background preloader

Jeunesse et Internet : Un adolescent sur cinq croit tout ce que dit Google

Jeunesse et Internet : Un adolescent sur cinq croit tout ce que dit Google
La publicité sur Internet n’est pas toujours clairement définie. Et de nombreux jeunes internautes au Royaume-Uni n’arrivent pas à faire la différence avec une recherche classique. Les enfants et adolescents d’aujourd’hui ont beau être des « digital native », c’est à dire des jeunes ayant grandi dans un environnement numérique, cela ne veut pas dire qu’ils ont la faculté de déceler ce qui est vrai ou pas. Et de nombreux publicitaires jouent sur cette confusion. C’est ce qu’a mis en lumière Ofcom, un site anglais qui s’occupe de réguler les médias, dans leur dernière étude. Le constat est alarmant : selon eux, 20 % des jeunes âgés de 12 à 15 ans estiment que le résultat d’une recherche Google est forcément vrai. Dans un des tests, on montrait à des enfants âgés de 8 à 15 ans la première page de Google après une recherche pour des chaussures de sport. Des chiffres qui doivent en tout cas nous faire réfléchir sur l’accès des plus jeunes à Internet.

http://www.journaldugeek.com/2015/11/23/jeunesse-et-internet-un-adolescent-sur-cinq-croit-tout-ce-que-dit-google/

Related:  Comment les jeunes s'informent-ils en 2016 ?Développer l'esprit critiqueNumérique et pensée critiquepratiques adolescentesBazar temporaire 22

Comment s’informent les jeunes ? - La Croix Alors que La Croix publie, mardi 2 février, son baromètre annuel des médias, entretien avec Jean-Marc Merriaux, directeur du réseau d’éducation Canopé/Clémi. Les jeunes s’intéressent-ils à l’actualité ? Jean-Marc Merriaux : Oui, les jeunes s’intéressent à l’actualité mais ne la suivent pas sur les médias traditionnels (presse écrite, radio). Ils s’informent essentiellement sur Internet et notamment les réseaux sociaux, tels que Facebook et dans une moindre mesure Twitter.

Développer l'esprit critique... Ce résultat ne peut pourtant pas être imputé aux collègues, tous profondément convaincus du bien-fondé d'un tel objectif. Alors pourquoi n'y arrive-t-on pas ? Le problème, c'est que développer l'esprit critique chez tous les élèves est certes une jolie formule, forte, qui fait bien, mais si abstraite et si vague qu'elle empêche d'en voir les implications dans le concret, et d'admettre à quel point les pratiques courantes sont en contradiction avec elle. En fait, on retrouve ici l'un des problèmes majeurs de la formation des enseignants, bien connu des vieux formateurs dont je suis, et fort mal traité en formation, celui de la cohérence entre les buts et les moyens.

Démêler l'info de l'intox sur Internet Une histoire de fake Après les attentats de 2015, chacun s’est accordé à dire qu’il était impérieux d’éduquer plus finement nos élèves à l’utilisation d’Internet. Les fake et autres théories du complot s’immisçant insidieusement sur les murs Facebook et les fils Twitter des ados doivent nous amener à réagir sur le terrain de la pédagogie.

Fausses informations en ligne : les adolescents « facilement dupés », selon une étude Des chercheurs de l’université de Stanford qualifient la capacité de raisonnement des jeunes sur l’information en ligne de « désolante », étude à l’appui. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Alors que la question des fausses informations circulant en ligne a fait l’objet d’une polémique après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’université de Stanford (Californie) a publié, mardi 22 novembre, le résumé d’une étude à paraître sur le niveau de vigilance des adolescents et des jeunes adultes en la matière ; elle a été relayée par le Wall Street Journal. Constat : les ceux-ci sont rarement capables de distinguer le vrai du faux. Lire aussi : Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant »

Les jeunes, cibles de la pub - Média Animation asbl Une étude Médiamétrie réalisée auprès de jeunes de 11 à 18 ans, intitulée" Apprendre les médias, apprendre par les médias" (1) analyse la réceptivité des jeunes face à la publicité. Et paradoxalement, leur esprit critique. La pub fait partie de leur monde, ils l’apprécient mais savent en prendre distance. D’après l’étude, les jeunes sont attentifs messages publicitaires auxquels ils sont confrontés. 77 % le reconnaissent, même si la moitié d’entre eux précise le faire "sans grande attention". Les consommateurs attentifs se recrutent plus souvent chez les garçons que chez les filles, parmi les plus jeunes plutôt qu’auprès des adolescents, plutôt dans les familles nombreuses et dans les foyers ouvriers. La pensée critique - Pourquoi est-elle si difficile à enseigner ? Source : American Educator Daniel T. Willingham Traduction (avec l'autorisation expresse de l'auteur) : Françoise Appy Télécharger le document complet Tout un chacun est d’accord pour convenir que l’un des buts de l’école, même s’il est insuffisamment atteint, est de permettre aux élèves de développer une pensée critique.

Inspection de l'Education Nationale de Cluses - Le projet "S'informer et communiquer sur internet et les réseaux sociaux" S’informer et communiquer sur internet et les réseaux sociaux Découverte de la presse écrite papier et en ligne Info ou intox sur le web, comment faire la différence dès le primaire ?

La fille, la photo et la mauvaise réputation Le scénario est familier. Deux adolescents s’éprennent l’un de l’autre, se draguent, échangent des sextos. La jeune fille est sollicitée par son amoureux pour lui envoyer une photo intime. Elle se prête au jeu, lui aussi peut-être. Quelques jours, semaines ou mois plus tard, les amoureux sont en froid. La séparation est houleuse. Bruno Devauchelle : Quelle éducation à l'esprit critique à l'ère du numérique ? La notion "d'esprit critique" est souvent avancée sans forcément être précisée. La publication récente d'un article (revue "vivre au lycée" n°66, mars2015) et d'un dossier (Cerveau et Psycho n°72, novembre décembre 2015) sur le sujet apportent à cette notion des éclairages qui demandent à être discutés. En effet l'apparente évidence de l'esprit critique dont chaque adulte (et en particulier enseignant) est supposé pourvu est le plus souvent une impression, un sentiment, dont le fondement est discutable. Il suffit pour s'en rendre compte de constater combien chacun de nous utilise les outils les plus courants au quotidien (moteurs de recherche, télévision etc.) sans plus se poser de questions. Et ce alors que nous sommes prompts à argumenter sur l'indispensable esprit critique... dont tout le monde devrait faire preuve.

Les mécanismes de la désinformation Sur le net, on trouve à boire et à manger... Information, désinformation ou parfois erreurs sincères. Ce n'est pas forcement facile de s'y retrouver et moi-même, il m'est déjà arrivé de relayer une connerie via Twitter qui ensuite s'est avérée fausse. Bref, tout le monde est victime et coupable à la fois de cette désinformation, surtout à notre époque où la confiance dans les médias traditionnels est totalement rompue et où certaines sphères ont pour unique objectif d'orienter l'opinion publique pour gagner en pouvoir. Christophe Michel de la chaine YouTube Hygiène Mentale passe en revue ce qui motive les désinformateurs, qu'ils en soient conscients ou inconscients. Dans tous les cas, même si ça représente un peu de travail, il faut toujours recouper les sources, ou au moins aller jeter un œil sur des sites qui luttent contre ça comme le très connu Hoaxbuster.com.

Ni « putes » ni prudes, et surtout pas « pédés » : attentes de genre chez les adolescent.e.s La dizaine de collégiens s’anime soudainement. Nous venons de les questionner sur la pire chose qu’il pourrait leur arriver sur les réseaux sociaux. « Vous voulez dire un truc qui m’affiche ? », demande l’un d’eux. Les réponses fusent. Ils nous expliquent que ce qui « leur [foutrait] vraiment la honte », ce serait de se faire battre (de surcroît si l’agresseur est une fille), de devoir aller chercher l’aide d’un adulte, d’être vu en train de pleurer ou encore de passer pour un « pédé ».

Les images, ça se tord, se retourne, se coupe et s'adapte. C'est celui qui les… Les images, ça se tord, se retourne, se coupe et s'adapte. C'est celui qui les manipule qui manipule aussi celui qui les regarde. C'est ce que nous avons voulu montrer à des jeunes de la MJC de Châtillon-sur-Seine (21). Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique « Attention, c'est du lourd ! Le 12 juillet dernier, le site Cryptome, sorte d'ancêtre à Wikileaks, qui publie des documents que les gouvernements et les sociétés n'aimeraient pas voir sur le net, a mis en ligne le témoignage et les explications techniques d'un ex-agent de Cointelpro. Cointelpro est une organisation US liée au FBI dont la mission était de faire de la désinformation et de foutre le bordel parmi les groupes d'activistes.

YouTube, eldorado des prédateurs sexuels A la fin de la campagne présidentielle qui allait aboutir à l'élection de Donald Trump, en novembre dernier, parmi les quantités de théories du complot qui fleurissaient, il y en a une qui a laissé des traces sur le web américain: #pizzagate. Selon cette théorie, une pizzeria de Wahsington D.C. Comet Ping Pong, située dans un quartier chic du nord-ouest de la ville, abritait un réseau pédophile, mouillant des cadres du Parti Démocrate. Cette théorie inquiétait tant certains internautes qu'un dimanche après-midi, l'un d'entre eux, Edgar M. Welch, 28 ans est entré avec un fusil pour «enquêter lui-même». Il tire sans faire de dégâts.

Related: