background preloader

Nantes et le commerce triangulaire : anniversaire abolition de l'esclavage

24 avril 199823715 vues02min 56s EN CE 150EME ANNIVERSAIRE DE L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE,REPORTAGE A NANTES,PRINCIPALE PORT DU COMMERCE TRIANGULAIRE EN FRANCE. - En 3 siècles,plus de 1750 bateaux ont quitté NANTES pour transporter leur cargaison d'esclaves noirs vers les AMERIQ... + de détails Emission SOIR 3 Production producteur ou co-producteur France 3 Nantes

http://www.ina.fr/video/CAC98016566

Related:  la traite transatlantiqueEsclavage

La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité. Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles.

Portraits de deux époux nantais ou les symboles de la réussite marchande au XVIIIème siècle Contexte Malgré son orthographe légèrement complexe, la plupart des Nantais connaissent le terme « Deurbroucq ». Et pour cause, à Nantes, l’un des plus beaux monuments de style néo-classique porte ce nom. Datant de 1769 et imaginé par l'architecte - enfant du pays - Jean-Baptiste Ceineray, l’hôtel particulier de cette célèbre famille d'origine gantoise dominait l’ancien quai de l’île-Gloriette (avant les comblements de la Loire). Il est l’aboutissement logique de la carrière de Dominique Deurbroucq (1715-1782).

La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité. Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles. Les armateurs rochelais ont été accusés de retenir la solde des déserteurs, ou celle des marins qui ont fait naufrage, au détriment des familles, ce contre quoi le député rochelais à l’Assemblée nationale, Samuel de Missy s’est battu.

Sénat Junior - L'esclavage Un esclave est une personne qui n’est pas libre car elle appartient, comme un objet, à une autre personne. Elle doit lui obéir en toutes circonstances et travailler pour elle sans être payée. Apparu dans l’antiquité, l’esclavage est largement répandu dans la Grèce antique ou au sein de l’Empire Romain. On estime par exemple qu’au IVeme siècle avant Jésus-Christ à Athènes, le nombre d'esclaves s'élevait à 250 000, soit près d’un habitant sur deux. L’esclavage a aussi été largement présent dans le monde arabe ou encore en Chine. Brève chronologie de l’esclavage XVe siècle Christophe Colomb découvre l’Amérique alors qu’il cherchait à rejoindre les Indes, en Asie. traité de Tordesillas. Le pape Alexandre VI Borgia divise et répartit le nouveau monde entre les deux grandes puissances catholiques : l’Espagne et le Portugal. XVIIe siècle Colonisation de la Martinique et de la Guadeloupe.

Le commerce triangulaire La mise en valeur des territoires américains, depuis les débuts de la colonisation au XVIe siècle, constitue, avant tout, un moyen d’approvisionner en produits tropicaux les marchés européens. Est ainsi instauré, dans ces nouvelles possessions composées de grandes surfaces agricoles, un « système de plantation » qui nécessite une main d’œuvre abondante pour le défrichement des parcelles, la préparation des terres, la plantation et les récoltes. La solution retenue consiste à faire appel à une main d’œuvre servile, docile, jugée apte à des travaux pénibles réalisés dans des conditions climatiques difficiles. À la recherche de nouveau profits Le commerce triangulaire s’organise alors dès le XVIe siècle (900 000 personnes) pour s’amplifier aux XVIIe (3 à 4 millions) et XVIIIe siècles (7 à 8 millions).

La Route de l'Esclave L’ignorance ou l’occultation d’événements historiques majeurs constitue un obstacle à la compréhension mutuelle, à la réconciliation et à la coopération entre les peuples. Aussi l'UNESCO a décidé de briser le silence sur la traite négrière et l’esclavage qui ont impliqué tous les continents et provoqué des bouleversements considérables modèlent en conséquence nos sociétés modernes. Lancé en 1994 à Ouidah, au Bénin, le projet La Route de l’esclave poursuit un triple objectif: Contribuer à une meilleure compréhension de ses causes et des modalités d’opération ainsi que des enjeux et des conséquences de l’esclavage dans le monde (Afrique, Europe, Amériques, Caraïbes, l’océan Indien, Moyen Orient et Asie) ;Mettre en lumière les transformations globales et les interactions culturelles issues de cette histoire ; et Contribuer à une culture de la paix en favorisant la réflexion sur le pluralisme culturel, le dialogue interculturel et la construction des nouvelles identités et citoyennetés.

La traite à la « côte d'Angole » Contexte historique A la fin du XVIIIe siècle, de nombreux négriers européens vont pratiquer la traite de Noirs sur la « côte d’Angole » qui désigne alors non seulement l’actuelle Angola, au Sud du fleuve Zaïre, mais surtout au Nord, les royaumes du Congo : le Loango, le Kacongo et le Ngoyo ou Gabinde, particulièrement productifs. Les captifs, que les Européens appellent Congos, viennent de la périphérie de ces royaumes, sur une aire d’environ 300 km et arrivent aussi, par le fleuve, de régions plus lointaines du centre et du sud de l’Afrique. Les archives de ce trafic se recoupent avec des récits de voyages, parfois illustrés. Capitaine négrier à la » côte d’Angole », en 1786-1787, Louis Ohier de Grandpré mène ensuite une vie aventureuse sous la Révolution, tour à tour armateur et marchand, agent secret, officier, ingénieur et écrivain féru de botanique. Analyse des images

Fonds de cartes Les fonds de cartes en téléchargement ci-après sont disponibles selon les termes de la licence ouverte Etalab. Il est simplement demandé aux utilisateurs d'apposer la mention IGN 2012 ou 2016 - Licence ouverte.Les fichiers au format pdf sont modifiables avec Adobe Illustrator CS5. - Fonds de cartes de la France métropolitaine - Fonds de cartes des départements d'outre-mer- Fonds de cartes de l'Europe Fonds de cartes de la France métropolitaine(Échelle : 1/5 400 000) Poster « Nouveau découpage des régions »

Related: