eaux en France : une vérité qui dérange Pour Hélène Roche, présidente du Comité Scientifique du WWF France, spécialiste au CNRS de l’évaluation des effets des substances chimiques dans les écosystèmes aquatiques, "on va ainsi pouvoir officiellement déclarer que certaines rivières sont « en bon état chimique » alors qu’elles sont contaminées par des substances dont les protocoles de mesures sont mal codifiés ou par des molécules qui ne sont tout simplement pas prises en compte – les PCB par exemple. Les rivières seraient donc officiellement en bon état alors qu’une contamination importante menace les espèces aquatiques et la biodiversité. Avec une telle sous-évaluation de la situation, on ne s’étonnera pas qu’un certain nombre d’espèces très sensibles aux polluants chimiques, comme les batraciens, figurent parmi les espèces aquatiques les plus menacées". Une surveillance biaisée Le WWF France soulève trois problèmes majeurs à l’origine d’une surveillance biaisée des eaux superficielles et souterraines :

Related: