background preloader

S3

Facebook Twitter

VIDÉO. Le Zapping anti-Bolloré que vous devez voir. Dans son édition du 8 avril 2016, Le Zapping s'attaque à Canal+, son propre patron. Le vendredi 8 avril, Le Zapping, le format court de Canal+ qui compile et monte les moments de télévision les plus drôles ou marquant de la veille, toutes chaînes confondues, a décidé de se payer la tête de son propre patron, Vincent Bolloré.

À l'aide d'extraits d'une émission de Complément d'enquête sur France 2 –titrée «Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien?» , notamment consacrée aux activités de l'homme d'affaires sur le continent africain, à la reprise de Canal+, à ses méthodes de travail– et d'autres extraits vidéos, Le Zapping brosse un portrait très virulent de celui qui a pris la tête du groupe Canal+. Un zapping considéré comme «courageux» par beaucoup de journalistes sur Twitter. En espérant que ce ne soit pas le dernier. Ces derniers mois, les relations entre Vincent Bolloré et Patrick Menais, le créateur du Zapping, se sont largement dégradées. Partagez cet article. La face cachée de l'empire Bolloré. Vincent Bolloré. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vincent Bolloré en 2014. Vincent Bolloré, né le à Boulogne-Billancourt, est un industriel et homme d’affaires français. Il est président-directeur général du groupe Bolloré et président des conseils de surveillance de Vivendi et du groupe Canal+.

Biographie[modifier | modifier le code] Origines, études et vie privée[modifier | modifier le code] Vincent Bolloré est issu d’une famille d'industriels bretons : fils de Michel Bolloré (1922-1997) et de Monique Follot, dont la mère, Nicole Goldschmidt[2], a beaucoup compté pour lui. Sa résidence principale est dans la villa Montmorency (16e arrondissement de Paris). Ancien élève du lycée Janson-de-Sailly, il est titulaire d'un DESS de droit des affaires à l’issue duquel il obtiendra un doctorat[1] à l’université Paris X Nanterre. Activités professionnelles[modifier | modifier le code] A la tête de Canal +[modifier | modifier le code] Liens avec le monde politique[modifier | modifier le code]

Comment Bolloré a censuré l'enquête de Canal+ sur le Crédit Mutuel. Au moins c’est clair : le journalisme d’investigation ne sied pas au nouveau propriétaire de Canal+ Vincent Bolloré. Non seulement ce dernier a empêché la diffusion d’un documentaire sur une filiale du Crédit mutuel, banque amie du groupe Bolloré, mais un projet de reportages d’investigation prévus deux fois par semaine au Grand journal a été enterré. Ces derniers épisodes donnent le ton de ce que sera la chaîne cryptée sous l’ère Bolloré. On pensait que l’hypothèse de l’éviction des Guignols de l’info sur Canal+ était l’acte 1 de la reprise en main de la chaîne cryptée par son nouveau propriétaire Vincent Bolloré... or non. Bien avant le pataquès provoqué début juillet par le sort des marionnettes, Bolloré avait déjà mis son grain de sel sur les choix éditoriaux de la chaîne.

Un coup de fil… ou plutôt plusieurs. Michael Kael et Le Coléric (Groland) Canal + : le documentaire sur la vie secrète des dauphins ne sera finalement pas censuré. Enfin une preuve que le documentaire d’investigation existe toujours à Canal +. En effet, après de nombreuses hésitations, le reportage nommé « Flipper, un ami qui nous cache des choses » ne fera finalement l’objet d’aucun acte de censure. « Les dauphins ont eu de la chance cette fois mais il ne faudrait pas qu’ils s’amusent à être à nouveau provocateurs » commente un des employés de la chaîne.

La direction des programmes a en effet hésité à diffuser ce documentaire dans la mesure où, selon les informations données au réalisateur du documentaire, Yves Jardon, « on voit un dauphin qui se moque littéralement de plusieurs personnes, dont des hommes qui n’ont rien demandé. » Ne pas froisser les dauphins Mais d’autres raisons auraient pu pousser à retirer le reportage de la grille de diffusion.

Selon plusieurs sources, Vincent Bolloré aurait déclaré, dans un comité d’entreprise extraordinaire : « Nous ne devons pas prendre le risque de froisser les dauphins. Crise à Canal+ : Le Petit Journal n'hésite pas à se moquer de Vincent Bolloré... Recevez le best-of des vidéos chaque semaine Veuillez saisir un email valide. Mention CNIL Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique à des fins d'abonnement à nos services de presse en ligne, de fidélisation et de prospection commerciale.

Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification, de suppression et d'opposition au traitement des informations vous concernant. Pour exercer ces droits, il vous suffit d'écrire en envoyant un e-mail ou un courrier à cil@prismamedia.com ou PRISMA MEDIA, Le Correspondant Informatique et Libertés, 13, rue Henri Barbusse – 92230 Gennevilliers. Si vous acceptez que ces informations soient transmises à des partenaires du Groupe Prisma Media, ceux-ci peuvent être situés hors de l'Union Européenne.Charte pour la protection des données. * Information obligatoire pour valider votre inscription.

Internet « La vérité est ailleurs » C'est quoi le métier de journaliste ? Le circuit de l'info.