background preloader

Limites

Facebook Twitter

Mes données personnelles ne sont pas à vendre ! Une étude récente, publiée par le journal scientifique américain PNAS, a mis en évidence comment des données confidentielles peuvent être déduites de l’utilisation du bouton «j’aime» de Facebook.

Mes données personnelles ne sont pas à vendre !

A l’aide d’algorithmes et en se basant sur l’observation des «likes», les chercheurs ont réussi à retrouver les origines ethniques, géographiques, les préférences sexuelles, la consommation de drogue ou encore la religion des utilisateurs du réseau sociaux avec une exactitude «hallucinante» selon les termes du directeur de l’étude lui-même. A juste titre, dans leurs conclusions, les chercheurs recommandent de passer les «j’aime» en mode privé, et appellent à plus de transparence sur l’utilisation qui est faite des données personnelles.

Méfiance grandissante De plus en plus de voix invitent les membres des réseaux sociaux, notamment les plus jeunes, à la prudence. Si la collecte des données personnelles n’est pas un phénomène nouveau, son ampleur a de quoi inquiéter. Et pour cause ! L'identité numérique peut jouer des tours. Si vous êtes du genre à semer des informations privées sur Internet, comme vos photos de vacances par exemple, il est fort probable que celles-ci soient un jour connues de votre futur employeur.

L'identité numérique peut jouer des tours

En effet trois patrons sur quatre se renseignent sur la toile avant un entretien. Une démarche qui pourrait vous porter préjudice. Mais l'e-réputation peut se contrôler, grâce à quelques techniques assez simples. L’intérêt est avant tout de préserver son identité numérique face à d'éventuels employeurs. Eva Dolne, formatrice en bureautique pour le Forem, nous donne les clés : "C'est tout ce qui va transparaître au sujet d'une personne, via une simple recherche sur google. Pour le Forem, il s'agissait de se mettre dix minutes devant un PC avec un demandeur d'emploi et au départ d'une recherche, de regarder tout ce qu'on peut trouver sur lui. Céline Knockaert, Christine Pinchart. Le Royaume-Uni va-t-il se lancer à la chasse aux trolls ? La CNIL européenne déplore les lacunes de la réforme des données personnelles. Consciente que la précédente directive européenne 95/46/CE sur la protection des données personnelles n'est plus guère adaptée au nouveau cadre numérique qui s'est ouvert avec l'explosion d'Internet, la Commission européenne a planché sur une réforme du texte afin de mieux prendre en compte les évolutions numériques de ces deux dernières décennies.

La CNIL européenne déplore les lacunes de la réforme des données personnelles

Au vu des changements annoncés, dont certaines dispositions ont entraîné les réserves de la CNIL et du parlement français, il était attendu que contrôleur européen de la protection des données (CEPD), en charge de la protection des données personnelles, prenne position sur le projet de révision porté par la Commission européenne.

Position qu'il vient de dévoiler aujourd'hui dans un rapport de 84 pages (.pdf). De manière générale, Peter Hustinx a salué le travail accompli et s'est réjoui du renforcement du droit à la protection des données en Europe. Le CEPD pointe quatre grands risques : Le droit à l’oubli numérique : un vide juridique ? par Jean-Christophe Duton Virginie Becht - Chronique e-Business. Le caractère relativement perpétuel des données mises à disposition sur Internet participe à une hypermnésie collective.

Le droit à l’oubli numérique : un vide juridique ? par Jean-Christophe Duton Virginie Becht - Chronique e-Business

L’inquiétude d’être "fiché" coïncide avec la divulgation très libérale d’informations parfois intimes. Le droit à l'oubli est évoqué principalement, s'agissant d'Internet, comme un droit à ce que les éléments relatifs au passé d'une personne, qu'ils soient exacts, inexacts ou devenus obsolètes puissent être retirés des contenus en ligne, ou rendus difficilement accessibles, afin de pouvoir sortir de la mémoire collective et tomber dans l'oubli.

Le droit à l'oubli ne peut être invoqué en tant que tel, mais des moyens de permettre l'oubli sont présents dans le cadre juridique actuel. En matière pénale, on peut citer la prescription, la suppression de condamnation dans le casier judiciaire, l'amnistie, la révision ou la réhabilitation. Les principaux fondements juridiques de l'oubli Par ailleurs, à la lumière de la jurisprudence de la Cour de cassation (Cass.

Le jour où les criminels seront plus libres que nous. Les cyber criminels sont redoutables...

Le jour où les criminels seront plus libres que nous

Et ont gagné la partie. Ce n'est pas moi qui le dit, mais Shawn Henry, l'un des big boss du FBI depuis 20 ans qui prépare sa retraite. Shawn Henry a d'ailleurs travaillé toutes ces années à moderniser technologiquement le FBI pour qu'il dispose de bons outils face à tous ces criminels geeks... Mais tout cela en vain puisque d'après lui, il est impossible de venir à bout de la cybercriminalité et d'obtenir un peu de "sécurité et de vie privée" sans que la technologie et les comportements ne soient modifiés.