background preloader

De l’annotation aux marginalia

De l’annotation aux marginalia
Une des marques les plus visibles de la lecture est l'annotation. La « fabrique de la lisibilité » comprend ainsi des gestes de lecteurs, désireux d'aménager le champ de leurs lectures, pour leur usage personnel ou pour celui d'autrui : il s'agit de gestes qui vont de l'annotation individuelle aux pratiques normatives de l'enseignement ou de l'édition savante, en passant par des formes d'écriture multiples qui, sur des plans différents, viennent encadrer un texte, l'expliciter, le mettre en perspective et ouvrir les voies de sa réception pour des lecteurs supposés dociles. Dans les manuscrits du Moyen Âge, il n'est pas rare de rencontrer, dans les marges, des indications relatives à l'établissement du texte - notes de l'auteur destinées au scribe, notes d'un copiste à un autre copiste -, mais aussi des témoignages de lecture du texte sous forme de notes manuscrites, de dessins ou de signes à l'encre. Outre les inscriptions rappelant l'identité du possesseur d'un manuscrit . . Related:  Livres anciens

Medieval manuscripts blog As the British Library's major exhibition Magna Carta: Law, Liberty, Legacy draws to a close — it's been an amazing 5 months — we'd like to take this opportunity to showcase some of the key British Museum loans in the display. The Library and the Museum have a long, shared history and a very close working relationship; and so we were absolutely delighted when the British Museum so kindly agreed to lend us some amazing objects for our exhibition. We're very grateful to our counterparts in the Departments of Coins and Medals, Prehistory and Europe and Prints and Drawing for making this possible. It's another great example of collaboration between two national institutions (here's another blogpost about the loans from The National Archives). Magna Carta: Law, Liberty, Legacy would not have been the same without these key loans from our friends at the British Museum. Julian Harrison, Co-curator, Magna Carta: Law, Liberty, Legacy

Notes de lecture sur les notes de lecture. Amis bibliophiles, lisez-vous vos livres ? Pas plus que moi, j’imagine, et pas moins. C’est une question qui me taraude souvent. Ce livre aux marges généreuses que j’ai sous les yeux, si propre et si blanc, a-t-il été lu avant moi ? S’il ne fait pas de doute que le livre non coupé n’a jamais été lu, le doute subsiste pour tous les autres. « J’ai acheté les œuvres de Varron, imprimées par Henri Estienne, en 1573, avec les annotations de Scaliger, etc. Cette citation en exergue de l’article d’Emmanuelle Chapron, « Lire la plume à la main » (1) m’a frappé (d’autant plus qu’il pleut depuis 4 jours, ici en Bretagne, et que je ne peux pas sortir). Fig 1 Annotations manuscrites sur la page de table d’une édition vénitienne de Plutarque de 1496. En effet, les Marginalia, ces notes qui remplissent la marge ou, plus souvent encore, les pages de garde des vieux ouvrages viennent ajouter à la pensée première de l’auteur une pensée seconde. Fig 4 Prise de note pendant un cours sur Juvenal. Textor

medievalfragments | Turning Over a New Leaf Restauration de livres anciens, reliure d’art - Annick Vatant, Atelier du Chapitre Manuscrits | Gallica Durant la Révolution française, les saisies et confiscations font entrer à la Bibliothèque nationale les collections de la Sainte-Chapelle, de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Victor, Notre-Dame de Paris, etc., où avaient été réunis quelques-uns des chefs-d'oeuvre de l'enluminure médiévale, tandis que les grandes bibliothèques municipales du pays recueillent parallèlement de très nombreuses collections d'abbayes, d'institutions religieuses et de nobles émigrés. Aux XIXe et XXe siècles, les collections s'ouvrent aux manuscrits littéraires, notamment après l'entrée des manuscrits et dessins de Victor Hugo, ainsi qu'aux grandes missions scientifiques en Orient, comme celle de Paul Pelliot en Asie centrale et en Chine. Les manuscrits numérisés dans Gallica représentent toute la richesse des collections de la BnF. Découvrir le fonds des manuscrits

Nettoyage et soins des livres anciens ‹ Essentiam, livres anciens et art de vivre Cet article concerne le nettoyage et les soins des livres reliés en cuir. Sont donc exclus de ce traitement les percalines et les cartonnages, qui feront prochainement l’objet d’un article approprié. La méthode et les conseils que nous allons développer sont valables pour tout type de cuir : basane, veau, maroquin, livres anciens et modernes (cf : savoir reconnaître le cuir des reliures). Le cuir sans soin, sans nettoyage, sans nourriture, se dessèche (car il contient de l’eau). Nous essayerons de décrire le plus précisément possible le matérielles gestesles étapes nécessaires à la bonne pratique de ces soins. Procurez-vous le matériel suivant : - une éponge naturelle (éponge de mer) Chez un bon « droguiste » ou dans un magasin de bricolage, vous trouverez ce type d’éponge. - un pot de SAVON BRECKNELL de Carr &Day & Martin. - un sèche-cheveux Inutile d’utiliser le meilleur, contentez-vous d’un petit sèche-cheveux de voyage. - une serviette éponge Le livre à nettoyer Phase de séchage

C.F.R.P.E. Olivier Maupin Roman de la Rose: Accueil Bibliothèque numérique du Roman de la Rose Bienvenue à la Bibliothèque numérique du Roman de la Rose, un projet collaboratif des bibliothèques Sheridan de la Johns Hopkins University (JHU), et de la Bibliothèque nationale de France (BnF). La création de ce site et la numérisation des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France ont été possibles grâce au généreux soutien de la Fondation Andrew W. Mellon. La Bibliothèque numérique du Roman de la Rose a pour but de créer une bibliothèque virtuelle rassemblant tous les manuscrits contenant le poème du XIIIe siècle intitulé Roman de la Rose. Cette bibliothèque numérique présente de nouveaux contenus et des fonctionnalités améliorées. Les collections, les services et les logiciels de la Bibliothèque numérique du Roman de la Rose se proposent d'évoluer.

Manuel Roret du Relieur - Renseignements divers - Nettoyage des livres - Moulin du Verger Nettoyage des livres On rencontre souvent des volumes couverts de certaines taches très désagréables, qui fatiguent l'oeil de celui qui est jaloux de la propreté, et un relieur ne doit pas ignorer l'art de les faire disparaître. La blancheur du papier s'altère de deux manières différentes, ou par la vétusté, surtout lorsqu'il est exposé au grand air et à la poussière comme les cartes géographiques, qui ne sont pas ordinairement sous verre ; ou par des taches d'huile, de graisse ou d'encre. Les papiers écrits sont ou manuscrits ou imprimés : nous ne connaissons aucun moyen assuré pour enlever sur les manuscrits la teinte jaunâtre que la vétusté leur communique ; on s'apercevra que les procédés que nous ferons connaître pour blanchir les papiers imprimés, tendent tous, ou à faire disparaître l'encre ordinaire, ou à la dissoudre de manière à former sur le papier des nuances partielles plus désagréables que n'était, avant l'opération, la couleur jaunâtre dont il était teint. M.

ATELIER RELIURE A MONTREUIL BELLAY lien google maps LIENS TOURISME : www.ot-saumur.fr Et si vous veniez passer "quelques jours à Montreuil Bellay" ?

Related: