background preloader

Rapid Learning, « Rapid » en quoi

Rapid Learning, « Rapid » en quoi
Rapid Learning, micro learning, nano learning… autant de « learning » qui nous font tourner la tête pour comprendre ce que ces termes cachent dans le fond ! Concentrons-nous sur le Rapid Learning. Est-ce que le Rapid Learning signifie qu’on apprend plus rapidement ? Est-ce une manière de produire plus rapide ? Et puis, au fait, quels sont les usages du Rapid Learning ? Une optimisation du temps de production Le Rapid Learning, version courte de « Rapid e-learning Development », est bien une manière de produire des cours en ligne plus rapidement. D’accord, mais est-ce que ce sont des formations ou des présentations en ligne ? Une production à moindre coût Une chose est sûre : le Rapid Learning passe bien par l’utilisation d’un outil (souvent appelé outil auteur), qui permet à quiconque sans compétence particulière en informatique, graphisme ou ingénierie pédagogique multimédia de créer et produire du contenu en ligne, en minimum de temps et donc à moindre coût.

http://www.formation-professionnelle.fr/2013/09/23/rapid-learning-rapid-en/

Related:  pcajS3- Etablir sa stratégie Digital Learninglto75

outil - Comment faire une étude d’opportunité? Avant de démarrer sur de bonnes bases un nouveau projet de grande envergure, vous pouvez passer par l’étude d’opportunité. Cela permettra à votre Direction de valider si le projet doit bien être lancé, grâce à une analyse préalable et une évaluation des bénéfices futurs du projet, des coûts. L’étude d’opportunité doit identifier aussi des risques éventuels.

Définition du Rapid Learning Ce terme en vogue désigne littéralement apprentissage rapide. Il s’agit d’une méthode regroupant des outils ayant pour objectif la production de contenus pédagogiques multimédia ayant pour vocation une assimilation rapide. En quoi diffère donc le Rapid Learning de l’autre forme interactive de formation à distance, à savoir le e-learning ? QQOQCCP Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. QQOQCCP, pour « Qui ? Quoi ? Classes virtuelles : quand le formateur devient animateur d'apprentissages Les applications de classe virtuelle connaissent un certain succès en formation à distance. Elles permettent d’organiser des séquences de formation synchrones avec un groupe, reproduisant en cela la configuration de la classe en présence. Dans l’espace de la classe, le formateur peut présenter des supports, s’adresser au groupe, distribuer des tours de parole, animer des activités orales ou écrites … Tout en suivant le niveau de participation des apprenants grâce à la palette d’outils mise à leur disposition. Mais alors pourquoi, avec toutes la gamme d’activités possibles, s’ennuie t-on encore si souvent, dans les classes virtuelles ? Pourquoi la plupart des formateurs n‘en exploitent-ils pas l’important potentiel ? Comment les encourager à faire autrement ?

RACI - Processus & Amélioration La description d’un processus comme un enchaînement d’activés obtient assez facilement l’adhésion. Cela se corse quand on responsabilise les entités et les individus en positionnant sur chaque activité les rôles. Or c’est indispensable pour projeter le processus sur l’organisation et le concrétiser.

De l'évolution du Blended Learning à l'Université Thales (e-learning letter) A partir de 2011, l’université de Thales a contribué à la mise en place du nouveau système de référence du Groupe, Chorus 2.0. La formation a été mise à contribution pour faire connaître et pratiquer les nouveaux processus de ce système. Parmi les modalités utilisées, un grand nombre de modules e-learning ont été développés ; leur disponibilité sur le portail digital a permis de déployer largement la formation à l’international et dans l’ensemble du Groupe. Les sessions de formation présentielles bâties autour des nouveaux processus à connaître ont été renforcées par des modules e-learning utilisés en prérequis, l’université de Thales ayant architecturé des parcours de formation multimodaux (blended learning : dispositif combinant des activités d’apprentissage synchrones et asynchrones : tutorat à distance, classe virtuelle, échanges par le biais d’une communauté d’apprentissage, modules e-learning, présentiel). Trois leçons, pour replacer le digital au centre de la formation :

LA GESTION DE PROJET : METHODE CLASSIQUE VS METHODES AGILES Le métier de chef de projet est très enrichissant mais aussi très complexe car il est amené à évoluer dans différents environnements qui sont en constantes évolutions. Il doit donc être multicompétent, c’est à dire maîtriser les techniques de gestion de projet, de management d’équipe, d’avoir un bon relationnel lors des échanges avec le client et enfin de comprendre les spécificités du projet. L’objectif du chef de projet est de pouvoir mener son projet à terme en respectant les délais et le budget alloué. Pour atteindre cet objectif, il doit prendre en compte les 3C qui sont les trois contraintes que constitue le projet. Pour atteindre son objectif, le chef de projet peut avoir recours à plusieurs méthodes de gestion de projet. Depuis toujours, les projets sont gérés avec la méthode dite « classique » qui se caractérise par recueillir les besoins, définir le produit, le développer et le tester avant de le livrer.

Les effets de la réforme – épisode 2 : la solitude du responsable de formation devant la fin de la 24-83 Fin de la 24-83 = baisse des budgets de formation, et alors ? Les responsables de formation sont partagés sur l'interprétation de ce coup de tonnerre. Pour résumer : séduits par cette simplification administrative, inquiets pour leur budget ! Craignant en effet que direction générale et financière s'accordent pour exiger des économies là où l'obligation de dépenser a disparu, ce qui, admettons-le, est hautement probable. Est-ce pour autant un réel problème pour la fonction formation ? Il faut plutôt qu'elle y voit l'occasion historique de se réinventer.

Se fixer un objectif SMART Janvier arrive avec le temps des résolutions : faire plus de sport, passer plus de temps avec la famille et les amis. Dans cet article, je vous propose de (re)voir les bases pour définir un objectif, et de passer en revue les différents critères pour se fixer de bons objectifs. En effet le meilleur moyen d’atteindre ses objectifs est de les avoir bien définis… La technique la plus simple est l’objectif SMART, littéralement « judicieux ». Un objectif doit être Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporel. Dans le modèle SMARTEN-UP, on peut ajouter 4 adjectifs pour se questionner sur la validité de l’objectif et confirmer sa capacité et sa motivation à atteindre l’objectif : Enthousiaste : suis-je enthousiaste à l’idée de cheminer vers cet objectif, la route qui m’en sépare me fait-elle envie ?

Ressources complémentaires 4: « Safe Harbor » : que change l’arrêt de la justice européenne sur les données personnelles ? La justice européenne a invalidé l’accord qui encadrait le transfert des données personnelles de l’Europe vers les Etats-Unis. La justice européenne a invalidé, mardi 6 octobre, l’accord « Safe Harbor » qui encadrait le transfert de données personnelles de l’Union européenne vers les Etats-Unis. En quoi consiste Safe Harbor et que dit la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) ? En Français « sphère de sécurité », le « Safe Harbor » est une décision de la Commission européenne, datant de 2000, qui affirme que le transfert de données personnelles d’Europe vers les Etats-Unis est possible car ce pays présente des garanties suffisantes pour la protection de la vie privée. Très controversé, cet accord a notamment été mis à mal par les révélations d’Edward Snowden, en 2013, sur les programmes de surveillance de masse de la NSA.

Construire des QCM de qualité La fonction d'évaluation intervient à toutes les étapes d'un parcours d'apprentissage pour un positionnement de niveau, pour mesurer un niveau de maîtrise et rectifier le tir au besoin, pour délivrer une certification. Elle est pratiquée par l'apprenant lui-même, entre pairs, par l'enseignant assurant le cours, par des enseignants "anonymes", par des machines; tout le monde rêve qu'elle soit rapide, transparente et objective, qu'elle reflète exactement les résultats de l'apprentissage ou la formation. Les nouvelles technologies ont promu de nombreux outils et médias qui permettent de varier les approches et les méthodes d'évaluation. Depuis le QCM d'autoévaluation qui parsème le cours juqu'à la séquence vidéo où le prof commente le travail de son étudiant, en passant par l'évaluation des traces de l'apprenant sur la plateforme de formation, toutes les théories de l'apprentissage y trouvent leur compte.

Apprentissage automatique : les réseaux de neurones Comment l'homme fait-il pour raisonner, parler, calculer, apprendre, ...? Comment s'y prendre pour créer une ou de l'intelligence artificielle ? Deux types d'approches ont été essentiellement explorées : procéder d'abord à l'analyse logique des tâches relevant de la cognition humaine et tenter de les reconstituer par programme. C'est cette approche qui a été privilégiée par l'Intelligence Artificielle et la psychologie cognitive classiques. Cette démarche est étiquetée sous le nom de cognitivisme. Jeux formatifs au regard de la gamification : comment évaluer leur pertinence ? - e-teach Article initialement paru en juillet 2015 dans le 8ème numéro de l’AGORA, revue de l’Association Romande des Formateurs. Jeux de rôles, défis par équipe, serious games… la formation tend à se « gamifier ». Se pose alors la question de comment évaluer la pertinence des jeux formatifs. Focus sur un cours en ligne, « Design and Development of Games for Learning », animé par le professeur Eric Klopfer et son équipe du MIT (Massachusetts Institute of Technology), et quelques réponses glanées au fil de ce MOOC. Un intérêt grandissant pour le jeu en tant qu’outil

Related: