background preloader

Survivre au Progrès

http://www.youtube.com/watch?v=upeGgVBs_vw

Related:  Décroissance / Altercroissance

L'OCDE affine son indicateur de la richesse Le titre de cet indicateur de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) peut paraître provocateur en pleine crise économique, quand des pays sombrent et d'autres vivent sous la menace de l'austérité. A l'appui de leur conversion, le rapport de l'Américain Joseph Stiglitz , Prix Nobel d'économie en 2001, et de l'économiste Français Jean-Paul Fitoussi , remis à Nicolas Sarkozy en 2009, qui établissait que la croissance d'une société se mesurait aussi au bien-être et au progrès social . Depuis, le peut se calculer à partir d'une batterie d'indicateurs, concernant aussi bien le logement , le , l'environnement, ... Dans une nouvelle version présentée le 22 mai, l'OCDE a intégré de nouveaux critères comme la qualité de l'eau dans le domaine de l'environnement ou pour l'éducation.

Centrales nucléaires et leucémies infantiles Notre communiqué de presse du 12/01/2012 La revue Journal International du Cancer vient de publier dans son numéro de janvier une étude scientifique établissant une corrélation très claire entre la fréquence des leucémies infantiles aigües et la proximité des centrales nucléaires [1]. Cette étude épidémiologique rigoureuse, menée par une équipe de l’INSERM [2], de l’IRSN [3], ainsi que le Registre National des maladies hématologiques de l’enfant de Villejuif, démontre pour la période 2002-2007 que la fréquence d’apparition de leucémies infantiles (enfants de 0 à 14 ans) augmente de façon importante dans un rayon de 5 km autour des centrales nucléaires françaises - jusqu’à 2,2 fois plus chez les enfants de moins de 5 ans. Cette étude confirme ainsi celle menée en Allemagne par le Registre des Cancers de Mayence en 2008 [4], qui avait abouti à des conclusions similaires.

Mouvements articles news L’autonomie alimentaire, dans une perspective décroissante radicale Par Thierry Brugvin La décroissance soutenable face à la question du « comment ? Adresse du MOC aux antiproductivistes de gauche, libertaires et écologistes [Pour télécharger le texte en format A4, recto-verso, cliquer ici : Adresse-du-MOC-aux-antiproductivistes.pdf] Assez ! Nous en avons assez de ces appels et communiqués qui égrainent sans cesse les mêmes litanies plaintives et seulement défensives ! Avons-nous seulement à reprocher au capitalisme ses multiples crises : sociales, écologiques, économiques, démocratiques, morales, anthropologiques ? Non, même si le capitalisme était en train de réussir, nous nous y opposerions : ce n’est pas le capitalisme en crise que nous dénonçons, c’est le capitalisme et son monde ! Qu’avons-nous à reprocher à l’actuel gouvernement ?

J’ai inventé le futur avec les « conspirationnistes positifs » Dans la soirée de l’Institut des futurs souhaitables (Michael Chaize) Vendredi, au soir d’un très long jour chiant, profitant de mon ennui, des copains écolos ont réussi à m’entraîner dans un événement aussi loufoque que déconcertant. C’est de notre blogueuse Anne-Sophie Novel qu’est venue l’invitation. Auteure d’un ouvrage sur la société collaborative (« Vive la co-révolution »), elle me présente ainsi la « soirée des optimistes », intitulé « F..K les Mayas » : « Organisée par l’Institut des futurs souhaitables, elle a pour ambition de jeter ce qu’il a de mauvais dans le XXe siècle pour le recycler (le sublimer, le dépasser ?) dans le XXIe siècle... »

Un projet décroissant : « Faire payer le prix réel de ce qu’on consomme » Vincent Liegey est l’un des co-auteurs du livre « Un projet de décroissance – Manifeste pour une dotation Inconditionnelle d’Autonomie », préfacé par Paul Ariès (Editions Utopia). Il est l’un des visages de ce qui s’appelle un « parti » pour la décroissance (PPLD) mais s’apparente plutôt à une mouvance informelle, dont le combat contre Notre-Dame-des-Landes est l’une des formes concrètes. Nous l’avons rencontré dans un café parisien, à deux pas de chez Denis Vicherat, éditeur altermondialiste et écologiste, qui lance une collection de livres déclinant le projet de décroissance. Un « slogan provocateur », un mot « repoussoir » assumé. Vincent Liegey vit à Budapest avec une députée hongroise de « Une autre politique est possible » (« dont le parti vient d’exploser, ce qui prouve qu’une autre politique n’est peut-être pas possible », sourit-il).

La décroissance s'enracine en Allemagne Leipzig, reportage Vous n’en avez pas entendu parler, mais c’est un des événements les plus importants de l’année en ce qui concerne l’écologie, et qui influencera à terme la vie politique européenne : la conférence sur la décroissance (Degrowth 2014) qui s’est tenue à Leipzig, en Allemagne, la semaine passée, du 2 au 6 septembre, est la plus grande qui ait jamais été réunie. L’affluence inattendue qui a innervé cette manifestation d’une richesse d’idées stupéfiante manifeste un tournant majeur : en Allemagne, terre des Grünen, porte-drapeau des politiques environnementales dans le monde, le mouvement écologiste se tourne vers la radicalité de la décroissance, lasse du discours technologiste et consensuel des Verts. Quand ils ont lancé la préparation de la conférence, au printemps 2013, les organisateurs espéraient un millier de participants. - Christopher Laumanns - La science, l’activisme, l’art

L’hégémonie brisée du PIB : une victoire culturelle des écologistes La remise en cause du sacro-saint PIB est depuis longtemps un impératif environnemental et social. Au sortir de l’essoufflement productiviste des 30 Glorieuses, le Produit Intérieur Brut a continué, année après année, décennie après décennie, de nourrir notre seul horizon collectif possible et imaginable : la recherche aveugle de la croissance – pour ne pas dire au XXIème siècle de miraculeux « points » de croissance – en dépit de la raréfaction des ressources naturelles et des inégalités qu’elle engendre. C’est pourquoi nous devons nous féliciter de l’adoption définitive de la proposition de loi relative à des indicateurs de richesse alternatifs – portée par la députée Eva Sas – qui constitue une petite révolution, et un motif d’espoir. Cette loi, à travers une nouvelle démarche et de nouveaux outils de mesure auxquels les citoyens seront in fine associés, ouvre en effet une brèche dans ce qui constituait un tabou : repenser le temps long dans la mise en œuvre des politiques publiques.

5 Signs That Santa Claus Is Actually a Puppet for the 1% I’m embarrassed to say that it took me roughly 30 Christmases before I realized the truth about Santa Claus. It turns out that Santa is not real, nor committed to the selfless values I imagined him to have. Nope, upon closer examination, I began recognizing Santa for what he is: a tool for the 1%. It’s time to pull back his beard and expose Santa for who he really is; here are 5 clues that Mr. Claus is in lockstep with the elite: 1.

Un compagnon de lutte nous a quitté – Blog YY Une figure de la lutte anticapitaliste et antiproductiviste vient de disparaître, dans un silence assourdissant. Mirko avait co-fondé le ROC (Réseau Objection de Croissance, en Suisse romande) en 2008, puis le journal « Moins ! » (journal romand d’écologie politique) en 2012, dont il était l’un des rédacteurs, particulièrement passionnant. Cette femme vit dans la forêt depuis 17 ans, mais regardez bien sa maison! Stupéfiant! - Les Maisons Emma Orbach, une écossaise, a pris une décision radicale il y a 17 ans : vivre en pleine nature, de façon 100% autonome. En 1999, elle s’est installée dans une forêt du Pays-de-Galle. Entièrement en bois et assemblée avec de la paille et de la boue, sa maison ne lui a coûté que 800 euros. Cette diplômée d’Oxford se nourrit exclusivement avec ce que lui offrent son potager, ses poules et ses chèvres. Elle utilise de l’eau provenant d’une source à proximité et se chauffe au bois. Pour le transport, elle a ses chevaux.

Related: