background preloader

Humanisme

Humanisme
Mouvement intellectuel qui s'épanouit surtout dans l'Europe du xvie siècle et qui tire ses méthodes et sa philosophie de l'étude des textes antiques. 1. Un terme à la multiple et féconde ambiguïté Le terme d'humanisme est l'un de ceux sur le sens desquels personne ou à peu près ne s'entend vraiment. En latin déjà, humanitas désigne ce qui distingue l'homme de toutes les autres créatures, ce qui, donc, est précisément le propre de l'homme, la culture. 1.1. Au Moyen Âge, on appelle humaniores litterae les connaissances profanes, telles qu'elles sont apprises dans les facultés des arts (notre actuel enseignement du second degré), qui ouvrent elles-mêmes accès aux facultés – de rang élevé – où l'on enseigne le droit ou la médecine. 1.2. 1.3. xviie-xixe siècles Dès la fin du xviie siècle, avec l'organisation des collèges, on appelle humanités les classes qui font suite à celles de grammaire et dans lesquelles on enseigne les lettres antiques. 1.4. 2. 2.1. 2.2. Une passion pour les Anciens 2.3. Related:  zigueGrandes idées

le classicisme en littérature 1. À l'origine du classicisme 1.1. Définition de la notion Comme tous les termes généraux qui sont d'autant plus vagues qu'ils nous sont familiers, il est malaisé d'élucider ce que recouvre la notion de classicisme. Mais, à ce compte, n'importe laquelle des plus admirables productions de l'esprit humain serait classique : à divers titres, les œuvres de Shakespeare, de Dante, de Dostoïevski en seraient les exemples les plus probants, tout comme celles des meilleurs écrivains dits « romantiques » (→ le romantisme en littérature). Accorder l'appelation de « classicisme » à la seule beauté reconnue et éprouvée par le temps conduit ainsi vers des contradictions et des confusions. En ce sens, le classicisme serait alors la traduction fine et nuancée de sentiments éternels transposés par la perfection d'un art. À cela, il faut ajouter le sens de la rigueur et de l'ordonnance, ce qui implique un réflexe de méfiance à l'égard de tout ce qui est instinctif, primaire et non contrôlé. 1.2. En France 2.

Langage et pouvoir symbolique L’acte de délégation et le fétichisme politique L’auteur analyse ensuite l’acte de délégation par lequel une personne donne pouvoir à une autre. Il qualifie cet acte de magique et précise qu’il permet de faire exister ce qui n’était qu’une collection de personnes plurielles, sous la forme d’une personne fictive, « un corps mystique incarné dans un corps social. » Pour pouvoir s’identifier au groupe et dire « je suis le groupe », « je suis donc le groupe est », le mandataire nous dit Bourdieu doit en quelque sorte s’annuler dans le groupe, faire don de sa personne au groupe, clamer et proclamer : « je n’existe que par le groupe .» Et donc nous dit Bourdieu l’usurpation du mandataire suppose la modestie et donc la dissimulation de l’usurpation (en s’affirmant comme simple ministre par exemple). Il y voit la définition même du pouvoir symbolique qui suppose la reconnaissance c'est-à-dire la méconnaissance de la violence qui s’exerce à travers lui.

Misandeau Philippe Humanisme L’humanisme est un mouvement culturel et artistique européen de la Renaissance qui se caractérise par la foi en l’homme, par l’intérêt pour toutes les formes de la connaissance et par la redécouverte de la littérature de l’Antiquité. Érasme, Éloge de la folie (1509)Toujours affamés et malpropres dans leurs écoles ; que dis-je, des écoles ? ce sont plutôt des laboratoires, ou mieux encore des galères et des prisons ; au milieu d’une cohue d’enfants, ils meurent de fatigue, sont assourdis par le vacarme, asphyxiés par la puanteur et l’infection, et cependant, grâce à moi, ils se croient les premiers des hommes. Sont-ils contents d’eux-mêmes quand, d’une voix et d’un air menaçants, ils épouvantent leurs marmots tremblants, qu’ils déchirent ces malheureux à coups de férule, de verges1 et de fouet, et qu’ils se livrent à mille accès de fureur !… Mais la haute opinion qu’ils ont de leur savoir les rend encore bien plus heureux. « L’humanisme est une éthique de confiance en la nature humaine.

L'Humanisme (XVIe siècle) Les courants littéraires ► vous êtes ici Courants littéraires XVIe siècle L’humanisme est un mouvement d’idées qui culmina en Europe au XVIe siècle. Il place au-dessus de toutes les valeurs la personne humaine et la dignité de l’individu. L’humanisme en tant que mouvement visant à renouer avec certaines valeurs de l’Antiquité fait partie intégrante de la Renaissance. En Italie, des érudits comme Coluccio Salutati (1331-1406) et le Pogge diffusèrent des œuvres d’auteurs romains, tandis que d’autres, comme Guarino Veronese (1374-1460) et Francesco Filelfo (1396-1481) révélèrent à leurs contemporains des auteurs grecs de l’Antiquité. Le début de l’Humanisme français fut marqué par le philosophe et théologien Jean de Gerson et ses amis du collège de Navarre, fondé en 1304 sur l’emplacement de la future école Polytechnique sur la montagne Sainte-Geneviève à Paris. Articles connexes Suggestion de livres Articles recommandés pour vous…

naturalisme École littéraire amorcée par le réalisme, groupée autour de Zola, qui visait, par l'application à l'art des méthodes et des résultats de la science positive, à reproduire la réalité avec une objectivité parfaite et dans tous ses aspects, même les plus vulgaires. Dans une fin du xixe siècle fascinée par la science, le naturalisme, véritable système d'analyse et d'explication de la nature, est l'aventure d'un groupe fortement structuré par la personnalité d'Émile Zola. Afin de chercher la vérité et de la donner à voir, il privilégie le roman, qui sera plus que tout autre le genre des grandes œuvres naturalistes. Prenant la relève du réalisme, qui a surtout cherché à décrire minutieusement la réalité, le naturalisme prétend faire de la littérature un mode d'expérimentation du monde réel. La tradition attribue à Zola la remise à la mode du terme « naturaliste » pour désigner une littérature scientifique, qui « obéisse à l'évolution générale du siècle ». Un groupe en rupture La méthode Le style

Les phrases de Nelson Mandela qui ont inspiré l'humanité Dans cet article, nous allons parler de l’une des personnalités qui a marqué son temps. Avec une vie exemplaire et un grand talent, Nelson Mandela nous a légué de nombreuses choses, notamment des phrases inspiratrices qui peuvent nous aider lorsque nous traversons une mauvaise passe. Pour résumer la vie de cet homme merveilleux, nous pouvons dire qu’il a vécu en Afrique du Sud, qu’il fut le pionnier de l’anti-Apartheid, qu’il fêta ses 27 ans en prison, qu’il fut le premier président noir de son pays en 1994, qu’il prêcha pour la paix, l’unité raciale et le pardon, qu’il travailla pour la charité et qu’il mourut à 95 ans en 2013. Il est l’un des grands leaders du monde qui, grâce à sa vie et son combat, nous a donné l’un des meilleurs exemples de lutte pour la liberté. Les phrases de Nelson qui font réfléchir L’écriture de Mandela était si précise qu’elle donne la sensation qu’il est en train de nous parler réellement. Réflexions de Mandela sur l’humain et la mort

le Parnasse Mouvement de poésie française (xixe s.) qui s'opposa aux épanchements romantiques et prôna une perfection formelle et un lyrisme impersonnel. Les Parnassiens étaient des poètes de tempéraments divers, mais qui reconnaissaient pour maîtres Théophile Gautier, Leconte de Lisle, Baudelaire et Théodore de Banville, groupés autour de la Revue fantaisiste (1861) de Catulle Mendès, puis de la revue l'Art (1865) de Xavier de Ricard. Le nom du groupe date de la parution du recueil collectif le Parnasse contemporain (1866), qui réunissait, outre le nom des maîtres, José Maria de Heredia, Sully Prudhomme, Coppée, Léon Dierx, Louis Ménard, Verlaine et Mallarmé. Humanis : Mutuelle Santé, Prévoyance, Retraite, Epargne le romantisme en littérature Le romantisme est certainement le plus populaire des mouvements littéraires et, sans doute aussi, le moins facile à cerner dans les profondeurs. Omniprésent d'un bout à l'autre de l'Europe sans revêtir jamais les mêmes formes ni recouvrir les mêmes significations, réduit dans bien des cas à de simplistes manifestations d'un épanchement de sensibilité, il souffre de son prestige autant qu'il en bénéficie. 1. Définition de la notion 1.1. L'origine du mot romantisme renvoie au substantif roman, qui, en ancien français, est synonyme de « langue vulgaire », par opposition à la « langue noble », le latin. À partir du xive siècle, le mot roman ne sert plus qu'à désigner des récits de chevalerie en vers, puis en prose. 1.2. Emprunté par l'anglais, romant donne le dérivé romantic (attesté dès 1650), dont le sens recouvre celui de l'adjectif français romanesque. Même s'il pénètre dans la langue littéraire, l'adjectif romantique désigne une réalité encore floue. 1.3. 2. 2.1. 2.2. 3. 3.1. 3.2. 3.3.

Grand Entretien avec Richard David Precht “L’école doit redevenir un lieu qui stimule l’esprit créatif et le bonheur d’exister” Patrice van Eersel L’homme est par ailleurs un passionné de sciences, notamment de neurologie. Une passion qui, curieusement, l’amène aujourd’hui à focaliser son attention sur l’école et la pédagogie. Et à proposer une véritable utopie éducative pour le XXIe siècle. C’est surtout pour cette raison que nous désirions le rencontrer. Oui, depuis l’enfance ! Paradoxalement, je les aimais tant que je n’ai jamais voulu les mêler à la chose scolaire. Votre dernier livre, « Anna, l’école et le bon Dieu » (pas encore traduit en français), utilise les récentes découvertes sur le cerveau pour s’attaquer férocement au système scolaire occidental dont vous dites qu’il « trahit nos enfants »… Absolument. Pourquoi dites-vous qu’il faut, non pas réformer, mais révolutionner l’école ? Pour au moins deux raisons. Vous insistez beaucoup sur l’ennui des élèves d’aujourd’hui… C’est une aberration. Les Français citent pourtant volontiers l’école allemande, supposée très ouverte aux activités physiques quotidiennes… Pourquoi ?

réalisme Tendance littéraire et artistique du xixe s., qui privilégie la représentation exacte, tels qu'ils sont, de la nature, des hommes, de la société. Définitions Introduction « Réalisme » est d'origine récente. Pour les historiens de la philosophie, à partir du xixe s., le réalisme est d'abord la doctrine des réalistes (reales), opposée à celle des nominalistes (nominales) dans la querelle des universaux (les scolastiques n'emploient jamais les termes de réalisme et de nominalisme). Réalisme et réalismes Les historiens de la littérature française ont coutume d'appeler réalisme la période 1850-1885. Définition du réalisme À la limite, le réalisme est un non-sens artistique, puisque toute œuvre est expression, linguistique par exemple, pour la littérature. Réalisme et sciences humaines Le réalisme dans la littérature française Conclusion Pour en savoir plus, voir l'article réalisme [littérature]. Le réalisme dans les arts plastiques Le réalisme a eu des précédents avant 1848. La peinture La sculpture

Related:  jojo04