background preloader

"Le travail disparait, et c'est ce qu'on voulait" (Paul Jorion, CSOJ)

"Le travail disparait, et c'est ce qu'on voulait" (Paul Jorion, CSOJ)

Propagande US pour le choc des civilisations Ce qui est rageant c’est que les millions de musulmans ou assimilé comme tels (selon les propos même de notre illustre ex president, je cite, "musulman d’apparence" au moment où il pensait "tête d’Arabe") qui n’ont cure de ce choc des civilisations savamment entretenu se retrouvent sous des étendards qui ne sont pas les leurs. Nous sommes des millions à vaquer à nos occupations, sans aucune autre forme d’espoir que de mener une vie normale dans ce pays qui est le notre, et chaque jour on nous renvoi l’image de la victime Palestinienne, les fantômes d’Algérie, le féodalisme saoudien, l’exubérance des pays du Golf, les islamo-racailles des banlieues et autres terroristes tous plus sanglants les uns que les autres. J’ignore comment la France a décidé d’importer une population importante d’Afrique. Nous n’avons pas besoin d’étoile jaune. Nous sommes marqués au fer rouge. Je n’ai jamais vu les Corses prendre pour les crimes atroces perpétrés sur l’île.

Penser l’économie autrement, Paul Jorion et Bruno Colmant, à paraître mercredi, le 10 septembre Penser l’économie autrement (à paraître mercredi, le 10 septembre) Paul Jorion : [...] il existe une alternative qui avait été proposée par le philosophe économiste suisse Jean Charles Léonard de Sismondi (1773-1842). Ce qu’il avait proposé, c’est que tout individu qui est remplacé par une machine reçoive à vie une rente perçue sur la richesse que cette machine crée désormais à la place de celui qu’elle a remplacé. C’est assez révolutionnaire. Mais qui va payer cette rente chère à Sismondi? Paul Jorion : Il serait logique qu’en tenant compte de l’amortissement du robot, une partie du profit réalisé par l’entreprise irait, en sus d’aller aux actionnaires et à multiplier jusqu’à l’infini la rémunération des dirigeants comme c’est le cas aujourd’hui, à ceux qui ont été remplacés par la machine. Bruno Colmant : C’est effectivement assez révolutionnaire. La taxe « Sismondi » sur les gains de productivité est l’une des propositions phare de cet ouvrage. 1803 : La Richesse Commerciale 204. 208.

Discrimination dans le monde du travail - Ndema idriss, Laurent Ries, Renaud Heckmann Mémoire en Ressources humaines La discrimination dans le monde du travail Sommaire I. Introduction 1 1. II. 1. a) Le CV et la première sélection 5b) L'entretien 6c) La discrimination positive 10d) Les politiques actuelles de discrimination positive 13 2. a) Par l'employeur ou d'autres supérieurs 16b) Par les collègues 18 III. 1. a) Les stéréotypes 19b) Les préjugés 19c) Le racisme 20d) Le sexisme 20e) L'homophobie 21 2. a) La situation économique d'un Etat 21 b) En entreprise 21c) Chez l'employé et l'employeur 21d) Chez les clients 23 3. IV. 1. V. 1. a) Le harcèlement moral et sexuel 28b) L'égalité professionnelle et les quotas 32 2. 3. VI. VII. 1. La discrimination au sens large est définie comme étant un traitement inégal et défavorable à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes en raison de différences par rapport à d'autres individus placés dans des situations comparables. Le Code pénal définit la discrimination (article 225-1) comme suit : 2. 4.

Lexique : La propriété privée (Réseau Salariat) L'Arbre des Possibles - Carte des Futurs La carte des futurs interactive permet de visualiser les futurs possibles et les scénarios en relation avec ces futurs. Sur cette carte, une arborescence de thèmes détaillés: exploration spatiale, voyages dans le temps, téléportation, lecture de la pensée, villes sous-marines, ordinateur bionique, fin du pétrole, prise de conscience écologique, spiritualité... A ces thèmes se raccordent des événements. Et à ces thèmes et événements sont connectés les scénarios du futur imaginés par les internautes, ainsi que des "références" (infos, films, livres, etc). Cette carte est interactive. Enfin, pour chaque événement ou scénario, vous pouvez afficher tous les chemins qui y conduisent, afin de repérer ceux qui nous mènent vers les futurs les plus positifs ou vers des futurs indésirables... réalisation de la carte: Sylvain Timsit

Conférence de Nicolas Dupont-Aignant à Nancy L’est bien ce petit NDA. Il me rappelle pas mal le Mr Smith de Frank Capra, le gars qui a des principes et des convictions, qui garde sa candeur et n’aime pas se trouver des ennemis mortels, qui n’est pas trop sûr de lui et ne trompe pas les gens, mais dont l’intégrité convainc quand même, et qui préfère "perdre" que de se compromettre, quitte à se retrouver seul et raillé par les collègues, ce qui au contraire lui attire la sympathie du peuple. Moi qui n’ai plus voté depuis des années, parce que je n’attends rien de la politique, il me donne presque envie de retourner aux urnes, ne serait-ce que pour dire que j’emmerde tous les cancrelats de la politique, leurs mensonges, leurs tournures, leur carnaval grotesque de fausse grandeur, et qu’un "petit", jeune, simple et franc, a mon soutien face à cette cour des miracles.

CHYPRE, LE DÉBUT DE LA FIN, par Pierre Sarton du Jonchay Billet invité. Résumons le compte-rendu de François Leclerc sur les négociations bruxelloises à propos de Chypre. Un paradis fiscal a été démasqué et mis à mort au sein de la zone euro. Concrètement, les déposants inconnus qui se faisaient grassement rémunérer pour blanchir leurs capitaux en euros perdent officiellement leurs avoirs au-dessus de 100.000€. Comme l’annulation des dépôts en euros ne suffit pas à éponger les pertes des banques chypriotes, la troïka accorde à l’État chypriote un méga-crédit pour porter les pertes bancaires directement dans le budget public. La « bad bank » est un habillage comptable pour ne pas afficher la réalité des comptes publics chypriotes : au lieu de dire 60 % de déficit en 2013, on va dire 6 % de déficit supplémentaire pendant 10 ans ou 0,6 % pendant 100 ans. La restructuration du capitalisme financier à Chypre, c’est pour le moment le transfert des actifs toxiques qui valent 0 des comptes bancaires vers les comptes publics.

Ottawa comprend mal le monde du travail québécois, dit Agnès Maltais | Martin Croteau | Politique canadienne «Il y a peut-être une reconnaissance de la nation québécoise, mais il y a une méconnaissance des relations du travail au Québec», a dénoncé Mme Maltais dans une entrevue accordée à La Presse. Mme Maltais a écrit à son homologue fédérale, Lisa Raitt, cette semaine, pour lui demander de surseoir à la mise en oeuvre de cette initiative, parrainée par le député conservateur Russ Hiebert. Le projet de loi, adopté par la Chambre des communes mercredi soir, obligera les syndicats à déclarer les salaires de leurs employés ainsi que toute dépense de plus de 5000$. Dans chaque cas, ils devront déclarer le nom du bénéficiaire. La ministre Maltais fait valoir que la mesure va créer un «déséquilibre sérieux» entre syndicats et employeurs. Les constitutionnalistes qu'a consultés la ministre estiment que le projet de loi empiète sur le champ de compétence des provinces. Ottawa dans son droit, dit Bernier M. Le ministre Bernier s'est trouvé des alliés à Québec. Tribunaux

Related: