background preloader

La sobriété heureuse

La sobriété heureuse
Related:  Décroissance / Altercroissance

Institut d'Etudes Economiques et Sociales pour la Décroissance Soutenable Une éruption solaire frappe la Terre - Monde Après la survenue d'une éruption solaire dimanche, la planète Terre devrait être bombardée de particules magnétiques jusqu’à mercredi, avec un pic de projections mardi 24 janvier, prévient l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA) des États-Unis. Physicien au centre de prévision météorologique spatiale de la NOAA, Doug Biesecker explique : L'éruption elle-même n'avait rien de spectaculaire. Mais elle a projeté dans l'espace une masse coronale à la vitesse phénoménale de 6,4 millions de km/h", L’éjection de masse coronale produit un nuage de plasma conçu dans la couronne solaire. Les répercutions attendues Les éruptions solaires de cette robustesse peuvent provoquer de graves perturbations des télécommunications au sol et dans l'espace ainsi que des systèmes de distribution électrique, prévient la NASA. En 1989, le Québec avait été plongé dans le noir En 1989, le Québec avait été plongé dans le noir durant 9 heures à cause d’une éruption solaire semblable.

Et si on changeait tout : 60 initiatives et propositions pour changer le monde Donner envie par Philippe Frémeaux Mois après mois, Alternatives Economiques décrit et explique l’actualité économique. Cela ne nous empêche pas de réfléchir à ce qui pourrait, ce qui devrait changer. Au-delà des difficultés nées de la crise financière, nos sociétés font aujourd’hui face à de nombreux défis sur les plans économique, écologique, géopolitique qui imposent de s’interroger à nouveau sur les finalités de l’économie et qui renforcent l’appétence pour des alternatives. N’imaginons pas que d’un mal sorte nécessairement un bien : les difficultés que nous traversons portent en germe un sérieux risque de dérives autoritaires, de demande d’ordre. Face aux défis écologiques, face aux inégalités qui menacent la cohésion de nos sociétés et la paix du monde, il n’est plus possible de distinguer ce qui doit relever du court terme et du long terme dans les réformes à conduire. L’utopie n’est plus ce qu’elle était. L’utopie n’est plus ce qu’elle était. Au sommaire de ce Hors-série :

Pierre Rabhi - Idées Quinzième anniversaire de For intérieurCinq émissions emblématiques du 7 janvier au 4 février 2011 Le for (for provient du latin forum) intérieur est le centre intime d’une personne, voire d’une œuvre. Créée il y a quinze ans, l’émission a pour but de permettre à l’invité(e) d’éclairer pendant une heure ses jardins secrets, ses années de formation, et de dégager le fil rouge de son travail. Les invité(e)s sont des écrivains, des philosophes, des artistes et des personnes qui ont engagé leur vie dans une pratique spirituelle, qu’elle se rattache ou non aux religions instituées. Certains invités sont célèbres comme J.M.G. D’autres ont pu bénéficier à For intérieur de la première émission de leur vie. Il n’y a pas d’habitués parmi les invités. Si le but est de donner une matière pour nourrir la vie intérieure des auditeurs, j’ai eu pour ma part, grâce à ces quinze années d’émission, l’occasion d’avancer dans la voie des interrogations.

L'OCDE affine son indicateur de la richesse Le titre de cet indicateur de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) peut paraître provocateur en pleine crise économique, quand des pays sombrent et d'autres vivent sous la menace de l'austérité. A l'appui de leur conversion, le rapport de l'Américain Joseph Stiglitz , Prix Nobel d'économie en 2001, et de l'économiste Français Jean-Paul Fitoussi , remis à Nicolas Sarkozy en 2009, qui établissait que la croissance d'une société se mesurait aussi au bien-être et au progrès social . Depuis, le peut se calculer à partir d'une batterie d'indicateurs, concernant aussi bien le logement , le , l'environnement, ... Dans une nouvelle version présentée le 22 mai, l'OCDE a intégré de nouveaux critères comme la qualité de l'eau dans le domaine de l'environnement ou pour l'éducation. Deux pays viennent s' ajouter à la liste des 34 membres de l'OCDE présents dans l'indicatif comparatif : le Brésil et la Russie .

Quatre économistes donnent un satisfecit au projet de budget d'Eva Joly Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Anne-Sophie Mercier Ras le bol d'être assimilés sans cesse à la seule défense des pâquerettes et du monde animal. Les écologistes ont beaucoup travaillé, et ce depuis des années, sur les questions économiques : croissance, chômage, économies d'énergie bien sûr, mais aussi diminution de la dette et redressement de la balance commerciale. Un travail effectué en pure perte pour le moment, puisque, dans l'opinion, si l'idée de transaction énergétique n'a cessé de marquer des points, celle d'une véritable économie verte fondée sur une croissance positive et des créations d'emplois ne convainc guère. Conscients d'être dans une campagne électorale dominée par la réponse à apporter à la crise, les écologistes, évidemment soucieux de ne pas se laisser marginaliser, ont souhaité montrer que leurs propositions tenaient la route. Les résultats de l'étude sont assez concluants. BON POiNT

Mars 2012, la transition à l’honneur dans le livre-anniversaire de la revue S!lence "L’écologie en 600 dates"*, c’est le nom choisi par la revue S!lence pour son livre évènement publié en mars 2012 à l’occasion de son trentième anniversaire et co-édité avec le Passager Clandestin. La revue référence de l’écologie radicale et des alternatives, bible de celles et ceux qui, comme il est écrit joliment sur son site, "agissent un peu pour changer beaucoup", a en effet vu le jour en 1982. Parmi celles-ci, S! Comme le souligne Luc Semal et Mathilde Szuba, qui signent l’article dans ce livre-anniversaire, "Depuis 2005, des dizaines puis des centaines d’intitiatives locales de transition ont été fondées dans le monde. "L’écologie en 600 dates" bénéficie d’une offre de lancement sous forme d’une souscription. Like this: J'aime chargement…

Supreme Master Television - Constructive Programming for a Peaceful World The 2006 United Nations report, Livestock’s Long Shadow, documents the livestock industry’s 18% contribution to global warming, which is more than the warming effect of all transportation throughout the world. A 2007 report from the Earth Institute affirms that a plant-based diet consumes only 25% of a meat-based diet.And changing from a meat-based to a vegetarian diet is at least 50% more effective in counteracting climate change as switching from a Suburban SUV to a Toyota hybrid car. “Please eat less meat – meat is a very carbon intensive commodity. Don't eat meat, ride a bike, and be a frugal shopper – that's how you can help brake global warming.” - Rajendra Pachauri, Chief of the UN’s Intergovernmental Panel on Climate Change International environmental organization EarthSave features VEGPLEDGE!TM at www.vegpledge.com, a program dedicated to helping anyone who wants to benefit the planet with a Go Veg!

Mouvements articles news L’autonomie alimentaire, dans une perspective décroissante radicale Par Thierry Brugvin La décroissance soutenable face à la question du « comment ? » Par Yannick Rumpala Que la planète a ses limites paraît une idée quasiment acquise. Pour une grève générale de la consommation Par Paul Ariès LABORATOIRE DES LUTTES. Renouer avec le sens des limites DOSSIER GRENELLE "OGM". Penser l’exode de la société du travail et de la marchandise Par André Gorz FABRIQUE DES IDEES - Le philosophe André Gorz revient, dans l’un des derniers textes parus avant sa mort, sur la dynamique du capitalisme financier et sur les raisons qui permettent de voir dans le revenu social garanti une occasion de sortir du capitalisme. 25 septembre 2007. Voyage dans la galaxie décroissante Par Fabrice Flipo La décroissance : le terme interpelle, pose question, se retrouve dans des endroits improbables et prend bien des gens au dépourvu.

L'autonomie est-elle l'avenir de notre société? Chaque homme doit inventer son chemin... mais est-ce véritablement le cas dans nos sociétés modernes? Perdu dans ses finances incontrôlables, ses productions mondialisées et ses entreprises où l'humain et la nature ne pèsent pas bien lourds, le capitalisme d'aujourd'hui semble s'être laissé piéger par sa complexité et son obsession du profit. Et nous, citoyens-consommateurs, courons chaque jour derrière la consommation, l'épargne, le travail, la sécu, la retraite... Est-ce vraiment la bonne réponse à notre quête personnelle de sens et de bien-être? Est-ce la bonne voie pour pérenniser notre économie et réinventer l'imaginaire de notre avenir collectif? Une solution est en marche qui pourrait résoudre une partie de nos difficultés: l'autonomie. Le royaume des "créateurs-fabricants" C'est aussi le royaume du do-it-yourself, ce mouvement d'individus qui cherchent à tout fabriquer par eux-mêmes. Plus d'indépendance pour un meilleur contrôle des budgets Vers "l'autonomie heureuse"

Chroniques - Chronique prospective - Et si la ville durable était d'abord une ville résiliente ? © Cyberarchi 2014 Le Développement Durable, champ dans lequel entre désormais l'urbain, est vecteur de la Complexité et ne peut se traiter au fond qu'abordé sous cet angle. Considérant que l'équilibre des systèmes complexes dépend de leurs capacités résilientes, concevoir la Ville Durable implique alors de s'interroger sur les relations entre les notions de ville et de résilience. Le développement durable et la qualité environnementale du bâtiment sont des préoccupations à la fois incontournables, difficiles à saisir dans leur complexité et qui, pour l'architecture, l'urbanisme ou le paysage, peuvent aussi bien constituer un nouveau défi passionnant que donner lieu au pire. Rappelons que la ville durable fait allusion au développement durable, lui-même issu de la pensée écologique qui a pour socle fondateur la pensée systémique. Cette généalogie rapide permet de recadrer la notion, de plus en plus galvaudée et diluée, de ville durable. Lire les autres chroniques Prospectives :

Related: