background preloader

Introduction aux pratiques collaboratives

Introduction aux pratiques collaboratives

L’écriture collaborative avantages et inconvénients Tout d'abord, des outils, les différentes types d'écriture, un module interactif multimédia d’auto-formation en ligne pour faire découvrir les notions de travail collaboratif, des exemples d'utilisation… Draft est un traitement de texte collaboratif dans les nuages, il suffit d’indiquer dans le document les mails des personnes avec lesquelles vous souhaitez partager votre document. La nouveauté de ce traitement de texte collaboratif : Sur les services similaires, les collaborateurs vont écrire directement sur le document original. Avec Draft chacun d’entre eux hérite d’une copie du document original et peut y apporter des modifications. Retrouvez les deux excellents dossiers sur l'écriture collaborative du CRDP de Besancon : Et aussi : Ecriture collaborative (Victor Petit (et l'équipe PRECIP) L'écriture collaborative, comme son nom l'indique, implique une collaboration (à plusieurs donc !). Le site : www.utc.fr/~wprecip//modules/collaborative/adultes/co/module_Ecriture_collaborative.html

Big Data : vers l’ingénierie sociale “La physique sociale, c’est ce qui arrive quand le Big Data rencontre la science sociale”, expliquait récemment Sandy Pentland à l’IdeaCast, le podcast de la Harvard Business Review, en évoquant son dernier livre Social Physics, comment les bonnes idées se diffusent. Pour Pentland, “l’extraction de la réalité” (reality mining) va rendre possible la modélisation mathématique de la société… Et c’est là une révolution scientifique qui s’annonce. Nous avons souvent évoqué les travaux de Sandy Pentland sur InternetActu.net. Qu’est-ce que la Physique sociale ? Pentland fonde son livre sur un concept appelé la physique sociale. La physique sociale se veut une méthode pour comprendre et mettre en oeuvre l’ingénierie sociale, c’est-à-dire mettre à jour les lois de la société, non seulement pour comprendre le fonctionnement de notre société, mais pour avoir un impact sur elle. Une nouvelle science ? “Le café est-il bon ou mauvais pour nous ? La circulation des idées est au coeur de nos échanges

Le numérique : "prendre conscience qu'il s'agit d'une révolution" Outils de travail collaboratif : que choisir ? Dossier complet de l’URFIST Dans le cadre des formations proposées par l’URFIST – Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique de Bretagne et des Pays de la Loire, les formateurs Marie-Laure Malingre (conservateur de bibliothèque) et Alexandre Serres (maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication) ont proposé en mai 2014 une formation qui a donné lieu à la publication d’un support en Creative Commons : Outils de travail collaboratif (voir en fin d’article). Ce support de formation fait le point en 122 diapositives sur les outils collaboratifs avec un vaste panorama complété par un pad utilisé en mode simultané par les stagiaires (questionnaire sur les pratiques, connaissances et besoins) et d’une veille en ligne en continu sur les outils collaboratifs par l’unité régionale de l’URFIST. Plus de 40 outils collaboratifs explorés Sommaire du support de court Panorama des outils de travail collaboratif Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : Bretagne

La collaboration entre apprenants dans le cadre d’un projet d’intégration des tablettes numériques au secondaire: une question de perception? Le contexte du second projet de recherche par rapport auquel j'ai présenté la semaine dernière au 2e Colloque International sur les TIC en éducation du CRIFPE est lui aussi bien connu. (J'ai écrit un billet à premier du premier la semaine dernière. Il est ici!) Difficile d'être plus clair et concis que nous l'avons déjà été dans la revue STICEF: Les technologies occupent une place importante dans la société du savoir. Au 21e siècle, l'ensemble des compétences associées aux technologies de l’information et de la communication (TIC) sont jugées importantes pour l'intégration des individus à la société et pour la compétitivité des nations (California Emerging Technology Fund, 2008), (Anderson, 2010). Au même moment, le paysage technologique des pays industrialisés évolue très rapidement. Moi et mes collègues accompagnons une école secondaire qui expérimente au quotidien avec les tablettes numériques. Notre communication voulait: Les parents sont déchirés.

Environnements informatiques pour l'apprentissage humain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les environnements informatiques pour l'apprentissage humain (EIAH) sont des environnements informatiques qui ont pour objectifs de favoriser ou susciter des apprentissages, de les accompagner et de les valider. Les réalisations sont nombreuses, mais les succès très inégaux. La recherche dans ce domaine est née avec l'informatique mais s'est surtout développée dans le sillage de l'intelligence artificielle dans les années 1970. De nombreuses dénominations ont été utilisées. Le terme EIAH est né dans les années 1990, avec le souhait de souligner l'interaction entre les deux pôles source de la complexité du projet technologique et scientifique : l'informatique (avec la modélisation computationnelle qu'elle exige et son inscription matérielle) et l'apprentissage humain (pour lequel on ne dispose encore que de modèles très partiels). Liste de quelques thèmes concernés :

Enseignement du numérique : la France « extrêmement en retard » selon un rapport parlementaire Le rapport propose d’éveiller au codage informatique dès la primaire « Une personne qui n’a jamais commis d’erreurs n’a jamais tenté d’innover », Albert Einstein – Conscience. C’est avec cette citation qu’est introduit le rapport d’information « Agir pour une France numérique : de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace… » présenté ce mercredi à l’Assemblée nationale. Cette copie de 140 pages supervisée par Corinne Ehrel, députée socialiste des Côtes d’Armor, et Laure de La Raudière, députée UMP d’Eure et Loir, passe en revue l’écosystème numérique français pour en dresser le panorama, déterminer les faiblesses et les enjeux qui y sont liés. Evaluer les incubateurs Souhaitant faciliter les démarches des jeunes entrepreneurs pour trouver les bons interlocuteurs, elles préconisent l’instauration d’une plate-forme publique pour les aiguiller. Enseignement : la France est « extrêmement en retard » Booster les start-ups avec le capital-risque

Réseau social d'entreprises : les bonnes pratiques pour réussir son projet De la préparation à la mise en œuvre en passant par la promotion des résultats, un projet de RSE ne peut pas s'improviser. Voici une synthèse des 11 fiches pratiques de Knowledge Consult publiées sur le JDN. 1 / Elaborer une vision Bien plus que la simple description d'une cible ou la définition d'objectifs, l'élaboration d'une vision va permettre de donner un véritable sens au projet de déploiement du Réseau Social d'Entreprise (RSE). Pour y parvenir, il est essentiel de se poser les bonnes questions (quelles problématiques permet de traiter le RSE ? En quoi le RSE est-il plus adapté que les dispositifs existants ou envisagés jusqu'à présent ? 2 / Identifier les résistances Introduisant de nouvelles pratiques de collaboration et de communication, le RSE va fort probablement soulever des résistances de différentes natures. 3 / Structurer le projet 4 / Choisir une plateforme Dernière étape de la préparation de son projet de réseau social d'entreprise : le choix de la solution.

Related: