background preloader

Les décroissants : être et ne plus avoir…

Les décroissants : être et ne plus avoir…
Fatigués de la course au "toujours plus", ils ont choisi de vivre mieux avec moins. Une nouvelle éthique de vie qu’ils mettent en actes au quotidien. Témoignages. Christilla Pellé Douel Sommaire Qu’on les baptise « décroissants », « créatifs culturels », « consomm’acteurs », que l’on range le mouvement dans un tiroir intitulé « simplicité volontaire » ou « downshifting », peu importe… Car la dynamique est bien là : de plus en plus de personnes, en Amérique du Nord comme en Europe, veulent cesser de se laisser déborder par une vie qui ne leur convient plus. Pour l’instant, impossible de chiffrer avec exactitude l’ampleur de la vague, mais des instituts d’études en marketing évoquent déjà une « tendance significative et en expansion (1) ». 1- Trends Research Institute (institut américain de recherche sur les tendances). Prise de conscience et passage à l’acte

Les grainothèques, semences à partager Pour la gratuité dans un monde où tout s'achète Le partage est une manière économique, libre et solidaire de faire (re)découvrir les trésors de la nature à nos enfants, à nos voisins... Alors que les graines reproductibles abondent dans nos jardins, les semences hybrides de l'industrie semencière constituent un véritable racket annuel des paysans et jardiniers. Pour la liberté d’échanger et de reproduire nos graines Le geste de l’échange est déjà interdit chez nos paysans et nombreux sont les projets de lois qui menacent sans cesse notre biodiversité cultivée. Pour un entretien citoyen de la biodiversité cultivée Mauvaise nouvelle, l’héritage de notre biodiversité est déjà perdu à 75% selon la FAO, détruit par une industrie qui nous impose un nombre toujours plus restreint de variétés. Pour des semences adaptées à notre territoire Des semences standardisées réclament des conditions standardisées, à grand renfort d’engrais et pesticides, et ne sont plus adaptées aux différents territoires.

La ferme de demain, écolo et prospère, existe déjà, nous l’avons visitée - Chavagne (Ille-et-Vilaine), reportage Une allée d’arbres fruitiers conduit le visiteur jusqu’à la cour bordée de bâtiments en vieilles pierres. Les poules picorent le carré d’herbe voisin. Au premier coup d’œil, le décor de la ferme des Petits-Chapelais, à Chavagne, en Ille-et-Vilaine, a un air désuet, mais les tracteurs au fond de la cour remettent une touche de modernité. Arrive, d’un pas décidé, Gilles Simonneaux, qui lâche un large sourire. Gilles Simonneaux. Il plante des céréales, met un hectare à disposition de Sylvie, la maraîchère, ouvre un magasin, amène quelques cochons... « Au départ on était deux à travailler sur 75 hectares, aujourd’hui on est dix sur une centaine d’hectares. » Des prairies et des champs de blé « Tout est parti de l’élevage laitier », poursuit-il. Désormais, d’un côté de la route s’étendent de vertes prairies et de l’autre, les champs de céréales où grimpent les liserons. Mise au four des pâtons. Autonomie énergétique Les panneaux solaires de la ferme.

Mr Mondialisation Le manque d’éthique de nos étiquettes Nous avons encore tous à l’esprit la catastrophe de Dacca au Bangladesh, où l’effondrement d’un immeuble abritant plusieurs ateliers de confection de marques internationales avait provoqué la mort de 1135 personnes. Malgré l’émoi et le raz-de-marée médiatique engendrés par ce drame, les conditions de travail des ouvriers du textile n’ont malheureusement pas évolué que ce soit au Bangladesh, au Cambodge ou ailleurs. Avec la campagne « The label doesn’t tell the whole story » (comprenez « l’étiquette ne vous raconte pas toute l’histoire »), le Canadian Fair Trade Network souhaite rappeler l’importance d’un commerce équitable garantissant des conditions de travail dignes et une rémunération juste pour les ouvriers. 100% coton. Par

GOLD OF BENGAL Les magasins collaboratifs qui font travailler leurs clients Le nouveau consommateur n’en finit pas de démontrer sa capacité à changer et à s’adapter à la nouvelle donne économique. Le marketing et le commerce suivent et ouvrent de nouveaux espaces dans lequel le “client roi” devient un “client acteur” puis un “client collaborateur”. En Israël, au Danemark aux USA, des supermarchés d’un nouveau genre adoptent un nouveau modèle. Park Slope : le supermarché dans lequel les clients travaillent Un magasin de Brookling (à New-York aux Etats-Unis) explore un fonctionnement originale où le social se mélange au commercial. Dans le supermarché de Park Slope, on peut acheter des produits à des prix imbattables en contre-partie du travail mensuel qu’on y effectue à raison de trois heures par mois. Le commerce communautaire, que certains appellent collaboratif, consiste à faire faire une partie ou tout le travail par les internautes ou le client (pensez à Wikipédia : tout le boulot est fait par les internautes) Egalité entre tous les clients

Simplicité volontaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La simplicité volontaire ou sobriété heureuse est un mode de vie consistant à réduire volontairement sa consommation, ainsi que les impacts de cette dernière, en vue de mener une vie davantage centrée sur des valeurs définies comme « essentielles ». Cet engagement personnel et/ou associatif découle de multiples motivations (voir section : Motivations) qui vont habituellement accorder la priorité aux valeurs familiales, communautaires et/ou écologiques. Histoire[modifier | modifier le code] Les précurseurs[modifier | modifier le code] Si on peut trouver l'origine de la simplicité volontaire chez les différentes formes d'ascétisme grecques et orientales, ces dernières étaient surtout motivées par une philosophie mystique, et c'est donc plutôt chez les stoïciens, les cyniques, et surtout chez Épicure qu'on peut voir la réelle apparition du concept de simplicité volontaire. Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les mégots vont enfin servir à quelque chose On les retrouve enfouis sous le sable des plages de nos vacances, jonchant les trottoirs des rues et jusque dans les nids d'oiseaux. Les mégots de cigarettes nous pourrissent la vie, sont un fléau pour l'environnement et ne servent (presque) à rien. En tout cas jusqu'à maintenant. Une équipe de chercheurs de l'université nationale de Séoul (Corée du Sud) a découvert que les mégots peuvent avoir leur utilité pour la science et pour la planète. Chauffés à très haute température, les filtres de cigarettes usagés (composés principalement d'acétate de cellulose) se transforment en un nouveau matériau à base de carbone et composé d'une multitude d'aspérités. Selon le site d'information Grist.org, les scientifiques à l'origine de cette trouvaille imaginent déjà des débouchés pour nos batteries de téléphones portables, pour les voitures électriques ou encore pour stocker l'énergie produite par les éoliennes. > Lire l'article sur Grist.org

Lester R. Brown Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lester R. Brown Lester R. Lester Russell Brown, né le , est un agroéconomiste et analyste environnemental américain. Il est le fondateur de l'institut Worldwatch ainsi que du Earth Policy Institute, organisation non gouvernementale basée à Washington D.C., dont il est actuellement le président. Avec des publications traduites dans plus de quarante langues, il est l'un des auteurs-essayistes les plus largement diffusés dans le monde. Jean-Louis Borloo, ministre français de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, reconnaît explicitement que Lester R. Biographie[modifier | modifier le code] Lester R. En 1966, le gouvernement américain le nomme administrateur du Service du développement agricole à l'étranger. Principaux ouvrages et idées développées[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

Le Farfouilli, un magasin gratuit dans le Pas-de-Calais ! - Ça drache en Nord Prends ce dont tu as besoin et/ou amène ce qui ne te sert plus ! C’est la devise de ce « Free Shop » ouvert il y a peu à Ferfay ! Une alternative à notre chère et tendre société de consommation qui fait son petit bout de chemin dans le Pas-de-Calais … Sur la page Facebook de la boutique on vous promet « du soleil, de la musique, de la bonne humeur et surtout de la gratuité ! », car ici tout est GRATUIT ! Vêtements, livres, vaisselle, décoration, jouets … Des objets en tout genre inondent cette caverne d’Ali baba ! Vous trouverez certainement votre bonheur, dans ce garage aménagé pour l’occasion. Le concept est novateur ! Ici, on ne parle pas d’argent. Une véritable zone de gratuité qui répond à la surconsommation de notre époque et où l’on apprend à récupérer, donner, recycler … Une belle initiative qui fait déjà de nombreux émules dans le Pas-de-Calais. Véritable projet communautaire d’entraide et de solidarité, « le Farfouilli » est ouvert lors de permanences le dimanche après-midi.

Related: