background preloader

Misère de l’humanité numérique

Misère de l’humanité numérique
Deux milliards de personnes sont aujourd’hui connectées à internet. D’ici quelques années, la majeure partie de l’humanité vivra enveloppée dans un flux constant d’informations. Les différents éléments de notre quotidien sont en train de devenir smart (les voitures, les frigos, les compteurs électriques, les lunettes, les montres, etc.), et nos organes ne tarderont pas à être eux aussi branchés uns à uns sur le réseau global. Ce monde numérique, où nous construisons une part croissante de notre existence, est façonné par à peine plus d’un millier de scientifiques et d’ingénieurs en informatique, dont la plupart œuvrent dans la Silicon Valley. Ils sont à l’origine, entre autres, du langage HTML, de l’ordinateur personnel, du iPhone, des principaux logiciels que nous utilisons chaque jour et des sites internet les plus visités au monde. Depuis trente-cinq ans, Jaron Lanier est l’un d’entre eux, même s’il ne leur ressemble pas. La sagesse aveugle des foules Réinstituer l’humain ? Related:  Pensée complexe et numérique

De l’impact du Web sur la pensée et l’attention — Enseigner avec le numérique 1. À propos de Nicholas Carr Je lis sur le Web donc je pense autrement Pr Michael Agger - Traduit par Peggy Sastre« Pour comprendre comment Internet nous transforme, Nicholas Carr est un excellent guide. Google et Platon Les inquiétudes que nous avons sur l’Internet, les anciens Grecs les avaient sur cette nouvelle technologie qu’était l’écriture… Platon démontre comment la nouvelle technologie de l’écriture est supérieure parce qu’elle permet une transmission ordonnée et logique du savoir... Comme un saumon à l’agonie Carr en vient à l’ère d’Internet armé des dernières innovations en matière de science du cerveau… « Quand nous surfons », écrit Carr, « nous entrons dans un environnement qui pousse à la lecture en diagonale, à une pensée pressée et distraite, et à un apprentissage superficiel ». Mots-croisés « Essayez de lire un livre tout en faisant des mots-croisés ; voici l’environnement intellectuel d’Internet »… En donc quoi, nous sommes un peu plus distraits ? Consommation distraite 2.

Workshop ENSCI - Strabic Des premières vidéos corporate (cf. The Decanter de la firme américaine Landor Associates, 1960) aux récentes conférences TED, des pavés autobiographiques tels que La laideur se vend mal de Loewy (1951) ou Une vie de création de Perriand (1998) aux livres numérisés ou purement numériques, des classiques Moleskine, des mythiques coins de nappes remplis de croquis jusqu’aux mindmaps les plus interactives, comment le designer parvient-il à communiquer sa pensée ? Dans l’esprit de notre revue Strabic.fr, questionnant la recherche en design et sa diffusion à l’ère du numérique, ce workshop propose d’expérimenter les possibles mises en forme de la pensée du designer et, plus particulièrement, d’éprouver leur adéquation avec l’espace web et ses modes de lectures particuliers : cartographie, vidéo, slideshow, animation, etc. Dans cette perspective, nous proposons une expérimentation de cinq jours. Déroulement du workshop : > Du lundi 26 au jeudi 29 mars : atelier.

Voir sito fin d'article / (La dictature invisible du numérique) -Dugain/Labbé [chronique] - C’est un tableau bien sombre que dépeignent Marc Dugain et Christophe Labbé dans leur ouvrage techno-critique L’homme nu, la dictature invisible du numérique, paru récemment chez Plon. Étrange rencontre entre un romancier et un journaliste, le bouquin n’en demeure pas moins un essai (de plus) tout ce qu’il y a de plus classique portant sur les dangers que pourrait représenter l’avancée du Léviathan numérique dans nos vies. Qui craint les grands méchants GAFA, grands méchants GAFA… L’homme nu offre tout sauf un contenu théorique. Tel un long catalogue de cas concrets où la technologie « déshabille » l’homme de ses facultés cognitives et sociales, on y liste les événements, rachats, accointances entre grandes entreprises de la Silicon Valley, agences de renseignement et gouvernements en quête de moyens de contrôle toujours plus poussés pour fliquer leurs ouailles. Une bonne entrée en matière pour aller plus loin Bonne(s) lecture(s) L’homme nu, la dictature invisible du numérique

Pourquoi le numérique est-il une culture ? Invité du CIGREF en tant que Grand Témoin, Milad Doueihi interpelle les acteurs de l’Entreprise Numérique ! Ses questions permettent de planter le nouveau décor qui s’impose aux dirigeants d’entreprises aujourd’hui, comme à la société en général. En effet, si le numérique est à la fois une science et une culture qui introduit de nouvelles valeurs, de nouveaux critères sur nos héritages culturels, l’entreprise peut-elle garder ses modèles d’affaires, ses options de création de valeur hérités de la culture précédente ? Milad Doueihi, auteur de « Pour un humanisme numérique », philologue et historien, titulaire de la Chaire des Cultures Numériques à l’Université de Laval au Québec. Merci au CIGREF de me donner l’occasion de partager avec vous quelques réflexions sur le monde numérique. J’aimerais aborder cette première question : pourquoi le numérique est-il une culture ? Synthèse vidéo : La culture numérique – Milad Doueihi from CIGREF on Vimeo. Pour aller plus loin… De l’index au visage…

Pensée et numérique : quels rapports? Article publié sur le site : Ecole branchée - Auteur : Audrey Miller Au dernier Sommet de l’iPad et du numérique en éducation, tenu à Montréal les 30 avril et 1er mai dernier, M. François Guité a prononcé une intéressante conférence sur le thème « Pensée et numérique : quels rapports? ». Voir quelques notes pour ceux qui n’y étaient pas et beaucoup de matière à réfléchir… En introduction de sa conférence, M. François Guité, consultant en éducation au Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Québec (MEESR), affirme qu’il constate avec le recul du temps que son propre rapport à la technologie n’est plus même depuis quelques années. C’est pourquoi lorsqu’il voit des gens, comme Stephen Hawking, prédire la fin de l’humanité à cause des machines, il considère qu’il faut s’arrêter, ne pas paniquer, et réfléchir à tout cela. M. « Notre métier, en tant que pédagogue, implique de transformer le cerveau des jeunes », exprime-t-il.

Discours et mémoire 7. La mémoire numérique. Réflexivité et technodiscursivité – La pensée du discours Il n’existe pour le moment quasiment pas de travaux sur la mémoire numérique dans une perspective linguistique, discursive ou textuelle. J’entends mémoire numérique au sens technodiscursif, et non au sens informatique (je n’intègre pas les aspects proprement techniques de l’archivage des données). C’est en revanche un objet de réflexion qui s’est beaucoup développé en sciences de l’information et de la communication, comme le précise Oriane Desseilligny : « En SIC, les travaux sur les rapports qu’entretient l’homme avec sa mémoire dans un contexte numérique se sont démultipliés ces dernières années à la faveur, par exemple, de technologies textuelles qui externalisent la fonction mémorielle (Le Deuff, 2010), de dispositifs socio-numériques qui se donnent pour des supports de mémoire modernes » (2012 : 96). Mémoire, information, présence – l’hypertextualité C’est sans doute la notion la plus anciennement et abondamment travaillée. – la trace ou présence numérique – la redocumentation

Pas d'intellectuels critiques dans le numérique Il manque au monde numérique des intellectuels critiques. Tel est le constat qu’un professeur de théorie politique américain, Henry Farrell, dresse dans le dernier numéro de la revue Democracy . Pourquoi est-ce important ? Qu’est-ce que Farrell reproche à tous ces gens ? Contrairement aux intellectuels d’antan qui étaient le plus souvent universitaires, ceux-là ne le sont pas, ils n’ont pas de base, même économique. Cela a des effets nombreux : la réduction du spectre politique (les opinions politiques de ces gens s’inscrivent dans un petit spectre qui va du libertarisme bon teint au libéralisme pragmatique, et exclut de fait des pensées plus radicales, à droite comme à gauche), mais aussi la production d’un discours assez uniforme (il y a des divergences, certes, mais pas de fond, tout le monde ou presque étant d’accord sur le fait que le progrès technologique est une bonne chose et que le marché est la force dominante de ce progrès). Pourquoi c’est grave ? Xavier de La Porte

Ce que le numérique peut en éducation Publiée par Canopé et sa délégation Éducation et société, la revue Diversité nous propose pour son numéro 185 un dossier où l’on peut lire de nombreuses contributions qui interrogent les relations souvent complexes entre le numérique et l’éducation, avec une ouverture hors des sentiers de l’école qui est la bienvenue, dans la partie « Le numérique pour la réussite et l’insertion des jeunes », peut-être la plus originale du dossier. Nous ne pouvons qu’être d’accord avec cette affirmation d’Emmanuel Davidenkoff : « Ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique. » Elle pourrait servir de sous-titre au dossier, car c’est un leitmotiv de plusieurs contributeurs : les questions techniques, de matériel, de logiciels sont finalement secondaires, et à l’heure où 83 % de la population française est connectée (contre 36 % en 2004), on ne peut plus raisonnablement parler de « fracture numérique » comme il y a dix ans, nous rappelle Pascal Plantard.

Automates Intelligents: Les technologies numériques comme prothèses à notre cerveau ? par Christophe Jacquemin Nous nous connectons à Internet... nous surfons de pages en pages par des liens qui nous promènent ici et là, et pendant ce temps nous sommes aussi bombardés de messages, d'alertes nous signifiant qu'un mail vient de nous arriver et, via flux RSS, qu'un blog ou site a été mis à jour. Que se passe-t-il alors dans notre esprit ? En quoi cet environnement électronique change-t-il notre état mental, voire notre comportement social ? Ces outils modifient-ils notre cerveau ? Bientôt, serons-nous encore capables de nous concentrer plus de quelques minutes sur un texte. Autre question à ajouter à toutes ces questions : doit-on considérer toutes ces interrogations comme pertinentes quand on sait qu'au cours des âges l'homme s'est constamment créé de nouvelles façons de penser. Lecture fragmentée ? Relevons cependant que diverses études détruisent ce mythe du "multitâche". Internet, un impact sur la façon dont on mémorise l'information dans notre cerveau ?

Related: