background preloader

L'apprenant rêvé des MOOCs

L'apprenant rêvé des MOOCs
Il se dit que 2013 est « l’année des MOOCs ». Les MOOCs ce sont les Massive Online Open Course – des cours en ligne ouverts à un très large public, la plupart du temps gratuits. En avril dernier, un MOOC de l’université californienne Caltech sur les « machines apprenantes » (Machine Learning) a réuni simultanément plus de 200 000 inscrits. Certains pensent qu’il s’agit potentiellement d’une vraie révolution, susceptible à terme d’impacter aussi bien l’enseignement supérieur initial que la formation continue des adultes. Un MOOC, de quoi cela est il fait ? Il y a différentes sortes de MOOC, la distinction la plus courante étant celle des x-MOOCs et des c-MOOCs. Prenons d’abord les points communs : Il y a du contenu, mis à disposition des participants inscrits sur une plateforme dédiée. Les différences s’établissent en suite selon le type de MOOC : Les x-MOOCs (MOOCs académiques) sont dédiés à la transmission des contenus. Auto-détermination. Auto-régulation Travail en mode collaboratif.

MOOC, y es-tu ? L'enquête Déjà 21 Formations en Lignes Ouvertes à Tous (FLOTS, version francophone de l’acronyme MOOC), quelques jours après l’ouverture du portail OCEAN. Environ 600 MOOCs à l’instant T aux Etats-Unis, 90 en Europe, et des projets partout dans le monde … Cette effervescence donne déjà la matière à de premiers retours d’expériences. Je propose aux lecteurs de ce blog qui sont également « MOOCers » d’y participer. J’ai construit l’enquête en m’appuyant sur les apports de Marcel Lebrun, dont le passionnant MOOC Elearn2 m’a permis de bénéficier. On y retrouve donc des questions issues du modèle IMAIP. –La Motivation, qui s’inscrit dans le caractère personnel de l’apprentissage –L’Information, les ressources mises à disposition pour apprendre –Les Activités de l’apprenant : en quoi contribuent elles aux apprentissages visées –L’Interactivité : dans une approche socio-constructiviste, l’apprenant a besoin du support du groupe Je publierai bien sûr la synthèse des réponses sur le blog.

Mooc : la standardisation ou l’innovation Le développement des cours en ligne massifs et ouverts (Mooc pour massive online open courses) attise autant l’enthousiasme que le rejet. Pourtant, comme nous l’avons déjà signalé, ils n’ont rien de magique et paraissent bien souvent plus une réponse économique qu’éducative. En accentuant la concurrence entre universités et entre les étudiants eux-mêmes… les Mooc semblent répondre à un problème pédagogique par une solution économique très spécifique. Or, l’enjeu éducatif n’est pas là. C’est ce que nous explique dans cette tribune Dominique Boullier, professeur de sociologie à Sciences Po, coordinateur scientifique du MediaLab et directeur exécutif du projet d’innovation pédagogique Forccast. Si vous n’avez pas encore succombé au buzz des Mooc (massive online open courses, Cours en ligne ouvert et massif), ça ne saurait tarder : le temps de l’enseignement supérieur de masse en ligne est venu et la face du monde en sera changée, nous dit-on. La course à la plate-forme Dominique Boullier

Emoocs - European MOOCs Stakeholders Summit Pays : Suisse Langue(s) : anglais Emoocs - European MOOCs Stakeholders Summit Date : du 10-02-2014 au 12-02-2014 Lieu : Lausanne Organisation : École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) & P.A.U. Programme : The event aims to be an opportunity to gather European actors involved in the Massive Open Online Courses (MOOCs) phenomenon, from policy makers to practitioners to researchers. The goal of the summit is to develop synergies among European universities around themes such as student assessment, MOOC accreditation, platform interoperability and joint research initiatives. URL : mot(s) clé(s) : TIC, formation à distance

LA GRA­TUITE DES CONTENUS UNI­VER­SI­TAIRES est peut-​​être à nos portes ! - Mario ASSELIN Note : Ce billet a d’abord été publié au Huf­fington Post Québec dans la section « blogue ». Je reviens de France où ma pra­tique pro­fes­sion­nelle m’a mené jusque dans le Vercors pour traiter de l’arrivée des jeunes nés avec la pré­sence d’Internet dans les uni­ver­sités et sur le marché du travail. Ma syn­thèse de ce sémi­naire de deux jours est dis­po­nible sur mon blogue per­sonnel ainsi que d’autres billets à propos de ce séjour outre-​​mer. Nous étions deux invités hors de la France à Villard-​​de-​​Lans. Évidemment, au-​​delà de cette amicale pro­vo­cation, il y a un fait : les Moocs anglo­phones connaissent un énorme succès popu­laire et aucun équi­valent ne se pointe à l’horizon dans la langue de Molière. Un MOOC c’est un des leviers de trans­for­mation les plus per­cu­tants de l’enseignement supé­rieur, actuel­lement. Un premier niveau où l’accès aux contenus res­terait gratuit. Alan Kay disait que « Le meilleur moyen de prédire le FUTUR est de L’INVENTER ».

Répertoire des cours ouverts et Moocs - Pour apprendre gratuitement, voici des cours ! Au début, beaucoup de plates-formes de cours ouverts étaient offertes par de grandes institutions ou à l'initiative d'organismes appuyés par des fondations. On y trouvait le MIT et plusieurs partenaires du consortium OCW, mais maintenant le mouvement s'étend aux initiatives gouvernementales et privées qui s'adressent aux professionnels et à ceux qui veulent le devenir. Nous avons inclus à ce répertoire les cours de Khan Academy, qui se déclinent maintenant en plusieurs langues dont le français, ceux de Code Academy, de Ted Ed, de Néomédia, de d'autres institutions indépendantes et sans doute encore d'autres dans le futur. Les cours ouverts ne donnent pas souvent de certification reconnue, mais couplés à un système indépendant de badges, comme Open badges, la certification indépendante, communautaire, sociale ou autre formule commence à apparaître et être reconnue dans plusieurs domaines professionnels. En pratique nous ne séparons pas les Moocs des «cours ouverts» (Open courses).

L’innovation éducative : une question économique ? ... la promesse des "MOOC" | Enseignement, école, apprentissages mutuels, Mutual learning Cours en ligne : le portrait-robot détaillé des utilisateurs de MOOC - Publié le Vendredi 29 Novembre 2013 Accueil > Actualités > Cours en ligne : le portrait-robot détaillé des utilisateurs de MOOC Qui sont les utilisateurs des MOOC ? C'est ce que l'université de Pennsylvanie, qui propose un grand nombre de cours sur Coursera, a tenté de savoir. Verdict : ces personnes sont des hommes jeunes très diplômés, souvent actifs, et plutôt curieux ! Les MOOC s'installent durablement dans le paysage éducatif mondial. Cependant, on en savait peu encore sur les personnes qui décident de se lancer dans cette nouvelle méthode d'apprentissage ! "Les MOOC ont pris l'enseignement supérieur d'assaut. Des hommes jeunes et très diplômés Le rapport est clair : "dans toutes les régions du monde, les étudiants qui suivent un MOOC ont atteint de très hauts niveaux d'enseignement". 83 % sont des élèves qui ont au moins un bac+2, 79,4 % ont un bachelor (bac+3), et 44,2 % sont même allés au-delà de ce diplôme ! Des personnes très occupées Les raisons de l'inscription dépendent de la matière

Pourquoi y a t-il si peu de MOOCs pour apprendre les langues ? Alors que les offres de MOOCs se structurent et se diversifient, un domaine d'apprentissage reste remarquablement absent des catalogues proposés par les groupements et établissements : celui des langues vivantes. Ceci est d'autant plus étonnant que l'apprentissage d'une langue étrangère, et de l'anglais en particulier pour ce qui est de la France et de l'Afrique francophone, reste au sommet des demandes de formation émises par les travailleurs. De plus, l'apprentissage linguistique est l'un des secteurs les plus dynamiques en matière d'utilisation des TIC, en présence et à distance : l'offre logicielle est considérable, les ressources en ligne pullulent, les plateformes d'apprentissage multilangues se sont fait une place remarquée sur la toile. Il n'y a donc pas "incompatibilité génétique" entre l'apprentissage linguistique et le e-learning, bien au contraire. Pourtant, l'offre de MOOC de langues est ridiculement faible. Nous n'avons repéré que 3 cours, + 1 : Support : Vaufrey, Christine.

Retour d’expérimentation d’un MOOC : quand le numérique reconstruit l’espace physique | SUBSTANCES En début d’année le MIT a expérimenté pour la première fois une version MOOC interactive de son cours Learning Creative Learning, ce qui était plus que pertinent puisque le contenu de ce cours développe les potentiels des nouveaux outils numériques dans un apprentissage participatif et créatif. Mais qu’est-ce qu’un MOOC ? Le MOOC, Massive Open Online Course, est la diffusion en ligne de cours d’Universités, qui permet ainsi à des individus de partout dans le monde d’avoir accès à ces enseignements. Pour l’instant, cela ne permet pas encore d’obtenir des diplômes, même si certaines universités commencent à distribuer des certificats de “complétions”. Le MOOC…. une MASSIVE gestion technique J’ai fait partie de ce MOOC en tant qu’élève, et le premier challenge auquel j’ai pu participer a été de construire l’infrastructure qui permette de composer et rendre actifs les 24 000 inscrits dans le monde entier que nous représentions. extrait de la vidéo de Dave Cormier

ReSOP | Les Réseaux Sociaux comme Outils Pédagogiques MOOC: comment tout a commencé On présente souvent les MOOC comme un phénomène récent, qui serait apparu soudainement comme un diable qui sort de sa boîte. On oublie qu’il a fallu des années de tentatives, parfois infructueuses, pour arriver au modèle actuel. Un terreau fertile s’est constitué au fil du temps, préparant le terrain pour l’année 2012 et son fameux « Tsunami MOOC ». Bref retour sur la dizaine d’années qu’a duré la gestation du phénomène MOOC. De nombreuses universités américaines étaient impliquées dès le début des années 2000 dans des programmes d’enseignement en ligne, d’une part via des programmes de type Open Courseware, d’autre part par la mise en place de formations en ligne. A une échelle moindre que le MIT, Stanford a mis dès 2008 à disposition du public quelques cours de programmation et de sciences de l’ingénieur à travers son programme Stanford Engineering Everywhere (SEE). Le problème, c’est que le modèle économique associé n’était pas (et n’est toujours pas) viable.

ITyPA, un Mooc vu dans les coulisses | ou comment s'est monté ce Mooc Les MOOCs sont-ils condamnés ? À la mi-novembre 2013, Sebastian Thrun, ancien salarié de Google, ancien enseignant à Stanford, co-fondateur de Udacity, pionnier des xMOOCs avec le fameux cours consacré à l'intelligence artificielle qui avait rassemblé plus de 160 000 étudiants, a déclaré qu'il jetait l'éponge et arrêtait les MOOCs universitaires. Dans la déclaration motivant sa décision, Thrun disait avoir un problème "moral" : les MOOCs ne remplissent pas leur office, ils ne fournissent pas un enseignement de qualité. Conséquemment, une toute petite fraction seulement des milliers d'inscrits parvient jusqu'au terme du cours, et dans ce petit groupe on trouve ceux qui sont déjà les mieux dotés en termes d'autonomie et de pré-requis. Les déboires de Udacity ne semblent pourtant pas avoir d'impact sur le développement des autres grandes plateformes de MOOCs américaines. MOOCs, lendemain de fête Sous leur forme actuelle, les MOOCs font beaucoup moins rêver que l'année dernière. Les mooqueurs de la première heure, S.

Merci de nous avoir fait découvrir ce blog très pertinenet sur les Moocs. by compagnon_sc_educ Apr 8

Related: