background preloader

Napster de la banque: prochain cauchemar des gouvernements ?

Napster de la banque: prochain cauchemar des gouvernements ?
Selon le fondateur du parti pirate suédois, nous n'avons encore rien vu de la révolution internet. Le pire reste à venir pour les États : les monnaies chiffrées et décentralisées. La vraie bataille pour l’internet et les énormes changements que le réseau apporte ne fait que commencer. Une des règles générales du progrès technique, c’est que ce n’est pas nécessairement la techno la plus riche en fonctionnalités, la moins chère, ou la plus accessible qui atteint la masse critique d’utilisateurs. Je cite fréquemment Youtube en exemple, car Youtube n’était pas le premier site à proposer de la vidéo sur le net. À ce jour, l’histoire nous apprend que cela prend environ dix ans, depuis la conception d’une technologie, ou de l’application d’une technologie, avant que quelqu’un trouve la recette miracle qui rend cette technologie assez simple à utiliser pour que ça prenne. Il serait indélicat de ne pas mentionner Napster dans ce contexte. Voici ce qui est sur mon radar : le système bancaire. Related:  Finance

Aux origines de la cyberculture Révolution de l'information, débats sur le libre et le payant, origines dans les contre-cultures américaines des années 60. La cyberculture a 30 ans, Geek Politics fait le point. Juillet 1947. La revue américaine Foreign Affairs publie un rapport, rédigé par un certain M. X, qui modèlera la seconde moitié du vingtième siècle : « Les sources de la conduite soviétique ». Il est clair que le principal élément de toute politique des États-Unis à l’égard de la Russie soviétique doit être de contenir avec patience, fermeté et vigilance ses tendances à l’expansion. Mal comprise, de l’aveu même de Kennan, cette idée de containment influença la Doctrine Truman et devint l’une des pierres angulaires de la politique des États-Unis envers l’URSS tout au long de la Guerre Froide. Investir dans l’éducation au XXIe siècle 8 Avril 2011. Propagande, apocalypse, cyberguerre : la vision est volontiers anxiogène. Le grand bouleversement Ovni éditorial, bible hippie La génération numérique

Après l’échec du Bank Run, quatre idées pour s’éloigner des banques Plutôt que de courir vider son compte, OWNIpolitics vous propose quelques solutions concrètes pour réduire votre dépendance bancaire. Article publié initialement sur le site OWNIpolitics sous le titre : Quatre alternatives au Bank run de Cantona. Mardi 7 octobre, même si des centaines ou des milliers de Français avaient été clôturer leur compte ou simplement en retirer le maximum de cash autorisé, les banques n’auraient pas tremblé. Si l’initiative lancée par Eric Cantona a donné l’illusion sympathique qu’il suffisait de s’armer de sa carte bleue pour entamer les fondations du système bancaire, elle n’eu aucun effet, sinon, peut-être celui de priver une poignée d’épargnants de leur capacité à recevoir des virements, ainsi qu’un nombre considérable d’autres désagréments qu’avaient énuméré nos collègues de rue89. Il faut appeler bien un chat un chat : les banques mettent à genoux les peuples, et elles sont d’autant plus féroces maintenant qu’elles ont vu le couperet de près il y a peu.

Jamais Cascio Jamais Cascio is a San Francisco Bay Area-based writer and futurist specializing in design strategies and possible outcomes for future scenarios.[citation needed] Biography[edit] Jamais Cascio resides in the San Francisco Bay Area[1] Cascio received his undergraduate degree from UC Santa Cruz and later attended UC Berkeley. In the 1990s, Cascio worked for the futurist and scenario planning firm Global Business Network.[2] In 2007 he was a lead author on the Metaverse Roadmap Overview.[3] Online projects[edit] Worldchanging[edit] From 2003 to 2006 Cascio helped in the formation of Worldchanging. On November 29, 2010, Worldchanging announced that due to fundraising difficulties it would shut down.[5] It has since merged with Architecture for Humanity, though detailed plans for the site's future have not been released. Open the Future[edit] In early 2006, Cascio established Open The Future as his online home, a title based on his WorldChanging essay, The Open Future. Books[edit] Press[edit]

Partage, P2P… bienvenue dans l’économie collaborative! Boostés par les outils web et la crise, la consommation collaborative émerge comme une véritable alternative à une société propriétaire. De la voiture partagée au booksurfing, Antonin Léonard dissèque les nouvelles tendances. Un jour, nous regarderons le XXe siècle et nous nous demanderons pourquoi nous possédions autant de choses affirmait récemment Bryan Walsh dans TIME Magazine qui consacrait la Consommation Collaborative comme l’une des dix idées amenées à changer le monde. L’économie du partage se propage : du transport aux voyages en passant par l’alimentation, le financement de projets et la distribution, tous les secteurs ou presque voient cette nouvelle économie émerger. Alors que plus de 3 millions de personnes dans 235 pays ont déjà « couchsurfé », ce sont plus de 2,2 millions de trajets en vélo libre-service (tels que le Velib’ à Paris) qui sont effectués chaque mois dans le monde. On se rend compte que ce mouvement n’est pas qu’une tendance passagère. Du bien au lien

Entre usine et salle des marchés, le blues d'un futur ingénieur La semaine dernière, j'ai vu Louis, un bon ami. Nous avons le même parcours, classique, des enfants de « bonne famille » pour qui la vie a toujours été légère et cotonneuse. Bac S, meilleures prépas (privées), meilleures (grandes) écoles d'ingénieurs, meilleurs boulots assurés à la sortie. Depuis six mois, il a intégré le desk « commodity derivatives » (produits dérivés de matières premières) comme trader « junior » dans une de ces méga-banques dont la faillite risquerait de mettre en péril tout le système économique et financier. Louis a 24 ans et gagne 7 500 euros par mois. Des usines qui ne polluent pas ? Le lendemain, je suis allé aux alentours de Dunkerque avec mon école, pour visiter deux sites Seveso « seuil haut » : l'usine ArcelorMittal Atlantique, une des dernières aciéries françaises, également une des plus grandes d'Europe, et le site de vapocraquage de Polimeri Europa, fabricant des polymères (éthylène), propriété du septième groupe pétrolier mondial, l'Italien Eni.

Are You Living in a Computer Simulation? Monnaie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La monnaie est définie par Aristote[1] par trois fonctions : unité de compte, réserve de valeur et intermédiaire des échanges. Depuis la suppression de toute référence à des matières précieuses et la dématérialisation des supports monétaires, et après l’intervention des économistes « nominalistes »[2], les aspects légaux de l'usage de la monnaie (et notamment les droits juridiques qui sont attachés au cours légal et au pouvoir libératoire) sont plus apparents. Ces droits sont fixés par l’État et font de la monnaie une institution constitutionnelle en de multiples pays. La monnaie est l'instrument de paiement en vigueur en un lieu et à une époque donnée : du fait de la loi : on parle de cours légaldu fait des usages : les agents économiques l'acceptent en règlement d’un achat, d’une prestation ou d'une dette. La monnaie est censée remplir trois fonctions principales : Histoire[modifier | modifier le code] Usages[modifier | modifier le code] Notes

Open the Future Des économistes espagnols critiquent les lois anti-piratage Le gouvernement espagnol a inclus dans son projet de « loi pour une économie durable » plusieurs dispositions contre le piratage. En particulier, ce texte prévoit la possibilité de restreindre ou couper l’accès à Internet des personnes enfreignant les droits d’auteurs. De plus, elle donnerait au ministère de la culture, épaulé par une « Commission des droits d’auteurs », le pouvoir de fermer sans ordonnance judiciaire les sites partageant des liens P2P. Les professeurs Pablo Fernández et Michele Boldrin, du centre de recherche économique FEDEA et enseignants à l’Université de Washington et à l’Université Complutense de Madrid, apportent leur contribution au débat dans un papier d'analyse. Ils expliquent que le modèle économique de l’industrie musicale doit changer si elle veut survivre, et que cette loi « n’apportera rien pour ce changement de modèle et le rendra probablement plus difficile. Certains partent, la musique reste

Quand Barclays essayait de censurer le Guardian Retour sur un conflit qui a opposé le quotidien anglais The Guardian et la banque Barclays en 2009, dont elle avait révélé les schémas d'évasion fiscale. Ou comment une décision de justice a pu être totalement invalidée par les internautes. Le 16 mars 2009, un scandale éclate dans les pages économiques du Guardian. Les journalistes du quotidien révèlent les détails des mécanismes d’évasion fiscale utilisés par Barclays, 3e banque mondiale. En lien avec cet article, sept mémos confidentiels de Barclays sont diffusés sur le site du Guardian. Leur contenu est accablant. Quand sortent ces documents, l’opinion publique anglaise est déjà très hostile à ses banques. Barclays réagit rapidement, et utilise une procédure juridique d’urgence. Dommage pour la crédibilité du juge, il est déjà trop tard. Les community managers du site du Guardian se voient confier une nouvelle mission : censurer tous les commentaires qui pourraient donner des indications sur les mémos. Photo FlickR CC : Ian Gallagher.

Les algorithmes ont-ils pris le contr?le des march?s financiers? ? OWNI, News, Augmented A l'image de Skynet dans Terminator, de plus en plus de transactions financières sont totalement automatisées par des algorithmes. Dans quel volume et avec quels risques ? Pour qui a vu la saga Terminator, Skynet évoque ce réseau d’ordinateurs qui, une fois devenu plus malin que les humains, décide de déclarer la guerre à notre espèce. Depuis quelques années, des logiciels informatiques, plus précisément des algorithmes extrêmement complexes, ont peu à peu remplacé les traders. Aujourd’hui, selon les dernières études, quelques 73% des transactions aux États-Unis, sont réalisées par des machines à la vitesse de la lumière. C’est le High-Frequency Trading… Le monde de la finance est particulièrement inventif. Développée dans une relative discrétion, cette technique permet de gagner sans prendre de risques. « On achète et on vend à une vitesse telle que l’on peut générer quasiment à coup sûr des petits bénéfices sur chaque transaction. >> photos flickr CC Deutsch Bank AG ; artemuestra

Related: