background preloader

Les esclaves et la danse

Les esclaves et la danse
Contexte historique Une main d’œuvre servile peuple en nombre considérable les Antilles et les Amériques proches de celles-ci. Les propriétaires des plantations de canne à sucre ou de coton, avant l’invention de la photographie, font faire des peintures-souvenirs : portraits de la famille, petites scènes de genre, tableaux dont un des principaux objectifs est de rendre visible l’heureux aboutissement d’une ambition de prospérité harmonieuse dans la plantation. Certains maîtres tolèrent à leurs esclaves un repos le dimanche ; il arrive alors parfois que l’esclave et sa famille ne soient pas nourris par leur maître, ce dimanche devant être consacré à la culture vivrière d’un lopin de terre concédé autour de la case. Cette peinture non signée est attribuée à Augustin Brunias(1730-1796), peintre italien mort à la Dominique après avoir passé trente ans aux Antilles. Analyse des images Brunias observe. Interprétation Le tableau prend alors une signification plus profonde. Auteur : Yves BERGERET Related:  Les traites négrières et l'esclavagebooda

Les routes de l'esclavage à travers le Sahara en 1791 La connaissance de l’Afrique A la veille de la Révolution, le tracé des côtes d’Afrique est établi avec précision, notamment dans les zones où se pratique le plus important des commerces, la traite des Noirs, en direction des Antilles et des côtes des Amériques. La région du Niger et du Sénégal où des royaumes moins étendus remplacent les anciens empires est mieux cartographiée, grâce aux données plus précises rapportées par des voyageurs audacieux. Plusieurs récits de voyageurs et des cartes plus précises témoignent du désir de pénétrer à l’intérieur du continent, à la fin des années 1780, même si leur publication n’est effective qu’après la Révolution. Ces nouvelles avancées dans la découverte du Sahara n’ont pas échappé à l’homme des Lumières qu’est Jean Benjamin de Laborde (1734-1794). La carte Sur le quadrillage scientifique des latitudes et des longitudes, cette carte dresse l’état des connaissances topographiques sur l’Afrique du Nord et de l’Ouest en 1791. « M.

le budget prévisionnel Après mon premier article qui expliquait d’une manière général les étapes de préparation d’un film cette semaine nous allons aller plus loin dans l’explication de ce qu’est un budget prévisionnel. Nous verrons dans un prochain article comment faire un devis et comment rechercher des financements. Apprendre le cinéma…du moins apprendre à faire du cinéma n’est pas une chose facile…Apprendre comment faire un film en mettant toutes les chances de son côté est une chance. Si je peux vous aider à y voir plus clair c’est déjà ça de gagné. C’est parti. Prévoir pour quoi faire ? Avant de tourner il faut faire les comptes. Pour faire un budget prévisionnel vous devez lister tous les postes : production, mise en scène, casting, régie, décoration, habillage, maquillage, coiffure, image, son, machinerie, éclairage, ventousage, cascade, post-production, cantine et prévoir l’imprévisible… Il vous faut allouer une enveloppe à chaque poste. Prenons un exemple : L’image L’équipe Technique : Revenons au budget :

ducation WP6 - Enseignement et recherche en interaction Bienvenue Ce site propose des ressources pédagogiques pour enseigner traites, esclavages et leurs abolitions, de l'Antiquité à nos jours, ainsi que des réflexions sur les enjeux et débats que l'enseignement de ces questions sensibles peut susciter. Il est réalisé par des enseignants, formateurs, chercheurs de France, de Grande Bretagne, d'Haïti et du Sénégal, membres d'EURESCL. La conception et la programmation ont été assurées par des développeurs du CRDP de L'académie de Créteil. On y trouve des documents variés, de qualité, présentés de manière scientifique et didactique. Le site s'adresse à des enseignants du premier et du second degré, mais aussi à leurs élèves, et à toute personne s'intéressant à ces questions. WP6 - bridging research and education welcome This website contains resources for teaching slavery studies and a range of contemporary issues and debates related to slavery.

Les routes de l'esclavage à travers le Sahara en 1791 La connaissance de l’Afrique A la veille de la Révolution, le tracé des côtes d’Afrique est établi avec précision, notamment dans les zones où se pratique le plus important des commerces, la traite des Noirs, en direction des Antilles et des côtes des Amériques. La région du Niger et du Sénégal où des royaumes moins étendus remplacent les anciens empires est mieux cartographiée, grâce aux données plus précises rapportées par des voyageurs audacieux. Plusieurs récits de voyageurs et des cartes plus précises témoignent du désir de pénétrer à l’intérieur du continent, à la fin des années 1780, même si leur publication n’est effective qu’après la Révolution. Ces nouvelles avancées dans la découverte du Sahara n’ont pas échappé à l’homme des Lumières qu’est Jean Benjamin de Laborde (1734-1794). La carte Sur le quadrillage scientifique des latitudes et des longitudes, cette carte dresse l’état des connaissances topographiques sur l’Afrique du Nord et de l’Ouest en 1791. « M.

Diversité des styles A) Une diversité de styles Le croisement des cultures L'étude des cultures amérindiannes et Arawaks, puis Caraïbes pour la Guadeloupe par l'intermédiaire de l'archéologie et de l'anthropologie a pu mettre en valeur quelques éléments des pratiques musicales des ces populations 1. Cependant des recherches comparatives doivent être poursuivies pour comprendre leurs influences sur les nouvelles populations d'origine africaines, européennes ou asiatiques. Avec une approche ethno-historique, l'étude des communautés africaines et afro-américaines devrait permettre de mieux saisir les musiques actuelles des guadeloupéens. Des travaux importants ont, d'ores et déjà, été réalisés dans des pays voisins de la Caraïbe ou des pays d'Amérique Latine ou d'Amérique du Nord. Le croisement des cultures a produit en Guadeloupe, une grande diversité des styles apparentés aux musiques traditionnelles. Aujourd'hui, le secteur des musiques traditionnelles admet qu'il existe plusieurs courants musicaux :

La traite à la « côte d'Angole » Contexte historique A la fin du XVIIIe siècle, de nombreux négriers européens vont pratiquer la traite de Noirs sur la « côte d’Angole » qui désigne alors non seulement l’actuelle Angola, au Sud du fleuve Zaïre, mais surtout au Nord, les royaumes du Congo : le Loango, le Kacongo et le Ngoyo ou Gabinde, particulièrement productifs. Les captifs, que les Européens appellent Congos, viennent de la périphérie de ces royaumes, sur une aire d’environ 300 km et arrivent aussi, par le fleuve, de régions plus lointaines du centre et du sud de l’Afrique. Capitaine négrier à la » côte d’Angole », en 1786-1787, Louis Ohier de Grandpré mène ensuite une vie aventureuse sous la Révolution, tour à tour armateur et marchand, agent secret, officier, ingénieur et écrivain féru de botanique. Analyse des images Un courtier africain Le registre de traite de La Manette Le quibanga La cargaison de La Manette Parmi les marchandises, les textiles bruts tiennent la première place dans le cahier.

La bible ou la réclame Vous êtes Dieu, vous avez créé un univers, et maintenant, pour transmettre votre savoir divin vous devez compiler toutes les informations dans un livre sacré: la bible. Sacré boulot, surtout. Lorsqu'on crée une série télévisée, dont le nombre total d'épisodes n'est pas connu au moment de l'écriture (j'exclus donc les sagas de l'été, les téléfilms en deux parties, etc.), il convient de décrire l'univers de la série dans une "bible d'écriture". Celle-ci est destinée aux autres scénaristes qui devront écrire des épisodes de la série. Il faut donc leur communiquer tous les éléments nécessaires pour qu'ils puissent partir sur des bases solides pour rester "dans le sujet" de la série. Cette bible n'est pas à confondre avec le dossier que l'on envoie à un producteur pour "vendre" la série. Le dossier destiné au producteur est plus court, plus "sexy", il met en avant les points forts de la série, esquisse les personnages principaux, le ton, les grandes lignes des premiers épisodes, etc.

Esclavages CIRESC mer 1ère – Le 23 mai pour commémorer l'esclavage dans l'Hexagone Un non averti pourrait s'y perdre. Car dans l'Hexagone, l'esclavage se commémore chaque année au mois de mai. Deux fois. La première, a eu lieu le 10 mai, jour de la commémoration nationale de l'abolition de l'esclavage. Depuis déjà 7 ans, une cérémonie est organisée pour se souvenir des combats pour l'abolition ce jour là. L'occasion cette année pour le président de Hollande de prononcer un discours et de souligner "l'impossible réparation " de l'esclavage, répondant ainsi au débat qui animes les différentes associations noires de France. Victorin Lurel représentara le gouvernement Ce 23 mai aura lieu la commémoration des victimes de l'esclavage colonial. Village du 23 mai et soirée festive Plus tôt dans la journée un deuxième monument, également en hommage aux victimes de l'esclavage sera inauguré à Sarcelles (95) avant l'ouverture, prévue pour 14 heures d'un village du 23 mai à Saint-Denis. A voir.

Sur la toile Par Christiane Rebattet Les Anneaux de la mémoire www.chateau-nantes.fr www.memorial.nantes.fr L’Alliance internationale des anneaux de la mémoire a été créée en 2005 à Antananarivo, sous l’impulsion de maires africains, américains et européens, avec le soutien de la ville de Nantes et de l’association des Anneaux de la mémoire. L’Histoire par l’image www.histoire-image.org/site/dossiers/histoire-esclavage.php Ce site publie une série d’études sur l’esclavage : relations entre Européens et Afrique au XVIIIe siècle, mouvement abolitionniste, abolitions, et enfin mouvement de la négritude. Le Comité pour la mémoire de l’esclavage www.comite-memoire-esclavage.fr/inventaire/index.html Le CPME dresse depuis 2005 un inventaire muséographique des objets relatifs à la traite négrière et à l’esclavage, avec la direction des Musées de France, le ministère de la Culture et de la Communication et le soutien de celui de l’Outre-Mer. www.esclavages.cnrs.fr

« Noirs de pelle », esclaves en Guyane Contexte historique Les canaux, artères de communication en Guyane En Guyane, le travail des esclaves est largement mobilisé pour la création d’unités de production agricole, les habitations, vastes espaces de plusieurs centaines d’hectares gagnés sur la forêt par le défrichage, ainsi que pour l’aménagement du territoire. A partir de Cayenne, seul port maritime ouvert sur les liaisons transatlantiques, le mouvement de colonisation s’étend le long des estuaires et dans des régions marécageuses, où le transport terrestre est peu praticable. Analyse des images Les « Noirs de pelle » En plein labeur, les esclaves sont ici vêtus d'un simple pagne. Les esclaves sont bien moins nombreux en Guyane que dans les îles françaises des Antilles ou dans les colonies hollandaises et anglaises voisines. La maison du maître, maison créole traditionnelle en charpente avec debord de toiture et galerie en façade, conserve un caractère très rustique en Guyane. L'espace colonisé au XVIIIe siècle

Le site des archives d'Outre-Mer fait peau-neuve La métamorphose est agréable : le site des Archives nationales d'Outre-Mer s'habille désormais de couleurs chatoyantes et invite le visiteur à rentrer dans le riche univers des fonds conservés par cette institution méconnue. Modernisé, le portail a l'ambition de se mettre davantage au service de ses utilisateurs avec une présentation plus claire et des accès plus facile aux fonds numérisés. Pour accompagner ce changement, 2.000 photos viennent d'être rajoutées dans la base d'images "Ulysse". Elles concernent les DOM mais aussi l'Indochine, les Comores, Madagascar, le Sahara, le Mali et l'Algérie. Rappelons que les généalogistes aux racines d'Outre-Mer disposent de deux accès à des données intéressantes pour la recherche de leurs aïeux : La nouvelle présentation constitue donc une avancée notable, mais on peut regretter que le mouvement ne soit pas allé jusqu'à l'intégration totale de l'IREL, la base de données des instruments de recherche en ligne.

La France négrière - Histoire de l'esclavage en France et rôle de la France dans la traite des noirs Le début de la traite en 1674. En mars 1685, Louis XIV promulgue le Code noir, préparé par Colbert. Cet édit est basé sur le principe que l'esclave, dépourvu d'existence juridique, est la propriété du maître. Par l’article 44 de ce code, l’esclave noir est déclaré « meuble », c'est-à-dire assimilé à un objet ou une marchandise qui peut être vendue (même aux enchères) ou transmise par héritage. Au total, 17 ports français participèrent à plus de 3300 expéditions négrières et Nantes, avec 42% de la traite, fut le principal port négrier français, mais d'autres ports participent à l’armement de navires négriers : La Rochelle, Le Havre, Bordeaux, Saint-Malo, Lorient, Honfleur et même Marseille. Les armateurs négriers français Cette aristocratie négrière occupe les places les plus importante dans les sociétés portuaires, et, formant des lobby, ces notables infiltrent aussi les sphères du pouvoir où leur influence leur ouvre les portes. Le XVIII° siècle : l’apogée de la traite en France

Les Européens sur les côtes d'Afrique à la fin du XVIIIe siècle Contexte historique La traite des Noirs initiée par les Portugais et les Espagnols, est développée par les Hollandais et les Anglais, au XVIIe siècle, et par les Français, surtout au XVIIIe. Mais la suprématie de l’Angleterre qui effectue alors 50% de la traite et celle de la France qui se situe entre 20 et 25% sont contestées par les Portugais, les Espagnols et les Danois, à partir de 1760. Trois siècles après le début de la traite, tous les pays d’Europe sont donc présents sur la côte occidentale de l’Afrique. Ils manifestent concrètement cette présence à terre, par les forts et les comptoirs, et, en mer, par les nombreux bateaux qui croisent le long des côtes. Les Européens ne pénètrent pas dans l’intérieur du continent car leur demande est économique beaucoup plus que politique. Analyse des images Etablissements des Européens sur les côtes d’Afrique Cette carte manuscrite de 1780 établit un point détaillé des zones de traite des différents pays européens. Les forts Les comptoirs

Related: