background preloader

Mémoire de la traite négrière de l'esclavage et de leurs abolitions

Mémoire de la traite négrière de l'esclavage et de leurs abolitions
Des journées de commémoration de l’abolition de l’esclavage sont aussi célébrées à Mayotte le 27 avril, le 22 mai en Martinique, le 27 mai en Guadeloupe, le 10 juin en Guyane et le 20 décembre à La Réunion. De la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en 1789 à la première abolition en France en 1794, puis à la seconde en 1848 ; de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948 à la reconnaissance en France en 2001, de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité, le combat abolitionniste depuis plus de deux siècles se situe au cœur du droit à la dignité humaine. Si la traite atlantique et les systèmes esclavagistes avaient disparu à la fin du dix-neuvième siècle, l’engagement pour l’abolition de l’esclavage est toujours d’actualité. Selon la définition des Nations Unies, une personne asservie est un individu dont le mouvement ou la possibilité de prendre des décisions sont à ce point réduit qu’il n’a pas le droit de choisir son employeur. Article 4 Related:  3. La traite négrièreRessourcesEn mémoire

Trans-Atlantic Slave Trade Roll over names of designated regions on the map above for descriptions of the role of each in the trans-Atlantic slave trade. The North American mainland played a relatively minor role in the trans-Atlantic slave trade. Its ports sent out less than five percent of all known voyages, and its slave markets absorbed less than four percent of all slaves carried off from Africa. An intra-American trade in slaves – originating in the Caribbean - supplied additional slaves, however. This region was exceptional in the Americas in that a positive rate of natural population growth began relatively early, thus reducing the dependence of the region on coerced migrants. The Caribbean was one of the two major broad regional markets for slaves from Africa. Brazil was the center of the slave trade carried on under the Portuguese flag, both before and after Brazilian independence in 1822, and Portugal was by far the largest of the national carriers.

Bordeaux, la difficile mémoire de l'esclavage Un mascaron représentant le visage d’une africaine sur une façade à Bordeaux (Wikipedia) Samedi 10 mai, une cérémonie commémorative de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, se tient à Bordeaux, conformément à la loi Taubira. Deuxième port négrier de France, la ville a mis du temps à s’interroger sur ses responsabilités. Son passé ne passe pas tout à fait, et soulève encore des polémiques politiques et universitaires. La commémoration de l’abolition de l’esclave a un goût spécial à Bordeaux. « On pourrait le résumer en une phrase. Chemins d’esclaves Une conférence-colloque intitulée « Chemins d’esclaves » se tiendra ce samedi 10 mai à la bibliothèque Mériadeck. Organisée avec la LICRA, dans le cadre du cycle des Cafés LICRA, cette rencontre sera animée par Olivier Caudron, directeur de la Bibliothèque municipale de Bordeaux depuis septembre 2013. D’ailleurs Karfa Diallo, le président de la Fondation du mémorial de la Traite des Noirs, n’en démord pas : Blocages et crispations

Comité national pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage-Martinique Le mémorial Cap 110 de Laurent Valère, situé Anse Caffard, en Martinique, fut édifié en 1998, sur le territoire et à l’initiative de la ville du Diamant à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Le site a été choisi en hommage aux victimes du dernier naufrage de navire négrier de l’histoire de la Martinique. Aux abords de l’Anse Caffard, du nom du colon Jean Caffard, un navire transportant 300 esclaves s’échoua en pleine tempête sur les rochers de la côte, la nuit du 8 avril 1830, alors que la traite avait été déclarée illégale. Le bateau fut entièrement détruit, son nom et sa nationalité jamais établis. Six cadavres furent repêchés. Le concepteur, Laurent Valère, est un Martiniquais né en 1959. Jean-Luc Bonnniol, Université d’Aix-Marseille III, France. Photographies : Free on line Photos (FOLD),

accueil Ce site web propose des ressources pédagogiques pour enseigner l’histoire des traites négrières, de l’esclavage colonial et de leurs abolitions. Il est réalisé par des enseignants, des formateurs, des chercheurs de France, de Grande Bretagne, d'Haïti et du Sénégal. La conception et la programmation ont été assurées dans le cadre du projet européen EURESCL par des développeurs du Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) de l'académie de Créteil et complétées par la suite par les collaborateurs du Centre international de recherches sur les esclavages (CIRESC) accompagnés pour l’aspect technique par ceux de Gens de la Caraïbe. Le projet EURESCL a été financé dans le cadre du thème Sciences socio-économiques et humaines du 7e PCRD de la Commission européenne. Le site est destiné aux enseignants du Primaire et du Secondaire ainsi qu'aux élèves et à toute personne intéressée par ces questions. On y trouve : Marie-Albane de Suremain Eric Mesnard

Traite négrière à Bordeaux Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La traite négrière à Bordeaux est à l'origine de la déportation de plus de 130 000 esclaves noirs vers les possessions françaises. Avec 508 expéditions négrières, Bordeaux se place en deuxième position des ports français pour l'ensemble de la période concernée. Si la traite négrière contribua à développer la puissance économique de Bordeaux, c'est essentiellement le commerce des denrées coloniales, produites par les esclaves, qui a enrichi la ville. Contexte[modifier | modifier le code] La traite atlantique, faite par les Européens et les Américains, a déporté 12 à 13 millions de Noirs, dont l'essentiel à partir de la fin du XVIIe siècle. La France métropolitaine arma environ 4 220 navires négriers et se classe au troisième rang des nations négrières après la Grande-Bretagne et le Portugal[2]. Chronologie de la traite bordelaise[modifier | modifier le code] L'histoire de la traite négrière à Bordeaux débute au XVIe siècle.

Le jour où le fils d'un négrier bordelais a dénoncé l'esclavage « L’Abolition de l’esclavage dans les colonies françaises en 1848 » (détail) par François-Auguste Biard, 1848 (DR). Il y a 226 ans, un discours dénonçant la traite des Noirs amorce l’abolition de l’esclavage en France. Il est prononcé à Bordeaux, le 26 août 1788, par André-Daniel Laffon de Ladebat, fils d’un négrier bordelais. « C’est un crime public que j’attaque… dont l’Europe s’est rendue coupable. Le discours d’André-Daniel Laffon de Ladebat (Wikipedia) C’est ainsi que débute le « Discours sur la nécessité et les moyens de détruire l’esclavage dans les colonies » que prononce le 26 août 1788, devant l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, André-Daniel Laffon de Ladebat (ADLL) qui se qualifie de « fils d’un marchand de nègres ». Un discours qui fait sensation Il rappelle ensuite que la liberté, est un droit fondamental : « Le pacte social est détruit par l’homme qu’on enchaîne. Une partie de l’auditoire est médusée même si la traite fait débat.

Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre Saint-Barthélemy : abolition de l'esclavage | Mémoire St Barth Reproduction interdite Un bien long processus Évoquée pour la première fois par le Roi de Suède vers 1835 suite au « Slavery Abolition Act » anglais de 1833, l'abolition de l'esclavage à Saint-Barthélemy fit l'objet d'un bien long processus et ne se scella définitivement qu'en octobre 1847... soit tout juste quelques mois avant les abolitions dans les colonies françaises voisines : au grand regret de Victor Schœlcher, qui y trouve par ailleurs encore là matière à la justification du dédommagement des propriétaires / maîtres. Les très enrichissants « Très humbles rapports » (1841 à 1844) du gouverneur suédois de Saint-Barthélemy, James Haasum, sont les témoignages qui font seuls foi de la situation des esclaves en ces veilles d'abolition; tandis que la presse française (Annales maritimes et coloniales - 1843) fait écho du plan d'émancipation. 529 esclaves contre $ 44.680 Spanish dollars

mascarons de bordeaux Qu’a-t-il de particulier ? Reprenons pour cela l’angle d’étude proposée ci-dessus. Un emplacement : la clef des arcs C’est manifestement sa place privilégiée à Bordeaux, soit en clef de fenêtres soit en clef de portes. La représentation anthropomorphique domine Les visages d’hommes et de femmes dominent ; les représentations et les attitudes sont d’une grande variété à Bordeaux. A cette palette expressive de figures féminines gracieuses ou de portraits de notables s’ajoute l’histoire de la ville de Bordeaux, premier port de France au XVIIIe siècle : - goût de l’exotisme avec de nombreuses têtes de Turcs reconnaissables à leur turban et pierreries (visage turc quai Richelieu), des visages de marins (rue du Mirail) © M. - visages africains qui nous rappellent que le commerce triangulaire fit la richesse de la ville (mascaron de visage africain avec boucles d’oreilles rue d’Aviau, tête de femme noire sur la place de la Bourse). © M. Les motifs d’accompagnement © M. En guise de conclusion

Les traites négrières et l’esclavage Le 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, à Pointe-à-Pitre le Mémorial ACTe, "plus grand centre mondial sur l'esclavage". L’esclavage dans les programmes scolaires Ressources pour intégrer la thématique de l’esclavage dans les programmes scolaires. Sur Portail Histoire Géographie Eduscol : Un événement : la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions Enseigner l'histoire de l'abolition de l'#esclavage @reseau_canope Des ressources : Des ressources : N.B. Mémorial de l’abolition de l’esclavage

Related: