background preloader

L’incroyable erreur des experts du FMI

L’incroyable erreur des experts du FMI

Erreur du FMI : suites Deux points de vue complémentaires sur l’erreur du FMI concernant l’impact des coupes budgétaires sur l’activité. Tout d’abord Paul Krugman, qui estime que d’autres institutions ont fait pire, puis Fabian Lindner, qui rapporte au contraire une étude de… 2003 du FMI lui-même montrant que l’institution sous-estimait systématiquement l’ampleur de l’effet récessif des coupes budgétaires. Pour Krugman (en français ici), parmi les centaines d’articles présentés ces jours-ci lors du grand meeting de l’Association Economique Américaine, Celui qui a reçu le plus d’attention est certainement celui écrit par Olivier Blanchard et Daniel Leigh du Fonds Monétaire International. (…)La conclusion de cet article c’est que l’austérité n’a pas simplement un effet récessif sur des économies déjà affaiblies, mais que l’effet est bien plus fort que ce qui était envisagé auparavant. Le virage prématuré vers l’austérité s’est avéré être une terrible erreur. Comme le note Linder :

Lait et chocolat ne suffisent pas pour avoir un prix Nobel Certains chercheurs auraient-ils du temps à perdre? François Faurisson, chargé de mission au département d'information scientifique et de communication de l'Inserm, n'est pas loin de le penser. Deux comptes rendus de recherche publiés successivement, pour l'un dans la très sérieuse revue américaine New England Journal of Medicine, pour l'autre dans Practical Neurology, établissent des liens entre la consommation de chocolat ou la consommation de lait dans un pays et le nombre de prix Nobel obtenus. «Ce n'est pas parce qu'il existe un lien statistique que l'on peut en conclure quoi que ce soit», met en garde François Faurisson. Dans un cas, les flavonoïdes, des antioxydants très abondants dans les fèves de cacao et réputés pour améliorer les fonctions mentales, seraient en cause. L'étude sur le lait offre même l'extraordinaire avantage d'expliquer un résultat en Suède, inexplicable avec le chocolat. Publier à tous prix Pour autant, François Faurisson regrette ce type d'exercice.

L’erreur du FMI XEnvoyer cet article par e-mail Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Fermer Mea culpa L’organisation a gravement sous-estimé l’impact de la rigueur budgétaire sur la croissance Voilà une erreur qui ne devrait pas contribuer à redorer le blason du FMI. Une question de coefficient Le sujet ressemble de prime abord à une problématique pour spécialistes en mal de controverse. L’air de rien, la révision opérée par les experts de l’organisation internationale est d’une portée considérable : si le nouveau chiffrage du FMI est exact cela signifie, à coups de milliards d’euros, que les politiques de rigueur menées en Europe du sud notamment n’ont aucun chance d’aboutir au résultat escompté, celui de diminuer les déficits et donc de sortir ces pays de l’ornière, sauf au prix d’efforts complètement hors de portée. Division sur le multiplicateur D’où vient l’erreur du FMI ? Il est toujours salutaire qu’une organisation s’engage dans ce type de correction plutôt que de persévérer dans l’erreur.

Prescrire, la revue médicale qui dit « non, merci » aux labos Bruno Toussaint (France 5). Bruno Toussaint a un humour décalé. Il lance des vannes comme « consensuel comme l’OMS » et s’esclaffe. Il nous reçoit dans les locaux de la revue Prescrire, au milieu de pochettes de couleur bourrées de documents sur l’infectiologie. L’ancien médecin généraliste est l’actuel directeur de la rédaction du « Canard enchaîné de la presse médicale ». En ce moment, il vit une jolie victoire journalistique. Cela faisait (juste) treize ans que sa revue dénonçait les effets secondaires de cet antidiabétique, utilisé comme coupe-faim. Dans le courant des années 2000, Prescrire mettra plusieurs fois en garde contre le Mediator. En 2005, la revue reçoit d’ailleurs un courrier du directeur général de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), qui s’indigne de la gravité de ses « imputations ». « Ce genre de lettre, c’est très exceptionnel », dit Bruno Toussaint. « Rien à acheter, ni à vendre » dans Prescrire On est à la fin des années 70.

Les études économiques du FMI, utilisées par les partisans du traité européen de stabilité, étaient bidon Michael Ash, professeur d’économie à l’Université Amherst du Massachusetts a dénoncé hier les erreurs d’une étude officielle qui a servi de base aux décisions du Fonds Monétaire International (FMI). « Cette étude, rappelle-t-il, a été abondamment citée pour appuyer l’idée que la dette publique était la question du jour » Or, révèle-t-il, « leurs auteurs ont commis de graves erreurs ». Deux économistes du FMI entre 2001 et 2003, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff avaient publié en 2010 l’étude contestée, qui concluait que, quand la dette publique dépasse 90 % du PIB, elle entraine une récession de -0,1%. Cette étude a été utilisée par les gouvernements américain et européens pour justifier la réduction des dépenses publiques et sociales, en arguant que l’austérité devait relancer la croissance. Le commissaire européen Olli Rhen s’en est servi pour justifier les plans de la Troïka et le traité sur la stabilité (TSCG) imposant l’austérité permanente.

Prescrire : comment ne pas paniquer devant la liste noire des médicaments La revue médicale indépendante Prescrire, la seule garantie « 100% sans conflits d’intérêts avec les labos », a bonne presse. Depuis l’affaire du Mediator, les journalistes et le grand public se sont rendus compte qu’elle avait dénoncé treize ans avant tout le monde les effets secondaires de ce médicament. Et publiait depuis belle lurette des mises en garde contre les pilules troisième génération. Alors, quand elle alerte sur des médicaments « plus dangereux qu’utiles », les journalistes friands de « listes noires », égrènent jusqu’à la télé les noms des spécialités... au risque de faire paniquer ceux qui les consomment. Une démarche « positive » dit-on à la Santé Depuis 32 ans qu’elle existe, la revue, financée par ses 35 000 abonnés, et qui fait travailler des dizaines de médecins et de pharmaciens, publie chaque début d’année son bilan des médicaments qu’il faudrait retirer du marché. Cependant, Prescrire est-elle prescriptrice ? « Le risque zéro n’existe pas » Et les anti-Alzheimer ?

Quand le FMI avoue s'être trompé sur les effets de l'austérité Pourquoi le FMI a sous-estimé le facteur négatif de l'austérité Entretien avec Dany Lang, économiste membre du collectif des "économistes atterrés"Vous faites partie des économistes qui tirent la sonnette d'alarme depuis des années au sujet des politiques d'austérité imposées par le FMI : que pensez-vous de cette explication de Blanchard sur l'erreur du multiplicateur fiscal, totalement sous-évalué par le FMI en cas de consolidation budgétaire ? Dany Lang : L'erreur sur les estimations des effets de l'austérité, le facteur de 0,5 au lieu d'un facteur de 0,9 à 1,7 est confirmée par le rapport de Blanchard du 3 janvier. Pourtant, rien ne change dans les orientations ? D.L : C'est très bien que le chef économiste du FMI fasse des études économétriques sérieuses, appliquées, mais ensuite, je ne vois pas de traduction concrète dans les politiques qui sont pilotées par la troïka, politiques avec lesquelles le FMI est totalement impliqué.

Les sportifs seraient plus intelligents que les étudiants Recevez nos newsletters : Les athlètes interprêtent plus vite et plus facilement le monde réel en mouvement que les jeunes qui suivent de savantes études si l’on en croit les résultats d’une étude québécoise qui vient d’être publiée. Les athlètes auraient des capacités cérébrales plus développées que la moyenne des étudiants de niveau universitaire selon une étude récente sur la «perception» menée par le professeurJocelyn Faubert, de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal. Il s’agissait d’évaluer les capacités des étudiants et des athlètes à visualiser des scènes complexes, que l’on pourrait comparer à des scènes de la vie quotidienne. Un test qui ressemble au Bunto en plus compliqué Les étudiants tout comme les sportifs ont été soumis à 15 reprises au test d’activité cérébrale élaboré par le Jocelyn Faubert, le «3D-MOT». Les athlètes interprètent mieux le monde réel et apprennent plus vite Par contre, d’où viennent ces capacités cérébrales plus développées?

Le FMI se trompe (encore) sur l'austérité Deux économistes du FMI affirment que l’institution s’est trompé dans sa méthodologie pour calculer l’impact de l’austérité. L’occasion pour eux d’appliquer la même méthodologie erronée pour à nouveau de mauvais conseils ! Par Baptiste Créteur. Deux économistes du FMI, Olivier Blanchard et Daniel Leigh, l’affirment : le FMI s’est trompé sur l’austérité, qui serait encore plus destructrice de croissance et d’emploi que prévu. Que les politiques d’austérité soient mauvaises pour la croissance et l’emploi, c’est désormais admis par la plupart des économistes. Mais qu’elles le soient encore plus qu’on ne le pensait, c’est ce qu’ont découvert deux d’entre eux, et pas les moindres : Olivier Blanchard, un Français chef économiste au FMI, et Daniel Leigh, économiste dans la même institution. La plupart des économistes admettent la nocivité des politiques d’austérité. La dépense publique et les hausses d’impôts n’affectent pas les mêmes individus. Lire aussi :

France : Sept décès en France liés à la pilule Diane 35 INFO LE FIGARO - Dans un document confidentiel, l'Agence du médicament a analysé les cas d'effets indésirables graves liés à la pilule de Bayer. Le Figaro s'est procuré un document confidentiel interne de l'Agence du médicament daté du 25 janvier, émanant de la direction de la surveillance. Cette étude concerne Diane 35 (laboratoire Bayer), un traitement contre l'acné en réalité très largement prescrit comme contraceptif. Il en ressort qu'au 21 janvier 2013, 7 cas de décès (toutes causes confondues) ont été enregistrés en France avec Diane 35 dans la base nationale de pharmacovigilance depuis 1987. Parmi ces 7 cas, la principale cause de décès par Diane 35 et ses génériques concerne des événements thromboemboliques veineux. Dimanche, l'agence du médicament a partiellement confirmé les informations du Figaro. Rappelons que Diane 35 a obtenu son autorisation de mise en France en juillet 1987 dans le traitement de l'acné chez la femme. Diane 35 est commercialisée dans 116 pays

Bulletin du FMI : L’inflation va sans doute rester stable,d’après les conclusions d’une étude du FMI Des passants devant des immeubles presque vides à Sesena près de Madrid (Espagne). En Espagne, les prix des logements ont reculé de 30 % environ depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2007 (photo : Andrea Comas/Reuters/Newscom) Damaino Sandri et John Simon Département des études du FMI 9 avril 2013 L’inflation a à peine bougé durant la Grande Récession, alors que le chômage a progresséL’indépendance des banques centrales a réduit le risque que les mesures de stimulation de l’économie fassent flamber les prixLes anticipations inflationnistes sont ancrées, mais les prix des actifs restent vulnérables à une hausse Contrairement à ce qui s’est passé durant les récessions précédentes, l’inflation n’a pas fortement reculé durant la Grande récession, et a peu de chances de flamber alors que la reprise se renforce, d’après une nouvelle étude du FMI.

Quand écrire une lettre était un art : règles vintage de la correspondance | Rue89 Culture Modèle d’une lettre professionnelle tiré du livre « How To Write Letters » de J. Willis Westlake Comment s’adresser à un religieux ? A un militaire ? Où placer l’adresse ? Tant de questions cruciales auxquelles répond J. Modèles d’introductions tirés de « How To Write Letters » de J. La couverture de « How To Write Letters » de J. C’est Maria Popova, l’auteure du (génial) site BrainPickings.org, qui a déniché cette perle. Certes, on n’écrit presque plus de lettres, et les rares fois où c’est le cas, on ne s’inspire pas d’un livre américain de 1876 ; mais l’étiquette à respecter pour les « gentlemen » et les « ladies » illustrée par ce livre en dit beaucoup sur les relations sociales et genrées de l’époque. Regrettant l’absence d’enseignement à l’école sur la manière d’écrire une lettre, il prévient : « Une lettre ne doit pas être considérée uniquement comme un moyen de communication, mais également comme une œuvre d’art. » Il va jusqu’à donner des consignes très pragmatiques sur :

Les politiques d'austérité tiennent-elles à une erreur sur Excel? L’un des articles économiques les plus cités ces dernières années par les partisans de l’austérité est-il fondé sur une erreur de calcul sur Excel? La polémique fait rage sur dans les médias économiques américains depuis vingt-quatre heures et cible les travaux de Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, deux économistes d'Harvard auteurs ces dernières années d'un essai remarqué sur la crise financière (Cette fois, c'est différent. Huit siècles de folie financière) et qui ont occupé de hautes responsabilités au sein du FMI. En cause, un article qu'ils ont publié en 2010, «Growth in a Time of Debt», qui, à partir de statistiques de la période 1946-2009, faisait état d’une croissance bien plus basse dans les pays dont la dette publique dépasse 90% du PIB —pour situer, c'est le niveau qu'a dépassé la France fin 2012. 2 points de croissance en moins Conclusion de Herndon, Ash et Pollin: «Les résultats de Reinhart et Rogoff ont servi de rempart soutenant les politiques d’austérité. publicité

Related: