background preloader

Le chomage a une histoire

Le chomage a une histoire
Related:  Vidéos / Documentaires EconomieVidéos, documentaires

L’économie décolle sur ARTE › Temps forts Du 7 octobre au 4 novembre, ARTE explore toutes les facettes de l’économie moderne : mainmise du capitalisme financier sur la production, évolution des modèles économiques, blanchiment d’argent, alternatives à la croissance… Des patrons et des hommes « Fortunes et bijoux de famille » - Mardi 7 octobre à 20h50.Les belles années du capitalisme productiviste et glorieux. « Capitalistes sans entreprises » - Mardi 7 octobre à 22h05. Le capitalisme « Adam Smith : à l’origine du libre marché ? « La richesse des Nations, nouvel évangile ? « Ricardo et Malthus, vous avez dit liberté ? « Et si Marx avait raison ? « Keynes / Hayek, un combat truqué ? « Karl Polanyi, le facteur humain » - Mardi 28 octobre à 23h35 L’économiste hongrois Karl Polanyi était en avance sur son temps. l’économie collaborative « Echange, troc et partage, bien plus qu’une mode ? « Echange, troc et partage, un business comme les autres ? « Sacrée croissance !

Grève et "défilé de mode" à l’Hôtel Hyatt Vendôme - CNT-Solidarité Ouvrière Toujours en grève, les salariés, équipiers, femmes de chambre, gouvernantes de la société de nettoyage Française de services ainsi que des salariés de l’hôtel Park Hyatt Vendôme à Paris, soutenus par le syndicat CNT-Solidarité ouvrière du Nettoyage, le Syndicat CGT des HPE et l’US Commerce et Services CGT, appelaient à un rassemblement de soutien, mardi 24 septembre à 12h. En écho à la "fashion week" qui se tient à Paris, ce défilé tenait à montrer la détermination des salariés…

Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises » Basta ! : Les combats que vous menez sont liés à la souveraineté – alimentaire, sur les terres, l’eau, les semences. Qu’est-ce que la souveraineté ? En quoi est-ce un enjeu majeur du 21e siècle ? Vandana Shiva : La redéfinition de la notion de « souveraineté » sera le grand défi de l’ère post-globalisation. Pour garantir cette souveraineté, faut-il fermer davantage les frontières ? Aucune frontière n’est jamais totalement fermée. Nous ne disons pas « non au commerce », mais « non au commerce dérégulé ». Le protectionnisme peut-il être une solution face à cette exploitation du vivant, en empêchant les multinationales d’avoir accès à ces ressources qu’elles exploitent ? Tout comme nous devons redéfinir la notion de souveraineté, nous devons repenser la notion de protectionnisme. La protection de nos paysans est un « protectionnisme vital ». Vous écrivez que « le libre-échange est un protectionnisme pour les puissants ». Il y a deux types de biens communs. Vidéo : Nadia Djabali

Travail, salaire, profit - Emploi Le travail et l’emploi apparaissent souvent comme deux termes interchangeables. De façon ordinaire, aujourd’hui, c’est l’emploi qui est le plus souvent utilisé pour désigner le travail… Seraient-ils de faux jumeaux ? Étude des incroyables transformations du management contemporain, ainsi que de l’invention de l’autoentrepreneuriat comme forme moderne de l’emploi. Crise néolibérale La série documentaire Travail, salaire, profit nous entraîne dans les arcanes de l'économie mondiale, jugée bien souvent trop opaque pour en saisir tous les tenants et les aboutissants. L'étude de cas, didactique et passionnante, est pourtant salutaire, à l'heure d'une crise massive du capitalisme, notamment via son avatar contemporain, le néolibéralisme, rejeté en bloc par une grande partie de la société.

TSCG - Une playlist sur Dailymotion Dailymotion Sign in Playlist created by Mediapart | 11 videos Le débat TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (Bonus finances publiques) Create a Videozap Create a Videowall Create a Jukebox Grid List now playing Le débat TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (Bonus finances publiques) By Mediapart Le débat du TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (3/3) TSCG-Debat Trautmann Romagnan 3 TSCG-Debat Trautmann Romagnan 2 TSCG-Debat Trautmann Romagnan 1 TSCG : Cazeneuve - Joly, leurs désaccords sur le pacte budgétaire Bernard Cazeneuve sur les 3% de déficit Bernard Cazeneuve pour un "nouveau traité" européen Joly-Cazeneuve : la majorité et le TSCG Le débat du TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (2/3) Le débat TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (1/3) Added by Mediapart last year 625 views 564 views Débat entre deux socialistes en désaccord sur le TSCG : l'eurodéputée Catherine Trautmann le défend tandis que la députée nationale Barbara Romagnan s'y oppose. 355 views 361 views 887 views 554 views 250 views 224 views

Travailler c’est trop dur ? Parmi les mesures prévues par le projet de réforme des retraites porté par le gouvernement, l'instauration d'un "âge pivot" a cristallisé de nombreux mécontentements. Travailler plus longtemps suscite un rejet net dans une partie de l'opinion. De nombreux facteurs justifient cette hâte du moment de la retraite : la pénibilité du travail ou encore une espérance de vie en bonne santé qui stagne. Au-delà de ces questions, ce conflit n'est-il pas aussi révélateur d'une crise plus profonde, celle d'une perte de sens du travail ? Qui s'épanouit encore au travail ? Pour en parler, nous recevons Danièle Linhart, sociologue du travail, directrice de recherche émérite au CNRS, auteure notamment de La Comédie humaine du travail publié aux éditions Erès en 2015. Le travail, lieu de la parodie du bonheur Face à l'émergence des chief happiness officers, qui veillent à l'épanouissement des salariés au travail, Danièle Linhart porte un regard très pessimiste :

Pourquoi la fondation Gates finance Total, Coca et McDo Où les bons samaritains placent-ils leur argent ? Chez McDo, BP, Coca-Cola, Exxon Mobil et même dans une société de prisons privées. C’est ce qu’ont découvert les journalistes du magazine américain Mother Jones en épluchant la déclaration fiscale 2012 (en pdf) de la fondation Bill et Melinda Gates. Officiellement, les 36 milliards de dollars (26,24 milliards d’euros) de cet empire aussi riche que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont censés « lutter contre la faim et l’extrême pauvreté ». Sylvain Lefèvre est chercheur à la chaire de responsabilité sociale et de développement durable de l’université du Québec à Montréal (UQAM). Terra eco : Pour une fondation qui dit œuvrer pour la santé, investir 2,2 milliards de dollars (1,5 milliard d’euros) dans l’entreprise McDonald’s, c’est normal ? Sylvain Lefèvre : Ce n’est pas vraiment surprenant. Une fondation américaine a donc deux visages ? Ce système n’est-il pas schizophrène ? C’est déjà arrivé. Pour aller plus loin :

Une intellectuelle à l’usine - Ép. 1/4 - Simone Weil, philosophe sur tous les fronts Simone Weil est née en 1909 à Paris dans une famille juive. Elle devient plus tard l’élève du philosophe Alain qui la surnomme la martienne. Elle entre à l’Ecole Normale Supérieure et devient agrégée en 1931. L'invité du jour : Robert Chenavier, agrégé de philosophie, président de l’Association pour l’étude de la pensée de Simone Weil, directeur de la publication des Cahiers Simone Weil, responsable de l’établissement des Œuvres complètes de Simone Weil aux éditions Gallimard Auteur de Simone Weil : une philosophie du travail aux éditions du Cerf et Simone Weil : l’attention au réel aux éditions Michalon. L'attente de la vérité Simone Weil dit qu’au fond, toute sa vie a été consacrée à ce qu’elle appelle l’attente de la vérité mais elle dit toujours que la vérité est expérimentale, donc, si on veut parler d’elle, c’est toujours de la vérité de quelque chose et si on veut parler de la vérité du travail, et bien il faut se faire ouvrière, ce qu’elle a fini par faire. Sons diffusés :

Entretien avec Olivier Berruyer : La fin d'un monde Employés d’abattoir ou quand le travail rend fou, sur France 2 Ames sensibles, restez. C’est à vous, et donc à nous tous, êtres humains, que le documentaire d’Anne-Sophie Reinhardt, formidable de par sa forme et son fond, s’adresse. L’on n’y verra aucune des images dérangeantes diffusées dans les médias, notamment par le biais de l’association L214, pour dénoncer les conditions sordides dans lesquelles sont abattus les animaux destinés à notre alimentation. Lire le récit : Ciblé par L214, l’abattoir en Dordogne suspendu après une enquête vétérinaire « Je suis un élément de l’industrie de la mort. » Celui qui parle n’est pas un tortionnaire, mais un simple employé d’abattoir qui a accepté cet emploi pour nourrir une famille, échapper à la précarité, au chômage, à la rue, même. Les mots remplacent les images, et s’impriment d’autant mieux chez qui sait écouter la souffrance de ces travailleurs invisibilisés. « Personne ne reste s’il n’entre pas dans le moule. » Moins que la mise à mort, c’est le travail à la chaîne qui rend fou. Audrey Fournier

Related: