background preloader

Que savons-nous sur cet adulte qui part en formation ?

Que savons-nous sur cet adulte qui part en formation ?
Notes Cf. Intellectual Evolution from adolescence to Adulthood, Human Development, 1972, 15, 1-12. Aux éditions de Minuit. Cf. Les trois grands stades de l’intimité ou de l’isolement, de la générativité ou de la stagnation, de l’intégrité ou du désespoir sont rappelés dans Adulthood : Essays. Cf. Cf. Cf. New York : Ballantine Books, 1978. Cf. Cf. Cf. Cf. respectivement : - G. - M. Cf. de ces auteurs, Philosophical Fundations of Adult Education. La seule banque de données Francis recense, de 1994 à 1998, 11.694 publications ayant trait à la vie adulte, surtout des articles, contre seulement 2.892 publications dix ans plus tôt de 1984 à 1988. In La quête du présent (1990). Ou la fin de la croissance, ce que signifie le participe passé latin adultus, ayant cessé de croître. C’est un tel dilemme qui est au centre des cent témoignages d’adultes publiés dans Être adulte, 100 personnalités témoignent de leur expérience. Dans Democracy and Education (1916, Macmillan Publishing), J. Cf. Cf. Cf. G. Related:  apprentissage et formation

Les Vertus de l'échec par Charles Pépin Charles Pépin est écrivain et philosophe. Il publie Les Vertus de l’échec en 2016 comme un traité de sagesse qui casse l’idée reçue selon laquelle échouer serait un signe de faiblesse. En effet, il constate que les plus grands succès arrivent rarement sans avoir fait l’expérience de nombreuses déconvenues. « Il y a les échecs qui induisent une insistance de la volonté, et ceux qui en permettent le relâchement ; les échecs qui nous donnent la force de persévérer dans la même voie, et ceux qui nous donnent l’élan pour en changer. Une approche existentialiste de l’échec En France, l’échec est souvent mal perçu : si on a échoué, c’est parce que nous avons été mauvais, que nous avons fauté. Effectivement, dans Les Vertus de l’échec, l’auteur insiste sur le fait que l’échec est une chance de pouvoir rebondir, d’apprendre en analysant ses erreurs, de se réinventer ou d’être projeté dans une voie que l’on n’imaginait pas pouvoir prendre Ce n’est pas parce que l’on échoue, que l’on est un raté.

Etre reconnu au travail, un besoin vital Sommes-nous d’éternels enfants en quête de compliments? Non. La reconnaissance professionnelle nous offre une appartenance à un groupe, nous permet de valoriser notre singularité, et nous aide à donner corps et sens à des activités de plus en plus dématérialisées. Par Hélène Fresnel - Mis à jour le 19 Mars 2019 à 11:36 Sommaire « En fait, tu n’as aucune compétence. Un désir légitime d’estime sociale Cet exemple extrême relève davantage du harcèlement que du quotidien rencontré par chacun d’entre nous, pourtant combien sommes-nous à attendre fébrilement ces fameux entretiens de fin d’année ? Car, explique la psychanalyste et coach Hélène Vecchiali, « le travail est dans son étymologie lié à la douleur et à la difficulté. Des « bonnes notes » qui définissent notre valeur A découvrir Le travail est noué à l’amour pour chacun d’entre nous. Résultat : nous disposons moins que jamais aujourd’hui des moyens de nous estimer.

liste de v rification des croyances en mati re d'apprentissage L'apprentissage ou l'acquisition des savoirs est souvent liée à une émotion positive. Cette formation ou cette activité pour vous apporter beaucoup de satisfaction sur le plan intellectuel, émotionnel ou socio-culturel. Donc, si c'est le cas, vous seriez plus porter à en tirer profit, à répéter l'expérience et à l'appliquer dans des situations courantes (savoir-agir). Nos croyances par rapport au perfectionnement Nous nous empêchons tous, à certains moments, d'apprendre. Prenez le temps de lire les affirmations ci-dessous et qualifiez chacune de «vraie» ou de «fausse». Ø J'ai toujours réussi à découvrir un élément utile dans tous les cours que j'ai suivis ou dans toutes les formations que j'ai obtenues en milieu de travail. Ø Il m'importe peu que l'enseignant ou l'instructeur soit un homme ou une femme. Ø Les jeunes ne peuvent pas m'apprendre grand-chose. Ø J'aime bien apprendre de quiconque a quelque chose à m'enseigner. Ø Si je trouve la situation stressante, je ne veux pas apprendre. 1. 2.

La place du concept de motivation en formation pour adulte Bien que le terme de motivation soit d’un usage récent (Mucchielli, 1981 ; Feertchak, 1996), il a donné lieu à plusieurs dizaines de formulations théoriques majoritairement anglo-saxonnes (Fenouillet, 2008, 2009). Cette extraordinaire diversité s’explique en partie par sa capacité à expliquer d’innombrables activités humaines parfois spécifiques à un contexte donné, ce qui démultiplie d’autant les modélisations possibles. De nombreuses théories motivationnelles sont directement issues du monde du travail comme la théorie de l’équité (Adams, 1963), la théorie valeur-instrumentalité-expectation (Vroom, 1964) ou encore la théorie motivationnelle des rôles (Miner, 1993), pour ne citer que quelques exemples parmi bien d’autres. D’autres théories sont principalement issues du monde scolaire ou universitaire. Cette spécificité liée au contexte d’application se retrouve-t-elle dans la formation pour adulte ? Une des réponses possibles est peut-être justement cette question d’épaisseur.

La décision de la personne adulte à entrer en formation dans le secteur social Notes « L’insécurité réelle et ressentie liée au chômage, aux situations de précarité, aux difficultés de maîtrise de l’avenir pour les salariés et pour les entreprises dans une économie mondialisée, appelle des réponses nouvelles. La mobilité sur le marché du travail est une nouvelle donne et doit être reconnue comme une perspective souhaitable à condition d’être inscrite dans un cadre collectif construit et suffisamment stimulant et protecteur, produisant des garanties pour les individus, notamment par la mutualisation ». Introduction du rapport du Conseil Économique et social « La sécurisation des parcours professionnels » présenté par Mme E. Centre d’analyse stratégique et Dares, Les métiers en 2015. Si la Validation des acquis de l’expérience peut apporter quelques pistes, il semble essentiel de favoriser des types d’interventions dans le cadre de formations pour professions réglementées mixant périodes d’autoformation ou périodes de formation à distance, stages, et cours.

Pourquoi nous formons-nous ? On peut suivre une formation professionnelle pour de multiples raisons, très différentes : viser une promotion, se cultiver, bénéficier de contacts sociaux, acquérir une meilleure image de soi, s'évader de conflits familiaux, etc. Autant dans le monde de la formation continue que dans le système scolaire, l'évocation de la notion de motivation suscite des attitudes variées. Si le praticien l'exploite pour expliquer certains comportements des apprenants, il peut également la rejeter parce qu'opaque, simpliste ou, finalement, inutile. Il peut en nier l'existence, ou au contraire, tirer du constat de sa toute-puissance une forme de résignation pédagogique. Il peut s'acharner à créer de la motivation, ou inversement, abdiquer devant sa propre incapacité à influencer ce mystérieux moteur de l'engagement éducatif. Bref, suivant l'interlocuteur, la question de la motivation peut alternativement susciter résistance, passion, curiosité ou indifférence... Sur le plan scientifique, d'après R.

L'analyse de pratique - animation groupes APP L’analyse de pratique entre professionnels Présentation résumée Marc Thiébaud Caractéristiques générales L’analyse de pratique entre professionnels a pour but à la fois de faciliter le développement continu des compétences professionnelles et d’aider à la réalisation d’actions dans le terrain. Les aspects de formation et d’action se complètent et se renforcent mutuellement. De manière résumée, une analyse de pratique entre professionnels fonctionne selon le principe d’un accompagnement mutuel (chaque participant peut bénéficier de l’accompagnement en groupe de tous les autres participants). Déroulement pratique Les groupes d’analyse de pratique entre professionnels peuvent être plus ou moins ouverts ou ciblés sur des problématiques prédéfinies. Le déroulement de base est le suivant : · Le groupe commence par convenir des modalités de fonctionnement et par identifier les attentes des participants. · Le groupe constitue un espace d’entraide et d’apprentissage. - un bilan sur le vécu de la séance.

N° 29 | 2018 La bienveillance en éducation : approches compréhensives et critiques Éric Saillot et Thierry Piot Éric Saillot “Reinforce a caring and demanding school”: representations, concerns and self-reported practice Thierry Piot Benevolence in education through the prism of the notion of caring: for a renewal of active pedagogies? Jean-François Marcel Benevolence at the risk of emancipation Carole Veuthey, Cynthia d’Addona et Olivier Maulini What kind of good do teachers usually care for?Moralization of behaviors in school assessment practices Michaël Bailleul et Sylvain Obajtek Kindness: a working dilemma for the novice teacher?

Les mutations du rapport au temps et à l'espace dans les métiers de la relation à l'ère de l'hypermodernité Cette journée d’études a pour objet l’analyse du rapport au temps et à l’espace auxquels sont confrontés les étudiants, stagiaires et professionnels aujourd’hui, plus particulièrement dans les métiers de la relation (Demailly, 2008), centrés sur le travail « sur autrui » (Dubet, 2002) et « avec autrui » (Astier, 2007) : métiers de l’enseignement, de l’accompagnement social, éducatif ou sanitaire, métiers de la médiation, de la relation d’aide, du conseil, de la psychothérapie... Dans un contexte marqué par une hypermodernité qui érige un culte à l’immédiateté et l’urgence (Aubert, 2003), cette journée d’études, résolument interdisciplinaire, sera l’occasion de croiser les regards de différentes sciences sociales et discuter leurs apports sur cette thématique. Astier I. (2007). Les nouvelles règles du social. Paris, Presses universitaires de France. Aubert N. (2003). Aubert N. et Gaulejac V. de (1991). Augé M. (1992). Augé M. (1997). Bauman Z. (2007). Demailly L. (2008). Monceau G.

Apprendre ensemble dans la société de l'accélération Prolongeant les 8 précédents Colloques sur l’Autoformation de Strasbourg (2014), Toulouse (2006), Montpellier (2001), Barcelone (1999), Dijon (1998), Bordeaux (1996), Lille (1995) et Nantes (1994), auxquels s’ajoutent les Journées sur l’Autodidaxie de Tours (1993) ainsi que les Rencontres Mondiales de Paris (2000) et Montréal (1997), cette 9ème édition à Angers examine la tension entre « accélération » et « attention » du point de vue des apprentissages individuels et collectifs dans les trois domaines de l’éducation, du travail et de la santé. 1/ Apprendre ensemble alors que tout s’accélère L’autoformation, qui consiste à « apprendre par soi-même » et non « tout seul », convoque le triple fait d’apprendre avec les autres, des autres et grâce aux autres. 2/ Accélération et attention en tensions Les résumés des communications sont à déposer avant le 31 juillet 2016 Les communications, à inscrire dans l’un des axes thématiques du Colloque, prendront la forme : Coordinateur : [5] Citton, Y.

Connaître les grands courants de l'apprentissage Bien souvent, enseignants et apprenants manquent de recul sur leurs pratiques. Ceci, parce qu'ils ignorent les grands principes connus qui régissent l'enseignement et l'apprentissage. Dans ces conditions, les choix pédagogiques relèvent de l'intuition et des représentations, et les insatisfactions de part et d'autres sont mal vécus. Le comble c'est quand pour un choix proclamé, le socioconstructivisme par exemple, on en vient à soumettre les apprenants à une pédagogie de transmission. De la connaissance des courants de l'apprentissage et du choix de l'un d'eux, on pourra définir un scénario pédagogique qui fait sens avec les objectifs visés. Dans une vidéo d'une quizaine de minutes intitulée L'évolution de l'apprentissage à travers le temps, Judith Cantin, conseillère pédagogique en intégration des TIC, propose de survoler les grands courants de l'apprentissage. Vision de l'apprentissageRôle de l'enseignant et de l'élèveForces et limitesPistes de réflexion.

Related: