background preloader

Innovation sociale

Erigée en injonction par les pouvoirs publics, la participation des habitants ou capacité d’agir, s’illustre dans les expériences d’habitat participatif, démontrant que le citoyen peut être acteur, voire prescripteur, de son cadre de vie. Elles reposent sur une implication collective dans la conception et la gestion d’un programme d’habitat, dans lequel chacun va disposer de son logement et bénéficier d’espaces mutualisés et partagés. Un choix que font des citoyens animés par le désir de "vivre autrement", autour de valeurs communes : mixité, solidarité, écologie, démocratie... Le phénomène n’est pas nouveau. Des coopératives d’habitants existent depuis longtemps en Suisse, au Québec (où on en dénombre plus de mille) et en Europe du nord avec des quartiers entiers coproduits et autogérés sur le modèle de Fribourg en Allemagne.

http://www.scoop.it/t/innovation-sociale-et-citoyenne

Related:  alternDémocratie participative

Citoyens zéro déchet Citoyens, associations, collectivités et élus : nous avons tous un rôle à jouer dans la mise en oeuvre d’une société Zero Waste (zéro déchet, zéro gaspillage), économiquement et écologiquement viable et socialement innovante. Zero Waste France accompagne depuis 2015 la création et le développement de groupes locaux Zero Waste, dont l'objectif est de promouvoir la démarche zéro déchet, zéro gaspillage sur leur territoire. Ces groupes sont constitués de citoyens souhaitant agir directement sur le terrain par des actions de sensibilisation et de mobilisation auprès des différents acteurs du territoire : citoyens, élus locaux, entreprises, associations. Le réseau des groupes locaux rassemble à la fois des collectifs informels ainsi que des associations locales, qui partagent les objectifs et valeurs de Zero Waste France.

Le crowdfunding, outil de financement de demain pour les collectivités ? Suite à un décret publié le 14 décembre 2015, la législation ouvre désormais de nouvelles perspectives dans le développement du financement participatif. Après les particuliers et les entreprises, ce sont désormais les collectivités qui peuvent faire appel légalement à ce nouveau mode de financement. Auparavant, une association ou une régie devait s'interposer entre le projet et le public pour encaisser les fonds. Désormais, les collectivités vont pouvoir, au même titre que des porteurs de projets particuliers ou entreprises, recevoir directement cet argent collectés au travers des plates-formes de crowdfunding. La vocation sociale du "serious game" La vision commune que nous avons de l'usager du "serious game" (jeu sérieux) est un homme, une femme ou un enfant devant son ordinateur concentré à ce qui semble un jeu vidéo, mais n'en est pas un réellement. En fait, le programme sert davantage à acquérir de nouvelles connaissances ou à améliorer les connaissances ou compétences actuelles. Cependant, notre vision actuelle du jeu sérieux omet beaucoup la dimension sociale. Pourtant, il existe des exemples de jeux utilisés en entreprise qui ont une vocation sociale. Le jeu sérieux comme aide sociale Il peut paraître bizarre de parler d'un jeu informatique comme d'un outil pour renforcer la dimension sociale des entreprises.

Une gouvernance novatrice En 7 ans, Colibris est devenu un mouvement citoyen influent, fédérateur, inspirant pour des centaines de milliers de personnes aspirant à un autre projet de société. Axe stratégique pour les prochaines années, Colibris a décidé d’expérimenter une nouvelle gouvernance, pionnière et écologique. En juin 2012, nous avons validé une véritable transformation de nos statuts, afin d’expérimenter un modèle permettant à toutes les parties prenantes du mouvement de participer aux orientations stratégiques, dans un vaste processus d’intelligence collective. L’idée est que chaque personne qui sera impactée par une décision du mouvement, puisse participer à l’élaborer ou à la ratifier. Très inspirés des principes de la sociocratie et de l’holacratie, cette nouvelle gouvernance s’appuie sur 4 éléments :

Énergies renouvelables - Dans l'Aube, Lumo se lance dans le financement participatif de l'hydroélectricité La plateforme de financement participatif Lumo lance son premier projet dans l'hydroélectricité. Après le solaire et l'éolien, Lumo propose au financement citoyen une centrale hydraulique dans l'Aube. C'est le premier projet de Lumo dans l'Aube, c'est aussi une nouvelle filière pour la plateforme de financement participatif spécialisée dans les énergies renouvelables. Lumo propose de financer une centrale hydraulique sur un ancien moulin, en partenariat avec la société Les Eaux Vives de Courteron. La plateforme a déjà collecté 360 000 euros pour des projets de centrales solaires en Poitou-Charentes.

Innovation sociale: l'économie de demain? Il y a innovation et innovation Nous vivons aujourd’hui, dit-on, dans le monde de Joseph Schumpeter, qui avait mis en évidence les cycles de création-destruction animant l’économie capitaliste. L’économiste autrichien pointait notamment deux facteurs de renouvellement: l’innovation technologique et le rôle des entrepreneurs. L’innovation technologique recouvre plusieurs formes: création d’un produit, nouveau procédé de production, nouvelle organisation de la production, nouveau marché ou nouvelle source de matière première ou d’énergie. L’entrepreneur est très précisément celui qui fait le pari de l’innovation, dont il assure la réussite grâce à son dynamisme. Depuis longtemps les modèles d’affaires et de management se sont haussés au niveau de l’innovation technologique.

Il était temps: la France découvre le design de services En matière de design, on est plus habitué à entendre parler d'objets que de services. Avec le développement de l'économie du partage et de la fonctionnalité, le fait de concevoir des services vraiment pensés pour (et par) les utilisateurs est pourtant une activité en plein boom. A partir de ce dimanche 28 octobre et jusqu'au mardi 30 octobre à Paris se réunissent les plus grands spécialistes du design de services à Paris. VICTOR HUGO. « Détruire la misère » « Je ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. Remarquez-le bien, Messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas le fait, le devoir n’est pas rempli.

Le financement participatif, bouée ou coup de pouce des PME en difficulté Pour Jeannette, "le financement participatif a été décisif auprès du tribunal de commerce qui m'a permis de racheter la marque (en novembre 2014), puis auprès de la banque" qui lui a enfin accordé un prêt en juillet 2015, explique Georges Viana qui a relancé en mai la biscuiterie. La marque emploie aujourd'hui 18 personnes après en avoir licencié 34 au moment de sa liquidation fin 2013. Souvent désigné par le terme anglais "crowdfunding", le financement participatif permet à qui le souhaite de participer au financement d'un projet via des sites internet spécialisés, avec ou sans contrepartie (part dans la société, ou madeleines en l'occurence). Après avoir en vain cherché de l'argent auprès des banques, le nouveau patron de Jeannette a levé 430.000 euros auprès de plus de 2.000 contributeurs, dont un âgé de 83 ans qui a fait un chèque de 100.000 euros. Un succès exceptionnel qui a montré aux juges et à certains banquiers qu'il y avait un marché pour cette marque.

1 - Des modèles économiques à la question économique Pour son troisième voyage d’études annuel (voir le compte rendu du premier en Angleterre et du second en Scandinavie), la 27e Région nous a emmenés découvrir l’innovation sociale Ibérique, autour du thème de la jeunesse, nouvel axe de travail de la 27e Région. Quelles relations inventer avec les jeunes et/ou les structures qui travaillent avec eux ? Comment encourager leurs projets, répondre à leurs besoins, trouver de nouvelles façons de les accompagner ?… Nous étions restés, lors du précédent voyage, sur une question relative à l’articulation de deux modèles politiques de participation des citoyens finalement relativement différents : celui de l’innovation sociale (définition) et celui de l’action politique, sans être sûr de pouvoir les faire se rejoindre. Les précédents voyages ont illustré pourtant comment l’innovation politique et citoyenne cherchaient à se relier, via des projets et des méthodes qui avaient pour but de transformer l’action publique.

Related:  gido.as.iddacInnovationen vracInnovation socialeRésister