background preloader

Nous pensons que d'autres politiques économiques sont possibles

Nous pensons que d'autres politiques économiques sont possibles

http://atterres.org/

Related:  intelligence collectiveLa FinanceCitoyennetéEcopolisÉconomie : dette, banque, taxes...

Spira Mirabilis, l'orchestre sans chef La musique classique a ceci d'étrange que sa figure la plus prestigieuse, le chef d'orchestre, est à proprement parler superflue. Laissé seul à son sort, un orchestre peut jouer une symphonie plus ou moins bien. Mais un chef d'orchestre n'est rien sans son orchestre. Cet état de fait doit traverser l'esprit de nombreux musiciens lorsqu'ils s'évertuent à suivre les gesticulations et les grimaces expressives d'un maestro inexpérimenté – et surpayé – à peine descendu de son avion pour s'envoler vingt-quatre heures plus tard vers d'autres horizons. Naturellement, il existe de nombreux exemples de partenariats profondément créatifs, complices même, où les musiciens, en bas dans la fosse, et le chef d'orchestre, en haut à son pupitre, engagent une véritable collaboration. Mais même dans les meilleures relations, en fin de compte, c'est le chef d'orchestre qui dicte sa loi, ce qui signifie que les musiciens n'ont pas la responsabilité de ce qu'ils font.

Joseph Stiglitz: "L'austérité ne marchera pas" [Mise à jour du 17 avril 2013] Un rapport ayant inspiré les politiques économiques d'austérité serait... faux. Cet interview de Joseph Stiglitz a été initialement publiée en octobre 2011. Youphil: Les banques refont des profits et les bonus augmentent, mais nous sommes toujours dans un marasme économique. Pourquoi? Joseph Stiglitz: C’est parce que le problème fondamental n’était pas seulement un problème qui vient du secteur financier. En 2007, l’économie avait une maladie qui a été masquée par la bulle immobilière qui a permis aux gens de consommer au-delà de leurs moyens.

Signez la pétition : Master pour les diplôme de CESF, AS, EJE, ES, DEFA, ETS Reconnaissance au Grade universitaire Master pour les diplômes d'état du travail social et de l'animation (DECESF, DEASS, DEEJE, DEES, DEFA, DEETS) Notre objectif : Mais aussi promouvoir et revaloriser tous les diplômes et les professions du travail social et de l'animation à partir du niveau CAP-BEP jusqu'au niveau ingénieur. Plus nous serons nombreux et plus nous serons fort. Diffusez cette pétition à vos réseaux professionnels et à toutes vos connaissances. Une signature est comparable à une goute d'eau, qui, ajoutée à une autre, et encore une autre, formera un océan d'espérance, pour un avenir prometteur du travail social et de ces professionnels. Ordolibéralisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’ordolibéralisme (Ordoliberalismus en allemand) est un courant de pensée libéral apparu en Allemagne dès les années 1930 selon lequel la mission économique de l'État est de créer et maintenir un cadre normatif permettant la concurrence libre et non faussée entre les entreprises. L’ordolibéralisme est crédité d'avoir donné naissance au système d’économie sociale de marché[réf. nécessaire].

L'incroyable pactole de la taxe sur les transactions financières Et les résultats sont édifiants. Selon ce cabinet danois, les recettes de cette taxe s'élèveraient chaque année à une somme oscillant entre 17,6 et 28,2 milliards d'euros. Leurs calculs se basent sur la directive retenue par la commission européenne qui projette d’imposer à hauteur de 0,1% les actions et obligations et à 0,01% les produits dérivés. Fiscalité locale: le travail exemplaire de "La Gazette des Communes" - Data journalism Il y a plus compliqué que le système fiscal français: une réforme du système fiscal. La rédaction web de « La Gazette des communes » a réussi une prouesse de data journalism en donnant à voir, dans un triptyque exemplaire, les tenants et les aboutissants de la suppression de la taxe professionnelle. Infographie en rich media: image + texte + son + interactivité Une première approche infographique et interactive, réalisée en flash par l’agence Art Presse, se concentre sur ce qu’était la taxe professionnelle, l’évolution de son rendement global depuis sa création en 1975, qui la payait, quelles collectivités en bénéficiaient. Le dispositif en rich media comporte du texte, pour la contextualisation, un commentaire audio et des animations électroniques. Les trois modes d’expression se complètent, la navigation par onglets bien signalisés ne pose aucun problème.

"Le monde financier suit la logique de la mafia" (Entretien dans "Die Welt") 09/06/2011 à 14:30 traduction Timiota9 juin 2011 à 00:43 Un des acteurs majeurs de la lutte anti-fraude parle des coupables de la crise financière et de leurs soutiens politiques Qui sommes-nous ? L’association (loi 1901) Survie a trois objectifs principaux : ramener à la raison démocratique la politique de la France en Afrique (lutte contre la Françafrique et le néocolonialisme), combattre la banalisation du génocide et réinventer la solidarité internationale par la promotion des Biens Publics mondiaux. Elle mène des campagnes d’information et d’interpellation des citoyens et des élus pour une réforme de la politique de la France en Afrique et des relations Nord-Sud. Elle fonde son action sur la légitimité qui incombe à chacun d’interpeller ses élus et d’exiger un contrôle réel des choix politiques dans tous les domaines. Elle compte plus de 1700 adhérents, plusieurs centaines de militants et 25 groupes locaux qui relaient ses campagnes dans toute la France.

Petite réflexion sur une religion non orthodoxe: Le keynésianisme, une De Bruno Bertez Les défenseurs du capitalisme n’aiment pas le keynésianisme. Cependant le grand capital, les ultra-riches et les kleptocrates l’adorent. Moins de croissance, c’est plus d’emploi Il n’est pas d’antienne plus tenace que celle de la croissance, rabâchée en choeur par les médias perroquets. C’est qu’il s’agit là d’une croyance quasiment mystique : « Pour combattre le chômage, il faut une croissance forte. » Mais en fait, moins de croissance serait au contraire bénéfique à l’emploi. Nous avons vécu pendant des décennies sur une croyance qui avait une (relative) validité : pour créer de l’emploi et combattre le chômage, il faut une croissance « suffisamment forte ». Pourtant, même au cours de cette période, des « Trente Glorieuses » aux années 1990, cette croyance avait plusieurs limites : 1) La qualification « suffisamment forte » dépend de plusieurs facteurs. D’abord, du niveau des gains de productivité (= produire autant de quantités avec moins de travail) qui réduisent l’emploi s’il n’y a pas de croissance du volume produit.

Related:  Indignés BâtisseursAgir!Crise économiquePresse alternativeAlterinfoMoney...Think tanks et groupes d'influenceThink tanks et groupes d'influenceéconomieEconomie