background preloader

Gaël Giraud, du CNRS : « Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme »

Gaël Giraud, du CNRS : « Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme »
Contrairement à ce qui est écrit dans tous les manuels d’économie, l’énergie (et non le capital, sans elle inerte) se révèle être LE facteur essentiel de la croissance, selon Gaël Giraud, 44 ans, directeur de recherche au CNRS et jésuite. Economistes, perpétuez-vous depuis deux siècles la même bourde fatidique ? Gaël Giraud, directeur de recherche au Centre d’économie de la Sorbonne, spécialisé en économie mathématique, et membre depuis 2004 de la compagnie de Jésus. [Agence Sipa]. Quels sont d’après vous les indices d’un lien intime entre consommation d’énergie et croissance de l’économie ? Depuis deux siècles, depuis les travaux d’Adam Smith et de David Ricardo par exemple, la plupart des économistes expliquent que l’accumulation du capital est le secret de la croissance économique inédite que connaissent les sociétés occidentales, puis une partie du reste du monde. Croissance mondiale de l’économie, de la consommation d’énergie et de pétrole.

http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/04/19/gael-giraud-du-cnrs-le-vrai-role-de-lenergie-va-obliger-les-economistes-a-changer-de-dogme/

Related:  Regard critique sur le capitalisme et notre sociétéEnergie et environnement

Pour faire face au défi climatique : savoir réconcilier économie et écologie Edito : Pour faire face au défi climatique : savoir réconcilier économie et écologie Presque 8 ans après son premier rapport qui avait fait l’effet d’une bombe en montrant que le coût de l’inaction en matière de lutte contre le changement climatique pourrait atteindre 20 % du produit mondial brut en 2050, l’économiste Nicolas Stern (ancien Vice-Président de la Banque mondiale) vient de publier, à la demande de l’ONU, un nouveau rapport, en compagnie de l’ancien Président mexicain Felip Calderon, intitulé "Une meilleure croissance et un meilleur climat" (Voir The New Climate Economy). Cette étude remarquable montre que le développement économique n’est plus concevable s’il n’intègre pas comme composante essentielle un plan d’action mondiale pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et décarboner massivement notre économie d’ici le milieu de ce siècle. Comme toujours, Nicholas Stern fonde son d’analyse prospective sur une vision économique solide et très argumentée.

La voiture électrique n'est pas une voiture propre En Chine Volkswagen fait campagne pour la voiture électrique et promeut ses modèles e-Up et e-Golf. L'occasion de revenir sur la terrifiante mathématique des émissions de CO2 des véhicules électriques et le mensonge répété d'une voiture électrique propre. Salon de l'automobile Auto China à Pékin, 20 avril 2014. Pourquoi les chats de “Neko Atsume“ sont en train de conquérir le monde Sur une souche, entre la terrasse et la haie, le petit chat ne se lasse pas de jouer avec la balle de ping pong orange qu’on avait négligemment laissé trainer. A en croire nos dossiers, l’animal à la robe blanche et aux extrémités grises a pour nom Marshmallow et, malgré son caractère “distant”, c’est déjà la septième fois qu’il nous rend visite. A ce moment, il n’est pas seul car le “malicieux” Sunny – un habitué, déjà venu à seize reprises – s’offre une petite sieste sous une boîte en carton pendant que l’“aventureux” Socks s’éclate avec un ballon en forme de pastèque. Pas mal pour un mardi matin, mais on a déjà vu mieux.

Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa Tribune On savait depuis son livre sur la troisième révolution industrielle, mais cela se confirme avec son dernier livre (« La nouvelle société du coût marginal zéro », éd. Les liens qui libèrent, 2014) que Jeremy Rifkin envisageait l’avenir radieux de la production et de la consommation d’objets de sa future société d’hyperabondance sur le mode de « l’Internet des objets » : des imprimantes 3D partout, permettant à chacun de produire à domicile ou dans de micro-unités d’innombrables objets matériels de la vie quotidienne, jusqu’à des « voitures imprimées », en étant guidé par des programmes en ligne (logiciels gratuits), moyennant divers matériaux de base, plastiques souvent, mais aussi « ordures, papier recyclé, plastique recyclé, métaux recyclés... ». On a depuis longtemps l’Internet de l’information mais deux autres grands réseaux viendraient s’y connecter pour former le système de production du futur. Aucun autre « spécialiste » que Rifkin ne dit cela dans le monde !

Le nucléaire aurait empêché la mort de 1,84 million de personnes NUCLÉAIRE - Depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011, les gouvernements se sont tous posés la question des risques liés à l'énergie nucléaire. Deux chercheurs ont voulu prendre le problème dans l'autre sens: l'atome sauve-t-il des vies? Et l'étude publiée par la revue scientifique Environmental Science & Technology et repérée par C&EN mardi 2 avril, semble édifiante. D'autant qu'elle émane de sources crédibles et indépendantes de tout lobby du nucléaire. L'utilisation de l'énergie nucléaire a permis de sauver 1,84 million de vies, de 1971 à 2009. Comment Pushker Kharecha, chercheur à la Nasa, et James Hansen, ancien chercheur de la Nasa et l'un des premiers à avoir médiatisé la lutte contre le réchauffement climatique, sont arrivés à ce chiffre?

L’économie de l’offre? On a essayé et ça ne marche pas... Tout se passe (malheureusement) comme prévu. L’Insee a publié mi-août les chiffres du PIB au second trimestre et ils sont mauvais : l'économie française a stagné au cours de ce trimestre. Grâce aux importantes baisses de "charges" liées au pacte de responsabilité, les profits des entreprises se redressent pourtant rapidement : début 2013, selon l'Insee, elles (les Sociétés non financières (SNF) dans le jargon de la comptabilité nationale) ne dégageaient plus que 28 % de marges sur leur valeur ajoutée une fois payés salaires et fournisseurs, un niveau très bas ; début 2015, ce taux était remonté à 31 %, soit 34 milliards de profits en plus par an. Seulement voilà, ce gain a pour contrepartie une stricte austérité budgétaire. Du coup, la consommation des ménages est en berne. La forte baisse du prix du pétrole avait certes regonflé leur pouvoir d'achat et relancé un peu la machine début 2015, mais dès que le baril s'est stabilisé, la stagnation de la consommation a repris.

Jean Ziegler choisit son camp : « Retournez les fusils ! À mesure que se précise la débâcle dévastatrice du vieux système capitaliste, le citoyen responsable se devrait de prendre position. Le sociologue suisse Jean Ziegler, lui, n’y va pas par quatre chemins : « Retournez les fusils ! » Jean Ziegler (photo : AFP/Michael Gottschalk) 2014/04/11 > BE Etats-Unis 365 > Stockage de l'énergie : un lauréat du Concours Innovation 2030 à la conquête du marché américain Energie & EnvironnementStockage de l'énergie : un lauréat du Concours Innovation 2030 à la conquête du marché américain Energiestro, entreprise française spécialisée dans la production et le stockage d'électricité, a récemment été primée par le Concours Mondial de l'Innovation. Cette reconnaissance internationale arrive au bon moment pour la société, en plein effort de développement de ses ventes aux Etats-Unis. Rencontre avec son Président lors d'une démonstration à destination du public américain, dans un château promouvant non seulement la gastronomie, mais aussi les hautes technologies françaises.

Voici pourquoi Zynga ferme ses data centers et bascule sur Amazon Plusieurs startups abandonnent les services cloud d'Amazon, pratiques mais chers à l'usage. S'appuyer sur sa propre infrastructure serait bien plus économique... ou pas. La volte-face a de quoi surprendre. En 2009, l'éditeur Zynga s'affichait comme l'un des principaux clients des services cloud d'Amazon. Deux ans plus tard, il investit 100 million de dollars dans la construction de ses propres data center. De la dictature de l’audimat au règne de l’insignifiance Le frénétique zapping de l’information auquel se livrent les chaînes de « flux » et les réseaux sociaux ressemble à une opération d’enfumage permanent qui nous empêche de cerner l’essentiel. Depuis deux semaines, nous voyons déferler sur nos écrans les commentaires les plus crus sur un « dîner de cons » entre deux VIP de la noblesse d’Etat, messieurs Jouyet et Fillon... Quand ce n’est pas le couteau de Nabilla, cette starlette de la téléréalité, qui fait la une des magazines ou le buzz sur Twitter. A côté de cette écume du rien, la mort de Rémi Fraisse – qui aurait fait descendre des dizaines de milliers de personnes dans la rue il y a encore deux décennies – est traitée comme un fait divers. Les festival de l’insignifiance Il y a près de trente ans, je dénonçais « la dictature de l’audimat » (éd.

Des réseaux sociaux en pleine mutation LE SUCCÈS des réseaux sociaux surprend. Facebook est bien plus qu'un réseau social, c'est un service, nouveau certes, mais qui deviendra aussi important que le sont l'eau, l'électricité, les transports et les télécommunications. Les systèmes informatiques subissent une révolution majeure. D'abord, il n'y a presque plus de secteurs d'activité qui ne soient pas contrôlés, ou en passe de l'être, par des systèmes informatiques. Faut-il abolir la pollution Yannick Roudaut est codirigeant de l’agence de conseil en développement et stratégie durable Alternité. Il est l’auteur de La Nouvelle controverse (Editions La Mer Salée, 2013). « La pollution atmosphérique est aussi nocive que le tabagisme passif. » En publiant ces données le 24 novembre dernier, le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) nous place face aux conséquences de notre modèle économique. Combien d’enfants asthmatiques, combien de décès dus à une insuffisance respiratoire, combien de cancers faudra-t-il encore supporter pour que la pollution devienne inacceptable ? Dans une économie dopée aux énergies fossiles dont l’extraction et la combustion génèrent des pollutions, aucun responsable économique n’envisage sérieusement sa suppression, tant la question lui paraît absurde. Imaginer une société sans pollution est techniquement et culturellement inconcevable.

Related: