background preloader

Zoom sur

Zoom sur
Promulguée le 5 mars 2014 par le Président de la République, la loi n° 2014-288 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale a été publiée le 6 mars 2014 au Journal Officiel de la République Française. Les dispositions directement applicables (ne nécessitant pas de décret d’application ou dont la date d’entrée en vigueur est précisée par la loi) prennent effet le lendemain de la publication au JO. Les enjeux de la réforme Rappelons les objectifs contenu dans le document d'orientation du Gouvernement remis aux partenaires sociaux en 2013 en vue de la négociation interprofessionnelle (ayant abouti à l'ANI du 14.12.2013 relatif à la formation professionnelle) : Sécuriser les parcours professionnels au niveau individuel et collectif (de l'entreprise) : Concevoir la formation professionnelle Améliorer la lisibilité et l'efficacité du système afin de faciliter l'accès à la formation professionnelle de l'ensemble des actifs, salariés comme demandeurs d'emploi

Loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle : quelles conséquences pour les employeurs ? La loi du 5 mars 2014 « relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale » contient plus de 30 articles. Elle reprend très largement le contenu de l’Accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013. Ces deux textes réforment à la fois le droit de la formation professionnelle, mais également le droit syndical, les règles applicables au comité d’entreprise, ou encore instaurent des critères de représentativité des organisations patronales. Seules les conséquences de cette loi sur les employeurs seront ici précisées. Transformation du Droit individuel à la formation (DIF) en Compte personnel de formation (CPF) Cette évolution est l’une des mesures phares de la réforme. C’est en partie afin de répondre à ces difficultés que les partenaires sociaux, puis le législateur en juin 2013 et mars 2014, ont décidé de remplacer le DIF par le Compte personnel de formation. La mise en place de rencontres entre l’employeur et le salarié sur la formation professionnelle

Formation professionnelle Allez au contenu, Allez à la navigation Loi relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale : Loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 parue au JO n° 55 du 6 mars 2014Procédure accélérée engagée par le Gouvernement le 22 janvier 2014 Les étapes de la discussion : Aide : le parcours d'un projet ou d'une proposition de loi Examen parlementaire "la Navette" Examen par une assemblée parlementaire (Sénat ou Assemblée Nationale) Travaux de la commission saisie au fond (Sénat ou Assemblée Nationale) Première lecture 1ère lecture Texte n° 1721 de M. Rapport n° 1754 de M. Texte n° 288 adopté par l'Assemblée nationale le 7 février 2014 Texte n° 349 (2013-2014) transmis au Sénat le 10 février 2014 Commission mixte paritaire Rapports les plus consultés

Entretien professionnel et réforme de la formation professionnelle - Agora Entreprise Voici un premier zoom sur la réforme de la formation professionnelle. D’autres suivront, avec les avancées de la législation. Je m’appuie sur les textes parus à ce jour (janvier 2013) : ANI (Accord National Interprofessionnel) du 14 décembre 2013 et ‘Projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale’. La mise en œuvre de ces textes est prévue selon les sujets, entre la date de promulgation de la loi et le 1/1/2015. Aujourd’hui, mon propos vise à ouvrir un échange sur la différence entre entretien professionnel et entretien d’appréciation, afin que les entreprises puissent se préparer dans la mise en œuvre de ces entretiens. Né avec l’ANI du 5 décembre 2003, l’entretien professionnel n’avait pas été repris par la loi du 4 mai 2004 sur la formation professionnelle tout au long de la vie. Cette disposition sera complétée par l’avenant N°1 du 20 juillet 2005 relatif à l’entretien professionnel, au bilan de compétences et au passeport formation.

La réforme de la formation professionnelle, cette inconnue - L'Express L'Entreprise Alors que la nouvelle loi sur la formation professionnelle entre en vigueur le 1er janvier 2015, un sondage révèle la méconnaissance des principaux acteurs concernés. Huit entreprises interrogées sur dix (82%) en effet ont affirmé ne pas la connaître suffisamment, selon ce sondage commandé pour Opcalia*, l'un des principaux organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) pour la gestion de fonds destinés à la formation professionnelle. La réforme, votée le 5 mars 2014, instaure notamment un compte personnel de formation (CPF) accompagnant chaque salarié durant toute sa vie professionnelle, y compris pendant d'éventuelles périodes de chômage. Le compte personnel de formation, c'est quoi? La loi modifie également le financement de la formation et accroît les pouvoirs des régions en ce domaine. Près de huit entreprises sur dix (78%) ne savent pas qu'elles devront organiser un entretien professionnel tous les deux ans avec leurs salariés et établir un bilan professionnel tous les 6 ans.

Evolution professionnelle - Forma'RH, votre partenaire Ressources Humaines Valoriser les Ressources internes de votre entreprise par une connaissance approfondie des compétences, des motivations et des potentiels de vos collaborateurs. Une offre qui s’adapte aux attentes de chacun. Bilan de Compétences Aider vos collaborateurs à définir leur projet professionnel, par une analyse approfondie de ses compétences personnelles et professionnelles, de ses aptitudes et motivations. le Profil personnel : personnalité, aptitudes, motivations. le Profil professionnel : compétences transversales (notamment en management, en organisation, en stratégie commerciale). les Compétences techniques : inventaire précis des réalisations et des réussites et synthèse des compétences. Bilan d’Orientation de Carrière Apprécier les compétences et les potentiels d'un collaborateur, repérer ses besoins de formation et construire avec lui un projet professionnel durable.

Formation professionnelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Présentation[modifier | modifier le code] Historiquement liée aux organisations du monde du travail, la formation professionnelle participe étroitement à la création des identités professionnelles. En décembre 2013, trois syndicats français signent l'accord sur la réforme de la formation professionnelle : la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC. Ce texte prévoit notamment la création d'un compte personnel de formation[1], la mise en place d'un entretien professionnel et d'un conseil en évolution professionnelle (CEP). La réforme entrera en vigueur le 1er janvier 2015, en application de la loi n° 2014-288 [2] du 5 mars 2014 relative à la « formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale ». On distingue deux phases dans le processus de formation professionnelle qui correspondent à deux sous-systèmes du système de la formation professionnelle : Optimisation des dispositifs de formation professionnelle[modifier | modifier le code]

Les principales mesures issues de la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie La loi n°2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a un double objectif. D’une part, elle réforme en profondeur la formation professionnelle continue et l’apprentissage. D’autre part, elle apporte des modifications et précisions à la loi du 20 août 2008 sur la représentativité syndicale et pose les règles de la représentativité des organisations patronales. Cet article n’a pas vocation à reprendre l’intégralité des mesures issues de la loi du 5 mars dernier mais vise à présenter les principaux changements qu’elle entraîne. I – La réforme de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage La création du compte personnel de formation (articles L. 6323-1 et suivants du code du Travail) La loi du 5 mars 2014 porte création du compte personnel de formation (CPF) qui remplacera dès le 1er janvier prochain le droit individuel à la formation (DIF). L’instauration d’un entretien professionnel obligatoire - L’indépendance ;

Entretien professionnel: ce que la loi sur la formation change - L'Express L'Entreprise Tous les entretiens existants dans l'entreprise (hors entretien d'évaluation) sont remplacés par un entretien professionnel tous les deux ans pour tous les salariés, quelle que soit la taille de l'entreprise. Quels salariés et quels objectifs? Tous les salariés, dans toutes les entreprises, bénéficieront d'un entretien professionnel tous les deux ans consacré à ses perspectives d'évolution professionnelle, notamment en termes de qualification et d'emploi, et non sur une évaluation de son travail. Distinct de l'entretien d'évaluation, il remplace les différents entretiens et bilans en entreprise existants et sera systématiquement proposé à l'issue d'un congé maternité, d'un congé parental d'éducation, d'un congé de soutien familial, d'un congé sabbatique, d'un arrêt maladie... Quelle sera sa mise en oeuvre? Cet entretien professionnel donnera lieu à une formalisation écrite dont le modèle pourra être fourni par l'OPCA. Quel suivi?

Related: