background preloader

René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu’un autre monde est en train de naître

René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu’un autre monde est en train de naître
Basta ! : Notre manière de penser l’économie dépend de notre perception du monde. Et varie totalement en fonction des époques et du progrès technique. Dans votre dernier ouvrage, vous proposez de relire l’histoire économique à la lumière de ces mutations. Quelles sont les grandes étapes de cette longue histoire ? René Passet [1] : Ceux qui voient le monde comme une mécanique, une horloge, ne considèrent pas l’économie de la même façon que ceux qui le voient comme un système énergétique qui se dégrade. Peu à peu la rationalité l’emporte, et la science se laïcise. Avec la machine à vapeur apparaît une nouvelle représentation du monde... En 1824, le physicien Sadi Carnot découvre les lois de la thermodynamique : le principe de conservation et le principe de dégradation. Ce passage d’une représentation mécanique du monde à la société énergétique a-t-il un impact sur la vie des idées ? Le mouvement des idées part alors dans trois directions. Vous n’êtes pas très optimiste… Photo : CC via Owni

http://www.bastamag.net/Rene-Passet-Il-faut-prendre-du

Related:  FuturPhilo'koi? Zophique :pEconomieDécroissance forcée / voie non durablel'économie autrement - comprendre les limites

Depuis cette nuit, la Terre vit sur ses réserves Il aura fallu moins de huit mois à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en un an, selon le Global Footprint Network. L’humanité vit désormais au-dessus de ses moyens. En moins de huit mois, elle a déjà consommé toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en un an.

Le pouvoir sexuel est un pouvoir conducteur Le pouvoir sexuel est un pouvoir conducteur Merci à elishean pour cet excellent article sur le pouvoir sexuel, si vous souhaitez reproduire cet article veuillez lire les conditions au bas de l’article. Celui qui a découvert comment transformer son émotion sexuelle en une énergie créatrice peut s’estimer bien heureux. 12 technologies qui vont changer le monde (et tuer des emplois) L’institut de conseil McKinsey a publié un rapport en mai intitulé « Technologies de rupture : des avancées qui changeront la vie, le commerce et l’économie mondiale ». Dans ce document de 180 pages, douze innovations sont listées, toutes capables de modifier le monde à l’horizon 2025. Une technologie dite « de rupture » a une particularité : comme l’indique son nom, elle rompt avec le marché existant – qu’elle altère ou détruit – et modifie le paysage économique en profondeur.

Dennis Meadows : « Nous n'avons pas mis fin à la croissance, la nature va s'en charger » En 1972, dans un rapport commandé par le Club de Rome, des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) publient un rapport intitulé « Les limites de la croissance ». Leur idée est simple : la croissance infinie dans un monde aux ressources limitées est impossible. Aussi, si les hommes ne mettent pas fin à leur quête de croissance eux-mêmes, la nature le fera-t-elle pour eux, sans prendre de gants. En 2004, le texte est, pour la deuxième fois, remis à jour. Sa version française vient – enfin – d’être publiée aux éditions Rue de l’échiquier. En visite à Paris pour présenter l’ouvrage, Dennis Meadows, l’un des auteurs principaux, revient sur la pertinence de projections vieilles de quarante ans et commente la crise de la zone euro, la raréfaction des ressources et le changement climatique, premiers symptômes, selon lui, d’un effondrement du système.

Ces sept cracks français "façonnent" la pensée économique du monde (selon le FMI) Certains sont déjà des"stars" comme Esther Duflo et Thomas Piketty. Les autres sont peut-être un peu moins dans la lumière, mais leur influence dans le monde des idées n'en serait pas moins forte. En tout, sept jeunes économistes "frenchy" ont été distingués avec 18 autres chercheurs de moins de 45 ans qui, selon le Fonds monétaire international (FMI) "façonnent la manière dont nous pensons l'économie mondiale". Ces membres de la "future génération" ("Generation Next") sont listés dans le numéro d'une publication trimestrielle du FMI datée de septembre et déjà parue en ligne.

POC21: la transition écologique, open source (cet article est une traduction française “augmentée” de l’annonce publiée sur la version anglaise de ce magazine en décembre) Réchauffement climatique, épuisement des ressources, inégalités, … alors que ces crises deviennent chaque jour plus urgentes, le modèle “open source” peut-il ouvrir une nouvelle voie, à quelques mois de la conférence Paris Climat 2015 (COP21) ? En décembre dernier s’achevait à Lima la 20ème Conférence des Nations Unies sur le climat, avec une frustration qui rappelle le spectre de “l’échec de Copenhague”. Les mobilisations populaires telles que la Marche Pour le Climat de septembre dernier et Alternatiba semblent chaque jour gagner en ampleur.

Alain Badiou: «C’est en étant heureux qu’on peut changer le monde» Surtout, ne renoncez pas à être heureux. Surtout ne vous contentez pas d’être satisfaits ! Et si on osait ces exhortations du philosophe français Alain Badiou ( Le Monde 15-16 août ), comme résolutions de rentrée ? Décès de Viviane Forrester, auteure de l'Horreur économique La romancière et essayiste française Viviane Forrester, est décédée mardi à l'âge de 87 ans. Elle est l’auteure d’une vingtaine d’ouvrages, dont l'Horreur économique, devenu un des contre-symboles de la mondialisation dans ses aspects les plus négatifs, traduit en 30 langues et vendu à plusieurs centaines de milliers d’exemplaire. Arnaud Spire l’avait rencontré à la sortie de son essai pour l’Humanité. Nous reproduisons son entretien.

Les trois racines de l’écologisme Paru sous le titre Ecologie et fascisme dans le n°12 (nov. 1991) du Sauvage nouvelle série. Revu en Juin 2010 (1). En février 1975, j’ai eu la chance d’assister pendant un week-end à Londres à une réunion internationale de Friends of the Earth, où se rencontraient pour la première fois des écologistes de plusieurs villes de France (2) , d’Angleterre, d’Irlande, des USA, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Suède, d’Allemagne et probablement de quelques autres pays que j’ai oubliés. J’ai gardé de cette rencontre une très forte impression, qui m’a beaucoup fait réfléchir par la suite : tous ces gens avaient la même vision du monde, partageaient les mêmes valeurs alors qu’ils n’avaient pratiquement aucune référence écrite commune.

Cinq questions sur la déflation, ce grand mal qui guette la France Par Ilan Caro Mis à jour le , publié le "Il y a un vrai risque déflationniste en Europe." Avec cette petite phrase, lâchée au Monde dimanche 3 août, juste avant de partir en vacances, François Hollande confirme l'analyse formulée quelques jours plus tôt par son Premier ministre, pour qui "le risque de déflation est réel". Qu'est-ce que la déflation et en quoi constitue-t-elle un "risque" pour l'économie ? "L'école est une usine à normaliser, à légitimer les différences sociales" Le Vif/L'Express : Vous écrivez que "la résignation est un plat qui se mange tôt". Comment expliquez-vous cette résignation d'une partie de la jeunesse ? Vincent Cespedes : On la résigne.

Related: