background preloader

Un Nobel d'économie flingue le virage «scandaleux» de Hollande

Un Nobel d'économie flingue le virage «scandaleux» de Hollande
Dans la foulée de la conférence de presse de François Hollande, le gouvernement a assuré le service après-vente du virage économique du chef de l'Etat. «La politique de l’offre n’est ni de droite ni de gauche, elle est aujourd’hui nécessaire», assure ainsi Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, dans Les Echos.«L'idée que la gauche c'est dépenser, est dépassée (...) Nous avons d’emblée mené une politique réformiste, il nous faut maintenant entrer dans une nouvelle étape», ajoute Pierre Moscovici, ministre de l’économie dans Le Monde. Une nouvelle étape qui s’annonce justement désastreuse, rétorque Paul Krugman, dans une tribune au vitriol publiée ce matin par le New York Times. «Effondrement intellectuel» La conférence de presse de François Hollande le plonge dans un profond sentiment «de désespoir». Krugman n’a jamais été un grand fan de François Hollande. Christian LOSSON

http://www.liberation.fr/economie/2014/01/17/un-nobel-d-economie-flingue-le-virage-scandaleux-de-hollande_973632

Related:  Avis critique ou explication sur l'économiePolitique Economie

Jean Ziegler choisit son camp : « Retournez les fusils ! À mesure que se précise la débâcle dévastatrice du vieux système capitaliste, le citoyen responsable se devrait de prendre position. Le sociologue suisse Jean Ziegler, lui, n’y va pas par quatre chemins : « Retournez les fusils ! » Jean Ziegler (photo : AFP/Michael Gottschalk) News Republic Reuters Friday, January 17, 2014 7:52 AM GMT PARIS (Reuters) - Le déficit de l'Etat en 2013 devrait s'élever à 74,9 milliards d'euros, soit 2,7 milliards de plus que prévu lors du collectif budgétaire, en raison de recettes fiscales moins importantes qu'espéré, a annoncé jeudi le ministère des Finances. Ce résultat représente une amélioration de plus de 12 milliards d'euros par rapport à 2012, souligne-t-il dans un communiqué, ajoutant que les dépenses ont été strictement maîtrisées. Les recettes sont inférieures de 3,5 milliards d'euros à la prévision de la loi de finances rectificative, avec des écarts de 2,5 milliards pour l'impôt sur les sociétés et de 1,8 milliard pour l'impôt sur le revenu, liés selon le ministère à la faiblesse de la croissance économique en 2012 et 2013.

CHRONIQUE - Comme si la guerre était déclarée aux utopies "Il y aura donc un « avant » et un « après » Sivens. La mort tragique de Rémi Fraisse a agi comme le révélateur du fossé qui sépare deux visions du monde, de plus en plus antagonistes avec la crise et la raréfaction des ressources de la planète." - Noël Mamère - Il y aura donc un « avant » et un « après » Sivens. Le CODE CIVIL désormais réformé par Ordonnance !!! Fin de la démocratie Française Il y a quelques semaines , je publiais un billet d'humeur : Joyeux Noel , Aurevoir Monsieur le Député .. Ce billet concernait les dénis de démocratie auxquels nous assistons continuellement et l'inutilité grandissante du Parlement qui est désormais plus concerné par les faits divers que par la gouvernance économique sur laquelle il n'a plus le droit d'intervenir par ordre de l'Europe . Toutes les informations et les sources se trouvent dans l'article en question, donc je ne les recite pas ici . Je n'imaginais même pas avoir aussi rapidement une telle confirmation de la disparition de l'institution tellement cette décision me parait surréaliste . Décision qui a été totalement occultée par les amours du Président et qu'il s'est bien gardé d'évoquer lors de sa conférence de presse , craignant sans doute un sursaut de lucidité des journalistes présents dans la salle .

Les plumés de l’austérité se rebiffent ! Journée de grève, installation d’un faux péage à une entrée de la ville, envoi de grimaces au ministre des finances, photos du conseil municipal dans le plus simple appareil (ou presque)… Est-il du rôle des maires de se transformer en agitateurs ? Si nous avons dû lancer avec les élu-e-s et les habitant-e-s de nos villes de Seine-Saint-Denis le mouvement des «plumés de l’austérité»(1), c’est pour trois raisons : démocratie, justice, urgence. La démocratie Par les voies classiques, nous n’avons pas été entendus. 13 000 villes ou intercommunalités ont voté des motions contre la baisse programmée de 11 milliards des dotations budgétaires de l’Etat. Le gouvernement n’en a pas tenu compte. Est-il indécent de rappeler que la majorité politique qui dirige le pays s’est engagée à écouter et non à ignorer l’avis ainsi qu’à améliorer et non à dégrader la vie des couches populaires ?

L’Etat des libertés en France : les valeurs de 1789 s’éloignent, selon Dominique Rousseau Dominique Rousseau est professeur de droit public à l'université de Montpellier I, membre de l'institut universitaire de France et ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature. Quel est selon vous l’état des libertés en France ? En apparence, tout va bien. On peut manifester, acheter des journaux, aller et venir, ... En réalité, force est de constater une régression générale des libertés publiques au profit d’une politique de sécurité. Cette régression est invisible, elle se fait par petites touches, loi par loi, un peu à la manière impressionniste : il faut prendre du recul pour apprécier le tableau.

EDITO - Enquête sur la terreur capitaliste Jeudi 4 décembre, le quotidien L’Opinion a barré sa Une d’un grand titre "Enquête sur la terreur écologiste". Le lecteur était censé y apprendre, au long de deux pages perlées de fautes d’orthographe et de grammaire, que des écologistes - "quelques centaines" - faisaient régner... la terreur chez les patrons d’entreprises autour des sites du Testet, de Notre Dame des Landes et de Roybon. On apprenait de M. Eric Denecé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, qu’à Sivens et à Notre Dame des Landes, on avait "affaire à des activistes obtus, méchants et dangereux". D’où lui venait cette connaissance si intime et pleine de nuances des habitants des zones à défendre ? De l’opération du Saint Esprit, puisque ni lui ni les journalistes de L’Opinion n’ont été sur les Zad et que le site de ce brillant expert ne livre aucun document sérieux sur la "menace écologiste".

La dette publique de la France recule au 3e trimestre La dette publique de la France a légèrement diminué de 11,4 milliards d'euros entre le deuxième et le troisième trimestre 2013, pour s'établir à 1.900,8 milliards à fin septembre, soit 92,7% du produit intérieur brut (PIB), a annoncé l'Insee mardi. La dette brute française au sens des critères européens de Maastricht a ainsi reculé de 0,8 point par rapport à fin juin 2013, a précisé l'Institut national des statistiques et des études économiques. La contribution de l'Etat à la dette a diminué de 9,3 milliards d'euros au troisième trimestre, grâce à un repli de sa dette négociable à long terme (-15,2 milliards à 1.405,7 milliards) alors que celle à court terme a progressé de 5,6 milliards à 209,5 milliards. Les crédits sont passés de 248,7 milliards à 250,1 milliards à la fin du troisième trimestre. La contribution des administrations de sécurité sociale a été réduite de 1 milliard.

Un autre budget est possible Le gouvernement Valls, comme les précédents, mène une politique de l’offre qui est à la fois absurde en période d’atonie de la demande, et écologiquement catastrophique. Sur injonction de la commission européenne, cette politique s’accompagne d’une austérité imposée au plus grand nombre pour assurer la prospérité de quelques-uns. A cette double logique délétère, nous opposons le projet écosocialiste qui s’appuie sur une relance écologique de l’activité par une économie de réponse aux besoins réels humains. En effet toute croissance économique n’est pas bonne à prendre : les productions n’augmentent pas toutes le bien vivre. Ainsi certains secteurs doivent croître comme la santé, l’éducation la rénovation des bâtiments ou la filière des énergies renouvelables.

Compteur dette publique France Sauvons la chapelle templière de Libdeau Dette publique de la France : euros Pour réduire le chômage, il faut relancer les 35 heures À l’initiative du groupe UDI, l’Assemblée nationale a créé une commission d’enquête visant à mesurer l’impact économique, financier, social et sociétal des politiques de réduction du temps de travail et particulièrement des lois Aubry. Une commission d’enquête est composée de trente membres répartis au prorata du poids des groupes politiques dans l’hémicycle et siège pendant six mois. Pour mener ce travail, nous avons auditionné environ quatre-vingt personnes et nous sommes rendus à Berlin. Nous avons pu également nous appuyer sur les ressources de plusieurs administrations et institutions de recherches nationales et internationales. Baisse du chômage Les travaux de l’OFCE et de la DARES montrent que les 35 heures ont permis la création d’environ 350 000 emplois nets au moment où elles ont été mises en œuvre.

m.bfmtv.com - article Économie09/02 à 09:21 Mis à jour le 11/02 à 09:25 Les contribuables locaux, comme ici à Bordeaux, pourraient avoir de mauvaises surprises dans les prochaines années La remise à plat de la fiscalité ne concerne pas que l'impôt sur le revenu. Les taxes locales sont aussi au menu. Avec à la clé de possibles transferts de charges entre contribuables. Les 1% les plus riches toujours plus riches Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants, a affirmé Oxfam aujourd'hui à l'approche du forum économique mondial de Davos (Suisse), en appelant à "réécrire les règles" pour corriger ces inégalités "vertigineuses". Etude à l'appui, l'organisation non-gouvernementale a informé que "la part du patrimoine mondial détenu par les 1% les plus riches était passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, et dépasserait les 50 % en 2016". "En 2014, les membres de cette élite internationale possédaient en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte. Le reste du cinquième (20%, ndlr) le plus riche de la population possède 46% du patrimoine mondial alors que 80% de la population mondiale ne se partagent que les 5,5% restant", a précisé Oxfam. L'organisation, dont la directrice générale Winnie Byanyima va coprésider le forum de Davos, a réclamé "l'organisation cette année d'un sommet mondial sur la fiscalité pour réécrire les règles fiscales internationales".

Related: