background preloader

2030 vue par les renseignement américains

2030 vue par les renseignement américains
C’est un cadeau pour le président Obama fraîchement réélu : le rapport Global Trends 2030, concocté par le National Intelligence Council (NIC) et qui vient d’être rendu public. Le NIC, petit cousin de la CIA, est en quelque sorte le bras analytique et prospectif des services de renseignement américains. Son rapport imagine le monde de 2030. Il présente logiquement un tropisme fort pour la géopolitique mais il a l’intelligence de ne pas oublier que les nations, les sociétés vivent sur une planète physique dont les limites s’avèrent de plus en plus flagrantes, que les êtres humains ont des besoins élémentaires (se nourrir, boire, se loger, se chauffer, se déplacer) et que ne pas pouvoir les satisfaire est aussi un facteur d’instabilité dans le monde. Je laisserai les aspects purement diplomatiques et géostratégiques aux journalistes et blogueurs spécialisés dans ces domaines pour m’attarder sur la manière dont les services de renseignement américains voient la Terre nourricière en 2030.

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/12/23/la-planete-en-2030-vue-par-les-services-de-renseignement-americains/

Related:  FuturProjets de Sociétémariejo_guenard

« The Circle », le roman d’un monde totalitaire inspiré par Google Quand Mae Holland est embauchée par The Circle (Le Cercle), l’entreprise vient tout juste de devenir la plus puissante du monde grâce à son système TruYou. TruYou a aboli l’anonymat et unifié tous les services sur le Net. « The Circle », le dernier roman de Dave Eggers (pas encore publié en France), raconte un univers dont la ressemblance avec Google n’échappera à personne. La transparence, la civilité et le partage sont les piliers de cet nouvel âge numérique dicté par une entreprise privée. « The Circle » par Dave Eggers

Laurent Alexandre : "La stratégie secrète de Google apparaît…" Laurent Alexandre est une personnalité atypique dont l'expertise est écoutée. Chirurgien urologue de formation, diplômé de l'ENA, HEC et Sciences-Po, cofondateur de Doctissimo.fr, il préside désormais la société de séquençage de génome DNA Vision. Ce "cerveau" s'intéresse "aux bouleversements qu'entraîneront pour l'humanité les progrès de la science, de la technomédecine et des biotechnologies". Il y a consacré un essai remarqué intitulé La Mort de la mort dans lequel il affirme que "l'homme qui vivra 1.000 ans est déjà né".

Comment la Terre change sous nos yeux La planète change, et nous en sommes fortement responsables. Si certaines évolutions sont naturelles (comme par exemple les éruptions volcaniques), l’activité humaine, du fait de l’urbanisation galopante, de l’industrialisation polluante ou de la déforestation massive, accélère grandement le changement climatique, n’en déplaisent aux climatosceptiques. C’est ce que montre la NASA américaine dans des séries d’images satellite, World of Change, qui documente comment les terres, les océans, l’atmosphère et le soleil de notre planète évoluent année après année.

POC21: la transition écologique, open source (cet article est une traduction française “augmentée” de l’annonce publiée sur la version anglaise de ce magazine en décembre) Réchauffement climatique, épuisement des ressources, inégalités, … alors que ces crises deviennent chaque jour plus urgentes, le modèle “open source” peut-il ouvrir une nouvelle voie, à quelques mois de la conférence Paris Climat 2015 (COP21) ? En décembre dernier s’achevait à Lima la 20ème Conférence des Nations Unies sur le climat, avec une frustration qui rappelle le spectre de “l’échec de Copenhague”. Les mobilisations populaires telles que la Marche Pour le Climat de septembre dernier et Alternatiba semblent chaque jour gagner en ampleur. Mais en 2015, nous avons également besoin de passer “from protest to prototypes”.

Rue89 Amy Chua à Séoul, le 13 octobre 2011 (LEE SEUNG-HWAN/AFP) Le livre est un brûlot. Raciste ou visionnaire ? Briseur de tabou ou malaxeur d’idées nauséabondes ? Ou juste un ramassis de lieux communs ? Il n’est pas encore paru, mais ses auteurs sont déjà sur tous les plateaux de télé, des extraits sont abondamment publiés, intellectuels et commentateurs politiques s’empaillent à son sujet. Avec Calico, Google s'attaque à l'immortalité En matière d'ambition, Google ne fait pas dans la demi-mesure. Dans un communiqué publié sur son site mercredi 18 septembre, le géant américain de l’Internet annonce la création de "Calico". Une entreprise qui se donne pour mission de "se concentrer sur la santé et le bien-être, et en particulier sur le challenge que constitue le vieillissement et les maladies associées". Autrement dit, en s'attaquant au vieillissement, cette toute jeune filiale du géant de l'informatique se lance dans la quête de l'immortalité. Une réflexion à long terme Dans une interview au Times Magazine, Larry Page, le directeur de l'entreprise explique cette incursion de son entreprise dans le monde de la santé par un désir de réflexion à plus long terme.

Changements climatiques : le grand tournant Organisée par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), la conférence de Copenhague (7-18 décembre 2009) regroupe les 193 nations membres, plus d’une soixantaine de chefs d’Etat et nombre d’institutions internationales et d’organisations non gouvernementales qui tenteront de trouver un accord et de nouveaux objectifs pour poursuivre les efforts (modestes) engagés en 1997 lors de la création du Protocole de Kyoto. Ratifié par 175 pays (tous sauf les Etats-Unis…), il viendra à expiration en 2012. Les participants auront deux semaines pour s’entendre sur un nouveau chiffre de réduction pour les émissions de gaz à effet de serre, et surtout sur la répartition des efforts entre les pays riches et les pays pauvres. Le président des Etats-Unis, M. Barack Obama, qui sera de la fête, a annoncé fin novembre, à la surprise générale, des objectifs chiffrés : une réduction de 17 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport au niveau de 2005.

Depuis cette nuit, la Terre vit sur ses réserves Il aura fallu moins de huit mois à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en un an, selon le Global Footprint Network. L’humanité vit désormais au-dessus de ses moyens. En moins de huit mois, elle a déjà consommé toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète peut produire en un an. L’organisation non gouvernementale Global Footprint Network réalise ce calcul depuis une vingtaine d’années.

Voici comment vous passerez les 90 premières années de votre vie ! On dit souvent que l'on a la vie devant soi. Mais comment l'occupe-t-on au juste, cette vie ? On nait, on va à l'école, on travaille, on atteint enfin la retraite, certains se marient, divorcent, ont des enfants... Mais combien de semaines tout cela représente-t-il ? La réponse en un petit schéma ! Mythe d'Er le Pamphylien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mythe d'Er constitue la clôture du Livre X de La République, de Platon, et aussi la dernière partie de cet ouvrage[1]. Il commence en 614b pour s'achever en 621d. Ce récit est considéré comme le premier témoignage d'expérience de mort imminente[2],[3],[4]. Présentation du mythe d'Er[modifier | modifier le code]

Ressources de la planète: l'humanité vivra à crédit à partir de lundi L'humanité aura consommé lundi la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, a calculé l'ONG Global Footprint Network, relevant que ce moment survient de plus en plus tôt chaque année. Le lundi 8 août marque pour la Terre le "jour du dépassement" ("earth overshoot day" en anglais). A partir de cette date, "nous vivons donc à crédit", écrivent Global Footprint et le WWF dans un communiqué. Pour ses calculs, Global Footprint prend notamment en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau. En 2015, le "jour du dépassement" était survenu le 13 août. La date "avance inexorablement depuis les années 1970", relèvent les ONG.

René Passet : « Il faut prendre du recul pour voir qu’un autre monde est en train de naître Basta ! : Notre manière de penser l’économie dépend de notre perception du monde. Et varie totalement en fonction des époques et du progrès technique.

Related: