background preloader

La traite des Noirs en 30 questions par Eric Saugera

La traite des Noirs en 30 questions par Eric Saugera
Introduction ? Le trafic " connu sous le nom de traite des Noirs ", selon une formule en vogue sous la Restauration, a profondément marqué l’histoire et la mémoire des hommes. Du milieu du XVe siècle à la fin du XIXe siècle, des millions d’êtres humains ont été arrachés au continent africain et conduits vers des terres étrangères et lointaines - qui les rendirent esclaves. C’est aux XVIe et XVIIe siècles que les puissances maritimes européennes récemment installées en Amérique mirent en place la Grande Déportation par l’Atlantique et c’est au siècle suivant qu’elles la portèrent à son apogée. Aujourd’hui, cette Déportation est clairement dénoncée comme un crime contre l’humanité. Mais l’opinion d’alors ne la percevait pas ainsi parce que l’esclave nègre n’était pas un homme. Qu’est-ce que la traite des noirs ? C’est au milieu du XVe siècle que les Portugais commencèrent à trafiquer des hommes sur une côte africaine dont ils faisaient la connaissance. Quelle différence avec l’esclavage ?

http://hgc.ac-creteil.fr/La-traite-des-Noirs-en-30

Related:  Commerce triangulaire et traite négrièreEsclavagisme et traite négrièreLes Grandes explorationsC1/ Bourgeoisies marchandes, négoces internationaux et traite néTraite et esclavage

Les traites négrières, ou les limites d'une lecture européocentrique Mais tout d’abord, qu’est-ce que la traite, et que peut-on dire, rapidement, à propos de son historiographie ? On peut faire remonter l’historiographie des traites négrières à l’extrême fin du XVIIIe siècle, époque à laquelle, abolitionnisme aidant [1][1] On remarquera d’ailleurs – et cela mérite d’être noté..., commence à apparaître véritablement une volonté de compréhension et de mise en perspective de l’histoire de « l’infâme trafic ». La seconde période, les années 1930, correspond aux premières approches scientifiques de la question. L’histoire des traites naît alors simultanément des deux côtés de l’Atlantique, avec les travaux, notamment, d’Elizabeth Donnan, aux États-Unis, et du père Dieudonné Rinchon, en France [2][2] Elizabeth DONNAN (ed.), Documents illustrative of the....

Planche de l'Encyclopédie : une sucrerie antillaise [source] [image] Previous article AGRICULTURE ET ECONOMIE RUSTIQUE, |SUCRERIE ET AFFINAGE des Sucres. (Page 18:1:11) SUCRERIE ET AFFINAGE des Sucres. La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité. Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles. Les armateurs rochelais ont été accusés de retenir la solde des déserteurs, ou celle des marins qui ont fait naufrage, au détriment des familles, ce contre quoi le député rochelais à l’Assemblée nationale, Samuel de Missy s’est battu.

L'esclavagisme américain, un marché lucratif et cruel Société L'esclavagisme américain, un marché lucratif et cruel Le mercredi 16 novembre 2016 Même si la traite transatlantique d'esclaves a été prohibée aux États-Unis en 1808, un système d'esclavagisme interne y a survécu pendant plusieurs décennies. L'historienne Marise Bachand explique à Jacques Beauchamp les rouages de ce marché aux esclaves, aboli en 1865. Elle raconte le déroulement de la vente des Noirs, qui donnait lieu à des séparations de famille.

La France esclavagiste : 250 ans d’iniquités et de profits colossaux - Ça m'intéresse Monument en mémoire de l'esclavage, sur l'île de Gorée (Sénégal). © Ji-Elle (domaine public), via Wikimedia Commons A l’occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions ce mardi 10 mai 2016, retraçons en cinq questions l’histoire de la France esclavagiste (1642-1848). 1. La Rochelle, l'Aunis et la Saintonge face à l'esclavage Présentation de l'ouvrage : La Rochelle est au XVIIIe siècle le second port négrier de France. Les armateurs de la cité aunisienne ont transporté, depuis les rivages africains vers les plantations des Amériques, 160000 Africains depuis les années 1640 jusqu’au début du XIX siècle, dont 130000 pour le seul XVIIIe siècle.

La définition de l'esclavage dans l'Encyclopédie [source primaire] Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, article « esclavage » du chevalier de Jaucourt, 1755. Extraits. « Après avoir parcouru l’histoire de l’esclavage, nous allons prouver qu’il blesse la liberté de l’homme, qu’il est contraire au droit naturel et civil, qu’il choque les formes des meilleurs gouvernements, et qu’enfin il est inutile par lui-même . La liberté de l’homme est un principe qui a été reçu longtemps avant la naissance de Jésus-Christ, par toutes les nations qui ont fait profession de générosité. La liberté naturelle de l’homme c’est de ne connaître aucun pouvoir souverain sur la terre et de n’être point assujettie à l’autorité législative de qui que ce soit, mais de suivre seulement les lois de la Nature : la liberté dans la société est d’être soumis à un pouvoir législatif établi par le consentement de la communauté, et non d’être sujet à la fantaisie, à la volonté inconstante et arbitraire d’un seul homme en particulier.

Liste de films sur l'esclavage et la ségrégation raciale aux Etats-Unis Depuis l'accession d'Obama à la présidence des Etats-Unis, le cinéma américain a tendance à se réapproprier l'histoire de l'esclavage et de la ségrégation raciale. Voici une liste des films qui évoquent ces périodes. Certains réalisateurs non américains ont également traité ce sujet, comme Bertrand Tavernier (Dans la brume électrique), Lars von Trier (Manderlay), Fassbinder (Whity), ou encore Werner Herzog (Cobra Verde sur le commerce d'esclaves). La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité. Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles. Les armateurs rochelais ont été accusés de retenir la solde des déserteurs, ou celle des marins qui ont fait naufrage, au détriment des familles, ce contre quoi le député rochelais à l’Assemblée nationale, Samuel de Missy s’est battu.

Stedman, la répression des esclaves du Suriman [images] John Gabriel Stedman Narrative of a five years’ expedition against the revolted negroes of Surinam in Guiana, on the wild coast of South America from the year 1772 to 1777, elucidating the history of that country and describing its productions… Londres, J.

Related: